Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

28 octobre 2014 01:00
Ebola et notre inconscience -

  


Ebola et notre  inconscience
 

Cet article a été publié sur le site  Europesolidaire.eu

Sans avoir encore explosé aussi exponentiellement que ne le prévoyaient certains modèles l'épidémie d'Ebola se développe rapidement et pourrait très bien atteindre non seulement l'ensemble des pays dits pauvres, mais aussi à un moindre degré (voire peut-être à un degré voisin) les pays dits riches, Europe, Etats-Unis notamment.


Il en est de même des taux de mortalité. Loin de s'atténuer, comme lors des précédentes épidémies d'Ebola, ils paraissent s'accroître. Les statistiques venant des pays actuellement touchés minorent sans doute d'ailleurs la réalité, tant en ce qui concerne les cas que les décès, compte tenu de la difficulté d'identifier ce qui se passe en brousse, comme dans les bidonvilles des mégapoles africaines où le virus se répand actuellement.


La communauté internationale, selon l'expression classique, n'a manifestement pas pris conscience de l'ampleur et des taux de progression de l'épidémie. Ceci tient à diverses raisons: la croyance (fausse) que le virus resterait confiné dans les pays pauvres, des croyances également fausses concernant la contagiosité, laquelle paraît plus grande qu'il n'est dit généralement, d'autres illusions, relatives aux capacités de réaction rapide des institutions sanitaires.


Il apparaît ainsi de plus en plus évident que les autorités politiques et de santé ne sont pas suffisamment informées et averties pour prévoir les grands changements systémiques que l'humanité devra dorénavant affronter. Ces changements découleront de phénomènes désormais irréversibles comme le réchauffement climatique et la destruction des écosystèmes.

Il serait ainsi tout à fait probable que si une grande majorité d'espèces vivantes complexes disparaissaient dans le siècle ou le demi-siècle, des espèces moins complexes mais tout à fait bien organisées pour faire face prendraient le relais. Ce serait le cas des virus et microbes. Ou bien ceux déjà existants muteraientpour profiter des nouveaux espaces à eux ouverts, ou bien de nouvelles espèces mieux organisées émergeraient, la nature ayant horreur du vide. Il faudra aussi tenir compte du fait que si les sociétés humaines s'appauvrissaient à l'occasion de ces changements, les taux de natalité pourraient continuer à croître à court terme, aggravant les problèmes rencontrés par les adultes survivants.


Ebola,  le fruit de la « croissance » croissance elle-même incontrôlable
 


De la forêt où le virus restait confiné chez certaines chauves-souris ou primates, il s'étendra dorénavant sans limites aujourd'hui perceptibles à l'ensemble des continents, du fait de la densité des transports aériens et de la multiplication des mégapoles où devraient résider prochainement, selon les prévisions, au moins les trois quarts des humains. La Chine et l'Inde, à cet égard, auront des soucis à se faire.

Nous ne pouvons prétendre traiter d'aussi graves problèmes dans un simple article. Abordons cependant quelques points qui sont à l'ordre du jour, complétant ce qui avait été indiqué dans nos articles précédents. Le lecteur voulant approfondir le sujet trouvera sur le web anglophone toutes les informations nécessaires.


La contagiosité  


Sans évidemment être virologue ou épidémiologue, mais en faisant appel au simple bon sens, nous ne comprenons pas comment les pays destinataires des vols en provenance de l'Afrique, comme plus généralement les pays recevant des voyageurs provenant de zones infectées, puissent se rassurer en affirmant que la détection des températures ( à condition d'ailleurs qu'elle soit bien faite) suffirait à identifier les malades contagieux. Il est dit que la contagiosité ne se produirait pas avant les premier symptômes, dont celui de la fièvre. A supposer que ceci soit vrai et le demeure, comme l'on sait que ces symptômes, notamment la fièvre, n'apparaissent que quelques jours après la contamination, le risque est grand de voir des voyageurs déjà contaminés mais non encore symptomatiques pénétrer sur le territoire, sans être détectés par les filtres aux frontières.

Si ensuite, ces personnes, ou des personnes avec lesquelles elles auront été en contact, manifestent des symptômes identifiés comme ceux d'Ebola, elles auront eu le temps, avant d'être mises en isolement , de contaminer des dizaines d'autres contacts. On ne pourra pas en effet considérer que les millions de personnes atteintes de grippes ou d'entérites, fréquentes en cette saison, devraient passer des tests ou être isolées. Lorsque le virus sera installé, même faiblement, dans les pays jusqu'alors indemnes, le prédiagnostic, consistant à demander si le sujet provient d'un pays africain contaminé, ne sera plus applicable. Faudra-t-il alors faire passer des tests approfondis à tous les grippés, afin de séparer les faux-positifs des positifs? Le système de santé sera vite débordé, non seulement par le nombre des malades déclarés, mais par la nécessité de multiplier par prudence des milliers ou millions d'examens qui se révélerait ensuite inutiles.

Un autre problème est désormais à l'ordre du jour, concernant la prévention de la contagiosité. Celle-ci suppose des équipements spéciaux coûteux, devant en principe être détruits rapidement après usage. Or ils commencent à manquer dans les pays infectés. Il en sera rapidement de même dans les pays menacés d'infection. Qui paiera et plus spécifiquement qui lancera les actions de production et de distribution susceptibles de pallier ces ruptures de stocks.


L'appel à l'armée


En cas d'urgence nationale, un gouvernement pourrait considérer qu'il doive faire appel à la police ou à l'armée pour mettre un semblant d'ordre dans une situation devenue incontrôlable. Mais ce serait courir le risque de contaminer rapidement les policiers ou militaires. De plus, aussi disciplinés et dévoués que soient ces personnels, il serait compréhensible que certains d'entre refusent d'obéir à des ordres dépassant évidemment ceux auxquels ils considéraient de leur devoir d'obéir.

Par ailleurs, comme beaucoup des Etats atteints, aujourd'hui en Afrique, verront très vite s'écrouler le peu qu'ils possédaient de structures institutionnelles, les pays riches devront-ils envoyer des troupes prétendument au secours de ces Etats en faillite. D'ores et déjà, Barack Obama, qui vient de décider l'envoi de quelques 5.000 hommes en Afrique de l'ouest, s'est fait (non sans de bonnes raisons selon nous) accuser de vouloir introduire dans ces pays la présence de l'Africa Command dont les gouvernements avaient précédemment déclaré vouloir se passer. Même s'il s'agissait de troupes sous mandat de l'ONU, elles seraient nécessairement très mal accueillies au vu des mesures de prophylaxie qu'elles seraient obligées d'imposer. Les ONG occidentales ne le seront pas mieux. Ainsi l'USAID, principale ONG américaine, est souvent à juste titre considérée comme un faux-nez de la CIA ou du Pentagone . Seule, Médecins sans frontières (MSF) semble échapper à ces critiques. Mais elle le paiera durement du fait de la mortalité qui frappera nécessairement ses volontaires.

Vaccins et sérums


L'appel aux vaccins, destinés à prévenir la contagion, et aux sérums, destinés à soigner des malades déjà infectés, est présenté comme la solution la plus efficace permettant de bloquer la diffusion du virus. Mais généralement ceux qui en parlent dans les médias ne se rendent pas compte des difficultés qu'il faudra résoudre, ni des obstacles pratiques qu'il faudra surmonter, pour que de tels remèdes surviennent à temps. Une course de vitesse est désormais engagée entre les recherches médicales et la diffusion du virus. Rien ne dit que l'humanité pourra la gagner, malgré les ressources de la science.

Jusqu'à présent, le virus Ebola avait été considéré comme de diffusion locale, dans des pays dont l'état sanitaire ne mobilisait pas les grands industriels de la recherche médico-pharmaceutique (les « big Pharma », selon le jargon). Quelques recherches avaient été mollement menées au début des années 2000 à l'instigation du département américain de la défense, étudiant les risques de bio-terrorisme. Mais rien de grande ampleur n'en était sorti. A ce jour, dans la suite de ces recherches, deux vaccins comportant l'ajout de protéines d'Ebola dans un virus inoffensif, ont été annoncés.

L'un par une petite entreprise américaine nommée Newlink Genetics, l'autre par le géant britannique GSK. Ils semblent agir chez des macaques, mais n'ont pas encore été testés chez des humains. Or des tests, généralement impérativement requis dans des situations normales, paraissent en ce cas impraticables. Il faudrait selon les informations données par les experts, administrer le sérum à au moins 5000 personnes avant de placer ceux-ci dans des situations à risque. Il a été dit que les travailleurs médicaux travaillant déjà sur le terrain pourraient accepter de courir ce risque, mais cela parait improbable. Pour bien faire, ils devraient en effet accepter de ne pas se protéger. De toutes façons, le temps nécessaire à ces tests sera beaucoup trop long pour que des enseignements utiles puissent en être tirés. 

Certains spécialistes considèrent aujourd'hui que le taux de mortalité est si important qu'il faudrait sans attendre vacciner le plus grand nombre possible de personnes, soit à partir des vaccins cités ci-dessus, soit à partir d'autres souches qui seront par ailleurs présentées (La Russie vient d'annoncer pouvoir disposer de 3 vaccins expérimentaux d'ici 6 mois),. Ceci sans se préoccuper des risques. Ceux-ci ne seront pas plus élevés que ceux découlant du parti pris de ne rien faire.

L'organisation mondiale de la Santé s'est réunie en urgence le 5 septembre à Genève . Il y a été dit que pour bloquer l'épidémie, face au million de cas prévu à la fin de l'année, il faudrait plusieurs milliers de doses de vaccins (non testés) à cette date pour commencer à agir. En fait, il en faudrait plusieurs millions, davantage encore si l'on voulait vacciner des populations non encore en risque immédiat.

Or, il ne suffit pas de décider d'une telle politique pour qu'elle devienne immédiatement applicable, ceci dans les délais de quelques semaines qui seraient nécessaires. Les grosses firmes pharmaceutiques, même abondamment subventionnées, ne pourraient pas fabriquer en temps utile les doses nécessaires. Si elles le pouvaient, manquerait alors le personnel de santé, ou les civils formés à cette fin, nécessaires aux opérations de vaccination sur le terrain. Et que se passerait-il si les vaccins utilisés, comme certains anti-rétroviraux auxquels on pense par ailleurs, se révélaient finalement sans action. Et que se passerait-il si le virus mutait dans l'intervalle, en acquérant davantage de virulence, au lieu d'en perdre comme il avait semblé le faire lors des épidémies précédentes.

Alors ne survivrait qu'une petite moitié de l'humanité, faite d'individus semblables à ceux qui, pour des raisons encore inconnues, survivent d'ores et déjà à l'infection. On voit que les économistes, qui pour le moment ne s'inquiètent que des pertes commerciales en provenance d'Etats africains de plus en plus paralysés par l'Ebola, sont loin du compte.

Jean Paul Baquiast
Europe Solidaire
 
 
000 - ebola-2014.pngEbola : courbe cumulée depuis mars 2014. Une progression exponentielle
(cliquez pour agrandir)
http://www.minurne.fr/ebola-l-etat-des-lieux?&trck=nl-890288-1079380-894vK
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
26 octobre 2014 00:11
MISE EN GARDE DE L'ONU 6

Publié le 19 octobre, 2014 | par Equipe de Pleinsfeux

0

MISE EN GARDE DE L’ONU

Soixante jours pour battre le virus Ébola, selon l’Organisation des Nations Unies.  Si l’épidémie mortelle ne peut pas être contrôlée pour Noël, alors, l’ONU affirme qu’il n’y a aucun plan en place et que l’épidémie pourrait nous submerger.

Le 15 octobre 2014  

Selon l’Organisation des Nations Unies, l’épidémie d’Ébola doit être contrôlée dans les prochains 60 jours, ou bien le monde sera confronté à une situation « sans précédent » pour laquelle il n’existe pas de plan.

L’Organisation des Nations Unies a fait l’avertissement sévère en avertissant que la maladie « se déplace plus vite que nous et qu’elle est en train de gagner la course ».

Près de 9000 cas d’Ébola ont été signalés jusqu’à présent en Afrique de l’Ouest, y compris 4447 décès.  

« L’Organisation Mondiale de la Santé a avisé que dans les 60 prochains jours nous devrons nous assurer que 70% des personnes infectées soient dans un établissement de soins et que 70% des enterrements soient effectués sans causer de nouvelles infections », a déclaré Anthony Banbury, le vice-coordonnateur pour l’Ébola de l’Organisation des Nations Unies.

« Nous devons faire ceci dans les 60 prochains jours à partir du premier octobre. Si nous atteignons ces objectifs, alors, nous pourrons renverser cette épidémie. »

Mais, Anthony Banbury a déclaré au Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies que l’objectif de 70% était de plus en plus difficile à atteindre parce que les nouvelles infections s’accumulent.

Il a exhorté : « Nous arrêtons l’Ébola maintenant ou nous serons confrontés à une situation totalement inédite pour laquelle nous n’avons aucun plan. »

La mission d’urgence Unmeer de l’Organisation des Nations Unies suit un plan en quatre points pour lutter contre le virus Ébola.

Identifier et retracer les contacts ; gérer les cas ; assurer des sépultures sûres ; et fournir à la population les informations pour se protéger.

« Si nous échouons à n’importe laquelle de ces étapes, alors, nous échouons totalement, » a averti Anthony Banbury.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré plus tôt qu’il pourrait y avoir 10000 nouveaux cas d’Ébola par semaine d’ici les deux prochains mois.

Le directeur général adjoint de l’Organisation Mondiale de la Santé, Bruce Aylward, a déclaré lors d’une conférence de nouvelles qu’il s’attendait à ce que le total de 9000 soit atteint vers la fin de cette semaine. 

Il a déclaré que le taux de mortalité de l’épidémie actuelle avait augmenté à 70% par rapport à environ 50%.

Lorsqu’on lui a demandé comment la situation pourrait évoluer dans les deux prochains mois, il a averti: « Nous prévoyons que le nombre de cas par semaine, à ce moment-là, devrait se situer entre 5000 et 10000 par semaine. »

« Ça pourrait être plus élevé, ça pourrait être plus faible, mais, quelque part entre ces deux chiffres. »

Environ 95% des cas se retrouvent dans le même nombre limité de districts du Libéria, de la Sierra Leone et de la Guinée qui ont été affectés depuis un mois, a-t-il dit.

Le Dr Aylward a dit qu’il était « trop tôt pour le dire », si cela signifiait que l’épidémie ralentissait.

Le plateau des infections signalées pourrait s’expliquer simplement en raison des limitations dans la capacité des autorités de la région de vérifier et d’enregistrer les cas, a-t-il dit.

Le Dr Aylward a dit qu’il y avait des signes « positifs » d’un ralentissement dans le taux de nouveaux cas dans le nord du Liberia et de la Guinée, probablement en raison des changements de comportements dans la population locale.

Mais il a averti : « Il s’agit de l’Ébola, c’est une terrible maladie impitoyable que vous devez anéantir. »

« Avec un peu de changements dans le comportement des populations, avec des sépultures s’effectuant en toute sécurité, avec un peu plus de gestions des cas, et l’ouverture de quelques nouveaux centres, vous allez ralentir cette maladie très rapidement. »

Source : http://news.sky.com/story/1352857/sixty-days-to-beat-ebola-united-nations-warns

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

http://pleinsfeux.org/mise-en-garde-de-lonu/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+
PleinsFeuxSurLheureJuste+%28Pleins+Feux+Sur+l%27Heure+Juste%29#.
VEWHkPmsVkg

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
25 octobre 2014 23:30

Mise à jour du 25/10/2014 à 21h41

«Ce chiffre de 1 milliard est peut-être même encore en dessous de la réalité. Chaque année, on constate lors de la loi de finances rectificative que le chiffre prévisionnel annoncé est dépassé de près de la moitié de l’enveloppe prévue au départ, indique le député UMP de Paris. En 2014, 73 % des crédits votés avaient déjà été dépensés fin juillet.»

Le projet de loi de financement, présenté début octobre, table de son côté sur une progression de 73 millions dans un budget global de 677 millions pour l’AME en 2015. [...]

Marisol Touraine avait pointé que les dépenses de l’AME avaient largement dépassé les prévisions en raison de «la forte poussée du nombre de bénéficiaires», sans-papiers résidant en France depuis plus de trois mois. Leur nombre s’est en effet accru de 35 % en deux ans, passant de moins de 209.000 en 2011 à plus de 282.000 en 2013. Parmi eux, des fraudeurs comme des Géorgiens atteints de tuberculose ou des patients ayant acheté des cartes AME sur un site Internet chinois… La ministre avait reconnu que des filières seraient en partie responsables de cet accroissement. [...]

[...] Le député UMP de Paris, qui présentera son rapport sur l’AME en commission des finances le 3 novembre, s’agace une nouvelle fois des «énormes difficultés» qu’il a rencontrées pour obtenir des informations sur les dépenses de l’AME. «Chaque année, c’est le cirque pour avoir les chiffres. Depuis un mois, je demande à la Cnam de me recevoir et ils viennent tout juste d’accepter une audition sous la menace d’un pouvoir parlementaire spécial», déplore Claude Goasguen. Las des querelles autour de l’AME, le rapporteur préconise de plafonner son montant. Il plaide pour un budget de 200 millions , «comme dans les autres pays européens» et «suffisant pour répondre à l’urgence humanitaire».

Source


Article du 23 octobre 2014 à 22 h 44 min

Claude Goasguen, député-maire UMP du XVIe arrondissement de Paris était l’invité du Talk Orange-Le Figaro ce jeudi 23 octobre 2014.

Source

http://www.fdesouche.com/530385-claude-goasguen-lame-depasse-desormais-le-milliard-deuros-sans-mayotte

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
24 octobre 2014 01:48
Les créatures des profondeurs indiquent des changements terrestres majeurs

Quelqu'un y prête-t-il attention ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Les créatures des profondeurs indiquent des

changements terrestres majeurs

 

Lorsqu'on prête attention à ce qui arrive aux animaux de la planète, ils peuvent nous en dire beaucoup sur l'environnement et prédire des changements que nous, simples humains, ne remarquerions d'ordinaire pas aussi rapidement (voire pas du tout). Comme les canaris qu'on utilisait autrefois pour détecter des gaz toxiques dans les mines de charbon, les animaux sont sensibles à des choses dont les humains sont souvent inconscients (avant qu'il ne soit trop tard), et remarquer ces « choses » peut parfois faire la différence entre la vie et la mort pour un grand nombre de personnes.

 

Hormis d'être dotés de sens que ne possèdent pas les êtres humains, les animaux occupent aussi des endroits où nous ne sommes pas, comme les océans et les cieux, des endroits qui bordent notre espace vital et finalement l'impactent. Donc, ce qui leur arrive nous arrive souvent à nous un petit peu plus tard. 

Récemment, j'ai remarqué ce qui paraît être une augmentation significative de comportements bizarres chez les animaux - en particulier, très récemment. Ici, je n'aborderai que la vie marine bien que des bizarreries similaires frappent d'autres animaux et insectes dans le monde. Commençons par quelques infos du début du mois de mai. 

Des poissons rares et inconnus surgissent de partout. Que diable se passe-t-il ? 

Le 1er mai, on a annoncé la découverte d'un esturgeon noir rare de plus de 2 mètres et de 45 kilos le long du fleuve Connecticut. 

 

 

Atlantic_sturgeon.jpg

L'esturgeon noir trouvé sur les rives du Connecticut en mai 2014
Le 3 mai, des pêcheurs de crevettes ont attrapé un requin-lutin au large de Key West, en Floride. On pensait que le requin-lutin était une espèce ne nageant que dans les eaux profondes du Japon et du Golfe du Mexique. Ces étranges créatures sont tellement rarement aperçues que ce n'était que la seconde observation connue dans la région. La toute première observation avait eu lieu 10 ans plus tôt. 

 

 

 

 

Goblin_shark.jpg

Requin-lutin
Une créature d'aspect très étrange, pour sûr. 

Encore plus étrange (peut-être la plus étrange de toute) fut l'annonce du 4 mai de la découverte d'un genre de poisson inconnu aux dents énormes sur une plage sud-africaine. On spécule que la créature pourrait être une sorte d'espèce mutante. Quoi que ce soit, c'est assurément bizarre. 

 

 

 

 

104724768_freak_fish.jpg

Genre de poisson non identifié
Le même jour, un pêcheur a attrapé ce qu'on pense être un rare « Rhinochimaera » des profondeurs près de Pamban, en Inde. 

 

 

 

 

Deepsea_fish_India.jpg

Rhinochimaera
Le 8 mai, un requin grande-gueule femelle des grands fonds extrêmement rare a été attrapé au large de la côte de Shizuoka au Japon. On pense que c'est seulement la 58e observation officiellement connue de l'animal et seulement la 13eau large du Japon. 

 

 

 

 

megamouth_shark.jpg

Requin grande-gueule

 

 

casealions_nursery_small.jpg

Lionceaux de mer

Peut-être en lien, le 13 mai, de l'autre côté du Pacifique, 650 lionceaux de mer décharnés et déshydratés se sont échoués sur la côte californienne en deux mois, poursuivant une tendance de l'année précédente. L'article déclare :

Un nouveau rapport de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) élimine pratiquement la maladie comme cause au problème qui a vu 1 600 autres bébés échouer sur les plages entre janvier et avril de l'année dernière. Bien que ne désignant pas un seul coupable, le rapport pointe vraiment du doigt le déclin des sardines dans la région, principale source de nourriture des lions de mer.

 

 

L'article poursuit en expliquant qu'une étude a trouvé que les populations de sardines s'étaient effondrées de 74 % depuis 2007. Donc, si c'est la diminution des sardines qui affame les lions de mer, qu'arrive-t-il aux sardines ? 

Le 16 mai, un rare cavalos des profondeurs (aux dents très acérées) a été découvert échoué sur le rivage en Caroline du Nord. 

 

 

untitled_176.gif

Cavalos des profondeurs rare

 

 

Le même jour, une monstrueuse méduse a visité les plages du sud-ouest du Pays de Galles, très au nord de son habitat d'origine dans les eaux plus chaudes de la Méditerranée. 

 

 

Jellyfish.jpg

Méduse monstrueuse

 

 

Le 17 mai, un poisson très inhabituel et non identifié a été attrapé près d'une jetée à Pensacola, en Floride. L'article déclare avec assurance que « les chercheurs confirmeront l'identité de l'espèce », bien qu'il soit possible qu'il leur faille chercher dans les registres paléontologiques puisque les témoins oculaires ont dit qu'il avait l'air « préhistorique ». 

 

 

Unidentified_fish.jpg

Poisson d'allure préhistorique non encore identifié

 

 

Enfin, le 18 mai, un dauphin d'Électre qui vit dans les grands fonds a été secouruprès de Brunswick Heads, en Australie. Il a été relâché dans les eaux profondes mais est revenu vers le littoral peu de temps après pour s'échouer à nouveau sur la plage. 

 

 

melon_headed_whale.jpg

Dauphin d'Électre

 

 

En plus de ces observations de poissons rares des profondeurs, il y a eu aussi plusieurs échouages de cétacés : 

6 mai 2014 : Une baleine morte dérive dans le port de Felixstowe, au Royaume-Uni

7 mai 2014 : Le cadavre d'un grand cachalot pourrit sur la rive de Cap-Saint-George, en Terre-Neuve 

13 mai 2014 : Découverte d'un cétacé flottant dans le fleuve Delaware à Philadelphie 

15 mai 2014 : Une baleine à bosse s'échoue à Öffersey, en Islande 

15 mai 2014 : Une carcasse de baleine franche australe de 20 tonnes s'échoue près du Cap, en Afrique du Sud 

16 mai 2014 : Une baleine à bosse morte trouvée à Pareora Beach en Nouvelle-Zélande 

Vous pourriez dire que les échouages de cétacés ne sont pas si inhabituels et, admettons, certains ont pu être pris dans des lignes de pêche ou heurtés par un bateau, comme le suggèrent certains articles, mais lorsqu'on considère le nombre toujours croissant de cas comme ceux de ces dernières années et les conditions qui les entourent, ainsi que tous les rapports d'autres hécatombes marines et de comportements étranges, il ne semble pas plausible que les accidents de pêche puissent expliquer tous ces cas. Les morts de cause naturelle, l'accident nucléaire de Fukushima, la marée noire de BP, pourraient aussi expliquer certains incidents, quoique à nouveau, probablement pas tous. Lorsqu'on rassemble toutes les données, on dirait que quelque chose de très étrange se passe là-bas dans les profondeurs. 

 

 

v3_oarfish_ap.jpg

Régalec

Lorsqu'on lit tout ça, on pense aux observations autrefois « rares » de régalecs (alias « poisson séisme ») abyssaux. On trouve d'ordinaire les régalecs à des profondeurs comprises entre 200 et 1 000 mètres et lorsqu'on en voit près des côtes, on pense qu'ils sont les précurseurs d'un tremblement de terre. Les Japonais ont tendance à devenir très effrayés lorsqu'ils voient ces poissons dans leurs eaux ou sur leurs plages, et à juste titre. L'année qui précéda le tremblement de terre dévastateur de Tohuku et le tsunami en 2011, entre 10 et 20 créatures des profondeurs se sont échouées sur les côtes japonaises. Aussi, lorsque deux régalecs se sont échoués sur une plage du sud de la Californie en octobre 13, les gens du coin étaient naturellement un peu inquiets. Les deux spécimens n'auraient présenté aucun signe visible de blessure ou de maladie ce qui a amené les experts à faire l'hypothèse qu'ils aient pu être poussés vers le rivage par une « perturbation sous-marine ».

Rachel Grant, maître de conférences en biologie de l'animal à l'université Anglia Ruskin de Cambridge, a déclaré qu'il pourrait y avoir quelque vérité dans la légende japonaise et elle a entamé une étude pour mettre l'idée à l'épreuve. « C'est théoriquement possible car quand un séisme se produit, il peut y avoir une accumulation de pression dans les roches ce qui peut donner lieu à des charges électrostatiques amenant des ions électriquement chargés à être libérés dans l'eau », explique le Dr Grant. « Cela peut aboutir à la formation de peroxyde d'hydrogène qui est un composé toxique. Les ions chargés peuvent aussi oxyder la matière organique ce qui pourrait soit tuer le poisson, soit le forcer à quitter les fonds océaniques pour rejoindre la surface. » 

Une autre possibilité est qu'avant un séisme, il y a une libération de grandes quantités de monoxyde de carbone, ce qui pourrait aussi affecter les régalecs et autres créatures des profondeurs, a déclaré le Dr Grant. « Les processus géophysiques à l'origine de ce type d'observations peuvent se produire avant un séisme. J'observerai attentivement la Californie au cours des quelques semaines à venir », a-t-elle ajouté.

Déjà en 2014, des régalecs ont été observés sur les côtes du Mexique et du Japon. 

Janvier 2014, Japon : Quelque chose va-t-il de travers dans les profondeurs océaniques ? Un régalec rare s'échoue sur une plage au Japon 

Avril 2014, Mexique : Une séquence rare montre deux régalecs en vie nager près des côtes 

Bien que la connexion entre régalecs et séismes soit communément qualifiée d'« ancienne tradition japonaise », il n'y a rien de mythique dans le fait que le mois d'avril 2014 a connu une augmentation record du nombre de séismes dans le monde :

Selon le Centre d'alerte des tsunamis dans le Pacifique (PTWC), qui diffuse des alertes au tsunami, 13 tremblements de terre importants ont eu lieu en avril. Cinq étaient supérieurs à 7,8, ce qui a suscité des alertes au tsunami.

Et :

Il y a eu des secousses isolées plus fortes que la normale partout dans le monde - au Nicaragua, au Mexique, au Canada et même une inhabituelle dans l'Atlantique sud. Le Centre n'a pas indiqué ce qui pouvait être à l'origine de cet énorme changement dans l'activité sismique.

L'article poursuit en disant que la « fracturation » pourrait être responsable d'une part de l'augmentation de l'activité sismique. Alors à nouveau, les scientifiques tendent à vouloir rendre l'activité humaine responsable de tout car cela renforce l'illusion que nous (ou les « autorités ») avons le contrôle des événements sur notre planète, même ceux qui ont un impact négatif. La dernière chose qu'« ils » veulent admettre est qu'il existe des forces à l'œuvre dont ils ne savent presque rien et peuvent encore moins contrôler, car cela a tendance à les faire paraître pas aussi légitimes que ça après tout. Et si les autorités sont impuissantes, vers qui se tourne le peuple pour être protégé ? 

Séismes et... 

Si les séismes et leurs dégagements gazeux naturels connexes, qui peuvent créer des zones mortes et forcer les migrations de la vie marine, pourraient au moins en partie être responsables de l'éloignement de ces animaux de leur habitat naturel, il semble logique que les volcans sous-marins jouent aussi un rôle significatif. En mai 2014, le plancher océanique sous les îles Mariannes dans l'océan Pacifique a connu un haut niveau record d'activité sismique et d'éruptions : 

 

 

Mariana_islandunit_595x404.jpg

Cartes bathymétriques montrant les îles et les monts sous-marins qui constituent l'arc insulaire volcanique des Mariannes (à gauche) et la région du mont sous-marin Ahyi dans la partie nord de l'arc. Susan Merle du Programme Interaction Terre-Océan de la NOAA a créé ces cartes.

 

 

Les signaux sismiques annoncent presque à coup sûr une éruption. En fait, des explosions sous-marines ont été entendues par des plongeurs qui font des recherches sur le récif corallien dans la région. Les plongeurs ont même ressenti les ondes de choc des explosions, et l'une des plus puissantes a fait résonner la coque du navire-base de la NOAA, le Hi'ialakai, ce qui a fait croire à l'équipage que quelque chose était arrivé au bateau.Le personnel à bord a également rapporté une grande nappe de souffre sur la côte sud-est de Farallon de Pajaros.

Une autre éruption sous-marine, également en mai et également dans le Pacifique, a donné naissance à une nouvelle île : un bébé île volcanique « mange » sa voisine plus âgée tandis que la Ceinture de Feu du Pacifique continue ses éruptions à un rythme sans précédent

Le volcan Kick'em Jenny dans les Caraïbes a aussi menacé de se réveiller, constituant un risque de tsunami pour la côte des États-Unis. 

Si la glace explosive est votre truc, il y a le volcan actif sous l'Antarctique qui pourrait entrer en éruption à tout moment

En parlant de l'Antarctique, peut-être seriez-vous intéressés de lire le récent SOTT Focus d'Aeneas Georg sur la soi-disant « fonte de l'Antarctique » : L'Antarctique fond-il ou non ? Le réchauffement planétaire anthropogénique n'arrive pas à expliquer ce paradoxe climatique 

La connexion avec l'ère glaciaire 

D'autres facteurs affectant indubitablement le comportement des créatures marines sont la température de l'eau et les variations des courants. Certaines des couches les plus profondes de l'océan semblent se réchauffer (probablement à cause du volcanisme sous-marin, au moins en partie) tandis que les couches supérieures semblent se refroidir. De même, la force des courants de l'océan Atlantique a considérablement diminué ces dix dernières années, ce qui a entraîné le refroidissement de l'Atlantique subtropical. 

 

 

Atlantic_map_NEWS_may14.jpg
© Nature magazine
La force des courants de l'océan Atlantique a diminué ces dernières années. [État des lieux des courants : la surveillance du réseau RAPID Climate Change a révélé que la force de la circulation méridienne de renversement dans l'océan Atlantique (AMOC), qui transporte les eaux de surface chaudes vers les pôles (orange) et les eaux profondes froides vers les tropiques (bleu), décline. Réseau de surveillance RAPID existant - Réseau subpolaire dont le déploiement est prévu pour l'été 2014]

 

 

Les scientifiques pensent que l'AMOC (circulation méridienne de renversement de l'océan Atlantique) pourrait subir des changements brusques qui ont probablement joué un rôle dans d'anciens événements climatiques, tels que les basculements de température soudains il y a 18 000 à 80 000 ans lors de la dernière période glaciaire. Le principal moteur de l'AMOC - la descente des eaux froides et denses au fond de l'Atlantique Nord - a été identifié comme « élément de bascule » potentiel dans le système climatique de la Terre, dans lequel de petites perturbations climatiques pourraient amener le système au-delà d'un seuil critique, avec des conséquences potentiellement importantes pour les humains et les écosystèmes.

Ceci est particulièrement intéressant (et inquiétant) parce que l'activité solaire est également en déclin et une faible activité solaire est associée aux ères glaciaires.

Le soleil connaît un cycle régulier de 11 ans avec un maximum lorsque les taches solaires sont à leur summum, suivi d'un minimum lorsque les tâches solaires sont moins nombreuses, plus petites et moins énergétiques. Nous sommes censés nous trouver dans un pic d'activité, au maximum solaire. 

La situation actuelle est hors norme et le nombre des tâches solaires semble en déclin constant, selon le Dr Craig DeForest de l'American Astronomical Society. « La période d'activité maximale actuelle du soleil est très tardive et très faible, ce qui amène à l'hypothèse que le cycle même des tâches solaires pourrait être en train de s'éteindre ou d'entrer en phase dormante. » Le soleil présente un « comportement bizarre », a déclaré le Dr DeForest.

Selon un autre article sur le même sujet :

Selon le Pr Lockwood, la fin du 20e siècle a été une période où le soleil a été inhabituellement actif et un soi-disant « grand maximum » a eu lieu aux alentours de 1985. Depuis, le soleil est devenu plus calme. 

En étudiant certains isotopes dans les carottes de glace, il a pu déterminer l'activité solaire au cours de milliers d'années. D'après l'analyse des données, le Pr Lockwood croit que l'activité solaire chute actuellement plus rapidement que jamais lors des 10 000 dernières années. Durant ces 10 000 dernières années, il a trouvé 24 occurrences différentes où le soleil présentait exactement le même état qu'à l'heure actuelle - et le déclin actuel est plus rapide que pour n'importe laquelle de ces 24 occurrences. Sur la base de ses résultats, il a revu à la hausse l'estimation du risque d'un nouveau minimum de Maunder, qui était de moins de 10 % il y a seulement quelques années, à 25-30 %.

Étrangement, l'article poursuit en précisant :

Il convient de souligner que la plupart des scientifiques croient que le réchauffement planétaire à long terme n'a pas disparu. Tout refroidissement planétaire provoqué par ce phénomène naturel sera en fin de compte temporaire, et si les projections sont correctes, le réchauffement à long terme causé par le dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre finira par submerger ce refroidissement dû à l'activité solaire.

Refroidissement temporaire ? Réchauffement planétaire à la rescousse ? Vraiment ?! Comment diable peuvent-ils dire ça alors qu'ils viennent juste d'admettre que le déclin actuel de l'activité solaire est plus rapide que ce que l'on a observé au cours des 10 000 dernières années et qu'ils ne savent pas vraiment ce qui se passe ? En outre, les prémisses de base du réchauffement planétaire dû à l'homme ne sont « même pas fausses ». 

Le fait est qu'il n'y a eu aucun signe de réchauffement planétaire pendant plus de 17 ans et que le soleil est devenu plus calme. N'attendez pas des pontes des grands médias qu'ils l'admettent de sitôt, peu importe les faits. Leur boulot c'est de répéter comme des perroquets la ligne officielle du gouvernement que « le réchauffement planétaire est la cause de tous les malheurs qui arrivent ou pourraient arriver à notre climat/biosphère et que les humains en sont responsables ». Comme je l'ai fait remarquer, ils répugnent à admettre qu'ils ne peuvent rien faire pour protéger les gens des effets d'un changement à grande échelle de notre climat, et en effet, du « système » planétaire entier (à tous niveaux, semble-t-il). 

 

 

Global_tropical_cyclone_tracks.jpg

Trajectoires cycloniques extratropicales et tropicales dans l'Atlantique et le Pacifique
Un autre indice qu'il faut prendre en compte dans ce mystère, c'est l'augmentation importante des événements météorologiques étranges et des tempêtes planétaires. Un article récent déclare que le territoire des tempêtes tropicales s'étend et qu'elles atteignent une force maximale près des pôles. De plus, les alizés s'accélèrent et les vents de l'océan Austral soufflent au plus fort en 1 000 ans, piégeant l'air froid au-dessus de l'Antarctique tandis qu'ils se renforcent. 

Ce qui me sidère, c'est le fait que les climatologues savent bien que durant le dernier Petit Âge Glaciaire, les tempêtes ont augmenté de 85 % et l'incidence des tempêtes violentes de 400 %. On observe la même tendance à l'heure actuelle ainsi qu'un chaos général et des conditions météorologiques extrêmes dans toutes les zones de notre climat et de notre biosphère. Et pourtant, plutôt que de prêter attention au large panel de comportements étranges des animaux et de leurs relations avec le chaos environnemental, le seul animal dont les scientifiques semblent tirer une leçon est l'autruche et sa propension proverbiale à se fourrer la tête dans le sable. 

Toujours est-il qu'il existe pléthore de preuves solides qui suggèrent que loin d'un « réchauffement planétaire », nous sommes déjà en train d'entrer dans une nouvelle ère glaciaire (qui pourrait finir par s'avérer bien plus importante que la dernière), accompagnée d'activités cataclysmiques croissantes tels que d'énormes tempêtes destructrices, des séismes, du volcanisme, entre autres événements « anormaux » sur toute la planète. Il n'est donc pas étonnant que les animaux se comportent étrangement. Peut-être essaient-ils de nous dire quelque chose d'important. La question est : quelqu'un écoute-t-il ?

 

 

 

Sott

 

http://www.wikistrike.com/2014/10/les-creatures-des-profondeurs-indiquent-des-changements-terrestres-majeurs.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
23 octobre 2014 02:09

5% de la population française n’a pas de complémentaire santé. Une tendance qui ne cesse d’augmenter.

Alors que démarre aujourd’hui à l’Assemblée nationale l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale, une tendance inquiétante est soulignée par la Mutualité Française, qui regroupe 95% des mutuelles : le nombre de Français qui ont renoncé à avoir une complémentaire santé ne cesse d’augmenter. En 2012, 3,3 millions de Français n’avaient pas de complémentaire santé, soit 5% de la population. C’est 500.000 de plus en deux ans.

Cette augmentation du nombre de Français sans mutuelle est évidemment liée à la crise et au chômage. « Les difficultés économiques conduisent les Français à faire des choix qui ont des conséquences dramatiques. 
Car se priver d’une mutuelle, c’est augmenter par deux le risque de renoncer aux soins« , souligne le président de la Mutualité Française Etienne Caniard. Ces Français sans complémentaire santé renoncent en effet souvent à aller voir un médecin qui pratique des dépassements d’honoraires, à aller chez le dentiste ou encore à changer de lunettes.

Parmi ces 3,3 millions de Français sans complémentaire santé, on trouve de plus en plus de jeunes en difficulté d’insertion qui n’ont pas les moyens de se payer une couverture complémentaire. Les chômeurs de longue durée et les retraités, sont, eux aussi, confrontés au coût très élevé de leur mutuelle, une fois qu’ils ne sont plus pris en charge par les contrats collectifs de l’entreprise qui les employait.

Source

LU SUR :

http://www.fdesouche.com/529513-de-plus-en-plus-de-francais-sans-complementaire-sante

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
23 octobre 2014 00:31
Relier les points : OGM et vaccins

Traduction : Initiative citoyenne

 

Relier les points : OGM et vaccins

 

 

 

 

 

 Je voudrais aujourd'hui vous avertir que dans de nombreux domaines où vous pensiez être protégé par les autorités en place et par le gouvernement, vous avez en fait été mené n'importe où par le bout du nez, et ce sera à vous seul qu'il appartiendra de vous débrouiller quand tout ira mal. C'est la raison pour laquelle je souhaite que les consommateurs deviennent chaque jour plus autonomes et qu'ils réfléchissent bien à tout ce qui doit rentrer dans leur corps. 

Les êtres humains ont tendance à souffrir d'un orgueil démesuré - nous pensons que nous savons mieux que la nature, que nous pouvons faire mieux que la nature, que nous pouvons la maîtriser. Il existe (au moins) deux transgressions qui ont des tendances similaires et qui soulèvent pas mal d'inquiétudes : les OGM (aliments génétiquement modifiés) et la vaccination. 

Voici ce qu'ils ont en commun : 

La guerre contre la nature 

Après avoir évolué pendant des milliards d'années, on ne peut nier que la nature ait du sens. Il suffit de penser à la complexité des systèmes botaniques, à la relation aux ravageurs, à la complexité de la nature des sols, à tant d'éléments qui permettent une diversité optimale, ainsi que la reproduction. 

Ce n'est que lorsque nous avons commencé à industrialiser le processus, à détourner certaines lois pour assurer des rendements et permettre aux fabricants de produits chimiques de « remédier » aux variables perçues comme des échecs, que nous nous sommes retrouvés dans le gâchis que nous connaissons aujourd'hui avec les OGM. -

Nous avons, au hasard, injecté de l'ADN animal dans le génome des plantes et perturbé ainsi leur fonctionnement naturel tout en permettant leur saturation en herbicides toxiques qui sont aussi des perturbateurs du système endocrinien et intestinal. 

Les compagnies pharmaceutiques et les médecins pensent qu'ils peuvent déjouer le système immunitaire qui, tout au cours de l'évolution, a coexisté avec des microbes; ils pensent qu'ils peuvent maitriser et formater ces systèmes. Nous sommes en guerre avec les maladies infectieuses.

En conséquence, notre peur et notre malveillance vis-à-vis des bactéries et des virus nous ont conduits à modifier, altérer et compromettre notre système immunitaire. Ces perturbations du système immunitaire ont été induites par des agents pathogènes injectés dans nos muscles avec des additifs toxiques qui dépriment les fonctions naturelles du système immunitaire et provoquent de l'inflammation chronique. 

Cette idée d'améliorer nos capacités humaines comme nous le comprenons aujourd'hui est abordée par Sayer J. dans 
GreenMedInfo sous le terme« transhumanisme »

Nous ne pouvons pas duper et déjouer la nature; nous commençons seulement à apprécier son infinie complexité.

« Quelle est cette sorte de « science » qui inflige des dommages neurologiques à plusieurs centaines de milliers d'enfants chaque année ?...La catastrophe des vaccinations infantiles est essentiellement due à l'orgueil démesuré de la profession - cette volonté du médecin (avec les meilleures intentions du monde !) de prendre le contrôle des forces de la nature et de les plier à sa propre volonté. » 

Harris Coulter, historien de la médecine dans « Vaccination, Social Violence and Criminality ».

Manque d'études de sécurité avant la mise sur le marché 

Monsanto prétend que les OGM sont équivalents aux aliments habituels (tout en échappant au devoir de prouver leur innocuité). Monsanto prétend que ces OGM sont suffisamment novateurs pour pouvoir être brevetés. Malgré les effets« Frankenstein » de ces manipulations génétiques, ces aliments n'ont jamais été étudiés sur une population humaine et encore moins évalués à long terme.

Ce qui se passe à la suite de cette procédure accélérée pour aboutir à la commercialisation, c'est que petit à petit les dommages au niveau de la population commencent à émerger.

La diversité des maladies chroniques en Europe et en Amérique pourrait avoir un rapport avec les limites imposées à ces produits en Europe et en Amérique. Il est un fait qu'il est difficile d'établir la relation de cause à effet pour les maladies chroniques. Toutefois, il est important d'insister sur l'importance des essais de pré-commercialisation à long terme. 

Les vaccins n'ont jamais été étudiés par rapport à un groupe de non vaccinés, parce qu'ils sont supposés être à ce point vitaux pour notre santé que ce serait contraire à l'éthique de ne pas les appliquer, même si l'épidémiologie de base montre que l'hygiène et l'alimentation ont joué le rôle le plus important dans l'élimination des maladies infectieuses.

Les vaccinations n'ont jamais été complètement étudiées dans leur contexte actuel, pas plus que les additifs (adjuvants) qui comprennent des produits toxiques connus pour le corps tels que l'aluminium, le mercure, le formaldéhyde et le polysorbate 80. 

Signal de préjudice 

Malgré ce manque d'efforts pour démontrer l'innocuité des produits dans ces deux domaines, un signal a néanmoins été donné qui aurait dû mettre davantage en avant le principe de précaution. Monsanto a surveillé les produits non OGM, ainsi que les produits OGM qui servaient à l'alimentation des rats pendant 90 jours et a déclaré que les modifications des fonctions hépatiques et rénales n'étaient pas cliniquement significatives. 
Seralini et al. ont repris ce projet mais ont prolongé de plusieurs années la période d'observation. Jetez un coup d'œil à ce qui s'est passé avec ces animaux. 

La première tumeur est apparue à l'âge de 4 mois. Plusieurs autres études ont reproduit les conclusions provocatrices de l'étude initiale. - Le glyphosate, l'herbicide qui a été pulvérisé en quantités de plus en plus importantes, est en fait un perturbateur endocrinien lié à l'obésité, aux maladies du foie, aux anomalies congénitales, à l'autisme et au cancer. C'est l'étude la plus instructrice sur ces mécanismes toxiques. Il a été observé que la toxine Bt dans le maïs OGM a pu perforer les cellules intestinales et circuler dans les tissus fœtaux.

 
Que ce soit dans le domaine du développement neurologique, de l'auto-immunité et des décès ou même sur la question de la susceptibilité/la prédisposition à la maladie, problèmes vis-à-vis desquels les vaccins devraient pouvoir assurer une protection, les vaccins ont néanmoins démontré qu'ils pouvaient provoquer des problèmes qui ont fait l'objet de dédommagements s'élevant à plusieurs milliards de dollars par le programme national d'indemnisation des dommages vaccinaux (National Vaccine Injury compensation Program) : 

http://het.sagepub.com/content/31/10/1012.full 
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22235057 
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21880755 
(En anglais). 

Des cas de maladie chronique comme l'atopie et l'autisme ont été mis en évidence et en corrélation avec les taux de vaccination... 

Suppression des enquêtes 

Séralini a été réduit au silence. Son travail a été vertement attaqué. Il a été censuré par les médias et des demandes de rétraction de ses publications ont été introduites par des gens ayant des liens avec l'industrie. Plusieurs mois après les publications de Séralini, Richard Goodman, ancien employé de Monsanto a été rapidement nommé au poste de rédacteur en chef adjoint au département de biotechnologie. Comme Monsanto est maintenant à la tête des revues médicales influentes, les perspectives pour la publication de recherches indépendantes sont de plus en plus réduites. 

Le désormais tristement célèbre Andrew Wakefield qui a publié un article sur la présence d'une souche de rougeole vaccinale dans les intestins d'enfants autistes a perdu sa licence d'exercer et accusé de fraude dans une chasse aux sorcières visant à supprimer toute recherche dans cette direction. Heureusement à l'heure actuelle, au moins 28 études indépendantes du monde entier ont confirmé ses conclusions. 

Protection des bénéfices corporatistes 

Le « Monsanto Protection Act » a été conçu pour fournir une immunité juridique à la technologie GM afin que des citoyens ne puissent jamais introduire de plainte par rapport à des dommages secondaires à une exposition à des aliments génétiquement modifiés. C'est de cette manière que les sociétés seraient protégées par rapport aux agriculteurs et aux citoyens. Le Programme d'Indemnisation pour Dommages Vaccinaux a été créé en 1986 pour protéger les sociétés de toute responsabilité de sorte que toute incitation à une politique de sécurité de leurs produits a été éliminée. De la sorte, les citoyens ne pouvaient plus s'engager dans des procès pour demander justice. 

Conflits d'intérêt et portes tournantes 

C'est là que la situation dérape et que se trouve la véritable source de la corruption. 

Lorsque ceux qui règlent un système qui a besoin de freins et de contrepoids sont les mêmes personnes qui en profitent et ont profité de sa protection et de sa réussite, nous assistons à une détérioration critique de la situation par rapport à l'intérêt et la patience des consommateurs. [...] 

La liste des personnes interchangeables entre le CDC, l'industrie pharmaceutique et le Comité consultatif des vaccins contribue à augmenter le nombre de conflits car il ne s'agit nullement d'exceptions. C'est notamment en janvier 2010 que Julie Gerberding, ancienne directrice du CDC (Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies) est devenue la présidente de l'Unité vaccins chez Merck. C'est en janvier 2011 qu'Elias Zerhouni, ancien directeur du NIOH (National Institute of Health) est devenu président des laboratoires de recherche chez Sanofi-Aventis. On sait que ces relations sont souvent réglées d'avance. Le porte-parole le plus véhément du programme vaccinal est le Dr Paul Offit, MD, employé de Merck et titulaire d'un brevet pour le vaccin contre le Rotavirus. 
Cet article illustre les nombreuses couches de conflits d'intérêts qui obscurcissent le jugement des régulateurs. Si vous préférez ne pas lire, voici une courte vidéo. 

Il est impossible de s'attendre à de l'objectivité dans la recherche ou dans la diffusion de l'information dans pareilles circonstances. Ces conflits d'intérêt minent pratiquement toutes les revendications en matière de sécurité...

Ces géants multimilliardaires n'hésitent pas à dépenser quelques dollars quand il s'agit d'influencer les législateurs et les régulateurs. Les projets dont il a été question dans cet article vont finir par se réunir pour produire des vaccins contenant des OGM.

Nous faisons déjà partie d'une vaste expérience incontrôlée. Cette situation pourrait ajouter une couche supplémentaire de complexité qui ferait déborder le vase.
Si vous pensez comme moi, il n'y a pas de doute que vous vouliez échapper à pareille situation que vous n'avez jamais souhaitée. 


Il y a cependant un moyen d'en sortir : faire des choix éclairés, faire confiance à son instinct, à son bon sens et voter selon ce qui vous apparaît financièrement le plus judicieux.

 

Source

 

http://www.wikistrike.com/2014/10/relier-les-points-ogm-et-vaccins.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
22 octobre 2014 01:22

Allez, un mini-scoop, sur la faute politique de l’année voire du quinquennat, qui agite beaucoup le monde de la protection sociale mais n’a pas encore intéressé les grands médias…

Vous vous rappelez que nous avons longuement analysé sur ce site la folle loi soi-disant “anti-Amazon”(et anti-Fnac), qui, au prétexte d’aider le livre et les libraires, a augmenté cette été les prix des livres en ligne de + 5 %, augmentant le bénéfice d’Amazon d’au moins 15 %, sans qu’évidemment le passage d’un livre de 19 € à 20 € aide un seul libraire en France. Bref, un pur racket au bénéfice du vendeur en ligne. Merci au passage pour les 75 % de Français qui vivent loin d’une librairie… Exemple même d’une décision absurde : on aboutit au résultat exactement inverse au but recherché…

Eh bien là, la ministre de la santé fait très fort, avec, à mon sens, le pire projet que j’ai vu depuis 2012 : baisser fortement les complémentaires des salariés pour augmenter volontairement le reste à charge des Français malades !

I. Le problème

Comme vous le savez, il y a en France 2 mode d’exercice principaux des médecins, le Secteur 1 (où le médecin ne pratique pas de dépassement, et facture le prix fixé par la Sécu, alias le Tarif de responsabilité, soit 23 €) et ceux en Secteur 2 (où ils peuvent fixer le prix qu’il veulent, avec un dépassement d’honoraire, la Sécu ne remboursant que sur la base du tarif de responsabilité). Voici la répartition (toutes les sources viennent de la DREES) :

En 2013, dans les cabinets libéraux des praticiens de secteur 2, 15 % des dépassements sont dus aux omnipraticiens (= les généralistes) et 85 % aux médecins spécialistes. Parmi ces derniers, 3 spécialités concentrent à elles seules la moitié des dépassements : les chirurgiens, les gynécologues et les ophtalmologistes 

On peut comprendre la présence de dépassements, car il est assez irréaliste de vouloir payer le même prix un médecin quel que soit sa zone géographique, sa spécialité, sa notoriété/compétence.

Le problème est qu’il y eu de plus en plus d’abus, avec une forte croissance des dépassements :

On note (à droite) que les dépassements ont augmenté de 3 % à 6 % par an depuis 2006.

Au final, les revenus des médecins ont fortement augmenté :

Tirés surtout par le haut de la distribution (les derniers point sont ceux des 10 % gagnant le plus) :

On trouve ici une étude complète sur les revenus de 2008 par spécialité :

(Q1 = limite de 25 % inférieurs ; Q2 = médiane = 50 % au dessus, 50 % en dessus ; Q3 : 25 % supérieurs ; D1 = 10 % inférieurs ; D9 : 10 % supérieurs)

Bref, face à ce problème, on se rend compte que, normalement, une bonne solution consisterait à demander à ce que la Sécu négocie avec les médecins un plafonnement intelligent des tarifs du Secteur 2, (notamment  en fonction du montant total des dépassements constatés l’année précédente, du lieu d’exercice du médecin, de sa spécialité, de ses titres ou de son autorité médicale…) pour éviter, sauf cas rares, des consultations à 120 €… Et en réfléchissant aussi à la revalorisation des tarifs de responsabilité, insuffisant dans certains endroits.

Bref, un sujet pas simple,  mais nullement insoluble – pour peu qu’il y ait un peu de courage politique.

Eh bien la Ministre de la Santé Marisol Touraine a choisi tout autre chose !

II. La vision de la Ministre

Fin 2013, la ministre indiquait au Quotidien du médecin qu’elle faisait « le pari de l’autorégulation » des médecins – ça a bien réussi, bravo à la vision libérale…

Elle a simplement poussé au projet usine-à-gaz de la dernière convention médicale : le Contrat d’Accès aux Soins, proposé librement aux médecins. Ce contrat demande aux médecins, moyennant quelques avantages, de ne plus augmenter leurs dépassements, et de rester en moyenne à des niveaux de dépassements inférieurs à 100 % (soit 46 € la consultation). Evidemment, ce contrat a fait un bide, seuls 30 % des médecins l’ayant signé – à peu près uniquement des médecins qui ne dépassaient pas 46 €…

Que faire alors ? La vision de la ministre est simple :

« Les complémentaires santé doivent s’engager dans une démarche de responsabilité. Vous avez des complémentaires plus généreuses que d’autres et les complémentaires trop généreuses finissent par entretenir des honoraires trop élevés. Je souhaite que nous arrivions à un cadre qui permette d’éviter cette course aux dépassements. » [Marisol Touraine, Radio Classique, 5 mars 2014]

C’est quand même TRÈS original de se dire que quand le patient sera peu remboursé, le médecin baissera gentiment ses tarifs – d’autant que beaucoup de patients sont déjà mal remboursés ! Et il a bonne conscience (et en partie à raison) en se disant que quand on peut payer 60 ou 80 € une coupe / brushing / teinture chez un CAP coiffure, on peut payer 100 € chez un cardiologue Bac + 12 qui vous sauve la vie…

C’est en effet vraiment méconnaître le fait économique élémentaire que la consommation de santé est la consommation désirée par excellence, sur laquelle le consommateur n’a aucune prise : si votre enfant va mal, vous paierez à peu près n’importe quel prix pour une consultation rapide d’un spécialiste compétent – quitte à vous endettez ou même voler… C’est ce qui justifie par essence d’avoir un système de soin socialisé et régulé, ainsi qu’une Sécurité sociale, les États-Unis montrant bien les abus d’un système trop concurrentiel.

Et en plus, c’est stupide, une étude de la DREES montrant bien ceci. Voici le financement des 20 Md€ des dépenses de médecine de ville :

Comme l’indique la DREES : « Le taux de prise en charge des dépassements d’honoraires de médecins par les Organismes Complémentaires est de 30 % en moyenne. Ainsi, sur 1,8 milliard de dépassements en médecine de ville, la part financée par les Organismes Complémentaires est de 560 millions tandis que celle des ménages s’élève à 1,3 milliard d’euros en 2013, ce qui représente 52 % du reste à charge des ménages sur les soins de médecine de ville. »

Bref, sur 100 € de dépassements, les mutuelles n’en remboursent que 30 €, ce qui montre bien que ce ne sont pas les niveaux de remboursement qui poussent à la hausse des tarifs !

En fait, ce chiffre est un peu biaisé, car une partie des Français est couverte par des mutuelles individuelles, qui remboursent généralement moins bien que les mutuelles d’entreprise.

Or, il se trouve que par l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, mal nommé   « pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels des salariés », n’avait qu’un seul point un peu positif pour les salariés qui est la généralisation de la complémentaire d’entreprise d’ici 2017 (l’entreprise en finançant la moitié).

François  Hollande avait même indiqué en 2012 sa volonté de “généraliser l’accès à une couverture complémentaire de qualité” garantissant un “large niveau de couverture“. (Source)

Ainsi, avec cette décision, sur les 100 € de dépassements, les mutuelles seraient probablement montées à 50 ou 60 € de remboursements – et il n’y aurait eu qu’à légiférer pour diminuer les gros abus des médecins, pour avoir une solvabilisation des ménages avec un accès aux soins facilité…

Mais l’ANI, transposé dans la loi, impose aussi aux entreprises de souscrire des contrats dits “responsables”, c’est à dire remplissant un certain nombre de critères assez simples (comme ne pas rembourser le 1€ de reste à charge, etc), définis par décret.

III. Le projet de la Ministre

Fin juin 2014, la ministre a présenté le projet de décret d’application du PLFSS 2014. Le dossier de presse indique :

« Réguler les dépassements d’honoraires :

Désormais, les contrats responsables ne pourront prendre en charge les dépassements d’honoraires qu’à hauteur de 125%, puis de 100% en 2017, si le médecin n’a pas signé le contrat d’accès aux soins (CAS) instauré par l’avenant n°8 à la convention médicale conclu en octobre 2012, pour lequel il s’engage à modérer ses tarifs. La prise en charge demeurera en revanche illimitée si le médecin a conclu un CAS. »

Et en effet, le projet de décret envoyé à l’Unocam en septembre 2014 indique 2 choses importantes :

« 2° Dès lors que le contrat, le bulletin d’adhésion ou le règlement propose cette garantie, des dépassements tarifaires des médecins n’ayant pas adhéré au contrat d’accès aux soins prévu par la convention nationale mentionnée à l’article L.162-5, dans la double limite de 100 % du tarif de responsabilitéet du montant pris en charge pour les dépassements des médecins ayant adhéré au contrat d’accès aux soins minoré d’un montant égal à 20 % du tarif de responsabilité […]

« Cette garantie [d’optique] s’applique, s’agissant des lunettes, aux frais exposés pour l’acquisition d’un équipement composé de deux verres et d’une monture, par période de deux ans, sauf pour les mineurs ou en cas de renouvellement de l’équipement justifié par une évolution de la vue où il s’applique pour les frais exposés pour l’acquisition d’un équipement par période d’un an. »

Le projet de décret est là :

On se rend compte que le décret indique, en clair, que :

  1. le remboursement total (Sécurité sociale + complémentaire) d’un assuré allant voir un médecin spécialiste n’ayant pas signé de CAS (contrat d’accès aux soins) sera désormais limité à 46 €. Donc si vous voyez des médecins qui dépassent ce seuil et que vous êtes un salarié, remboursé au delà de celui-ci, eh bien très prochainement (comme votre médecin ne signera pas le CAS) votre mutuelle plafonnera votre remboursement (Sécurité sociale comprise) à 46 €, tout le reste sera pour votre pomme !
  2. cerise sur le gâteau, le remboursement des lunettes est limité pour les adultes sans changement de vue à une paire tous les 2 ans (tous les ans pour les enfants), mais ne tient pas compte des cas de casse. Si vous cassez vos lunettes dans les 2 ans suivant leur achat, ce sera aussi pour votre pomme à 100 % ! Idem si votre enfant casse les siennes dans l’année qui suit l’achat.

Sympa quoi… Et le plus drôle, c’est que ceci n’aura pas la moindre conséquence sur la Sécurité sociale et les déficits publics - vu qu’il s’agit d’un problème qui relève purement du secteur privé.

Si on discute parfois de la bonne limite entre la Sécu et les mutuelles, c’est ici une décision qui va diminuer les remboursements des mutuelles pour les transférer… aux ménages malades ! Bref, l’exact contraire de la protection sociale…

Alain Madelin en a rêvé (et encore…), Marisol Touraine va le faire !

Le cynisme n’a pas de limite : le dossier de presse de la ministre s’intitule : « GÉNÉRALISER L’ACCÈS A UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ DE QUALITÉ » – ce qui est étonnant puisqu’il vise donc à diminuer la couverture de la majorité des salariés qui en avaient une de bonne qualité… 

IV. Conséquences

Ce projet va induire de grosses difficultés d’accès aux soins, suivant les régions et spécialités. Par exemple, en Ile-de -France,  près de 70 % des gynécologues ou des pédiatres dépassent les 46 €…

Il est clair que la forte augmentation à venir des restes à charge risque de pousser de nombreux Français démunis à renoncer à certains soins et consultations, ce qui constitue un réel risque sanitaire.

Par exemple, un couple avec 2 enfants dans une zone avec dépassements serait frappé par un reste à charge annuel de plusieurs centaines d’euros s’il souhaitait maintenir les soins de sa famille à l’identique – ce qu’il ne pourra évidemment pas financer. En effet, avec simplement 1 consultation de gynécologue à 90 € et 3 de pédiatre à 65 €, on aurait déjà plus de 100 € de nouveau reste à charge annuel avec ce projet.

Pour donner une volumétrie, en se basant sur les chiffres du Crédoc, ce sont environ :

  • 500 000 contrats de mutuelle d’entreprise qu’il va falloir revoir à la baisse en 2015/2016,
  • 10 millions de salariés qui seront concernés par la baisse, dont 5 à 7 millions assez durement.

Mais le rapporteur socialiste du PLFSS disait bien l’année dernière :

“Si nous avons fixé un plafond à 100 %, c’est que nous souhaitons décrocher du taux de 150 %, qui constitue le seuil de l’abus, à partir duquel des sanctions sont possibles. L’idée qu’un contrat responsable pourrait aller jusqu’à 150 % (57,5 €) heurte les parlementaires de la majorité” (Source)

et un autre (Bapt) :

“Si on considère que le médecin est conventionné,un dépassement d’honoraires d’au-delà de 50 % du tarif opposable (34,5 €) pourrait être non remboursable par les assurances complémentaires.” (Source)

Les socialistes, une certaine idée de la protection sociale…

V. Les alertes

Elles n’ont pas manqué :

Les Institutions de Prévoyance ont indiqué :

“Le Centre technique des institutions de prévoyance (CTip) s’inquiète d’uneperte de pouvoir d’achat des salariés provoquée par les réformes en cours dans la protection sociale complémentaire.[...]

Jean-Louis Faure craint que les aspects «positifs» de la généralisation de la complémentaire santé soient «occultés par la fiscalisation de la part patronale des cotisations et l’instauration de plafonds de remboursement». Dire que les salariés bénéficient encore d’un avantage est une «escroquerie intellectuelle», car la prise en charge patronale d’une partie de la cotisation de complémentaire santé fait partie du salaire, a expliqué le délégué général du CTip. La suppression de l’exonération fiscale de l’abondement patronal aux contrats collectifs, prévue par la loi de finances pour 2014, pourrait coûter de 0,3 à 0,5 point de salaire en surcroît d’impôt sur le revenu, surtout aux cadres, estime le CTip. [...]

A cette charge fiscale s’ajoutera l’impact de la révision du cahier des charges des contrats responsables. Prévue par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014, elle doit faire l’objet d’un décret en Conseil d’Etat fixant des planchers et des plafonds de remboursement, en particulier pour les consultations de soins de ville et l’optique. « On est sur une approche exclusivement quantitative », a déploré le délégué général du CTip, qui doute de l’efficacité de ce dispositif pour réguler les tarifs de l’optique et les dépassements d’honoraires.”

Les Assureurs et Mutuelles d’Assurance ont indiqué :

“La France peut se prévaloir d’un des restes à charge les plus faibles parmi les pays développés (le second derrière les Pays-Bas). En d’autres termes, en France, les mécanismes de solidarité (prise en charge publique) et de mutualisation (remboursements par les organismes complémentaires) permettent de garantir un accès large à la santé.

Complémentaire, l’assurance santé n’en est pas moins devenue indispensable à une protection de qualité contre les conséquences financières des problèmes de santé.

Sur la base de ce constat, les pouvoirs publics ont souhaité généraliser la complémentaire santé, d’abord à tous les salariés, puis à l’ensemble de la population. Prolongeant cette volonté du Président de la République, une réforme du cahier des charges des contrats « responsables » (96% des contrats commercialisés) est en cours. Elle a pour objectif de limiter les remboursements proposés par les contrats complémentaires en optique et pour les consultations chez les généralistes ou les spécialistes.

Les membres du CORA ont relevé les risques attachés à ce projet. Leur crainte majeure : que ce plafonnement des remboursements par les organismes complémentaires n’incite pas les professionnels de santé à limiter leurs tarifs ou leurs honoraires et fasse augmenter le reste à charge des ménages. L’accès aux soins pour tous serait alors fragilisé par une réforme dont l’objectif est, au contraire, de lutter contre les dépassements pour limiter la part des dépenses de santé restant à la charge des Français, après les remboursements de l’assurance maladie et des complémentaires.”

Les courtiers des entreprises ont indiqué :

Mais à l’heure d’envoyer sa déclaration sur le revenu, les Français découvrent avec amertume que les effets secondaires de cette généralisation seront financièrement très douloureux, et créateurs d’une médecine à 2 vitesses.

La 1ere étape a été franchie avec un effet rétroactif au 1er janvier 2013 : la part patronale servant au financement du régime frais de santé est devenue fiscalisée.Une vraie punition pour les salariés et les partenaires sociaux qui avaient négocié des couvertures et des prises en charge de l’employeur. L’impact moyen a été évalué à une centaine d’euros d’impôt à payer en plus par an.

La 2eme étape se joue ces jours-ci au niveau gouvernemental à travers des décrets en cours de rédaction. Ces effets dévastateurs ne se feront sentir qu’après le 1er janvier 2015. A cette date, les complémentaires frais de santé se verraient contraintes d’appliquer des planchers minimum de garanties et des plafonds maximum de remboursement, créant ainsi un tunnel de soins dogmatique.

Résultat, les restes à charge des ménages augmenteront plus que significativement : Sur les bases d’une étude menée sur 1,1 million de personnes protégées, le plafonnement des dépassements des honoraires à 100 % BR entraînerait une hausse du reste à charge moyen très conséquente (x 2,9) avec de fortes disparités régionales et par spécialités (x 3,2 pour les spécialistes, et x 4,6 pour les neuropsychiatres). Pour l’optique, plus de 80 % des montures adultes sont vendues à un prix supérieur à celui prévu dans le projet de décret (100 €).

Ces mesures coercitives qui toucheraient aujourd’hui les honoraires et l’optique, et peut être demain le dentaire, ne rapporteront directement rien à la Sécurité sociale mais coûteront très cher aux assurés.Au-delà d’une atteinte étonnante et assez doctrinaire à la liberté de contractualiser, elle va obliger les employeurs et les partenaires sociaux ayant négocié par le passé une complémentaire santé de qualité, à en réduire drastiquement les garanties.

N.B. Vous noterez au passage un point dont je n’ai pas parlé. Si vous êtes un salarié protégé par une mutuelle d’entreprise,  les députés ont supprimé l’année dernière l’exonération fiscale sur les cotisations des employeurs. Résultat, vos impôts ont augmenté cette année de 50 à 200 € à cause de ceci (regardez, votre brut à déclarer aux impôts à nettement augmenté par rapport à l’année dernière, alors que, bizarrement, vous n’avez pas été augmenté de ce montant…)

P.S. : Rendons à César : merci à Eric Verhaeghe qui a signalé l’affaire sur son blog : Quand Marisol Touraine nuit gravement à la santé des femmes

P.P.S. : dernier point, pour les mauvais esprits, ce billet n’a pas pour but de “défendre les mutuelles”. En effet, leur interdire de rembourser des dépassements élevés (ce que veut Touraine) a pour elles exactement les mêmes effets qu’interdire simplement ces dépassements abusifs (dans le cadre d’une réforme globale) – ce qui est ma position… :)

VI. Action !

Comme certains me l’ont suggéré, voici quelques actions qui pourraient être efficaces. Si vous êtes choqués, vous pouvez vous plaindre à :

Arrivés à 500 mails, ils regarderont de plus près le sujet…

Diffusez aussi largement l’info…

117 réponses à [Hallucinant] Comment le gouvernement s’apprête à baisser la mutuelle santé de 10 millions de salariés (+ ACTION)

 

http://www.les-crises.fr/baisse-couverture-sante/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
21 octobre 2014 01:43
France: Les étranges filaments tombés du ciel angevin seraient dangereux pour la santé

Aucune explication

France: D'étranges filaments tombent du ciel angevin

 

 

Mardi, autour d'Angers, de grands fils blancs ont virevolté dans les airs. Des témoins en ont photographié. De quoi s'agit-il ? Le mystère reste entier. 

Elodie, qui habite Avrillé, n'avait jamais vu ça : « C'était comme une grosse toile d'araignée. » Mardi, en allant prendre le tram, elle a aperçu un étrange filament dans les airs. 

Stéphane Calmels-Beaulieux, responsable dans un magasin de bricolage de l'agglo angevine, en a également vu. Dans son jardin à Seiches-sur-le-Loir, dans des champs à Saint-Sylvain-d'Anjou ou encore Pellouailles-les-Vignes. Il les a traqués avec son appareil photo. « Tout l'après-midi, des filaments ont chuté », raconte-t-il. 


« Il n'y a eu aucun signalement », assure-t-on du côté de la gendarmerie.

 

Source

 

Voici une analysé inquiétante:

http://www.wikistrike.com/2014/10/france-d-etranges-filaments-tombent-du-ciel-angevin.html

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
21 octobre 2014 00:15
Fukushima : Niveau de contamination record des eaux souterraines après le passage des derniers typhons

Une catastrophe qui gonfle et que l'on cache

Fukushima : Niveau de contamination record des eaux

souterraines après le passage des derniers typhons

 

 

Selon l'agence de presse japonaise Jiji Press, le typhon qui s'est abattu sur le Japon la semaine dernière a provoqué une augmentation importante de la radioactivité des eaux autour de le centrale nucléaire ruinée de Fukushima.

Les niveaux de césium mesurés dans les puits techniques autour de la centrale atteignent jusqu'à 251 000 becquerels par litre, trois fois plus que les précédentes mesures, (25 000 fois plus que les limites de l'Organisation mondiale de la santé pour l'eau potable). 

Les niveaux de strontium ont également été multiplié par un facteur 3 (3,7 exactement), à 7,8 millions de becquerels par litre (26 millions de fois supérieur aux limites autorisées). Les niveaux de tritium ont été multplié par 10 soit 150 000 becquerels par litre.

Les travailleurs de Fukushima tentent de limiter le passage des eaux contaminées dans l'océan, une tâche rendue quasi impossible, étant donnée les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la centrale. La communication officielle fait état de l'impossibilté de faire plus que ce qui a été fait jusque maintenant, et d'un impact sur la contamination du Pacifique pour le moment inconnu. Pendant plus de deux ans après la catastrophe  Tepco, l'opérateur de la centrale, avait nié toute fuite d'eaux contaminées dans l'océan, contre toute évidence.

Inquiétudes américaine

Deux modèles mathématiques  de la dispersion des radionucléides dans l'océan, ont calculé un pic de contamination autour de 2016 le long des côtes américaines et canadienne,s bien que leurs résultats divergent d'un facteur 10.

Le site participatif américain How radioactive our our ocean, publie des mesures de la radioactivité des eaux sur les côtes américaines, mesures qui ne dépassent pas la normale pour le moment. Reste que les poissons et les mollusques peuvent concentrer les radionucléides à des taux des centaines de fois supérieurs à celui des eaux environnantes et certaines espèces, comme le thon, peuvent traverser le Pacifique.

inquiétudes Japonaises

Il n'est pas impossible que la contamination des aquifères au-dessous de la centrale de Fukushima Daïchi puisse gagner l'aquifère de Tokyo qui lui est connecté (3). Et ce d'autant plus que les efforts pour stocker des centaines de milliers de tonnes d'eau contaminée sur le site, dans des réservoirs de fortune, pourraient être anéantis par un nouveau tremblement de terre (ibid). 

1) Japanese Nuclear Plant May Have Been Leaking for Two Years. New York Times. 
2) Fukushima's Radioactive Ocean Plume to Reach US Waters by 2014. Article publié par LiveScience.
3) Interview de Michael Friedlander, Ingenieur nucléaire. Bloomberg.

Source © ddmag

http://www.wikistrike.com/2014/10/fukushima-niveau-de-contamination-record-des-eaux-souterraines-apres-le-passage-des-derniers-typhons.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
18 octobre 2014 01:22
Le mystérieux code du Georgia Guide Stone décrypté ?

Le code, une date ?


Le mystérieux code du Georgia Guide Stone décrypté ?

 

Le monument reste hermétique à chacun, son mystère s'épaississant avec l'apparition d'un nouveau cube sur lequel apparaît 20 14. Mais alors que l'on se croyait face à ces seuls chiffres, un homme chargé de la maintenance à découvert qu'au derrière, le cube révélait la suite du message. Le code est donc MM 16 20 14 8 JAM. Que cela signifie-t-il ?

Nous n'allons pas tergiverser et vous offrir un début de réponse. Le code pourrait bien être une nouvelle date, cette-ci étant pour le moins intrigante.

 

Tout se passe dans le temps:

 

MM = 2 000 en latin

16= 16 ans

 

Nous sommes en 2016. A cela rajouter 20 mois

 

20= 20 mois

 

Nous sommes en août 2017

 

14= 14 jours

 

Nous sommes le 14 septembre 2017

 

8= 8 heures

 

Nous sommes le 15 septembre à 08h00

 

Quant au JAM en latin, cela signifie "et maintenant", en d'autre terme, "jour J"  

 

Le 15 septembre 2017 sera le jour J

 

Le 15 septembre est une date d'importance, pourquoi ?

-En 2008, ce fut le le jour de la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers qui a engendré la crise que nous connaissons.

-En 1997, ce fut aussi le jour de la création du nom de domaine de Google, société mondialiste par excellence.

-C'est également la fête à Roland qui vient du nom de personne germanique Hrodland, composé de hrod-qui signifie « gloire » et de -land qui signifie « territoire »

 

-Le 15/09, c'est aussi la journée internationale de la Démocratie et la journée mondiale de l'instruction

 

Que peut-il se passer ce 15 septembre 2017 à 8 heures

 

Le momument parle d'une réduction de la population mondiale à

500000 terriens, et évidemment, pour éliminer autant de monde, il n'y a

pas 36 solutions: Une épidémie,une guerre, ou les deux.


Pour conclure, parce que le monument est protégé par les autorités

américaines, l'humanité a vraiment de quoi s'inquiéter.


Tout est prévu, le calendrier du Georgia guide stone en atteste. Tenez-vous

prêts.

 

Alexander Doyle pour WikiStrike

R+C

http://www.wikistrike.com/2014/10/le-mysterieux-code-du-georgia-guide-stone-dechiffre.html

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
18 octobre 2014 00:26
Alerte sur l'eau potable à Paris, en cause, le gaz de schiste

 

 

L'eau de Paris en grand danger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alerte sur l'eau potable à Paris, en cause, le gaz de schiste

 

Célia Blauel, Présidente d'Eau de Paris, demande le retrait du projet de recherche d'hydrocarbures sur les aires d'alimentation de captage d'eau potable gérées par la régie municipale de la ville de Paris. 

Dans son communiqué l'opérateur public en charge de la production et de la distribution de l'eau dans Paris fait référence aux "gaz de schiste".

Dans le cadre de la consultation publique ouverte le 19 septembre 2014 par le Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les demandes de permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux dit permis de « Cezy » et de « Dicy », Eau de Paris alerte les citoyens sur les risques majeurs de contamination des eaux que représente l'octroi de ces permis et en particulier s'oppose au gaz de schiste.

Et vous qui pensiez benoîtement que la loi Jacob de 2011 interdisant la fracturation hydraulique protégeait des risques environnementaux liés à l'exploitation des gaz de schiste...

[...]

La réalisation du projet de forage comme celui proposé par la société Bluebach Ressources, qui fait l'objet de cette consultation, aurait des effets désastreux sur la qualité de la ressource en eau indique l'opérateur public. Le territoire visé est en effet un territoire stratégique pour Eau de Paris. Une partie des captages a été classée prioritaire au titre du Grenelle de l'environnement et des actions innovantes, comme le développement de l'agriculture biologique, y sont menées pour protéger durablement la ressource.

Pour Célia Blauel, "la responsabilité d'Eau de Paris est d'assurer un approvisionnement en eau potable de qualité à tous les Parisiens. C'est pourquoi je demande expressément à la Ministre de l'Ecologie, du Développement Durable et de l'Energie le retrait immédiat de ce projet et qu'aucune autorisation de travaux ne puisse être délivrée à l'avenir sur les aires d'alimentation de captage d'eau potable". 


Source © dd magazine


Gaz de schiste : une douzaine de permis dans les tuyaux du ministère

La ministre de l’Ecologie annonce qu’il n’y aura pas d’exploitation de gaz de schiste. Dans le même temps, une douzaine de permis de recherche sont dans les tuyaux du ministère. Pour les opposants, il est temps que Mme Royal et le gouvernement confirment le maintien du refus de l’exploration.

...

Des permis d’exploration en préparation

Le site du ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie (Medde) s’est en effet enrichi depuis le 19 septembre d’une douzaine de consultations publiques concernant l’attribution imminente de nouveaux permis d’exploration* situés dans l’Aisne, les Bouches-du-Rhône, Le Loiret, Les Landes, la Marne, la Meurthe-et-Moselle, le Vaucluse ou encore l’Yonne.

Les projets d’arrêtés ministériels sont prêts à être signés par les deux ministres en charge de l’énergie, Ségolène Royal et le Ministre de l’Economie Emmanuel Macron comme l’attestent des documents disponibles en ligne sur le site du Medde, et « ce bien qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur le fait que les nouveaux permis proposés ont tous pour objectif des hydrocarbures non conventionnels », dénonce Isabelle Lévy, porte-parole du Collectif du Pays Fertois.


- Le Ministre de l’Economie Emmanuel Macron -

Pour les permis de Gastins (Seine-et-Marne), de Dicy (Aisne), et de Montmort (Marne), il est explicitement fait mention du gaz de schiste et de la fracturation hydraulique dans la notice d’impact mise à disposition du public en téléchargement et pour les autres permis, indique-t-elle, on trouve ces informations dans les documents envoyés aux actionnaires.

Royal doit accorder ses paroles et ses actes

Les collectifs refusant l’exploration et l’exploitation des gaz et pétrole de schiste ont relevé la déclaration de Ségolène Royal, dimanche 28 septembre, sur Europe 1. « Nous avons entendu que, tant qu’elle serait ministre, il n’y aurait pas d’exploitation du gaz de schiste. C’est bien le minimum qu’on puisse attendre de la Ministre qui vient de proposer une loi sur la Transition Energétique », ironise Isabelle Lévy.

Mais les collectifs lui demandent d’être cohérente : « S’engager à ne pas signer un permis, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant ! Tous les permis dont l’attribution est imminente font référence aux hydrocarbures non conventionnels, ils doivent donc tous être refusés », juge Claude Taton, du Collectif Bastagaz du Gard. Ce Collectif s’est exprimé sur l’attitude de Ségolène Royal fin septembre 2014 dans un entretien donné à Télé Languedoc.

Certes les entreprises ayant déposé des demandes de permis en 2009 et 2010 (Vermilion, SanLeon, Bluebach, Gas2Grid...) ont signé, depuis la loi Jacob de juillet 2011, un document par lequel elles s’engagent à respecter la loi en ne procédant pas à des fracturations hydrauliques. « Le moins qu’on puisse attendre d’une entreprise opérant sur le sol français, c’est qu’elle respecte la loi ! Mais qui peut croire que les objectifs géologiques puissent changer en quelques mois ? », interroge-t-elle.

...

La Ministre doit refuser de signer toute prolongation

Toutes ces raisons ont amené les collectifs "Non au pétrole et au gaz de schiste" à rédiger une lettre ouverte à Ségolène Royal, dans laquelle ils lui demandent « bien sûr de n’autoriser aucun nouveau permis de recherche mais aussi de refuser de prolonger ou de procéder à la mutation des permis existants », indique Isabelle Lévy. [« mutation » est le terme légal pour signifier un transfert de titularité d’un permis de recherche d’hydrocarbure.]


Source © PHILIPPE DESFILHES (REPORTERRE)

 

lu sur : http://www.wikistrike.com/2014/10/alerte-sur-l-eau-potable-a-paris-en-cause-le-gaz-de-schiste.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
15 octobre 2014 00:45
Les attaques à l’anthrax en 2001 : une conspiration interne aux USA

Made in USA

Les attaques à l’anthrax en 2001 : une conspiration

interne aux USA

 

 Voici un livre paru en  et qui ne sera sans doute jamais traduit ni publié en , faute d’éditeur intéressé. Pourtant, il nous dévoile, preuves à l’appui, que les fameuses attaques à l’anthrax d’octobre 2001 ne sont qu’une gigantesque manipulation, étroitement liée aux attentats du 11-Septembre, et qu’elles ont probablement été menées par le même groupe de personnes au sein même de l’administration Bush. Leur but : faire porter le chapeau aux extrémistes islamiques, faire passer les lois liberticides , lancer les guerres d’ en Afghanistan et en  et plus généralement la “ au ”. Objectifs tous atteints, comme nous le voyons 13 ans après.


macqueen-coverSYNOPSIS

Les attaques aux lettres empoisonnées à l’anthrax en 2001 aux États-Unis ont tué cinq personnes et en ont blessé des dizaines d’autres. Elles ont rapidement été imputées aux extrémistes islamiques et à ceux qui les soutiennent, et ont servi de prétexte pour les guerres d’invasion en Afghanistan et en Irak.

Elles ont également été utilisées pour justifier et accélérer le vote des lois USA PATRIOT Act, qui ont été présentées au Congrès alors que la première victime de l’anthrax tombait gravement malade.

En octobre 2001, l’une des hypothèses qui gagnaient du terrain était celle du “double coupable”, à savoir qu’al-Qaïda avait perpétré ces attaques avec le soutien de l’Irak. De nombreuses preuves furent avancées pour corroborer cette hypothèse du double coupable, mais des chercheurs indépendants ont très vite découvert que ces spores d’anthrax provenaient non pas d’al-Qaïda ou d’Irak, mais d’un laboratoire situé aux USA et travaillant pour l’armée et les  US.

Le FBI a alors déclaré avoir identifié le responsable des attaques et a clamé haut et fort qu’il s’agissait d’un « loup solitaire ». En 2008, le Bureau a désigné le Dr. Bruce Ivins de l’Institut médical des maladies infectieuses de l’armée US comme le « tueur à l’anthrax ». Même si le FBI reste toujours accroché à ce scénario « Ivins », cette hypothèse a rapidement été démontée au cours de ces trois dernières années. Elle est aujourd’hui traitée avec mépris non seulement par les scientifiques qui travaillaient avec Ivins, mais aussi et surtout par de nombreux journalistes et sénateurs américains.

Mais cela soulève la question : si Ivins n’a pas commis ce crime, alors qui l’a fait ?

Ce livre nous présente les éléments factuels qui montrent que :

  1. Les attaques à l’anthrax ont été menées par un groupe de personnes, et non par un « loup solitaire ». Elles sont, par conséquent, le fruit d’une conspiration, au sens où il s’agit d’un plan mené par au moins deux personnes, en secret, et dans un but illégal ou immoral.
  2. Le groupe qui a perpétré ce crime est constitué, pour la plupart, de personnes infiltrées au sein même de l’appareil d’État américain.
  3. Ces infiltrés sont les mêmes que ceux qui ont planifié les attentats  du 11-Septembre.
  4. Les attaques à l’anthrax avaient pour but de faciliter une prise de pouvoir par une branche exécutive du gouvernement, en utilisant l’arme de l’intimidation contre le Congrès et la société civile américaine.

Elles avaient également pour objectif de provoquer l’assentiment et le soutien du public pour le revirement de la politique étrangère américaine, en remplaçant la Guerre froide par un nouvel ensemble global de guerres d’agression, la “guerre au terrorisme”.

L’escroquerie de l’anthrax en 2001

Une affaire de conspiration interne aux USA
par Graeme MacQueen

Voir également la vidéo en anglais publié par Global Research sur GRTV en décembre 2012 :

mcqueen

9/11 Revisited: Seeking the Truth Regarding the Anthrax Attacks

Graeme McQueen est titulaire d’un PhD en Études bouddhiques à l’Université de Harvard et a enseigné pendant 30 ans au Département des Études de la religion à l’Université McMaster, où il a fondé et est devenu le Directeur du Centre d’Études pour la Paix, après quoi il a développé le programme d’Études pour la Paix et a supervisé le développement des projets en faveur de la paix au Sri Lanka, à , en Croatie et en Afghanistan. Graeme fut l’un des membres du Comité d’organisation des « Auditions de Toronto » qui se sont tenues en 2011 lors de la commémoration des 10 ans des attentats du 11/9, et il est coéditeur du Journal of 9/11 Studies.

Il est actuellement membre du 9/11 Consensus Panel, un groupe de 24 personnalités de différents pays qui à ce jour a produit, à l’aide d’une méthode rigoureuse utilisée dans le domaine médical, 44 Points de Consensus (intégralement traduits en français) réfutant point par point les affirmations officielles sur les attentats du 11-Septembre.

http://www.mondialisation.ca/les-attaques-a-lanthrax-en-2001-une-conspiration-interne-aux-usa/5406811

http://www.wikistrike.com/2014/10/les-attaques-a-l-anthrax-en-2001-une-conspiration-interne-aux-usa.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
14 octobre 2014 01:30
Potager : en un siècle, 75 % de la diversité génétique a disparu

 

 

 

Pour chaque espèce de fruits et légumes, des centaines de variétés ont disparu en l’espace d’un siècle.

 

Données issues de National Center for Genetic Resources Preservation

Potager : en un siècle, 75 % de la diversité génétique a disparu  

 

Grainothèques et bourses aux semences permettent aux particuliers de se réapproprier leur patrimoine. En un siècle, 75 % de la diversité génétique cultivée a disparu.

 

emences à partager. Prenez et déposez librement les graines qui vous plaisent ». C’est en ces mots que s’annonce l’intention de la boîte en carton déposée à proximité d’ouvrages de jardinage de la bibliothèque de Waimes. « Les graines contiennent de l’information, ouvrent à la réflexion, se partagent comme un livre ou une photo et passent de main en main. Elles ont dès lors toute leur place au milieu des livres », explique Roseline Lemaire, responsable de l’établissement qui se veut en transition. Cette initiative d’emprunt gratuit de graines en tout genre vient de France, où en moins d’une année, elle a conquis 60 bibliothèques municipales. Chez nous, Uccle se lance également dans l’aventure.

Pourquoi inciter les particuliers à troquer les graines qu’ils cultivent dans leur jardin ? La réponse vient tout droit de Sébastien Wittevert, le fondateur de l’initiative, ancien cadre en finances de marché reconverti dans le maraîchage,« pour nous interroger sur notre héritage semencier en péril et défendre la biodiversité ». L’érosion de cette dernière est majeure. Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), en un siècle, l’humanité aurait perdu 75 % de la diversité génétique cultivée. « En moins de 100 ans, 95 % des variétés de choux, 91 % de variétés de maïs, 94 % de variétés de pois et 81 % de variétés de tomates ont disparu aux Etats-Unis », explique Dr Stephen Kampelmann, économiste à l’ULB et au Centre d’écologie urbaine.

En outre « 75 % de l’alimentation mondiale est générée par seulement 12 plantes et 5 espèces animales. Près de 60 % des calories et protéines végétales consommées par l’humanité ne proviennent que de 3 céréales : le riz, le maïs et le blé ». Et d’ajouter, « depuis quelques années, on assiste à une terrible standardisation génétique des plantes ». Les légumes produits dans l’Union européenne seraient issus à plus de 70 % de semences hybrides, « rendant les producteurs très dépendants des multinationales agroalimentaires. »

Qu’en est-il pour le jardinier amateur ?

S’il veut acheter des graines, il peut se rendre en grandes surfaces, où les semences vendues, pour la plupart hybrides, sont standardisées par ces mêmes multinationales.

Inutile dès lors de collecter en fin de saison les précieux grains sur des légumes laissés en fleurs : nombreux seront stériles ou de basse qualité. Si le jardinier souhaite néanmoins avoir l’opportunité de perpétuer la variété par ses soins, une autre solution consiste à s’approvisionner auprès d’organismes comme Kokopelli ou Semailles. Leur particularité est de vendre des semences paysannes fertiles. La plupart d’entre elles mènent à des légumes quelquefois biscornus. Or, l’Union européenne prône l’homogénéité des fruits et légumes pour en faciliter la culture, le transport et le conditionnement. En effet, un poivron acheté dans un hypermarché à Bruxelles est le parfait sosie d’un autre qui l’est à Berlin. En l’absence de cette homogénéité, et malgré d’autres qualités comme la résistance naturelle aux nuisibles locaux, les variétés du terroir s’en trouvent tenues à l’écart du grand livre des semences autorisées à la commercialisation par l’Union européenne (il s’agit du Catalogue officiel des espèces et variétés).« Les graines que l’on vend sont illicites. Cela n’empêche, elles rencontrent un beau succès auprès des particuliers qui, soucieux de préserver la biodiversité du terroir, désirent rester maîtres des semences en les cultivant par eux-mêmes »explique Isabelle Chapelle, directrice de l’antenne belge de Kokopelli.

Le commerce des semences paysannes non enregistrées est donc illégal, mais en l’absence de transaction financière, le troc a encore de beaux jours devant lui. C’est la raison de l’instauration des grainothèques, mais également des bourses aux graines. Une action d’envergure est prévue le 11 octobre, durant le Zaden festival. Swen Ore, du Centre d’écologie urbaine explique qu’« à Bruxelles, Londres, Amsterdam, Varsovie et Athènes vont se tenir en parallèle des débats et des conférences ainsi que d’immenses bourses aux graines permettant de se réapproprier son patrimoine. »

 

Source

http://www.wikistrike.com/2014/10/potager-en-un-siecle-75-de-la-diversite-genetique-a-disparu.html

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
14 octobre 2014 00:43

ebola-vent-de-panique.jpg

 

(par Maurice D.).minurne.fr/

Habituellement, c'était la panique qui prévalait chez les autorités, que ce soit pour la vache folle, H1N1, la grippe aviaire ou toute autre épidémie.

Les autorités invoquaient les esprits, sacrifiaient des centaines de milliers d'animaux pour rien, achetaient des millions de vaccins inutiles, consultaient des gourous et des voyantes, imposaient des mesures de sécurité ineptes et inadaptées... 
L'épidémie s'éteignait d'elle-même et tout le monde soupirait "on l'a échappé belle".

Avec le virus Ébola, c'est différent. Restez calmes, nous dit-on, pas de panique surtout, il ne se passera rien, nous maitrisons la situation, la France n'a-t-elle pas la meilleure médecine du monde ? (1)

Un institut d'épidémiologie américain, a classé la France deuxième pays parmi les plus exposés au risque de contamination en raison de l'importance des flux de voyageurs entre l'Afrique de l'Ouest et l'hexagone et de l'immigration incontrôlée de clandestins en provenance d'Afrique ? Mais quels crétins ces amerloques ! Nous avons la meilleure ministre de la Santé du monde, ne le savent-ils donc pas ? Et nous avons dix chambres de un lit équipées pour faire face au cas, tout à fait improbable, d'une épidémie. Dormons en paix !

Le 5 août dernier, je citais Médecins sans frontières (MSF) : "Le virus Ebola est désormais «  hors de contrôle en Afrique de l’ouest ». Cette épidémie « est d’une ampleur sans précédent de par sa répartition géographique, de par le nombre de cas et le nombre de victimes », a alerté l’ONG. « Avec l’apparition de nouveaux foyers en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, le risque d’une propagation à d’autres zones est aujourd’hui réel », a averti le docteur Bart Janssens, directeur des opérations de MSF".

Le 5 août dernier, le bilan était de 450 morts. Où en est-on deux mois plus tard ?

"L'épidémie de fièvre Ebola qui s'est déclarée en mars en Afrique de l'Ouest a fait 4.033 morts sur 8.399 cas recensés dans sept pays", rapporte aujourd'hui l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le bilan a été dressé le 8 octobre. Soit 450 morts les six premiers mois, neuf fois plus les deux mois suivants. À ce rythme de progression, on sera à 25 ou 30 000 morts à la fin de l'année si rien n'est fait pour freiner et arrêter l'épidémie. 

De plus, une épidémie de fièvre Ebola distincte (maladie de Marburg) est apparue et a déjà fait 43 morts sur 71 cas en République démocratique du Congo.

Il y a déjà eu plusieurs alertes en France, encore à Cergy-Pontoise hier matin, mais elles se sont révélées fausses. C'est tant mieux, car les réactions de peur qui se sont manifestées en ces occasions montrent ce qu'il en sera lorsqu'un vrai cas d'infection sera constaté : ce sera la panique dans toute la région. 
Avoir peur d'un virus mortel à plus de 50 % est très compréhensible, mais nos craintes sont-elles fondées ? Là est la question.

Car c'est déjà la panique chez nos autorités qui se traduit par une hyper-agitation : "les mesures de contrôle dans les aéroports vont être renforcées", intervention du Premier ministre en personne pour calmer les esprits, etc.

Nous savons que l'épidémie est d'une ampleur exceptionnelle en Afrique, mais aussi que les précédentes se sont arrêtées d'elles-mêmes en quelques mois. La nouveauté, est que plusieurs cas ont démontré la capacité du virus à s’exporter en dehors du continent africain, ce qui est loin d’être rassurant. Nous savons aussi qu'il peut muter rapidement et que la guérison du malade ne signifie pas qu'il n'est plus porteur du virus, depuis que des cas de contamination ont été constatés dans des couples jusqu'à 70 jours après la guérison, probablement à l'occasion d'un rapport sexuel.

Ces apparitions du virus en dehors de l’Afrique font aujourd’hui redouter une catastrophe à l'échelle mondiale. "Des chercheurs britanniques estiment désormais à 75% le risque de voir le virus de la fièvre Ebola atteindre la France d’ici vingt jours" mais restons prudent quand à ces affirmations, car la vérité est que les chercheurs et les épidémiologues ne savent pas grand-chose d'Ebola.

Des professionnels de santé disent que la peur vient de l'ignorance et qu'une hygiène stricte suffit à éviter la contamination, mais en même temps on nous dit que non seulement le contact direct avec des liquides corporels du malade est dangereux, mais aussi un éternuement à courte distance qui projette des micro gouttelettes de mucus et de salive dans l'atmosphère proche.

Dans les clubs de foot où l'on trouve un grand nombre d'Africains, c'est la panique, et la peur monte aussi dans les écoles où des enfants reviennent de vacances en Afrique.

Nos gouvernants ont depuis deux ans et demi tellement montré leur  incompétence et leur amateurisme, nous ont tellement souvent menti  et se montrent si incapables d'accorder leurs violons, que nous avons là de quoi être vraiment inquiets.

Ce que nous pouvons faire de mieux, c'est de vous informer  sur les symptômes tels que donnés sur le site Calédosphère : 

Microsoft WordSchermSnapz001.png

Ebola en 4 points importants:
- Le virus Ebola appartient à la famille des filovirus. Filo, simplement car il ressemble à un fil microscopique. Le virus Ebola est l’un des plus meurtriers de la planète, dans le classement des agents biologiques pathogènes, il est de niveau 4.
- Le virus Ebola envahit le sang et les cellules de la personne infectée. La progression de la maladie atteint généralement le fonctionnement des organes vitaux, en particulier les reins et le foie et provoque des hémorragies internes importantes. La mort peut survenir, peu de temps après les premiers symptômes, par défaillance de nombreux organes et choc cardio-respiratoire.
- La transmission d’homme à homme se produit par contact avec du sang, des sécrétions (éternuements), des liquides biologiques (salive, sang, urine, selles, vomissements, sperme, sueur), de personnes infectées ou par l’intermédiaire d’environnements contaminés.
- Aujourd’hui, il n’existe ni vaccin, ni médicaments certifiés pour lutter contre le virus Ebola. Les malades reçoivent des soins intensifs de soutien traitant les symptômes et les infections secondaires. Très souvent déshydratés ils sont mis sous perfusion ou réhydratés par voie orale avec des solutions d’électrolytes.

 

Bref, les soins consistent en :

  • Isolement du malade pour éviter la contagion
  • Rehydratation
  • Traitements pour les effets secondaires (diurétiques, anti-diarrhéiques, anti-inflamatoires…)
  • Hygiène stricte, l'eau de javel étant, faut-il le rappeler, un excellent produit de désinfection.


On comprend la nécessité de l'isolement, mais si vraiment, comme on nous l'affirme pour nous rassurer, la contagion ne se fait que par contact avec le malade ou un fluide issu du malade, on se demande à quoi servent les combinaisons d'extra-terrestres des soignants et, surtout, les systèmes mis en place dans les chambres pour éviter que l'air expiré par le malade n'en sorte. Il y a une contradiction flagrante.

Le président de l'académie des Sciences d'outre-mer, Pierre Saliou, un grand spécialise des maladies infectieuses comme Ebola n'est pas très rassurant : "La courbe des malades est ascensionnelle et personne ne sait comment va évoluer l'épidémie". C'est inquiétant.

Mais Marisol de Menthon (alias Marisol Touraine) qui est ministre de la Santé, ce qui est tout de même (il faut le dire !) un grade nettement plus élevé donc garant de plus de compétence que professeur de faculté, nous affirme que tout va bien, qu'elle contrôle parfaitement la situation.

 

Unknown.jpeg

Non seulement elle n'est pas sans-dents, mais elle a les dents du bonheur.
"J'assure", affirme-t-elle, êtes-vous rassurés ?

 

Maurice D. 

  

(1) La France a aussi, rappelons le, le meilleur système de santé du monde, la meilleure éducation nationale du monde, le meilleur modèle social du monde... que le monde entier nous envie. Et ne vous avisez pas d'évoquer les entrepreneurs qui émigrent, les jeunes diplômés et les chercheurs qui s'expatrient, les retraités qui se mettent à l'abri au Portugal, les juifs qui partent en Israël, on vous rétorquera que le solde migratoire est malgré tout positif. 
Ce qui est vrai. Aussi vrai que le taux de natalité est élevé... On sait pourquoi... Le grand remplacement est en marche et le gouvernement semble parfaitement s'en accomoder... (ndlr)

 

http://www.minurne.fr/ebola-debut-de-panique-par-maurice-d?&trck=nl-889615-1079380-88aKo

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
12 octobre 2014 01:52

Violations des droits de l'homme : le WWF complice

Les Baka au sud-est du Cameroun sont victimes de graves abus aux mains des équipes anti-braconnage© Selcen Kucukustel/Atlas soutenues et financées par le WWF

Violations des droits de l'homme : le WWF complice

 

Survival International, le mouvement mondial pour les droits des peuples indigènes, a révélé que de graves abus étaient commis à l'encontre des Pygmées baka du sud-est du Cameroun, aux mains des brigades anti-braconnage soutenues et financées par le Fonds mondial pour la nature (WWF). 

Les Baka sont illégalement expulsés de leurs terres ancestrales au nom de la conservation, la plus grande partie de leur territoire étant transformée en 
« zones protégées » - dont des zones de chasse au trophée. 

Plutôt que de s'en prendre aux puissants individus qui se cachent derrière ce braconnage organisé, les gardes forestiers et les soldats poursuivent les Baka qui pratiquent 
une chasse de subsistance. 

Regardez une vidéo (nde : en bas de page) des Baka qui racontent les abus dont ils sont victimes aux mains des équipes anti-braconnage soutenues et financées par le WWF

Les 
Baka et leurs voisins accusés de braconnage risquent la détention, les coups et la torture. Ils font état de nombreux morts parmi eux suite à ces expéditions punitives. 

Le ministère camerounais des Forêts et de la Faune, qui emploie les gardes forestiers, est financé par le 
WWF qui apporte également à ces derniers une assistance technique, logistique et matérielle. Sans son soutien, les brigades anti-braconnage ne pourraient pas agir. 

Les 
normes fixées par les Nations-Unies requièrent que le WWF prévienne ou atténue « les effets négatifs sur les droits de l'homme directement liés à ses opérations » même s'il n'y a pas contribué, or le géant de l'industrie de la conservation semble réticent à les mettre en pratique. Bien qu'il ait été prouvé que les brigades anti-braconnage ont bel et bien violé les droits des Baka, le WWF continue de leur apporter son soutien. 

Suite à la perte de leur territoire et de leurs ressources, on constate 
un déclin de l'état de santé des Baka et une augmentation des maladies telles que paludisme et sida. Ils craignent de pénétrer dans la forêt qui leur a apporté tout ce dont ils ont besoin durant d'innombrables générations. 

 
© Survival International
Les Baka craignent de s'aventurer dans la forêt, laquelle leur apporte tout ce dont ils ont besoin.
Un Baka a confié à Survival « La forêt appartenait aux Baka mais ce n'est plus le cas. Nous circulions dans la forêt au gré des saisons mais maintenant nous avons peur de le faire. Pourquoi ont-ils le droit de nous interdire de pénétrer dans la forêt? Nous ne savons pas vivre autrement. Ils nous battent, nous tuent et nous obligent à fuir et à nous réfugier au Congo ». 

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd'hui : 
« Les peuples indigènes sont les meilleurs défenseurs de l'environnement et les meilleurs gardiens du monde naturel. Ils connaissent mieux que quiconque leurs terres et tout ce qui s'y rapporte. Un idée équitable et irréprochable de la conservation va de pair avec le respect du droit international relatif aux peuples indigènes, particulièrement leurs droits territoriaux.
Les organisations telles que le WWF devraient être à leur écoute, leur apporter l'aide dont ils ont besoin concernant la protection de leurs terres et les soutenir autant que possible. Il est urgent de repenser la notion de "conservation". » 
Vidéo : 

 

 

http://www.wikistrike.com/2014/10/violations-des-droits-de-l-homme-le-wwf-complice.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
12 octobre 2014 00:33
Vaccins : L’Inde poursuit la Fondation Bill et Mélinda Gates pour avoir testé sans leur consentement des vaccins sur des enfants

Edifiant

 

Vaccins : L’Inde poursuit la Fondation Bill et Mélinda Gates pour avoir testé sans leur consentement des vaccins sur des enfants ( lls auraient provoqué 10 000 décès liés à la vaccination rien qu’au Pakistan) !

 

Décidément, le nom de GATES et de leur fondation ressort beaucoup en ce moment, notamment quant au EBOLA dont on a déjà parlé :

 

caricature-h1n1Lisez c’est édifiant , ils ont forcé des enfants à se faire vacciner, initié et diffusé des programmes de vaccination « préventifs » nocifs voir mortels, testé des vaccins sur les populations locales, notamment les enfants, et beaucoup en sont morts ou sont tombés malades… en Inde , Afrique etc …

 

Alors, théorie du  ?

Ça provient d’un rapport de quatre pages qui a été récemment publié par the Economic Times en Inde (et aussi d’autres rapports, dont officiels) … c’est du sérieux !

Ah le gentil Bill GATES qui met ses dizaines de milliards de $ pour sauver les enfants d’Afrique (déjà il ne dépense que les intérêts de sa fortune …) , n’est qu’un mythe, pire, c’est un mensonge éhonté !  

 C’est tout le contraire en fait , ils répandent la mort chez les enfants pauvres, et on a des sources indéniables .

Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance

Bill Gates face à un procès pour avoir testé sans consentement le vaccin sur des enfants en Inde; il semble que ses crimes contre l’humanité l’ont finalement rattrapé.

Un récent rapport publié par Health Impact News a indiqué que la Fondation Gates s’est trouvée face à un procès en cours, en raison d’une enquête qui est menée par la Cour suprême de l’Inde.

Health Impact News a déclaré: 

« Bien que la fraude et la  sont révélées sur une base quasi quotidienne maintenant dans l’industrie du vaccin, les grands médias US continuent d’ignorer largement ces histoires hors des États-Unis, cependant, les empires de la  vaccination commencent à s’effriter, tout comme les informations provenant des versions anglaises des médias grand public qui sont disponibles sur Internet. 

Un de ces pays est l’Inde, où la Fondation Bill & Melinda Gates et leur empire de vaccins sont sous les feux des projecteurs, une instance contre eux est actuellement en cours d’étude par la Cour suprême de l’Inde « . [1]  L’article de Health Impact News est centré en grande partie sur un rapport de quatre pages qui a été récemment publié par the Economic Times en Inde. 

Désireux d’en savoir plus, j’ai étudié leur histoire et découvert que l’Organisation mondiale de la Santé, la Fondation Gates et deux organismes financés par eux, le PATH (Programme for Appropriate Technology in Health) et l’Alliance GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination), se sont retrouvés sous les feux des projecteurs après une pétition à l’origine soumise à la Cour suprême de l’Inde, par Kalpana Mehta, Nalini Bhanot et le Dr Rukmini Rao en 2012, qui  a finalement été entendue par les tribunaux..

Les pétitionnaires ont déclaré:

« BMGF, PATH et l’OMS ont été criminellement négligents sur des expérimentations de vaccins et leurs effets secondaires , sur une  vulnérable, sans instruction et sous-informée  dont les administrateurs scolaires , les étudiants et leurs parents n’ont pas été informés et ont donné leur consentement sans être éclairés ou conseillés sur les effets indésirables potentiels ou qui doivent être surveillés. » [2]   

Les jeunes filles testées avec des vaccins HPV

L’ Economic Times of India a publié son rapport en Août 2014 Ils ont déclaré que, en 2009, des tests ont été effectués sur 16 000 enfants des écoles de  l’Andhra Pradesh, en Inde, en utilisant le vaccin papillomavirus humain (HPV), le Gardasil.

Selon le rapport rédigé par KP Narayana Kumar, dans le mois de la réception du vaccin, de nombreux enfants sont tombés malades et, en 2010, cinq d’entre eux étaient morts. Deux autres enfants auraient trouvé la mort dans Vadodara, Gujarat, où l’on estime a 14.000 les enfants des tribus  locales qui ont été vaccinés avec une autre marque du vaccin contre le VPH, Cervarix, fabriqué par GlaxoSmitheKline (GSK).

Ce qui est est choquant, c’est que le rapport indique que la plupart des formulaires de consentement utilisés pour vacciner les jeunes filles ont été signés «illégalement», soit par les gardiens des auberges où beaucoup de filles résidaient, ou en utilisant les empreintes digitales de parents analphabètes.

Cette parodie n’a pas été découverte jusqu’à ce qu’une équipe de militants de la santé de l’organisation non gouvernementale SAMA, une organisation spécialisée dans la santé des femmes, a décidé d’enquêter sur ce qui s’était passé.

Selon le rapport, ils ont été choqués de découvrir que un total de 120 filles était malades, souffrant d’une variété de symptômes, y compris « des crises d’épilepsie, de graves maux d’estomac, des maux de tête et des sautes d’humeur. »

Cette information est d’autant plus choquante quand vous découvrez que l’organisation qui avait financé l’étude n’était autre que la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a déclaré le projet comme étant une réussite totale.

Kumar a écrit:

« Selon la Fondation Gates, l’OMS, la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique, et la Fédération des sociétés d’obstétrique et de gynécologie de l’Inde ont tous recommandé la vaccination » à titre préventif , éprouvée et très efficace pour le cancer du col utérin. ‘ Les vaccins  utilisés dans ce projet sont autorisés en Inde et ont été administrés en toute sécurité des dizaines de millions de fois dans le monde , ce qui a empêché d’innombrables cas de maladies, de cancer , et la mort », soutient un porte-parole de BMGF dans une réponse envoyée par courriel (voir GAVI et PHFI … ‘ »

«Le rôle de BMGF dans le financement des études controversées, cependant, a conduit de nombreux militants de la santé en Inde à exprimer leurs appréhensions. «le BMGF doit assumer l’entière responsabilité parce que ce domaine est financé par lui. C’est également contraire à l’éthique quand les gens qui défendent la cause des vaccins sont les mêmes que ceux qui investissent dans le développement de vaccins », a déclaré V Rukmini Rao, l’un des militants qui ont déposé une pétition devant la Cour suprême dans le cadre des études sur les vaccins contre le VPH. » [3]

vaccination-collective

La Fondation Gates, l’OMS, le PATH, GAVI, l’ derrière les désastres des vaccins au Tchad

En Décembre 2012, dans le petit village de Gouro, au Tchad, en Afrique, situé sur le bord du désert du Sahara, cinq cents enfants ont été enfermés dans leur école, menacés que s’ils n’étaient pas d’accord pour être vacciné de force avec un vaccin méningite A , ils n’auraient pas pu poursuivre leurs études.

Ces enfants ont été vaccinés à l’insu de leurs parents. Ce vaccin est un produit sans licence qui en est toujours à ses troisième et quatrième phases de test.

En quelques heures, cent six enfants ont commencé à souffrir de maux de tête, de vomissements, de convulsions incontrôlables sévères et de paralysie. L’attente d’un  par les enfants a commencé. Ils ont dû attendre une semaine complète pour qu’un  arrive, alors que l’équipe de vaccinateurs avait procédé à la vaccination d’autres enfants dans le village.

Lorsque le médecin est finalement arrivé, il ne pouvait rien faire pour les enfants. L’équipe de vaccinateurs, en voyant ce qui était arrivé, a fui le village dans la peur.

Le rapport original fut rapporté  dans un petit journal local appelé La Voix , le seul journal à avoir publié l’histoire originale; il a déclaré que quarante enfants ont finalement été transférés dans un hôpital de Faya et envoyés plus tard par avion à deux hôpitaux de N’Djamena, la capitale du Tchad.

 

 

Une Enquête gouvernementale dit que le GAVI est responsable de multiples décès

Malgré le fait que la Fondation Gates dit de ses vaccins que c’est  « l’un des meilleurs achats pour la santé mondiale», une enquête gouvernementale au Pakistan a découvert tout le contraire.

En 2011, l’ Express Tribune a publié un article indiquant que:

« ISLAMABAD: Une enquête du  a constaté que les vaccins contre la polio pour les enfants, financés par l’Alliance mondiale pour les vaccins, et la vaccination sont à l’origine de décès et d’incapacités dans tous les pays régionaux, y compris le Pakistan.

Cette révélation surprenante fait partie d’un rapport d’enquête préparé par la Commission d’inspection du Premier ministre (PMIC) sur le fonctionnement du Programme élargi de vaccination (PEV). Le PMIC, dirigé par Malik Amjad midi, qui a recommandé que le Premier ministre Youssouf Raza Gilani suspende immédiatement l’administration de tous les types de vaccins financés par le GAVI « .

Selon l’ Express Tribune , les principales vaccinations en question étaient le vaccin contre la polio et le vaccin 5-en-1 pentavelent, dont on a prouvé qu’ils sont responsables de la mort et de l’invalidité d’un certain nombre d’enfants au Pakistan, en Inde, au Sri Lanka, au Bhoutan et au Japon.

Les vaccins ont été financés par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) une organisation financée par le Programme de vaccination de la fondation pour enfants Bill et Melinda Gates , la Fédération internationale des associations de fabricants de produits pharmaceutiques, la Fondation , le Fonds (UNICEF) des Nations Unies pour l’enfance, l’ Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale.

Sur le rapport officiel, l’ Express Tribune, qui l’a examiné en exclusivité,  a déclaré :

« Le rapport indique que,« Les vaccins achetés ne sont pas testés dans les laboratoires afin de confirmer leur efficacité et leur authenticité . Cela laisse place à l’utilisation de vaccins parasites et de contrefaçon. » [7] (souligné dans l’original)

Si cela est vrai, alors une fois de plus la Fondation Gates a été liée à des initiatives de vaccination de masse en utilisant des vaccins non testés,  pratiquant des vaccinations dangereuses.

La Fondation Gates blâmée pour 10 000 décès liés à la vaccination

En 2013, un autre rapport a dénoncé la Fondation Gates et l’Alliance GAVI comme étant responsable de plusieurs décès à l’aide de vaccins non testés sur les enfants du monde en développement.

Le rapport, publié sur le site Occupy corporatism et écrit par Susanne Posel, a déclaré:

« Il a été découvert par le biais d’une enquête, que le GAVI a utilisé un vaccin non testé; qu’il administrait  ce vaccin dangereux aux enfants pakistanais , ce qui montre le manque d’empathie associé à ces organisations.

Le GAVI a été blâmé pour la mort de 10 000 enfants au Pakistan quand ils sont venus et ont  administré des vaccins contre la polio qui ont abouti à des pertes « .

http://vactruth.com/2014/10/05/bill-gates-vaccine-crimes / resistanceauthentique

 

Lu ici

http://www.wikistrike.com/2014/10/vaccins-l-inde-poursuit-la-fondation-bill-et-melinda-gates-pour-avoir-teste-sans-leur-consentement-des-vaccins-sur-des-enfants.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
12 octobre 2014 00:24

Priorite-a-une---vraie---politique-familiale-reservee.jpg

Il restait, dans l’amas de décombres laissé par une politique désastreuse, un pan de mur debout : la politique familiale. Le Parti socialiste, dans une grande cohérence, va finir de l’abattre.

Écarté du pouvoir pendant les vingt-deux premières années de la Ve République, le Parti socialiste a, à chacun de ses retours, avec un entêtement aveugle, accru les handicaps du pays, ruiné ses réussites, remis en cause ses atouts.

Depuis la retraite à 60 ans, alors que l’espérance de vie augmente, jusqu’aux 35 heures, y compris dans la fonction publique, le Parti socialiste a plombé notre compétitivité et miné la santé économique du pays. Depuis l’abolition de la peine capitale jusqu’à la loi Taubira et son obsession de vider les prisons, il a montré une grande compassion pour les délinquants et criminels et a facilité une augmentation de la criminalité et de la violence.

On pourrait encore ajouter sa propension à encourager l’immigration, sa volonté de gommer la différence entre le résident étranger et le citoyen français, son horreur de l’identité nationale pour compléter ce tableau paradoxal. Il restait, dans l’amas de décombres laissé par une politique désastreuse, un pan de mur debout : la politique familiale. Le Parti socialiste, dans une grande cohérence, va finir de l’abattre.

Pour cela, trois offensives convergentes sont menées.

La première est largement gagnée puisque l’ancien président de la République a considéré que ce problème était secondaire et ne méritait plus d’être posé. Il s’agit de détruire le modèle déjà largement ébranlé de la famille constituée par un homme et une femme accompagnant leurs enfants naturels ou adoptés. Les couples de même sexe qui se marient, l’adoption, la PMA et la GPA, à l’étranger d’abord, en France par les tribunaux puis par la loi, ensuite, effacent le modèle tandis que l’union libre de plus en plus fréquente et les« familles » monoparentales accroissent la confusion et, surtout, augmentent une précarité et une instabilité dont les enfants sont les premières victimes.

La seconde vague est plus subtile. Elle consiste à ramener le familial au social et à raboter les avantages octroyés aux « riches ». Ces mesures sont comprises par la population qui les trouve justes alors qu’elles sont une trahison de la politique familiale qui veut qu’un couple ne soit pas pénalisé vis-à-vis d’un autre de niveau de revenu équivalent par le nombre de ses enfants. C’est ainsi que le quotient familial a été réduit à 1.500 euros, avant que les allocations elles-mêmes soient données sous conditions de ressources.

La troisième étape est en passe d’être franchie. Au nom des économies nécessaires, on va s’en prendre aux prestations familiales. 700 millions d’euros seront gagnés sur le dos des familles, hypocritement sous le couvert d’une égalité homme-femme pour le congé parental, en douce pour la réduction des aides à la garde d’enfants pour les plus « aisés » et à visage découvert pour la division par trois de la prime à la seconde naissance.

L’Allemagne est souvent considérée comme un exemple. Ce colosse a les pieds d’argile de sa démographie suicidaire qui le condamne à une immigration massive. Faute d’avoir imité la République fédérale pour l’économie, nous risquons de la suivre dans l’effondrement démographique de l’Europe.

En 2013, la natalité française a baissé de 1,2 % et se situe en dessous du seuil de renouvellement de la population.

Pour éviter ce piège – si c’est encore possible –, il est important, prioritaire de rétablir une politique familiale ambitieuse, en la réservant bien sûr, puisque son but est démographique, aux nationaux. On voit, cependant, combien cette idée de bon sens s’oppose à l’idéologie dominante.

 

http://www.bvoltaire.fr/christianvanneste/priorite-vraie-politique-familiale-reservee-aux-nationaux,108181?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=44ace3c1fc-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-44ace3c1fc-30494613&mc_cid=44ace3c1fc&mc_eid=3bbbfa4636

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
12 octobre 2014 00:18
La catastrophe de Fukushima devient secret d'Etat: A partir du 10 décembre, un simple tweet peut vous conduire en taule

Fukushima devient un secret d'Etat

Fukushima: A partir du 10 décembre, un simple tweet peut vous conduire en taule

 

 C’est une aberration totale si jamais cette information se vérifie! Le Japon qui ne souhaite pas communiquer outre mesure sur la catastrophe en cours va classer les informations sur celle-ci « secret défense ». Protectionnisme économique avant tout ou tentative pour ne pas que la population panique et se retourne contre le pouvoir en place?

Car c’est une réalité, la catastrophe est permanente, plusieurs réacteurs sont éventrés, et des réacteurs au plutonium, pas à l’uranium comme à Pripiat avec la centrale de Tchernobyl, la dangerosité est donc bien supérieure. Le coeur en fusion d’au moins un des réacteur a atteint le sous-sol de la centrale de Fukushima, la contamination touche l’eau qui circule à travers la planète, mais aussi la pluie, les nuages, la faune, et la côte ouest des Etats-Unis a été touchée depuis plusieurs mois déjà.

Mais ce qui est également inquiétant, c’est que le commerce avec le Japon ne s’est pas arrêté pour autant,l’UE a revu les taux de contamination pour les produits importés à la hausse, ce qui fait que tout produit japonais arrivant sur notre sol peut être plus ou moins radioactif, alors que pendant ce temps, des véhicules japonais sont refusés en Russie car justement, trop radioactifs…

Pour la France, on peut néanmoins relativiser, si vous insistez, puisque le pays est déjà contaminé depuis longtemps déjà avec les déchets enfouis un peu de partout, sans parler des déchets autorisés dans les matériaux de construction

 

Mari Takenouchi se bat pour l’évacuation des enfants et des femmes enceintes des territoires contaminés par la catastrophe nucléaire de Fukushima. Dans un billet du mois d’août 2014, elle rapporte une information qui a été peu diffusée, à savoir que pour deux enfants atteints du cancer de la thyroïde, des métastases s’étaient propagées aux poumons.

 

Elle revient également sur les attaques qu’elle continue de subir. Malgré la suspension des charges dont elle avait fait l’objet suite à la plainte d’une responsable d’Ethos à Fukushima, Ryoko Ando (alias Yoko Kamata), des trolls et des harceleurs diffusent des infos calomnieuses comme quoi elle serait paranoïaque et coupable de fraudes. Manifestement, son combat entre en conflit avec des intérêts politiques et économiques.

Parallèlement, Jan Hemmer, un de ses amis militant en Allemagne, a également reçu des messages hostiles après avoir soutenu Mari Takenouchi dans son blog .

A partir du 10 décembre 2014, la loi de protection des secrets d’Etat va être appliquée au Japon. Ce qui est arrivé à Mari Takenouchi préfigure ce qui peut se passer : un simple tweet pourra envoyer quelqu’un en prison. C’est pourquoi il est important de soutenir les journalistes et les blogueurs qui continuent à informer sur ce qui se passe dans les centrales nucléaires japonaises, sur la réalité de la contamination et sur les conséquences sanitaires de la catastrophe nucléaire en cours.

Article complet sur Fukushima-blog.com

 

http://www.wikistrike.com/2014/10/la-catastrophe-de-fukushima-devient-secret-d-etat-a-partir-du-10-decembre-un-simple-tweet-peut-vous-conduire-en-taule.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
12 octobre 2014 00:12

Et-pendant-ce-temps-le-budget-de-l-AME-ne-cesse-d-augme.jpg

Je sais que le gène de la révolution est intrinsèquement présent dans chaque Français. C’est même pour cette raison qu’on a choisi le coq comme emblème, car on adore chanter les pieds dans la merde. Pourtant, combien de temps pourrons-nous encore supporter ce que l’on appelle pudiquement le « matraquage fiscal » ?

Alors que François Hollande jurait que les impôts, c’était fini, on n’a eu de cesse de se rendre compte que, comme pour le reste, il mentait comme un arracheur de dents. Retraites bloquées et augmentation de la CSG, réduction des allocations familiales malgré le déni d’un Stéphane Le Foll qui doit habiter une grotte en Afghanistan, augmentation de la redevance télé, taxe écologique sur le diesel ou encore augmentation historique du prix du timbre, rien ne nous sera épargné. Qu’on se le dise : les classes moyennes boiront le calice jusqu’à la lie et plus encore.

Pourtant, il y a un poste de dépenses qui ne connaît pas la crise. Il s’agit de la tristement célèbre aide médicale d’État (AME). Les crédits alloués seront augmentés de 73 millions d’euros en 2015 pour faire approcher ce budget du milliard d’euros.

Oui, nous déboursons exactement 744 millions d’euros chaque année pour soigner gratuitement tous les clandestins qui en font la demande. Et les mots ont un sens : je parle bien de clandestins, pas d’immigrés. Pour être plus précis : des personnes étant dans l’illégalité se voient aidées avec une prise en charge de 100 % des parcours de soins sans avancer un rond pendant que Monsieur Tout-le-Monde continue à reporter ses rendez-vous les moins importants.

Le concept même de sans-papiers est déjà inouï en soi. Dans n’importe quel pays du monde, un clandestin est reconduit immédiatement à la frontière. Pas en France. En France, ils manifestent devant les caméras pour exiger un logement et se font soigner à l’œil. Et le simple fait de le relever vaut déjà condamnation en racisme par les veilleurs de la bien-pensance. Même si nous ne pouvons reprocher à des êtres humains de rechercher des cieux plus cléments, cette situation est insupportable. Dans un monde parfait et en pleine croissance, le peuple pourrait fermer les yeux (nous sommes une terre d’accueil historique, après tout), mais dans ce climat de décadence, de fuite des valeurs et de grave crise sociale, c’est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre.

On nous bassine avec le fait que cette AME sert à contenir de graves épidémies, mais quelle épidémie peut bien se déclarer si le clandestin n’est pas sur le territoire à la base ? De quelle grave maladie incurable et dangereuse pour les Français souffre celui qui va chez le dentiste aux frais de la princesse ? Et le fait que son budget augmente prouve bien que c’est un autre appel d’air pour l’immigration, comme si nous en avions besoin alors que nous sommes déjà l’un des pays les plus attractifs du monde. Combien de temps le « bon peuple de France » pourra-t-il supporter encore cette injustice parmi d’autres ?

Nicolas Sarkozy, comme les autres candidats aux clés du château, devra se positionner de manière claire sur ce sujet, parmi tant d’autres.

 

http://www.bvoltaire.fr/thibautronet/ce-temps-budget-lame-cesse-daugmenter,112631?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f43f77a519-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-f43f77a519-30494613&mc_cid=f43f77a519&mc_eid=3bbbfa4636

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
9 octobre 2014 23:18

20618
Le virus Ebola pourrait muer et devenir contagieux par l’air si l’épidémie n’est pas contrôlée, selon le chef de la mission Ebola de l’ONU.

Le risque est sérieux que le virus Ebola subisse une mutation et devienne contagieux par l’air.

Le chef de la mission Ebola de l’ONU, Anthony Banbury, a mis en garde : le virus pourrait s’élever dans les airs si l’épidémie n’est pas maîtrisée rapidement.

Jusqu’à présent, les Français se sont demandé ce que pouvaient bien revendiquer les pilotes d’Air France, payés jusqu’à 18.000 euros mensuel, (ils sont parmi les mieux payés au monde) par le plus long mouvement de grève qu’ait traversé la compagnie aérienne.

Ce ne sont pas les vagues déclarations de «revendications de fonds sur l’emploi et l’avenir de la profession», ou de « propositions pour le développement de Transavia France » qui ont clarifié la situation.

Maintenant nous comprenons pourquoi les riches pilotes d’Air France sont en grève depuis 14 jours : ils craignent d’attraper le virus en plein vol !

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

 

http://www.dreuz.info/2014/10/ce-que-le-virus-ebola-doit-a-air-france/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
9 octobre 2014 18:24

Capture d'écran google map de Cergy-Pontoise.Capture d'écran google map de Cergy-Pontoise. - Capture d'écran Google map

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

Les autorités suspectent un cas d'Ebola et ont enfermé soixante personnes dans le bâtiment, rapporte RTL. Quatre personnes de ce centre reviennent de Guinée.

Les premiers secours sont arrivés sur place et un périmètre de sécurité a été mis en place, précise la radio. 

.../...Plus d'informations à venir sur 20 Minutes

http://www.20minutes.fr/societe/1458091-20141009-ebola-batiment-ddass-cergy-pontoise-boucle-raison-cas-suspects

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
9 octobre 2014 14:54

AME-L-aide-medicale-d-Etat-renforcee-en-2015.-Vive-la-so.jpg

Les crédits alloués à l'aide médicale d'Etat, dispositif qui permet de prendre en charge les soins des étrangers sans papiers et sans ressources, seront augmentés de 73 millions d'euros en 2015, selon le projet de loi de financement présenté aujourd'hui.

En raison d'une augmentation du nombre des bénéficiaires, 73 millions supplémentaires abonderont les crédits pour l'AME (contre une augmentation de 17 millions lors du précédent budget). Ce montant prend toutefois en compte les effets, attendus en 2015, de la réforme du droit d'asile.

En juin, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait déjà reconnu que les dépenses de l'AME avaient fortement dépassé les prévisions en 2013 en raison de "la forte poussée du nombre de bénéficiaires". Le gouvernement avait prévu pour cette année-là une dépense de 588 millions d'euros, et "les dépenses constatées seront à l'arrivée de 744 millions d'euros", avait expliqué la ministre.

Quid de l'AME: On sait que c'est Jospin, premier ministre socialiste en 1999 de Chirac qui a rajouté une grosse louche à la dette de la France avec l'AME.


Vous pouvez être bénéficiaire de l'AME dans l'une des situations suivantes : 

en situation irrégulière au regard des règles de séjour

en ayant droit d'un bénéficiaire de l'AME (enfant ou personne à charge)

placé en rétention administrative ou en garde à vue si votre état de santé le justifie.

 

http://www.gerard-brazon.com/article-ame-l-aide-medicale-d-etat-renforcee-en-2015-vive-la-socia-lie-124700869.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
9 octobre 2014 00:15
L'ADN des OGM transféré aux humains qui les mangent

Traduction : Pleinfeux.org

L'ADN des OGM transféré aux humains qui les mangent

 


Dans une nouvelle étude publiée par la revue « Public Library of Science », des chercheurs affirment qu'il y a des preuves suffisantes que des repas qui ont des fragments de ces ADN portent des gènes complets peuvent entrer dans le corps humain par un mécanisme inconnu. 


Il serait intéressant de savoir si les scientifiques des sociétés en biotechnologie ont déjà identifié cette méthode. Dans l'un des échantillons sanguins, la concentration relative de l'ADN végétal est plus élevée que celui de l'humain. 

L'étude a été basée sur l'analyse de plus de 1000 échantillons humains qui provenait de 4 études indépendantes. « Public Library of Science » est une revue scientifique qui couvre la recherche primaire des disciplines au sein de la science et de la médecine. C'est une bonne nouvelle de voir que les résultats de cette étude confirment ce que de nombreuses personnes ont soupçonnent depuis des années. 

En ce qui concerne les cultures et les aliments OGM , nous ne savons vraiment pas quels seront les effets sur les gens sur le long terme. La vente commerciale d' OGM n'a commencé qu'en 1994. 

 

 

© Inconnu
On n'a aucun moyen pour que nos autorités responsables de la santé publique puissent tester l'ensemble des combinaisons possibles, sur une population et une période suffisante, pour affirmer avec certitude que ces organismes sont inoffensifs. Le généticien David Suzuki est très inquiet, selon lui les êtres humains font partie d'une « expérience génétique massive » pour de nombreuses années, alors que des milliers de personnes continuent à consommer des OGM . 

Aujourd'hui, les scientifiques reconnaissent que les gènes peuvent être partagés, non seulement entre les membres d'une espèce, mais aussi entre les membres de différentes espèces.

 

 

« On considère notre système sanguin comme étant un environnement bien séparé du monde extérieur et du tube digestif. Selon le paradigme normal, de grandes macromolécules consommées avec la nourriture ne peuvent pas passer directement dans le système circulatoire. Pendant la digestion, les protéines et l' ADN sont censés être dégradés en acides aminés et acides nucléiques, puis sont ensuite absorbés par un processus actif complexe et distribués à différentes parties du corps par le système de circulation. 
Sur la base d'analyses sur plus de 1000 échantillons humains, qui proviennent de 4 études indépendantes, on rapporte la preuve que des repas portant des fragments d'ADN assez grands pour porter des gènes complets peuvent éviter la dégradation et, par un mécanisme inconnu, entrer dans le système de circulation humaine.
 Dans un des échantillons sanguins, la concentration relative d'ADN végétal est plus élevée que l'ADN humain. La concentration d'ADN végétal montre une distribution étonnamment précise dans les échantillons de plasma, tandis que l'échantillon de contrôle non-plasma a été trouvé libre d'ADN végétal. »

 

 Ce n'est pas comme un être humain qui s'accouple avec une pomme, une banane ou une carotte et qui échangent des gènes. Monsanto a permis le transfert de gènes de l'un à l'autre sans aucun égard pour les limites ou les contraintes biologiques. 


Ceci nous démontre que les OGM devraient être soumis à beaucoup plus d'expérimentations et de recherches rigoureuses avant de continuer à être consommés. 

« Une petite mutation dans un être humain peut déterminer tellement de choses. Le point est tel que lorsque vous déplacez un minuscule gène hors d'un organisme dans un autre, vous changez complètement son contexte.Nous ne savons pas quel sera le résultat. Ce qui va en sortir pourrait être quelque chose d'énormément différent. Les publicistes disent qu'il y a de très bonnes intentions derrière les OGM , mais en fait ce n'est qu'une question d'argent. »David Suzuki. 

L'ADN de la nourriture 
peut réellement aller dans les tissus animaux et les produits laitiers que l'on consomme

Des études prouvent que quand les humains ou les animaux digèrent les OGM , les gènes artificiellement créés transfèrent et modifient la nature des bactéries bénéfiques dans l'intestin. Les chercheurs rapportent que les microbes trouvés dans l'intestin grêle de personnes ayant l'ilestomie (maladie intestinale) 
sont capables d'acquérir et d'abriter des séquences d'ADN provenant de OGM . 

Les cultures génétiquement modifiées ont infiltré l'alimentation animale depuis 1996 et pour eux il est tout à fait normal d'avoir un régime alimentaire 100% OGM . Des études ont relié les OGM des aliments pour animaux à 
l'inflammation grave de l'estomac et à l'utérus élargi chez les porcs. 

Il est également important de noter que le transfert de gènes entre les cultures génétiquement modifiées et les espèces indigènes voisines a donné lieu à une espèce très résistante appelée super-mauvaises-herbes. Selon l'organisation mondiale de la santé, le transfert de gènes et le mouvement des gènes de plantes génétiquement modifiées dans les cultures conventionnelles ou des espèces apparentées peuvent avoir un effet sur la sécurité alimentaire. 


« Ce risque est réel, comme il l'a été démontré lorsque des traces d'un type de maïs, qui a été approuvé seulement pour l'alimentation animale, sont apparues dans du maïs destiné à la consommation humaine aux États-Unis. » 

 

 

© Inconnu

Il est probable que les ingénieurs travaillant sur la génétique n'ont jamais accepté la réalité du transfert de gènes quand ils produisaient ces choses et les introduisaient dans l'environnement. En conséquence, nous commençons maintenant à voir les conséquences de ces gènes conçus, en particulier la façon dont ils propagent et modifient d'autres organismes dans divers environnements. « Watrud et al » (2004) ont constaté que les transgènes résistant aux herbicides se sont propagés par le pollen jusqu'à une zone de 21 km autour de la zone de contrôle et avaient pollinisé des agrostides stolonifères sauvages. 

Avant cette année, les gouvernements avaient conclu que le transfert d'ADN à partir de cultures et d'aliments génétiquement modifiés était peu probable. Maintenant, nous pouvons constater qu'ils ont tort... ou peut-être le savaient-ils déjà ? 

Indépendamment du fait que l'ADN des aliments génétiquement modifiés peut être transféré aux humains et aux animaux, très peu de choses sont encore connues aujourd'hui et ce qui est connu ne semble pas bon. 

Il y a des études qui relient les OGM et les pesticides à divers maladies. Nous avons présenté et écrit à ce sujet sur notre site à de nombreuses reprises. C'est un autre article à ajouter à la quantité croissante de preuves connue qui devrait nous amener à arrêter la production de ces Organismes Génétiquement Modifiés jusqu'à ce que nous sachions, de façon concluante, qu'ils sont sans danger pour la consommation humaine. 

Ce n'est pas étonnant que la plupart des pays dans le monde entier aient complètement interdit les Organismes Génétiquement Modifiés.

http://pleinsfeux.org/organismes-genetiquement-modifies/#.VDT7wSiqJr4

 

http://www.wikistrike.com/2014/10/l-adn-des-ogm-transfere-aux-humains-qui-les-mangent.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
8 octobre 2014 01:58

Selon des chercheurs américains, l'épidémie d'Ebola a 75% de risques d'arriver en France dans les trois prochaines semaines, au vu de ses nombreuses liaisons aériennes avec les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie.

L'Express.fr

D'après une étude américaine citée par l'agence de presse Reuters, le virus Ebola pourrait toucher la France d'ici la fin octobre. Plus précisément, les chercheurs de la Norteastern University of Boston estiment dans leur étude qu'il y a 75% de risques que l'épidémie débarque en France avant le 24 octobre. Le Royaume-Uni et la Belgique sont aussi concernés, mais avec un risque moindre, respectivement de 50 et 40%. 

Pour arriver à ce résultat étonnament précis, les chercheurs ont croisé les statistiques du trafic aérien mondial et la vitesse de propagation du virus. C'est parce que la France a de nombreuses liaisons aériennes avec les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie qu'elle court plus de risques d'être touchée que les autres pays européens. 

La carte de l'évolution du virus dans le monde

La carte de l'évolution du virus dans le monde

Cartodb/L'Express

Comme le note Slate.fr, les chercheurs précisent qu'une baisse de 80% du trafic, liée à l'éventuelle décision de compagnies aériennes de ne plus faire escale dans les régions infectées, ferait tomber le risque à 25% en France, et 15% en Grande-Bretagne. 

Le seul ressortissant français touché par Ebola jusqu'à présent est une infirmière en mission humanitaire pour Médecins sans frontières. Contaminée à la mi-septembre au Libéria, et rapatriée le 19 en France, sa guérison a été annoncée samedi par le ministère de la Santé. 

Faut-il pour autant céder à la panique? Non. "(En Europe), les gens ne vivent pas dans des conditions similaires à celles d'un bidonville de Monrovia, qui présente l'environnement idéal pour assurer la propagation du virus" expliquent les spécialistes de la santé intérrogés par Reuters. Dit autrement, nos villes modernes et nos conditions d'hygiène devraient rendre la vie difficile au virus.  


Ebola pourrait débarquer en France d'ici le 24 octobre

 

http://www.gerard-brazon.com/article-ebola-pourrait-debarquer-en-france-d-ici-le-24-octobre-124729504.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
5 octobre 2014 02:37

Les Etats-Unis accusés d’avoir déclenché l’épidémie d’Ebola

Une étrange coïncidence...

Les Etats-Unis accusés d’avoir déclenché l’épidémie d’Ebola

Un docteur, et directeur de recherches, en phytopathologie accuse les Etats-Unis de faire des tests bactériologiques sur la population en Afrique de l’ouest.

Les scientifiques affirment que parmi les maladies mortelles, certaines, comme le virus Ebola et le sida sont des armes biologiques à l'essai sur les Africains.

D'autres rapports ont lient l'épidémie de l'Ebola à une tentative de réduire la population africaine qui augmente excessivement vite. Le Libéria, pays le plus touché par le virus, se trouve étrangement être celui qui connaît la croissance la plus rapide de tout le continent. Simple coïncidence ?

 

N’oubliez pas d’activer les sous-titres en bas à droite de la vidéo !

Marc Bildermann pour WikiStrike

http://www.wikistrike.com/2014/09/les-etats-unis-accuses-d-avoir-declenche-l-epidemie-d-ebola.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science