Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

28 août 2014 23:29

25 Août 2014

Le gaz de schiste est une arnaque, une bulle financière qui pourrait péter dans 2 ans

Voici les explications

Le gaz de schiste est une arnaque, une bulle fiancière qui pourrait péter dans 2 ans 

 

La fracturation hydraulique est un non sens économique, énergétique et écologique. En clair, c’est une arnaque, une bulle financière qui pourrait exploser d’ici deux ans. Explications dans l’émission Keiser Report du 19 août dernier.

 

WIKILEAKS ÉCLATE UNE BULLE DE SCHISTE - owni.fr

L’économie des gaz de schiste est une bulle. Les Etats-Unis avaient été prévenus, dès 2009, comme le révèlent des télégrammes diplomatiques d’un consulat américain en Arabie Saoudite.

Dès septembre 2009, l’ancien vice-président de la société pétrolière saoudienne Aramco, Ibrahim al-Husseini prévenait les États-Unis de la surévaluation des capacités du gaz de schiste. Selon lui, le boom de l’industrie des gaz de schiste était une bulle. Dans un télégramme diplomatique du consulat américain de Dharan (en Arabie Saoudite) publié par WikiLeaks, l’analyse de ce membre de la famille régnante, ingénieur pétrogazier d’expérience, n’est pas flatteuse :

Les réserves de gaz de schiste […] sont largement surestimées.

Une conclusion à laquelle se rangeaient de nombreux cadres de l’industrie pétrogazière et de la finance, dont le New York Times a révélé une partie des échanges entre 2009 et 2011. Alertée sur une possible bulle financière autour des gaz de schiste, l’autorité des marchés financiers américaine (la SEC) a depuis assigné en justice de nombreuses compagnies dont Chesapeake, ExxonMobil et Southwestern Energy.

Dans ces dossiers, la SEC exige de connaître la réalité des réserves en gaz de schiste dont les compagnies se sont vantées ; leur permettant de réaliser de copieux profits boursiers.

Folles spéculations

L’enquête apparaît d’autant plus justifiée à la lecture de ces nouveaux éléments apportés par WikiLeaks. En septembre 2009, al-Husseini condamnait cette nouvelle ressource et les folles spéculations dont elle faisait l’objet, avec un argument certes un peu technique, mais imparable :

Alors comme ça, la Marcellus shale [gisement du gaz de schiste du Nord Est des États-Unis] contiendrait plus de gaz que les champs Nord du Qatar ?


Eh bien, c’est formidable, mais même à un rythme de 3,4 millions de pieds cube par jour (scfd) [soit 0,1 million de mètres cubes environ] par an et par puits, ça va prendre un sacré temps pour remplacer un champ de 900 milliards de pieds cube de réserves.

Dans le même temps, les États-Unis consomment 63 milliards de scfd de gaz, ce qui nécessiterait quelque chose comme 20 000 puits avec une production de 3 millions de scfd chacun. Et, à la vue de la baisse rapide de production des puits, cela nécessiterait de creuser quelque chose comme 10 000 nouveaux puits par an pour être à l’équilibre.


Fin 2009, déjà, 26 000 puits avaient été fracturés et le rythme n’a fait que s’accélérer depuis. En août 2009, un spécialiste de Anglo-European Energy avait tranché dans le vif :

Je connais bien les caractéristiques des bons puits [d'hydrocarbures] (lent déclin de la production, faible coût d’exploitation, production importante) et, comme vous le savez, les gisements de gaz de schiste n’ont aucune de ces caractéristiques.


Une information inaccessible aux autorités américaines à l’époque mais qui était, au même moment, transmise par la voie d’un document diplomatique à Washington. Télégramme terminé par une considération personnelle du consul de Dharan :

Le scepticisme [sur les ressources pétrolières] hors OPEP et sur ressources d’énergie non-conventionnelle présente un certain intérêt.

Pas sûr que Washington ait su le saisir à temps.

.

Gaz de schiste, la grande escroquerie - monde-diplomatique.fr

Nafeez Mosaddeq Ahmed

Energie bon marché contre pollution prolongée : aux Etats-Unis, le dilemme relatif à l’exploitation des gaz et pétrole de schiste n’a tourmenté ni les industriels ni les pouvoirs publics. En moins d’une décennie, ces nouvelles ressources auraient aiguillé l’Amérique sur les rails de la croissance, dopé l’emploi, rétabli la compétitivité. Et si cette « révolution » n’était qu’une bulle spéculative sur le point d’éclater ?

(…)

 

Le gaz de schiste : bulle spéculative ou solution miracle ? - voltairenet.org

Un peu partout dans le monde, des voix s’élèvent pour dénoncer le mythe du gaz de schiste. Outre la bulle spéculative qu’elle est en train de produire, cette escroquerie ne sera pas sans lourdes conséquences pour les États-Unis. En effet, l’Administration Obama s’est auto-persuadée que le pays se dirigeait vers une indépendance énergétique durable.

Il n’y a pas de débat sur le gaz de schiste ; s’agit-il d’un miracle de la technologie US, comme nous le crient sur tous les toits les médias anglo-saxons, ce qui relèverait d’un exploit prométhéen, ou bien d’une vulgaire bulle spéculative gonflée par les tenants de la gouvernance financière, thèse défendue par le centre de réflexion géostratégique DeDefensa.org, qui a son siège à Bruxelles ? [1]

Or ce débat a tout lieu d’être, puisque c’est de sa conclusion que dépend la nouvelle place imprenable à laquelle aspirent les USA : puissance énergétique globale capable de rivaliser avec la Russie et l’OPEP, si la manne gazière se confirme, ou tentative publicitaire piteuse pour retarder la décadence de la jadis superpuissance unipolaire ?

Un ami banquier haut placé qui demande à garder l’anonymat est d’avis que le fracking (la fracturation de la roche à 4 000 m de profondeur, grâce à une énorme quantité d’eau) est une autre opération d’intox, car ce n’est absolument pas viable. Il ajoute que les investissements en fracking sont un gouffre, et que les liquidités générées par la vente de pétrole ne suffisent pas à financer la croissance nécessaire à cette nouvelle industrie, parce que les puits ouverts par frackings’épuisent très vite ; pour une production soutenue à un certain niveau, il faut ouvrir constamment de nouveaux puits. C’est indispensable et ne suffira guère qu’à maintenir un niveau de production donné.

« Ce procédé n’offre pas les avantages de la production traditionnelle de pétrole, qui a été source prodigue de liquidités nettes, servant à l’expansion de la production ou à l’investissement dans d’autres secteurs. Non, le fracking dévore toutes les ressources ; il lui faut des emprunts gargantuesques, et un jour, cela provoquera une crise. Au final, cela s’avèrera être tout juste une nouvelle manœuvre de Wall Street pour attirer les petits investisseurs, qui cherchent désespérément des placements rentables, et se jetteront sur le miroir aux alouettes. »

Le raisonnement est fort convaincant, d’autant plus qu’Aubrey McClendon, fondateur de Chesapeake Energy, le plus grand producteur de gaz naturel aux US, vient de se voir obligé de démissionner, par ses investisseurs, faute de produire des bénéfices, tandis que l’entreprise s’est gravement endettée ; c’est un effondrement financier qui découle de la chute des prix du gaz naturel, et du manque de liquidités [2].

De son côté, le site DeDefensa.org annonce la fin du mythe de la révolution par le gaz de schiste d’ici à 18 ou 24 mois au grand maximum. Il a déjà créé une rubrique « shalegas-gate » et considère la production de puits comme « l’arme de destruction massive » [qui viendra à bout des USA], en revenant sur le retentissant échec de Chesapeaky Energy. Bref, les EUR (estimated ultimate recovery), dividendes finaux estimés, ont été très surestimés [3].

Les pétrogéologues et géophysiciens indépendants qui ont dénoncé le mirage des EUR ont bien entendu été évacués des grandes conférences internationales sur le thème Pétrole et Gaz. Mais la chasse aux sorcières n’a pas suffi à faire taire les sceptiques, et le New York Times a été contraint d’avancer l’idée que peut-être les chiffres de l’industrie gazière étaient manipulés [4].

On a assisté à une énorme production de gaz naturel aux États-Unis ces dernières années, ce qui a rendu possible une analyse affinée de la production des puits perforés, et l’on découvre que la production a été bien inférieure aux pronostics.

Le géologue Arthur Berman, qui a travaillé pour Amoco (société pétrolière de Chicago, l’ex-Standard Oil) pendant 25 ans, a analysé trois domaines historiques : Barnett, Fayetteville et Haynesville ; il dévoile l’hyperinflation que connaissent les EUR, et que l’on cache aux investisseurs éblouis à souhait par les banquiers, et qui ne connaissent rien aux subtilités du gaz de schiste.

Aux antipodes, on a un rapport de l’Agence Internationale pour l’Énergie —qui a été plusieurs fois surprise à mener des opérations de désinformation— qui annonce tout de go que les grandes exploitations de gaz associée au pétrole à Eagle Ford, Utica, Marcellous et Bakken doivent permettre aux USA de devenir le premier producteur de pétrole en 2017, avant l’Arabie saoudite [5].

Mais DeDefensa cite à son tour l’ingénieur géologue texan Gary Swindell, qui divise par deux la production des fabuleux puits d’Eagle Ford [6].

Et l’agence britannique Reuters quant à elle émet des doutes sur le fabuleux secret de l’Utah, les champs miraculeux d’Utica [7].

Quoiqu’il en soit, et malgré les faits probants, l’industrie gazière dédaigne les experts isolés qui osent s’en prendre à l’infaillibilité de l’AIE.

Pourtant, comme le souligne DeDefensa l’agence gouvernementale US Geological Survey a publié en août 2012 un rapport qui corrobore les découvertes des sceptiques, qui accèdent désormais au rang de réalistes [8]. En fait, DeDefensa, fort pessimiste, doute des capacités techniques à l’œuvre, et non plus seulement des chiffres allègrement empilés par le chef de l’AIE, Fath Birol, l’économiste discutable qui a annoncé le 12 novembre 2012 qu’en 2017 les US seraient le premier producteur mondial de pétrole.

Le gaz de schiste fera donc sans doute partie du panier énergétique états-unien, mais ce ne sera pas un perturbateur du jeu géopolitique, car les USA n’exporteront pas de GNL (gaz naturel liquéfié). La Russie ne va pas se voir menacée sur le marché européen, et les projets australiens de gaz naturel liquéfié pourront être menés à leur terme.

Qui plus est, le gaz de schiste ne sera pas bon marché, de sorte que ses prétentions à révolutionner la donne stratégique vont peut-être faire du Mexique néolibéral (représenté par un gouvernement incapable de recul) le dindon de la farce.

Traduction
Maria Poumier

Source
La Jornada (Mexique)


http://www.wikistrike.com/2014/08/le-gaz-de-schiste-est-une-arnaque-une-bulle-financiere-qui-pourrait-peter-dans-2-ans.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
28 août 2014 00:08

potagers-interdits-500x291

Une nouvelle loi proposée par la Commission européenne souhaite l’illégalité de la pousse, la reproduction ou la vente des semences de végétaux qui n’ont pas été testées et approuvées par une nouvelle autorité, l’Agence européenne des variétés végétales. En criminalisant la culture privée de légumes, la Commission européenne remettrait le contrôle de l’approvisionnement alimentaire à des sociétés comme Monsanto.

Les eurodéputés verts voient d’un mauvais oeil la proposition de la Commission jugée « contreproductive et dangereuse »: « La biodiversité est en danger. Les multinationales ont focalisé leurs efforts sur la création de plantes à haut rendement, mais qui sont fragiles. Elles ne peuvent subsister que dans un environnement artificialisé dépendant des engrais chimiques et des pesticides, donc du pétrole », affirme José Bové.

Plus de semences régionales, plus de variétés ancestrales ou endémiques. Bref des semences F1, transgéniques ou pire OGM. Fin de la bio-variété dans nos jardins. Fini les jardins ouvriers et les marchés d’échanges de plants et semences entre particuliers. Bref finie la bonne bouffe.

Le texte pondu par notre chère commission européenne, rien que le titre vaut le jus : « Des règles plus intelligentes pour des denrées alimentaires plus sûres: la Commission propose un paquet législatif primordial pour moderniser, simplifier et renforcer la filière agroalimentaire en Europe »

 

http://www.wikibusterz.com/europe-vers-une-interdiction-des-potagers-prives/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
27 août 2014 00:27

meteo.jpg

 

Turbulences aériennes accrues, épisodes polaires et caniculaires toujours plus extrêmes, vagues géantes dans les océans: les spécialistes mondiaux du climat ont brossé un tableau apocalyptique de la météo des prochaines décennies lors d'un congrès international qui s'est conclu jeudi à Montréal.

A l'initiative de l'Organisation météorologique mondiale, agence des Nations unies, un millier de scientifiques ont débattu autour du thème, "la météo, quel avenir?" à l'occasion de cette première conférence mondiale sur la météorologie. Près de 10 ans après l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto qui visait à réduire les émissions de gaz à effet de serre, la question n'est plus d'établir si le réchauffement de la Terre va avoir lieu.

"C'est irréversible et la population mondiale continue d'augmenter, il faut que l'on s'adapte", observe Jennifer Vanos, de l'Université Texas Tech. La première décennie du XXIe siècle a vu la température moyenne de la surface de la planète augmenter de 0,47 degré celsius. Or, une hausse de 1 degré génère 7% plus de vapeur d'eau dans l'atmosphère, et comme l'évaporation est le moteur de la circulation des flux dans l'atmosphère, une accélération des phénomènes météorologiques est à prévoir.

Episodes extrêmes
D'autant que les scénarios retenus par la communauté scientifique privilégient une hausse de 2 degrés de la température moyenne à la surface de la Terre d'ici 2050. "Les nuages vont se former plus facilement, plus rapidement et les pluies vont être plus fortes", engendrant notamment davantage d'inondations soudaines, note Simon Wang, de l'Université Utah State. D'une manière générale, relève ce chercheur américain, la hausse des températures va avoir "un effet d'amplification sur le climat tel qu'on le connaît actuellement".

Les épisodes de grand froid, tel le vortex polaire qui s'est abattu cet hiver sur une grande partie de l'Amérique du nord, seront plus marqués, plus extrêmes, tout comme les vagues de chaleur et les périodes de sécheresse, ajoute-t-il.

 Le défi pour les météorologues est donc désormais d'inclure la "force additionnelle" créée par le réchauffement climatique dans des modèles de prévision toujours plus complexes, explique M. Wang.

L'aide d'ordinateurs surpuissants
Pour ce faire, les météorologues des prochaines décennies auront besoin d'ordinateurs surpuissants, actuellement extrêmement peu nombreux. Météorologue à l'Université britannique de Reading, Paul Williams a par exemple dû recourir au superordinateur de l'Université américaine de Princeton, l'un des plus puissants au monde, pour étudier les impacts du réchauffement climatique sur les jetstreams, ces courants d'airs rapides situés à une dizaine de kilomètres d'altitude, où les avions de ligne évoluent.

Après des semaines de calculs, son verdict est sans appel: "Le changement climatique donne plus de force à ces courants. (...) D'ici 2050, vous passerez deux fois plus de temps en vol dans des turbulences." Tout en notant qu'actuellement, en moyenne, seulement 1% du temps de vol des avions commerciaux subit des turbulences, M. Williams souligne que si la concentration de dioxyde de carbone augmente de façon exponentielle dans les prochaines années, "on ne sait pas comment les avions vont réagir" à ces masses d'air très agitées.

Des vagues énormes
Et pas question de se rabattre sur le transport maritime pour voyager en toute quiétude: il faut en effet s'attendre à des vagues monstrueuses sur les océans. "Les compagnies de transport maritime rencontrent toujours plus de vagues énormes", dont certaines font 40 mètres de hauteur alors qu'auparavant 20 mètres était exceptionnel, dit Simon Wang, de l'Université Utah State. "Ce n'est que le début du changement climatique, car les océans auront beaucoup plus d'impact en libérant davantage de chaleur et davantage de vapeur", avertit-il.

D'autant que l'épaisse calotte glaciaire du Groenland a commencé à fondre et pourrait à terme --"pas avant le siècle prochain"-- engendrer une hausse de six mètres du niveau des océans, rappelle Eric Brun, chercheur chez Météo-France et auteur d'une récente étude sur le sujet. Face à tant de bouleversements, Jennifer Vanos, biométéorologue à l'Université Texas Tech, estime qu'il y a urgence à modifier l'urbanisme des villes et les modes de vie en fonction de cette nouvelle réalité, afin de tenter de protéger les populations.

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1742/Rechauffement-climatique/article/detail/2002757/2014/08/21/Les-meteorologues-se-preparent-au-pire.dhtml

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
26 août 2014 00:52

ebola.jpgL’inquiétude autour de la propagation du virus Ebola redouble d’intensité depuis les constats alarmants formulés par la directrice internationale de Médecins sans FrontièresJoanne Liu, à l’issue de sa visite de dix jours dans les zones les plus touchées par l’épidémie, vendredi 15 août. Pour cette dernière, ce phénomène sans précédents serait “largement sous-évalué”, et se propagerait à grande vitesse en dehors des quelques villages d’Afrique de l’ouest auxquels il était confiné auparavant. 

En dépit de la large mobilisation internationale déclenchée par les différents appels de l’OMS, le bilan s’alourdit, avec 84 décès au cours de ces trois derniers jours, portant le nombre de victimes à 1229.

Cette progression persistante a conduit les différents Etats africains voisins encore épargnés  à prendre des mesures drastiques pour se protéger du fléau : le Cameroun a ainsi fermé lundi ses frontières avec le Nigéria, tandis que le Kenya, la Zambie, la Guinée-Bissau et le Sénégal ont instauré depuis quelques jours une interdiction d’accès à leur territoire pour les personnes provenant des pays les plus touchés par le virus, à savoir le LiberiaSierra Leone, et la Guinée, qui fait l’objet du dernier appel à la mobilisation de l’OMS pour sa ville minière de Siguiri, un foyer actif de la maladie, située à 800 km de la capitale guinéenne. 

Dans l’Hexagone, la menace commence à être prise au sérieux, devant l’ampleur de la propagation et la réticence accrue du personnel d’Air France à s’envoler pour l’Afrique de l’ouest. Les ministères de la Santé, de l'Intérieur, et des Affaires étrangères ont ainsi mis en place un plan de vigilance au niveau 2B de vigilance,rapporte Le Point. Si un cas importé était déclaré en France, un dispositif de crise serait automatiquement déclenché par le ministère de la Santé.

Pour l'heure, le virus a fait un mort en Europe, le prêtre espagnol Miguel Pajares, et un nouveau cas est suspecté en ce moment même à Berlin, sur une jeune femme âgée de 30 ans, qui aurait fait un malaise à son retour du Nigéria, et qui affirme de surcroît avoir été en contact avec des personnes contaminées. Le service des maladies infectieuses du campus Virchow Klinikum de l'hôpital universitaire de la Charité procède actuellement à des analyses. 

ST

source : Aletia

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
25 août 2014 23:30

mutants.jpg

Des scientifiques ont découvert les premières plantes et animaux mutés au niveau génétique dans la zone de grave accident qui s'est produit il y a trois ans à la centrale nucléaire Fukushima-1 au Japon.

Les chercheurs ont découvert l’activation des gènes protecteurs en dormance du riz, cultivé sur le territoire de la préfecture, touchée par la radiation.

La taille du corps des papillons Pseudozizeeria maha, une variété commune au Japon, a diminué de manière significative. Le taux de leur mortalité a également augmenté et des malformations ont commencé à apparaître. Le nombre d'anomalies morphologiques a augmenté chez des hirondelles qui font leurs nids à Fukushima.

Selon les chercheurs, les effets biologiques des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima en sont semblables.

 

http://french.ruvr.ru/news/2014_08_18/Les-premiers-mutants-decouverts-dans-la-zone-de-Fukushima-2284/

 

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
25 août 2014 20:13
Séisme de 6 sur Richter en Californie

Le Nord de San Fransisco touché

 

Mise à jour 15h30: SÉISME CALIFORNIE Nombreux dégâts et incendies après la secousse (6.0) qui a touché la région de Napa n-e

 

La terre a tremblé dans le nord de la Californie dans la nuit de samedi à dimanche, à 3h20 heure locale.

Le tremblement de terre qui a réveillé l’état le plus peuplé des Etats-Unis était de 6.0 sur l’échelle de Richter. Selon les premières informations, il y aurait peu de dégâts à San Francisco mais plus au nord, dans les régions de Napa et Sonoma, connues pour leurs vignobles, il n’y aurait plus d’électricité dans certaines zones. Aucun dégât ou blessé majeur n’a été signalé.

D’autres séismes ont été enregistrés au Chili et Iran

Un fort séisme de magnitude 6.4 a secoué samedi le centre du Chili, sans qu’on ait rapporté pour l’instant ni victimes ni dégâts matériels, a indiqué le Bureau national chilien des situations d’urgence. Le tremblement de terre, qui s’est produit à 18H35 locales à 39 km à l’ouest de la ville de Quillota, a affecté Santiago ainsi que cinq autres régions du centre du Chili.

Le séisme a créé un mouvement de panique parmi les habitants d’immeubles où il a été particulièrement ressenti. Plusieurs secteurs de Santiago ont subi des coupures d’électricité et les communications par téléphones cellulaires et via internet ont été interrompues, selon les médias locaux. « Ce séisme ne réunit pas les conditions pour générer un tsunami sur les côtes du Chili », a indiqué le Service hydrographique et océanographique de la marine.

Par ailleurs, la terre a également tremblé en Iran, où un séisme de magnitude 5.2 est survenu dimanche dans l’ouest du pays, à près de 500 km de Téhéran, rapporte l’institut américaine d’études géologiques. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat. L’épicentre a été localisé à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Dezfoul. Une secousse de magnitude 6.3 avait fait 60 blessés lundi dans le même secteur.

 

http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203720292169-californie-un-seisme-de-magnitude-60-reveille-san-francisco-1035481.php

http://www.wikistrike.com/2014/08/seisme-de-6-1-sur-richter-en-californie.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
24 août 2014 01:17
Des experts d'un laboratoire d'armes biologiques qui fabriquait une nouvelle souche du virus Ebola tués dans le vol MH17 ?

Traduit de l'Italien - Photo: Glenn Thomas

Des experts d'un laboratoire d'armes biologiques qui

fabriquait une nouvelle souche du virus Ebola tués dans

le vol MH17 ?

 

Glenn Thomas, consultant principal à Genève pour l'OMS, un expert du sida et, surtout, expert du virus Ebola, était à bord du Boeing 777 de la Malaysia Airlines abattu à la frontière entre l'Ukraine et la Russie.

 
Glenn Thomas était également le coordonnateur des médias pour l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et il a été impliqué dans les enquêtes qui s'intéressaient à la question des opérations d'essai du virus Ebola dans le laboratoire d'armes biologiques à l'hôpital de Kenema. Maintenant que ce laboratoire a été fermé par décret du gouvernement du Sierra Leone, plus de détails émergent sur ​​les intérêts cachés derrière sa gestion.
 
Bill et Melinda Gates ont des liens avec des laboratoires d'armes biologiques situés à Kenema, l'épicentre de l'épidémie d'Ebola développée à partir de l'hôpital où des essais cliniques étaient menés sur l'homme pour le développement d'un vaccin. Après l'ouverture d'une enquête informelle, il semble que le nom de George Soros, via ses fondations, finance le laboratoire d'armes biologiques.
 
Glenn Thomas était au courant de preuves montrant que le laboratoire avait manipulé un diagnostic positif du virus Ebola [au nom de l'Université de Tulane] pour justifier un traitement médical coercitif sur la population, un vaccin expérimental qui, en fait, a propagé le virus Ebola.
Glenn Thomas avait refusé de cautionner cette imposture, contrairement à certains qui travaillent à l'Institut de la Santé et qui sont maintenant conscients que Glenn Thomas a été assassiné. 
 
Les médias officiels n'ont jamais rapporté une seule nouvelle sur la présence du laboratoire d'armes biologiques à Kenema, et encore moins l'ordre donné à l'Université de Tulane d'arrêter les essais impliquant le virus Ebola.
 
Le milliardaire George Soros, à travers son réseau de fondations "Open Society", a mis en place depuis de nombreuses années "des investissements importants" dans le "triangle de la mort de l'Ebola", soit au Sierra Leone, au Libéria et en Guinée.
 >>  Par conséquent, le motif de George Soros pour éliminer le porte-parole de l'OMS, Glenn Thomas, était d'arrêter la propagation des nouvelles par les voies officielles à l'effet que l'épidémie d'Ebola a été orchestrée à une table dans un laboratoire d'armes biologiques. 
 
Une longue série de coïncidences étranges émergent de l'hôpital de Kenema, centre de recherche où a travaillé Cheikh Humar Khan, le médecin-héros qui est décédé le 29 juillet dernier après avoir été infecté par le virus Ebola. Khan a dirigé le laboratoire où les tests ont été effectués sur la population locale pour trouver de nouveaux cas. Laboratoire qui a un partenariat avec l'Université Tulane à la Nouvelle-Orléans, célèbre pour son expertise sur les maladies tropicales et la recherche sur l'Ebola.
 
L'hôpital de Kenema collabore également avec l'Institut de recherche médicale de l'Us Army, le secteur des forces armées américaines qui est en charge des maladies infectieuses.
 Selon les déclarations officielles, des expérimentations et tests ont été faits pour le développement de vaccins contre la fièvre jaune et la fièvre de Lassa pour vacciner les soldats. Selon les populations locales, des essais d'armes biologiques, soit de nouveaux virus créés pour être utilisés en temps de guerre, ont été faits, raison pour laquelle elles ont attaqué le centre de Kenema puisque tous ceux qui sont venus passer un dépistage pour le virus Ebola sont ressortis malades.
 Tant et si bien que le Ministère de la Santé du Sierra Leone, le 23 juillet, a fermé le laboratoire et l'hôpital et a transféré les patients au centre de traitement Kailahun et a ordonné à l'Université de Tulane de cesser les tests sur le virus Ebola. Quel test? Ça n'a pas été précisé. Le Ministère a également ordonné au CDC, le Center for Disease Control aux États-Unis, «d'envoyer officiellement les conclusions et recommandations de l'évaluation du laboratoire de Kenema" à propos de ce qui n'est pas clair. 
 
Une étude publiée en juillet par le CDC et signée par Humar Khan, Randall Schoepp, Cynthia Rossi et Joseph Augustin Goba Foire, a signalé que «le virus Ebola qui a infecté le Sierra Leone pourrait être le résultat d'un virus ou d'une variante de la génétique Bundibugyo du virus Ebola".
Le 31 juillet, le président de ce petit pays d'Afrique Ernest Bai Koroma a déclaré l'état d'urgence et il a parlé de la recherche du Dr Khan qui demandait si la virulence du virus Ebola avait été obtenue par une mutation génétique. Pourquoi le virus qui cause la fièvre hémorragique en Afrique existe (et tue) depuis des siècles séjourne dans certaines limites?
  La directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, a commencé en août à se demander s'il existe une mutation du virus Ebola ou une adaptation du virus.

 
Source:

http://translate.google.com/translate?hl=en&sl=it&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fappuntiitaliani.com%2Fmorto-esperto-in-virus-ebola-sullaereo-malaysian-airlines%2F&sandbox=1

Déclaration de l’OMS au sujet de M. Glenn Thomas, chargé des médias à l’OMS, qui a perdu la vie sur le vol MH17:
http://www.who.int/mediacentre/news/statements/2014/glenn-thomas/fr/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
24 août 2014 00:07

Selon une étude franco-américaine, la concentration de mercure dans les océans ne cesse d'augmenter et touche un océan en particulier affectant aussi la population marine.

PUBLICITÉ

 Selon une étude publiée dans la revue Nature, la concentration de mercure serait anormalement élevée dans les eaux profondes d'Atlantique du Nord ! Une fois dans l'eau, ce métal est absorbé dans l'organisme du poisson qui se retrouve après dans nos assiettes. Au cours de plusieurs expéditions, les chercheurs ont analysé les eaux des océans Arctiques, ceux du Sud, ainsi que le Pacifique et l'Atlantique.

"La concentration globale de mercure a augmenté de 150% et le niveau de mercure a triplé à la surface des eaux", écrit l'équipe de scientifiques. Selon eux, cela serait principalement dû à la pollution humaine et industrielle.

Des risques de troubles neurologiques

A forte dose, le mercure peut s'avérer toxique pour le système nerveux des humains . Une étude rapportée par l'ANSES a démontré que des personnes ayant consommé des poissons contaminés au mercure ont été atteints de troubles neurologiques.

Y-a-t-il un risque sanitaire en France ?

Depuis ces découvertes inquiétantes, l'ANSES a mis en place un système "pour évaluer le risque sanitaire lié à la consommation de poissons contaminés par le mercure." Sur son site l'agence en conclut que "la consommation de poissons ne présente pas de risque pour la santé." Néanmoins, elle recommande pour les femmes enceintes et allaitantes "de limiter leur consommation de poissons susceptibles d'être fortement contaminés à 150g par semaine. Et 60g par semaine pour les enfants de moins de 30 mois."

 

SOURCE : http://www.medisite.fr/a-la-une-mercure-certains-poissons-seraient-plus-contamines-que-dautres.677482.2035.html?xtor=EPR-56-667711%5BMedisite-Info-Sant%C3%A9%5D-20140819


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
23 août 2014 23:20
La nouvelle île volcanique japonaise menace le Pacifique d'un tsunami de 300 mètres de haut !

La nouvelle île japonaise menace tout le Pacifique

La nouvelle île volcanique japonaise menace le Pacifique

d'un tsunami de 300 mètres de haut !

 

Toutes les zones côtières du Pacifique sentent l’inquiétude grandir depuis quelques jours, après l’annonce faite par le centre d’observations et d’études en sismologie de l’Université de Tokyo. Cette annonce concerne l’évolution de la petite île toujours en formation dans les iles Bonin au sud du Japon, consécutive à une éruption sous-marine.

Elle se situe à quelques encablures de la fosse des Bonin, prolongation vers le Nord de celle des Marianne et c’est justement ce qui fait l’objet des craintes, l’ile est au sommet d’une pente de 60% pour la première partie et de 100% et plus vers le fond de cette fosse.


Avec ses 200.000 m³ de lave par jour, soit l’équivalent de 80 piscines olympiques, dont l’essentiel du dépôt se fait à l’Est, soit face à l’immensité de l’océan. Si cette accumulation continue, il pourrait se produire un effondrement. Seulement voilà vu les degrés d’inclinaison de la pente, il a été estimé pour minimum, que 12 millions de m³ de matière volcanique pourrait dévaler à tout moment, mais ça ne concernerait que l’accumulation récente. Il n’a pas été tenu compte d’une forte probabilité d’un entraînement de matériau plus ancien et, encore moins la haute sismicité de la région qui somme toute, pourrait fort bien être le déclencheur.


En tout, la quantité dernièrement évaluée pourrait aisément atteindre, voire dépasser les 37 millions de m³ de matériaux. Une telle quantité qui s’accroitrait au fur et à mesure que le fond soit atteint générerait inévitablement un énorme tsunami.

Pire, à la toute dernière évaluation, les chercheurs se sont rendu compte qu’une deuxième onde surviendrait quelques minutes après, simplement par l’écrasement de cette masse au fond de la fosse, en quelque sorte « un rebond ».

Ce dernier étant généré quasi à la verticale et d’une extrême violence, la seconde vague qui sera ainsi générée par l’expulsion, pourrait atteindre dès le départ plus de 300 m de hauteur, l’affaissement de la gerbe générerait une troisième vague pouvant atteindre entre 250 et 300 m de haut. Leur déplacement serait peu rapide dans l’océan, mais leur vitesse ainsi que leur hauteur seront exponentiellement décuplées à l’approche des rivages.

 
Je vous laisse imaginer la suite … ! Et tout autour de l’Océan Pacifique !

 

 

source : http://www.wikistrike.com/2014/08/la-nouvelle-ile-volcanique-japonaise-menace-le-pacifique-d-un-tsunami-de-300-metres-de-haut.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
23 août 2014 00:50
La FDA interdit la promotion de remèdes contre l'Ebola sur internet

 

FDA: La Food and Drug Administration (FDA, « Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux »[1]) est l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments.

 

 

La FDA interdit la promotion de remèdes contre l'Ebola sur internet

 

Le 14 août, la FDA a publié un avertissement qui cible spécifiquement ceux qui prétendent savoir comment prévenir ou guérir l'Ebola. Ce qui suit est un extrait de cet avertissement...

 

La FDA conseille aux consommateurs d'être attentifs aux produits vendus en ligne qui prétendent prévenir ou guérir le virus Ebola. Depuis l'apparition du virus Ebola en Afrique de l'ouest, la FDA a vu et reçu des plaintes de consommateurs concernant divers produits prétendant soit prévenir le virus Ebola soit traiter l'infection.

Il n'existe actuellement aucun vaccin approuvé par la FDA ni médicaments pour prévenir ou guérir l'Ebola. Bien qu'il y ait des vaccins et des traitements expérimentaux en cours de création, ces produits à l'étude en sont au premier stade de production, n'ont pas encore été pleinement testés au plan de la sécurité ou de l'efficacité et leur approvisionnement est très limité. Il n'existe aucun vaccin, médicament ou produit à l'essai spécifique contre l'Ebola commercialisé sur internet. Selon la loi, les compléments alimentaires ne peuvent prétendre empêcher ou guérir la maladie.

Les individus qui font la promotion de ces produits non approuvés et frauduleux doivent prendre des mesures immédiates pour corriger ou enlever ces affirmations ou faire face à une action possible de la FDA.

Il est important de noter que selon les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC), l'Ebola ne présente aucun risque important pour le public américain. Malheureusement, pendant les situations d'épidémies, des produits frauduleux qui prétendent traiter ou guérir une maladie, apparaissent trop souvent sur le marché. La FDA fait une surveillance de ces produits frauduleux et fausses déclarations et prend les mesures appropriées pour protéger les consommateurs.

Quoi donc a provoqué tout ceci ?

Eh bien, le New York Times nous a donné un indice. Selon ce journal, le gouvernement est particulièrement inquiet concernant un produit connu sous le nom de Nano Silver qui est encouragé par la Natural Solutions Foundation...

Au cours d'une discussion sur l'expédition vers le Liberia d'un médicament expérimental qu'un panel a ratifié, le Zmapp, le ministre de la santé du Nigeria, Onyebuchi Chukwu, a dit qu'un scientifique nigérien non identifié qui vit outremer s'est arrangé pour que le Nigeria obtienne un produit expérimental différent, selon les nouvelles venant du Nigeria. Ils l'ont identifié comme le Nano Silver, un complément offert par la Natural Solutions Foundation, qui a dit qu'il contenait des particules microscopiques d'argent, bien que, en tant que complément alimentaire, il n'ait pas été testé par les agences de régulation.

L'argent tue certains microbes en surface et dans les blessures, mais il peut être toxique et n'est pas approuvé par la FDA pour un usage systémique contre les virus.

Personnellement, j'ai un profond respect pour la Natural Solutions Foundation. Et le Dr Rima Laibow a travaillé très dur pour partager ce qu'elle sait avec la communauté mondiale d'internet...

Récemment, le médecin directeur de la fondation, le Dr Rima E. Laibow, a publié une "lettre ouverte aux chefs des états touchés par l'Ebola", en date du 29 juillet, affirmant que le Nano Silver guérissait l'Ebola. Elle a aussi affirmé s'être adressée à 47 ministres africains de la santé lors d'une conférence en 2007 et être en contact avec "les gouvernements ouest-africains et leurs conseillers".

Le Dr Laibow n'a pu être jointe pour des commentaires. Vendredi après-midi, après que le New York Times ait envoyé par email une série de questions, deux de ses sites web sont devenus temporairement indisponibles, puis sont réapparus avec un en-tête disant qu'ils étaient "sous attaque" et ils redirigeaient les lecteurs vers d'autres sites vendant un produit différent, une solution d'argent.


Mais finalement, cela ne va pas poser du tout de problèmes à la FDA si ce que dit le Dr Laibow est vrai ou non.

La seule chose qui va compter est que ce médecin soutient des alternatives qui ne proviennent pas du cartel pharmaceutique.

Et quand vous croisez la FDA, ils ne font pas que vous envoyer une lettre de menace par messagerie.

Comme je le mentionnais ci-dessus, des hommes en arme pourraient se montrer à votre porte.

(…) Donc pour l'instant voilà où nous en sommes. La FDA dit qu'il n'y a aucun moyen de prévenir ou de guérir l'Ebola, et il vaut mieux ne pas dire non plus qu'il y en a.

Pendant ce temps, il semble que l'Ebola se soit encore répandu à d'autres pays et que l'épidémie continue à grandir à un rythme exponentiel. En fait, l'OMS vient de publier une déclaration dans laquelle est énoncée que "les chiffres des cas et décès rapportés sous-estiment largement la magnitude de l'épidémie".

Si vous n'avez pas pris l'Ebola au sérieux, il va falloir le faire.

 

http://bistrobarblog.blogspot.fr/2014/08/promouvoir-un-remede-contre-lebola-sur.html
http://www.wikistrike.com/2014/08/la-fda-interdit-la-promotion-de-remedes-contre-l-ebola-sur-internet.html 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
23 août 2014 00:20

LA-VOIX-DU-PEUPLE.jpg

Dans toutes les grandes entreprises qui fabriquent des bonbons ou des biscuits (mais cela vaut aussi pour les yaourts, desserts en tout genre, plats préparés), il y a un département très important appelé le « contrôle de gestion ».

Son travail consiste à réduire les coûts et augmenter les marges de toutes les manières possibles.

« Dégrader le produit »

Pour les produits alimentaires, le moyen le plus efficace de réduire les coûts est de modifier la recette pour économiser sur les matières premières.

Il s’agit de remplacer les ingrédients onéreux par des matières premières moins nobles, ou de doser différemment les ingrédients de la composition pour abaisser le coût de revient – très discrètement.

Les professionnels appellent cela « dégrader le produit ».

Cela consiste, à réduire la quantité de saccharose pour augmenter la dose de sirop de glucose, remplacer les bonnes graisses par des huiles végétales hydrogénées, de l’amidon, de la gomme de guar, augmenter le volume en rajoutant de l’eau et du gluten pour faire gonfler, et donner l’illusion à l’acheteur qu’il en a plus pour son argent.

Des entreprises spécialisées « aident » les industriels à cela, comme par exemple la société Chamtor, qui explique sur son site Internet :

« Les sirops de glucose employés en biscuiterie permettent de fabriquer des biscuits secs de qualité tout à fait comparable à celle des produits à base de saccharose.

L’utilisation de sirops riches en maltose permet d’améliorer la qualité des biscuits tout en augmentant le taux de substitution du saccharose (gain économique) sans risque de coloration excessive. Le H-MALTOR 70/80 donne des biscuits très lisses et brillants.

L’intérêt de GBS-P51 dans la fabrication des biscuits réside dans le fait que, pour une matière sèche identique, il réduit la viscosité. Ceci permet de réduire la quantité d’eau incorporée et par là-même, de diminuer les coûts énergétiques.

L’addition de GBS-P51 à 0,1-0,6 % permet également de réduire le retreint et l’ovalisation. » [1]

Le but est toutefois d’éviter que le consommateur moyen s’en aperçoive. Car bien entendu, les fabricants savent qu’ils perdront les acheteurs les plus avisés, dont certains se plaignent sur des forums Internet :

« Au moment même où j’ai remarqué que le Cornetto est devenu dégueul***, on passait la pub avec un slogan du genre “Le meilleur Cornetto de tout les temps”. Non mais s’il y a des gens qui se laissent prendre à ça, il faut les fusiller c’est pas possible… »

Quand les changements se cumulent pendant plusieurs années, le produit peut ainsi dériver de façon incroyable. Mais la majorité des consommateurs, dont le goût a évolué au fur et à mesure des changements, ne s’en aperçoit pas.

Ils continuent à acheter aussi cher, et même plus cher, un produit qui coûte de moins en moins cher à produire. Et c’est ainsi que les industriels se remplissent les poches, tranquillement, sur le dos de ces acheteurs qui ne se méfient pas assez, et qui ne se doutent absolument pas de leurs pratiques.

Cas d’école : les biscuits Prince

Les personnes qui n’ont plus mangé de biscuits Prince depuis les années 80 seront tout étonnées de la texture des Princes nouvelle génération : ils s’émiettent, ne nourrissent pas, ressemblent à du polystyrène expansé et sont beaucoup plus sucrés.

De fait, les Princes actuels sont beaucoup plus légers qu’avant, et les ingrédients ne sont plus les mêmes : avant l’été 2008, le célèbre paquet de Prince LU pesait 330 g. À la rentrée, suivante, il ne pesait plus que 300 g, mais coûtait toujours le même prix.

Le chocolat qui, jadis, touchait les bords, ne forme plus qu’un petit rond à l’intérieur à peine plus grand qu’une pièce de 2 euros.

Sur le paquet, il n’est d’ailleurs plus écrit « Prince au chocolat »… mais au « goût chocolat ».

C’est comme les pizzas de supermarché qui étaient autrefois faites avec du fromage et qui sont maintenant recouvertes de « préparation fromagère ». On imagine la « mama » avec toutes les éprouvettes dans la cuisine.

Sur les forums, les consommateurs s’accordent à dire qu’un des produits qui s’est le plus dégradé, en dehors des Princes, est la Danette. Ils citent également Paille d’Or, Lu Petit Déjeuner, Kangoo, Pepito, le Galak, Lion et enfin Mars.

La nouvelle recette de Mars appelée Cœur fondant, introduite en 2007 soit disant «afin de s’adapter aux nouvelles demandes des consommateurs », a perdu 16 % de son poids, mais est restée au même prix.

En revanche, il semble que les biscuits Chamonix, Thé et Petit Beurre soient restés semblables à ce qu’ils étaient autrefois, selon les témoignages des internautes.

Jouer avec la taille

Danone a imaginé une stratégie assez rusée pour ses crèmes dessert. Vendus par quatre, les pots de crème vanille ou chocolat pèsent 125 grammes. Vendus par douze ou par seize, ils ne pèsent plus que 115 grammes. « Réduire les portions, c’est réduire l’impact en terme de calories », explique Danone. Autrement dit : « On vous arnaque… mais c’est pour votre bien ! Cela vous évite de trop manger de nos produits qui sont mauvais pour la santé. »

Le pot de Jokey de 1 kg ne pèse plus que 850 grammes, les 4 petits pots de 100 g ne pèsent plus que 90 grammes.

Pour la plupart des marques, l’eau minérale est passée de 1,5 litre à 1,25 litre, l’eau Saint-Amand est passée à 1 litre, la Badoit à 0,75 L.

Le sucre en poudre, qui s’était toujours vendu au kilo, est aujourd’hui conditionné dans des sachets en plastique de 750 g.

Il n’y a plus que 16 dosettes de café au lieu de 18 dans les paquets L’Or Intense de Carte Noire… Mais l’apparence du paquet et le prix sont restés les mêmes.

L’imagination des commerçants est sans limites : des équipes entières passent leur vie à réfléchir aux moyens de vous faire payer plus pour leur produit, alors que vous même prenez votre décision d’achat en quelques secondes au supermarché.

La lutte est inégale. Revenez toujours au prix au kilo, et préférez les produits les plus simples, les plus naturels, les moins transformés, avec l’emballage le moins compliqué possible. 

Un moyen de se rendre service.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

http://voixdupeuple.wordpress.com/2014/08/19/pourquoi-il-est-si-rentable-de-vous-vendre-des-biscuits/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
23 août 2014 00:08

 

Le CDC envoie par erreur à des labos une souche mortelle de la grippe aviaire

 

Cela finira mal

Le CDC envoie par erreur à des labos une souche

mortelle de la grippe aviaire

 

La planète a eu son lot de pandémies durant son Histoire. Après la grippe aviaire il y a quelques années, c'est le virus Ebola qui menace une nouvelle fois. Pourtant, la peste aviaire aurait bien pu de nouveau causer gros dégâts après une grave erreur du CDC américain.

Pour lutter contre ces virus, pour être capable de mieux réagir en cas de pandémie, les laboratoires travaillent d’arrache-pied à étudier ces menaces. Le CDC (« Centers for Disease Control and Prevention ») est la principale agence gouvernementale américaine de protection de la santé publique et de sécurité publique, c’est en partie à lui qu’incombe cette lourde tâche.

Et régulièrement, le CDC envoie des échantillons à des laboratoires tiers. En Janvier dernier, alors qu’il devait envoyer un échantillon d’une souche bénigne pour l’Homme, un scientifique a par inadvertance envoyé une souche mortelle pour nous, pauvres humains.

Il aura fallu attendre une étude en Mars – durant laquelle des poulets sont morts instantanément – pour identifier que quelque chose clochait. Mais ce n’est qu’en Juin, lorsqu’un deuxième laboratoire tiers a constaté le même taux de mortalité que l’affaire ne fut portée à la connaissance des instances compétentes.

Selon le CDC, cela dit, « le mélange viral a toujours été contenu dans les laboratoires spécialisés, il n’a jamais été une menace pour le public ». Ouf ! Espérons que cela ne se reproduise pas avec Ebola…

 

http://www.gizmodo.fr/2014/08/18/cdc-souche-mortelle-grippe-aviaire.html

http://www.wikistrike.com/2014/08/le-cdc-envoie-par-erreur-a-des-labos-une-souche-mortelle-de-la-grippe-aviaire.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
20 août 2014 01:46

  

L’invasion quotidienne de milliers d’Africains en Europe a conduit ces derniers jours à la multiplication des alertes concernant de possibles cas d’étrangers porteurs du virus Ébola. Ces suspicions ont conduit à de lourdes et coûteuses procédures de mises en quarantaine, d’hospitalisations et d’analyses, en Angleterre comme en Italie et en Espagne.

En Écosse, une Africaine a été hospitalisée après avoir développé certains symptômes correspondant à ceux d’Ébola. Cette ressortissante de Sierra-Leone était hébergée dans un centre pour colons à Dungavel. En conséquence, le centre a été mis en quarantaine : plus aucune personne n’y a été admise, et les étrangers présents ont tous eu l’obligation d’y rester.

En Italie et en Espagne, les autorités envoient en mer les fonctionnaires chercher directement les colons, au risque de ramener des personnes malades et contagieuses. Une rumeur, démentie par le gouvernement, a fait état de plusieurs malades à Lampedusa. Les Italiens ont été contraints, en plus du reste, de financer déjà 33 000 tests sur des étrangers ayant violé les frontières de l’Europe, même si aucun cas n’aurait été confirmé pour l’instant. Selon le ministre italien de la Santé, la « situation en Italie et en Europe reste totalement sous contrôle ».

C’est ce que proclamaient encore il y a quelques semaines les autorités des différents pays africains où l’épidémie fait rage. Pourtant aujourd’hui, selon Médecins sans frontières :

« L’épidémie du virus Ébola au Liberia a complètement submergé le système de soins de santé qui est en train de s’effondrer. »

En France, au début du mois, devant l’inaction des pouvoirs publics, le syndicat de police Alliance avait également lancé une alerte.

ébola_alliance

Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), publié vendredi, l’épidémie avait à cette date fait 1 145 morts, dont 76 entre mercredi et vendredi et 319 depuis le début du mois, soit plus de 25 % du total, et 2 127 contaminations.

evolution_epidemie_ebola-mars-aout-2014

 

L’irresponsabilité des pouvoirs publics des différents pays européens expose les populations européennes à la merci de cette maladie mortelle. Ces dernières ont déjà subi ces dernières années le retour de plusieurs maladies graves que les Européens avaient éradiquées, comme la tuberculose, la lèpre, la gale entre autres.

Si les cas pour Ébola se sont avérés jusqu’ici négatifs, l’arrêt et l’inversion des flux d’invasion aurait pu permettre d’éviter tout risque pour aujourd’hui comme pour demain.

De manière plus responsable, le Kenya a annoncé samedi l’interdiction d’entrée sur son territoire de tous les voyageurs venant de Guinée, du Liberia et de Sierra Leone.

 

Visuel de propagande du mouvement nationaliste italien Forza Nuova.
Visuel de propagande du mouvement nationaliste italien Forza Nuova.
SOURCE : http://jeune-nation.com/2014/08/apres-la-lepre-et-la-tuberculose-les-etrangers-responsables-de-plusieurs-suspicions-de-cas-debola-en-europe/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
17 août 2014 02:00

La police albanaise a arrêté aujourd’hui 40 immigrants clandestins en provenance d’Afrique. Cinq d’entre eux sont actuellement en quarantaine après avoir présenté des symptômes du virus Ébola, rapporte le journal macédonien Vecer.

La police soupçonne ces clandestins, d’origine érythréenne, d’être entrés illégalement en Europe via la Grèce. Ils sont actuellement placés en quarantaine à l’hôpital de Vlore (Albanie), une ville située à moins de 140 km du port le plus proche d’Italie.

Ces malades pourraient constituer les premiers cas incontrôlés d’Ébola en Europe. Tous ces clandestins devraient rester sous surveillance durant 21 jours, durée de la période d’incubation du virus Ébola.

L’institut de santé publique révèle également aujourd’hui qu’un autre clandestin originaire d’Afrique de l’Ouest a été placé en quarantaine au Monténégro pour les mêmes motifs.

Afin d’empêcher la propagation du virus Ébola, les autorités serbes ont actuellement mis 14 personnes sous surveillance médicale. Chacune d’entre elle est originaire du Libéria, de Sierra Leone, de Guinée ou du Nigeria, selon le journal bulgare Standart.

La police albanaise déclare avoir arrêté au moins 500 immigrants clandestins, dans la première moitié de 2014. Ils sont principalement originaires de Somalie et d’Érythrée. L’Albanie a longtemps été considérée comme une voie vers l’Europe occidentale par des immigrants illégaux qui passent par l’Adriatique grâce à des réseaux afin de rejoindre l’Italie.

Newsweek

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
16 août 2014 00:40

un-militant-pour-lusage-medical-du-cannabis.jpg

 

Fin 2013, l’OCRTIS estimait le chiffre d’affaires annuel des drogues dans notre pays autour de 2 milliards d’euros.

 

On n’a pas encore, à ce jour, retrouvé les 52 kilos de cocaïne volés dans la salle des scellés de la brigade des Stup’ du 36, quai des Orfèvres. Le brigadier mis en examen et écroué nie tout, et rien, à ce jour, ne prouve qu’il est l’auteur du casse sinon les collègues qui pensent avoir reconnu sa silhouette sur les vidéos de la maison. On a, certes, retrouvé 20.000 euros à son domicile, au fond d’un sac à dos, mais il assure qu’il s’agit de gains au jeu (en ligne !). Peut-être faut-il aussi attribuer à la chance les sept appartements qu’il possède, bien que modestes ?

Bref, on n’a pas retrouvé la coke. Mais en la cherchant, on a trouvé d’autres choses prouvant que, si crise il y a, ce n’est pas chez les dealers. En ce domaine, bien au contraire, les affaires semblent particulièrement florissantes. Et dans ce secteur, à chacun son marché. On apprend ainsi incidemment que la drogue volée quai des Orfèvres avait été saisie début juillet lors du démantèlement d’un gang sénégalais. Valeur marchande : 3,5 millions d’euros. Plus rentable, assurément, que le fameux bail zaïrois en vogue dans les années 2000.

Lancés, donc, sur la piste de la poudre itinérante, les limiers et leurs chiens ont atterri à Chinatown, dans le XIIIe arrondissement, où ils sont tombés « tout à fait par hasard » sur une Renault Kangoo contenant 300 kg de cannabis. Et plus loin sur une seconde Renault Kangoo qui en contenait 600 kg. Très pratique pour le stockage, la Kangoo.

Plus globalement, les moissons de l’été sont abondantes. En vrac : le 21 juillet, 1,5 tonne de cannabis saisie dans un camion par la brigade d’Arcachon, sur l’autoroute A63. Prix à la revente : 9 millions d’euros. Les 26 et 27 juillet, de nouveau 1,5 tonne de cannabis dans deux convois distincts de « go fast » en provenance d’Espagne. La même semaine, 900 kilos saisis à Lyon, et 500 dans le département des Landes…

Malgré les chiffres impressionnants, une goutte d’eau dans l’océan du trafic sachant que « 300 tonnes de produit arrosent le marché chaque année », dit un officier de la PJ parisienne. L’herbe se vend bien, la coke aussi, le reste avec.

Fin 2013, l’OCRTIS (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) estimait le chiffre d’affaires annuel des drogues dans notre pays autour de 2 milliards d’euros. En baisse pour le cannabis, avec son 1,2 million de fumeurs réguliers et ses quelque 100.000 « salariés » réguliers. En hausse significative pour la cocaïne, qui se « démocratise ». Ainsi, à défaut de développer le ferroutage, il n’est pas rare de voir les routiers se faire « un rail » pour tenir le coup sur l’autoroute… France, pays de camés ?

SOURCE

 

 

 


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
12 août 2014 01:39

LU SUR CHAOS CONTROLE

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais cette histoire d'Ebola commence de plus en plus à ressembler à une vaste manipulation. La peur, qu'elle soit fondée ou non, est un formidable outil de contròle des populations et les gouvernements en usent et en abusent depuis des lustres. Pour commencer, on nous parle d'un virus sans aucun traitement alors que manifestement les américains en ont dejà un qui fonctionne et que leurs compatriotes ont déjà pu en bénéficier. Obama considère quand à lui que ce serait prématuré de fournir le remède en Afrique (hmm hmm).

 

31222ebolapsy_678x320_front_r

 

 Ensuite on nous dit que le taux de mortalité peut aller jusqu'à 90% alors que dans les faits c'est plutôt entre 50% et 55% (mais c'est vrai que 90, c'est plus effrayant pour la population et ça rappelle le docteur Pianka qui voulait exterminer 90% de la population mondiale via une propagation aérosol d'Ebola parce qu'il considérait que l'on est trop nombreux). 



Alors que la grippe saisonnière tue entre 250 000 et 500 000 personnes par an dans le monde sans faire paniquer pour autant le monde entier, Ebola en a tué moins de 1000 jusque là et le tout dans une zone restreinte, ce virus ne se transmettant pas de la même manière (du moins officiellement). 


Une possibilité pour ce soudain branle-bas de combat international (état d'urgence au Libéria, l'OMS déclare qu'Ebola est désormais une urgence de santé publique de portée internationale avec "des conséquences particulièrement graves" selon eux, alerte maximale de la CDC aux US, kits de détection, protection et décontamination pour les équipes en charges des armes de destructions massive pour les guardes nationaux des 50 états américains) serait que la contamination du virus Ebola puisse bien être aéroportée car une étude de 2012 rapporte une contamination entre des cochons et des singes par aérosol. Dans ce cas, ce serait les médias qui nous mèneraient en bateau en sous-estimant la menace.  


En tout cas, cette soudaine épidémie tombe à pique car les firmes pourront tester leurs vaccins expérimentaux. La firme pharmaceutique Tekmira, financée par Monsanto, a travaillé à l'élaboration d'un médicament antiviral. Elle en était aux tests cliniques de phase 1 sur les humains en Janvier dernier. Surprise: le commanditaire de cette recherche est le DOD (département de la défense des États-Unis) le tout pour un contrat de 140 millions de dollars. Cette recherche portait sur la sécurité, la tolérance et la phamacocinétique du médicament sur des personnes en bonne santé. L'émergence du foyer épidémique en Afrique arrivait quelque mois après.


La journaliste d'investigation Jane Burgermeister a également découvert des éléments intéressants au laboratoire du Kenema Goverment Hospital de la Sierra Leone, qui semble être le foyer initial de l'épidémie (les habitants ne s'y trompent pas d'ailleurs car il y a eu des émeutes devant l'hòpital. La presse a alors inventé un bobard pour les justifier en parlant d'une infirmière folle qui aurait répandu une rumeur). Des scientifiques américains travaillent dans ce laboratoire depuis au moins 2011 sur la fièvre de Lassa.


Un consortium de scientifiques travaille dans ce labo sur le virus Ebola avec entre autre le docteur James E. Robinson comme investigateur principal, scientifique qui travaille sur 4 projets de la fondation Bill Gates (grand adepte de la dépopulation par la vaccination accessoirement). Nous trouvons également dans ce consortium le Dr. Pardis C. Sabeti, qui a obtenu une bourse de laRhodes Scholarship (Cecil Rhodes = 100% Nouvel ordre mondial) et a reçu également son adoubement de George Soros via un partenariat avec son ONG pseudo philantropique Open Society Foundation. Cette fondation est d'ailleurs solidement implantée en Afrique de l'Ouest avec son initiative OSIWA présente dans 9 pays (Ebola a dejà frappé dans au moins 4 d'entre eux). Quand à Stephen Gire, il a des liens avec le CDC et l'armée américaine. Autant dire que ce consortium est infiltré à 100%. 

Còté américain, non seulement, il existait déjà un ordre exécutif datant de 2003 qui permettait l'arrestation et la détention de personnes contaminés par Ebola et le SARS mais Obama a signé un amendement le 31 Juillet afin que cette directive englobe tous les syndromes respiratoires aigues (terme assez vague pouvant englober de nombreuses pathologies).


 On nage en plein délire car le site de la CDC indique même que les personnes en bonne santé pourront être mises en quarantaine. Donc en gros, ils ont tout prévu pour pouvoir arrêter ou mettre en quarantaine à peu près qui ils veulent aux Etats-Unis si besoin grâce à cette menace. Voilà comment on crée de toute piêce une situation de crise pour la récupérer ensuite magistralement pour servir ses propres intérêtes (on notera que cette frénésie se retrouve essentiellement aux Etats-Unis), et lorsque l'on voit qui finance les recherches pour un remède, il y a de quoi se poser des questions quand à la finalité de cette propagande ebolesque qui nous envahit ces dernières semaines.


 MAJ 08/08:

 Ce qui est très révélateur également c'est que le CDC a déposé en 2009 un brevet sur une souche Ebola extraite d'un malade et il revendique aujourd'hui la paternité de tout ce qui détient au minimum 70% du patrimoine génétique de ce virus car leur "invention révèle la séquence génétique complète du virus Ebobun".

En fait, ils disposent de tout y compris d'un vaccin. Je cite:


"l'invention fournit un procédé pour propager le virus hEbola dans des cellules hôtes comprenant l'infection des cellules hôtes par le virus hEbola isolé selon l'invention décrit ci-dessus, mise en culture des cellules hôtes afin de permettre au virus de se multiplier, et la récolte des virions qui en résultent. 



Dans un autre aspect, l'invention fournit des préparations de vaccin, comprenant le virus hEbolay compris des formes recombinantes et chimères du virus, des molécules d'acides nucléiques constituées par le virus, ou sous-unités protéiques du virus. L'invention fournit aussi une formulation de vaccin comprenant une quantité thérapeutiquement ou prophylactiquement efficace du virus de l'invention hEbola décrit ci-dessus, et un support pharmaceutiquement acceptable." 

Pouquoi les Etats-Unis ont-ils breveté l'un des virus les plus mortels qui soit? Comment se fait-il que le CDC, propriétaire de ce brevet, soit justement à l'oeuvre depuis plusieurs années dans la Sierra Leone, lieu ou l'épidémie a fait le plus de morts (près de 900 à ce jour)? Et le pire c'est que le brevet américain parle d'une méthode pour préparer des formes reconbinées ou chimériques de leur variante d'Ebola.Or il semblerait que la variante actuelle soit identique à la forme Zaïre seulement à 97%. Changer une petite partie d'une séquence génétique peut tout changer. Un patient nigérian qui n'avait pas été mis en quarantaine à temps a contaminé huits personnes qui l'avaient soigné.


 Alors, ce virus est-il réellement une problématique mondiale à venir ou un simple outil de contrôle des masses de plus dans l'agenda du nouvel ordre mondial? Dans les deux cas, ils ont le remède, pas nous (les perfusions de vitamine C, c'est bien gentil mais qui nous les fera en cas de besoin?) et d'une manière ou d'une autre la récupération de cette épidémie par les gouvernements et médias confirment que c'est une épidémie montée de toute pièce. Reste à savoir si elle aura réellement une répercussion internationale ou si ce sera une Psy Ops du genre de l'intox de 2009 pour H1N1.

Fawkesnews

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
10 août 2014 10:44

Julian Savulescu, professeur à Oxford, fait partie de ces bioéthiciens qui veulent changer l’humanité par la sélection génétique. Mais il ne s’arrête pas là. Pour lui, la meilleure façon de combattre les effets du « réchauffement climatique » est de changer – littéralement – la planète où nous vivons. C’est sur le blog Practical Ethics qu’il préconise la géo-ingénierie afin de changer la structure de l’environnement pour le rendre plus habitable. 

Pour ce faire, il faudrait, dit-il, introduire fourmis, sulfate de fer et arbres artificiels pour piéger le carbone.

Sa manière d’argumenter ne manque pas d’intérêt : Savulescu pose le principe selon lequel on peut bien vouloir récuser la géo-ingénierie, parce qu’elle trafique la nature, mais qu’on le fait quand même déjà, et à grande échelle. Par exemple, en balançant des tonnes de carbone dans l’atmosphère : le réchauffiste, ne l’oublions pas, pense que cela change profondément l’environnement. Ne serait-ce pas de l’ingénierie, sous prétexte que les effets produits ne sont pas volontaires ?

Savulescu rétorque en écrivant : « Imaginons que nous vérifions que l’œstrogène des contraceptifs ou des médicaments anti-psychotiques soit en train d’affecter les lignées bactériennes ou des facteurs épigénétiques, affectant par là-même la vie des générations futures? Personne ne pourrait valablement s’excuser en disant : “Mais nous n’avions pas l’intention de modifier la lignée bactérienne, alors on ne peut pas parler de bio-ingénierie humaine.” Quel que soit le nom qu’on lui donne, le fait de l’autoriser ne dépendrait pas de savoir si les effets étaient intentionnels ou non, mais de leur nature et de leur importance. »

C’est intéressant – car justement on sait que le déversement d’hormones dans les cours d’eau affecte les poissons, ce qui laisse deviner que leur utilisation ou leur absorption involontaire par les êtres humains ne sera pas sans conséquences graves.

Julian Savulescu poursuit cependant son argumentation en posant qu’il nous appartient de déterminer quel est le « meilleur » climat à vouloir promouvoir au moyen de l’ingénierie humaine. Accepter l’idée qu’il faut œuvrer au nom de la justice. Abandonner le relativisme qui ne voit que la valeur de la différence et non plus la beauté et le bien objectifs.

Qu’un bioéthicien commence à raisonner en terme de bien et de mal, c’est assez rafraichissant.

Dommage que dans le même mouvement, en rejetant l’idée de bricoler l’être humain par la génétique pour obtenir une amélioration incertaine et des souffrances possibles pour les individus qui en naîtraient, Julian Savulescu préconise la sélection des embryons aux meilleurs profils génétiques – après tout, ceux qui ne voient pas le jour ne le sauront jamais et n’en souffriront pas, dit-il en substance.

La bioéthique moderne n’a pas de base, de fondement, de colonne vertébrale, de principes sûrs : voilà son problème.

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
8 mai 2014 17:33

Le rapport d’une mission parlementaire dénonce le recrutement abusif de médecins intérimaires dans les hôpitaux. Ou comment tendre un bâton pour se faire battre ?

Produit par le fringant député socialiste de l’Isère, Olivier Véran, un rapport au titre accrocheur (« Hôpital cherche médecins coûte que coûte« ) a été remis au Parlement il y a deux semaines non sans provoquer quelques flèches de désapprobation, comme toujours exagérées, lancées par une presse qui aura surtout retenu le sous-titre « Essor et dérives du marché de l’emploi médical temporaire à l’hôpital public »

Où est le problème ?

Venant d’un soldat de la base arrière, on aurait pu s’attendre à l’exhumation de problématiques compliquées et de réflexions absconses comme le PS en a présentement le secret (comme le dernier rapport sur l’immigration). Mais non ! C’est moins le député socialiste que le jeune neurologue du CHU de Grenoble, établissement aujourd’hui sous les projecteurs avec l’hospitalisation de Schumacher, qui a tenu la plume. Car au fond, le rapport Véran est plutôt objectif et plein de bon sens. Du haut de ses 32 ans, le député de l’Isère puise sûrement dans son vécu hospitalier. Les solutions en revanche sont à côté de la plaque.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
1 mai 2014 23:46

 

 

Alerte réelle et irréfutable émise (entre autres) par l’USGS et RSOE EDIS  http://hisz.rsoe.hu/alertmap/index2.php 

Absolument Personne n’en parle .

Attention lisez bien ce papier, qu’on a traduit :  c’est proprement ahurissant ! Sachant qu’en plus , la 1 ere ”Alerte” qu’ils ont émis cette année était juste !

Ils relient cela aux cycle solaire et lunaires aussi , a la météo spatiale en général, alors qu’on vient d’entrer en “lune de sang ” (éclipse) et que l’activité solaire (dans ce maximum) est irrationnelle : il se passe définitivement quelque chose d’énorme dans cette région, et comme écrit, tout est relié au Yellowstone (regardez juste la zone impliquée)

De l’activité spatiale (dont les corps et “l’activité cosmique”, mais aussi les alignements planétaire etc…) à l’activité sismique et volcanique qui explose (ce dont nous avions prévenus dans nos anciens papiers) …

 

ON PARLE de la CALDERA D’ISLAND PARK  

 

 

Et le grand dessin prend forme… 

Un avertissement lancé aujourd’hui par le ministère Russe de la défense civile fédérale , des situations d’urgences et de l’élimination des conséquences de catastrophes naturelles ( EMERCOM ), qui  a informé l’Organisation mondiale des observatoires de volcans (WOVO ) qu’un niveau d’alerte rouge” pour le Borah Peak Mountain dans l’Idaho (Amérique du Nord / Etats-Unis) peut être justifiée dans les semaines à venir en raison de l’augmentation de l’activité volcanique, et sismique, détectée par  des observations  au sol et par satellite .

C’est le deuxième tel avertissement émis par l’EMERCOM cette année, qui suit leur prédiction du 24 Janvier quand ils s’attendaient à ce qu’un tremblement de terre et le  tsunami qui a suivi   frappe au large des côtes sud-ouest de l’île de Sakhaline, au nord de l’épicentre du tremblement de terre de magnitude  6,2 d’ Août 2007, dans la ville de Nevelsk , un fait qui avait, tout de même, été prédit avec succès par les chercheurs russes .

Ce qui est Important à noter, à propos des prédictions de l’EMERCOM est que, contrairement à leurs homologues occidentaux, les scientifiques  russes proposent quatre nouvelles techniques de prévisions des tremblements de terre et Des éruptions volcaniques bien à l’avance, qui sont universels et peuvent être appliquées à toutes les régions de la terre.

Ce type de prévision ne comporte aucun aspects “psychiques” (“remot viewing”) du tout, et est appelé  technique phase- trajectoire .”  . “Il s’agit d’une analyse simultanée des rythmes spatiaux périodiques et quasi-périodiques, qui impliquent de nombreux facteurs qui ont un grand effet sur ​​ces terribles formations, y compris, mais sans sy limiter, les marées lunaires et les cycles solaires.

Ce rapport indique que  ”L’ Alerte rouge  ​​ pour le Borah Peak Mountain (la plus grande montagne de l’Idaho) , signifie qu’une éruption est prévu de façon  imminente, avec une émission importante de cendres dans l’atmosphère probable.

Ce rapport  poursuit que les 1eres préoccupations de l’EMERCOM au sujet de Borah Peak Mountain, ont fait suite au tremblement de terre demagnitude  4,8  qui a frappé la caldeira de Yellowstone (le Supervolcan) le 30 Mars , ce qui a été le plus grand tremblement à frapper cette région en près de 30 ans,  et qui a été précédé  par une série de petits les tremblements de terre dans le centre de l’Idaho et accompagné d’un séisme de magnitude 3,1 quasi simultané  se produisant près de Borah Peak Mountain à la même date.

Ce rapport indique que ce qui a mis la puce à l’oreille de l’EMERCOM, sur Borah Peak Mountain , était le séisme  de magnitude  4,9 hier (le 12 avril) dans le centre de l’Idaho près de la ville de Challis , qui le 28 Octobre 1983 avait subi un tremblement de terre de 6,9 de magnitude, qui avait tué deux enfants.

 Ce rapport précise que ce qui est Important à noter à propos de Borah Peak Mountain et du  centre de l’Idaho,, c’est que c’est une partie de ce qu’on appelle la “Ceinture  sismique Intermontagnes ” ( ISB ) [1 ère photo  à droite de la carte ] qui s’étend du sud de la Californie et se connecte à beaucoup des États des régions de  l’Ouest  , et plus particulièrement la caldeira de Yellowstone,  qui est en retard pour un événement d’éruption volcanique catastrophique.

 

Quant à savoir a quel point violente sismiquement cette région est,  note en outre l’EMERCOM dans leur rapport, le tremblement de terre de 1983 à Borah Peak Mountain se classe comme l’un des plus puissants tremblements de terre au 20ème siècle dans les 48 États des États-Unis et a produit un  long  escarpement de 21 mile qui a été soulevé  jusqu’à 14 pieds et qui est encore visible aujourd’hui.

La plus grande préoccupation des scientifiques  de l’EMERCOM concernant l’ activité volcanique de  Borah Peak Mountain, selon ce rapport, sont le nombre croissant d’opérations de fracturation (hydraulique) actuellement autorisée dans les régions du BSI (“Ceinture  sismique Intermontagnes ) qui se font maintenant au bord même de la caldeira de Yellowstone, y compris les deux régions sismiques les plus actives aux états Unis ,le Nevada et l’Idaho .

La plus embarrassant , dit ce rapport, ce sont que ces opérations de fracturation dans la zone volcanique ISB, sont autorisées à  se poursuivre par le régime Obama, en dépit des conclusions et recommandations de leurs propres experts, notamment au cours des dernières semaines, spécialement un rapport sur  leur région du Midwest qui, en partie , déclare :

“Les Géologues de l’Ohio ont trouvé un lien probable entre la fracturation et un sursaut des tremblements de terre  , le mois dernier, dans une région qui n’avait jamais connu une secousse jusqu’à récemment, selon un rapport de l’État.

Le rapport du séisme, qui a coïncidé avec l’annonce par l’état de certaines des plus strictes limites de la nation quant à la fracturation près de failles, a fait remarqué le lien le plus fort à ce jour entre les  séquences de secousses, nerveuses, et la fracturation hydraulique – le processus d’injection d’eau, de sable et de produits chimiques profondément dans la terre pour   éjecter le pétrole et le gaz naturel de la roche ancienne.

Le mois dernier, Ohio a arrêté indéfiniment   l’opération de fracturation de Hilcorp Energy, près de la frontière de la Pennsylvanie après cinq tremblements de terre, dont une secousse de magnitude 3  qui  avait réveillé de nombreux habitants de l’Ohio de leur sommeil “.

Ce rapport de l’EMERCOM conclut, quant aux rythmes spatiaux, les marées lunaires et l’analyse du cycle solaire, en invitant à cette ” Alerte rouge ” éruption volcanique pour Borah Peak Mountain, ils sont en partie basées sur l’entrée  en  cycle Tetrad de la lune de “sang” , qui doit commencer cette semaine, le 15 Avril et se terminer le 28 Septembre 2015.

http://www.eutimes.net/2014/04/volcanic-red-alert-issued-for-idaho-by-emercom-scientists/

http://resistanceauthentique.com

merci à pareo29

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
1 mai 2014 23:20

Dans la famille “Les Repentis de Big Pharma”, voici John Virapen, ancien directeur de la firme Eli Lilly en Suède, qui a rédigé dans sa soixante-quatrième année une confession professionnelle peu ordinaire. Par une ironie du destin, son livre est sorti en France jeudi 17 avril, au lendemain de la mort de Jacques Servier.

J’ai maintenant compris que j’avais indirectement contribué a la mort de personnes dont les ombres me hantent.

 

Je n’ai évidemment tué personne directement, mais aujourd’hui je ne peux pas ne pas me sentir responsable en partie de ces morts. J’ai été un instrument, un exécutant, mais consentant, aux mains de l’industrie. […] J’ai été certes manipulé, mais sans me poser de questions. J’ai vendu mon âme au diable.”

 

Le cas du Prozac

D’origine indoue et fils de pêcheur illettré de la Guyane britannique, l’auteur de ce mea culpa glaçant est entré dans l’industrie pharmaceutique, en 1968, par la toute petite porte. En acteur habile de ce qui ne s’appelle pas encore marketing, John Virapen est déjà en 1981 directeur des ventes de la firme Eli Lilly pour la Suède.

Il raconte les petits pactes inavouables qui se scellent dans ce milieu feutré, et la main mise des firmes sur les leaders d’opinion, ces grands professeurs renommés et gardiens de la doxa. Ainsi l’entre eux, spécialiste du traitement de la douleur et expert au ministère de la santé, recevait-il de Lilly un salaire fixe, moyennant conseil, relecture de brochures et autres conférences.

On faisait surtout appel à lui en cas d’attaque contre nos produits dans les médias, souvent à propos d’effets secondaires. Il écrivait immédiatement des articles en notre faveur dans les journaux médicaux. Le microcosme médical était rassuré, la grande presse n’en parlait plus.”

En 1986, pour le lancement de la fluoxétine d’Eli Lily, molécule d’or baptisée Prozac qui sera jusqu’à expiration du brevet en 2001 l’antidépresseur le plus prescrit au monde, John Virapen va commettre ce qui le hante au petit matin : avoir aidé à promouvoir un médicament dont il connaissait –déjà- l’impact suicidaire (pour les effets secondaires réels des psychotropes, voir le site de veille sanitaire indépendant de David Healy, chercheur à l’université de Cardiff RxiSK.org) et dont la supériorité sur le placébo n’est toujours pas établie en 2014.

Mais pour l’heure, tandis qu’au siège on organise le plan com’ qui fera de la dépression une maladie couramment diagnostiquée dans tous les pays riches, les satrapes de Lilly s’affairent dans les capitales afin d’obtenir pour le Prozac une autorisation de mise sur le marché.

Comment des suicidés ont disparu

A Stockholm, John Virapen sait qu’un expert indépendant a été officiellement désigné pour émettre un avis. Le nom du professeur est confidentiel, pour tenir éloignés les lobbies justement. John Virapen veut savoir. Il n’y a dans toute la Suède que cinq experts psychiatres suffisamment qualifiés pour avoir été sollicité par l’Etat.

L’un fait partie des autorités de santé ; ça ne peut être lui. Pour les quatre autres, il va agir en profiler et demander à ses visiteurs médicaux de se renseigner, discrètement. Après quelques semaines de ce maillage discret, l’expert est repéré : c’est Pr Z., à Göteborg. “J’entrepris d’étudier le Pr Z. de plus près. Il aimait la voile. Je m’achetai un livre sur la voile.” Virapen l’appelle, et parvient à l’inviter à dîner.

Un facteur a joué en ma faveur, je n’aimais pas le Pr Z, poursuit-il. Une réelle sympathie rend les manipulations plus difficiles. On n’aime pas piéger une personne qu’on apprécie. On ne veut pas obliger quelqu’un qu’on aime à franchir les frontières de la légalité. Le fait de ne pas aimer était donc un atout.”

Un deuxième dîner va sceller leur entente. “L’argent est toujours utile“, répond l’expert indépendant quand son hôte lui demande ce qui ferait accélérer son affaire. Le lendemain, Virapen appelle le bureau de Lilly à Copenhague, qui supervise les pays du Nord, explique qu’il faut 100.000 couronnes pour obtenir une autorisation rapide, soit 20.000 dollars. “Le bureau de Copenhague consulta celui de Genève. Cela prit 24 heures. Puis je reçus un appel : John, faites tout ce qui vous semble nécessaire.

L’expertise du Dr Z. en fut quelque peu orientée. Dans le dossier initial, voici un exemple de ce qu’on pouvait lire : “Sur dix personnes ayant pris le principe actif, 5 eurent des hallucinations et firent une tentative de suicide dont 4 avec succès.” A la place on lisait désormais : “Les 5 derniers ont présentés divers effets secondaires.” Escamotés, les suicidés sous Prozac, au cours de la phase d’expérimentation.

Au dessus des lois ? Au dessus des Etats ?

Ce témoignage paraît un mois après celui de Bernard Dalbergue,(1) ancien cadre de chez Merck ; un an après l’ouvrage de Julie Wasselin qui fut pendant trente ans visiteuse médicale (2); et dix ans après que Philippe Pignarre, ancien de chez Synthelabo et lanceur d’alerte avant l’heure, a publié “Le Grand secret de l’industrie pharmaceutique” (3). Tous démontrent que la santé est depuis trente ans une affaire de business et de marketing sur fonds de désinformation aux conséquences criminelles.

La confession de John Virapen a été traduite par Philippe Even, qui poursuit ainsi un travail de recadrage entrepris en 2005, soit cinq ans avant le scandale Servier, avec sa traduction du livre Marcia Angell, rédactrice en chef démissionnaire du prestigieux “New England Journal of Medecine” (NEJM), “La vérité sur les compagnies pharmaceutiques” (4).

Etrangement, ces révélations ne suscitent pas l’effroi et les révolutions qu’elles devraient. Comme si la pharmaco-délinquance était une fatalité, et l’industrie du médicament une organisation impossible à contrôler, au dessus des lois, au dessus des Etats.

___________________________________________

Notes :

(1) “Omerta dans les labos pharmaceutiques“, Avec Anne-Laure Barret, Flammarion
(2) “Le quotidien d’une visiteuse médicale“, L’Harmattan.
(3) Editions La Découverte
(4) Editions du Mieux Etre

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
29 avril 2014 01:05
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
28 avril 2014 01:21

Le quotidien gratuit 20 minutes nous dit toute «la vérité» sur la viande halal mais n’aborde pas la question de son identification par le consommateur.

Directement rattachée à la religion musulmane, la viande halal ne cesse de créer la polémique. Mais d’un point de vue strictement alimentaire, est-elle vraiment dérangeante ?

«Même si les produits halals sont élaborés à partir de préceptes relatifs à la religion musulmane, ce sont des produits comme les autres», note Thierry Desouches, porte-parole de Système U. Sans sucre, sans sel, breton… Quelle que soit la caractéristique de l’aliment proposé en rayon, il ne devrait pas faire l’objet d’un «débat politique, estime le porte-parole.

 

En 2013, on comptait 4,1 millions de musulmans en France, selon l’Institut national des études démographiques (Ined). En toute logique, ce sont des consommateurs de viande halal, celle-là même qui fait beaucoup parler d’elle, notamment au travers de décisions politiques. Dernière en date, l’annonce de Robert Ménard au micro de RTL début avril. Le maire de Béziers a ainsi indiqué administrer «une ville laïque où il n’y aura pas de repas halal dans les cantines municipales».

Le problème avec l’appellation «halal» c’est principalement l’ignorance de sa réelle signification.

Mais au-delà de l’aspect religieux, la viande halal, soit «licite, permise» par l’islam, inquiète. «C’est une bombe à retardement.

Ca ne me dérange pas d’en manger, mais le problème c’est le côté sanitaire. Quand un bœuf est saigné à vif, toute la merde qui est près de la gorge peut venir souiller le devant de l’animal (épaule, collier, poitrine)», intervient l’artisan charcutier Eric Ospital.


 

wikipédia

Les risques d'infection des viandes par la bactérie lors de l'abattage sont connus. Pour cette raison, la réglementation européenne recommande de laisser intacts la trachée et l'œsophage lorsque l'on égorge les bêtes, puis de ligaturer l'œsophage et le rectum avant de séparer la viande des viscères(parage).

Inversement, les risques d'infection des viandes seraient augmentés par la généralisation dans les abattoirs de mode d'égorgement rituel des bêtes (viande halal ou casher). Lors de ces abattages rituels, l'impossibilité matérielle de ligaturer l'œsophage des animaux entraîne un « épanchement de matières stercoraires en provenance de l'estomac qui s'écoulent à travers la section béante de l'œsophage » 
Jean-Louis Thillier, expert en sécurité sanitaire, affirme que l'abattage sans étourdissement a pour conséquence une augmentation des contaminations par la bactérie intestinale Escherichia coli car « le contenu de l'œsophage et des intestins des animaux risque de souiller la viande, particulièrement les quartiers avant qui finissent dans les steaks hachés5. »
http://fr.wikipedia.org/wiki/Escherichia_coli_O157:H7


 

 

 C’est la que le bas blesse. La sécurité du consommable fait peur aux Français et 8 sur 10 d’entre eux disent d’ailleurs être inquiets de connaître une nouvelle crise alimentaire, selon une enquête Ipsos datant d’octobre 2013.

Le saintificateur doit être musulman, fréquenter la mosquée, faire ses prières.

«Jusqu’à preuve du contraire, on a le droit d’être musulman. Et quand on est musulman et Français, on est confronté à un certains nombres d’usages. On a envie de vivre avec notre pays, le pays de la gastronomie», avance Hadj Khelil, créateur de Bionoor. […]

Selon Thierry Desouches, La consommation est très localisée dans certaines villes et régions comme la banlieue parisienne avec La Courneuve, Le Bourget ou Corbeil, mais aussi dans la banlieue de Mulhouse et les alentours de Lyon. L’offre halal n’est par exemple pas présente dans l’Hyper U des Herbiers (Vendée) où la proportion de clients musulmans est assez limitée.» La raison est simple: ce n’est pas rentable commercialement.
20 minutes

source

Quelques liens : 
 http://www.leparisien.fr/societe/les-magasins-dia-retirent-des-steaks-haches-contamines-a-l-e-coli-24-10-2013-3255525.php 

http://forums.france2.fr/france2/envoyespecial/danger-viande-sante-sujet_12371_1.htm

http://www.lepoint.fr/societe/abattage-halal-ou-est-donc-passe-le-principe-de-precaution-21-02-2012-1433680_23.php

http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/escherichia-coli?rt76=77-7162&rt77=30547628300&gclid=COf8-4iC9b0CFXMRtAodMSUAow

 

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
26 avril 2014 01:43

Vaccin Gardasil, un véritable danger pour les jeunes femmes !

 

Le vaccin Gardasil fait la une des journaux TV, nous sommes au début d’un nouveau scandale sanitaire de grande ampleur. Conseillé à toutes les jeunes filles, le Gardasil contient du borate de sodium, utilisé dans la mort aux rats, et du polysorbate, un produit destiné à stériliser les souris.

 

Ne laissez pas votre médecin vous injecter n’importe quoi

30 000 accidents, 130 décès et le Gardasil est toujours recommandé par les autorités sanitaires. Chaque jour à travers le monde entier, de nouvelles jeunes femmes se laissent vacciner au Gardasil sans savoir les dangers. Comme le cas deMarie-Océane 17 ans qui à déclarée une SEP  (sclérose en plaques) suite à l’injection du soit disant vaccin contre le cancer du col de l’utérus. Rappelons au passage que le Gardasil n’est pas un vaccin contre le cancer, c’est la première arnaque, c’est un vaccin ciblant le papillomavirus (Human Papilloma Virus), c’est donc un énorme mensonge car il n’existe aucun vaccin contre les cancers. Dans certains cas (un très faible %) le HPV peut déboucher sur un cancer, mais plus de 90 % des infections sont asymptomatiques et guérissent spontanément sans aucun traitement. Sylvie Simon dénoncait déjà cette arnaque au Gardasil en 2011

 

Tous les vaccins sont dangereux

800 effets secondaires, de la narcolepsie à l’augmentation de risque de SEP de 300 %. Le vaccin pour les bébés Infanrix Hexa contient du mercure, qui est encore bien plus toxique que l’aluminium ce vaccin est associé à plus de 800 effets secondaires, comme la mort subite du nourrisson, le diabète, l’autisme, l’épilepsie, etc…
Le vaccin contre la grippe H1N1 Pandermix contenait du squalène. Le vaccin contre l’hépatite B indique, sur sa notice, qu’il peut provoquer la sclérose en plaques.
Une étude de 2004 menée un épidémiologiste américain a démontré qu’il existait un risque 3 fois supérieur de déclarer une sclérose en plaques dans les 3 ans qui suivent une vaccination contre l’hépatite B.
Il existe en outre quantité d’études qui lient le vaccin contre l’hépatite B au diabète, au lupus, à la névrite optique, à la myofasciite à macrophages, la polyarthrite rhumatoïde, à la thyroïdite, et bien d’autres maladies…

 

 

Demain, on risque de vous injecter des vaccins de force, alors réagissez vite !

Mais même si ce n’est pas le cas, et que vous êtes conscient du danger des adjuvants dans les vaccins, vous n’êtes pas à l’abri pour autant. On sait en effet qu’en cas de pandémie, les gouvernements du monde entier pourront, avec l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), décider de vacciner de force toutes les populations.
Cela signifie pour vous que vous pourriez malgré tout vous faire injecter un jour, sous la contrainte, un vaccin dangereux, qui vous déclencherait une grave maladie comme la sclérose en plaque ou la maladie d’Alzheimer.
Mais ce risque peut-être considérablement réduit si, aujourd’hui, vous et moi parvenons à faire interdire les adjuvants dangereux comme le mercure, l’aluminium, le borate de sodium (mort aux rats) ou le formaldéhyde.
C’est pourquoi je vous demande de signer la pétition et de partager cet article à tous vos contacts.

 

Rendez un immense service à des millions d’enfants

En trente ans, le nombre de vaccins administrés aux tout-petits a plus que doublé. Pire, on leur injecte aujourd’hui des vaccins combinant des germes de huit maladies différentes, ceci alors que leur système immunitaire n’est pas préparé.
Tous les ans des milliers d’enfant se font vacciner et déclenchent, dans les heures qui suivent de graves réactions pouvant aller des maux de tête aux vomissements, en passant par l’eczéma, l’hyperactivité, les perturbations du sommeil et plus tard une maladie auto-immune incurable ou pire, la mort.
Les instances de santé nient la toxicité des vaccins, se taisent et ne font rien
Dans la grosse majorité des cas, les professionnels de santé nient le lien avec le vaccin, mais ils ne déclarent même pas l’accident aux autorités de pharmacovigilance.

 

Les autorités sanitaires conservent au sujet des vaccins un silence coupable

Elles savent qu’elles n’ont pas joué leur rôle : Aujourd’hui encore, ses même instances renoncent à imposer pour les vaccins des tests destinés à évaluer leur potentiel cancérigène, mutagène et tératogène.
Alors partagez cet article le plus largement possible.
Source : ipsn.eu

et http://www.bon-coin-sante.com/blog-sante-sans-prise-de-tete/actualites-sante/mort-aux-rats-dans-le-vaccin-gardasil/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
25 avril 2014 01:59

Israël Makov, le Directeur général de la plus grande société israélienne démissionne de son poste, après plus de 11 ans passés à Teva. Il a conclu qu'il est temps pour lui de partir


Manifestation de la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme le samedi 21 décembre 2013 à Paris pour sensibiliser la population au diagnostic abusif de la dépression, ainsi que les traitements psychiatriques dangereux administrés.

 

 
teva

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES) et l'Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé (IRDES) ont publié en décembre 2013 un rapport intitulé : « La prise en charge de la dépression dans les établissements de santé ». Ce document révèle des informations intéressantes, dont certaines sont pour le moins inquiétantes concernant les abus psychiatriques en France. 

1,5 millions d'adultes (+ 16 ans) ont été suivis en psychiatrie dans des établissements français en 2011. 300 000 d'entre eux étaient suivis pour dépression, sachant que la durée moyenne d'un internement pour les personnes dites dépressives est de 27 jours. 

Ces statistiques nous font nous demander si des abus ne seraient pas commis dans le domaine psychiatrique. 

Voici les critères diagnostiques des troubles dépressifs, tels qu'ils sont indiqués dans le Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (DSM) : 

- perte d'appétit ou hyperphagie ; 

- insomnie ou hypersomnie ; 

- baisse d'énergie ou fatigue ; 

- difficultés de concentration ou difficultés à prendre des décisions ; 

- perte ou gains de poids ; 

- agitation ou ralentissement moteur. 

La liste des troubles dépressifs contient même le « trouble dysphorique prémenstruel » équivalent aux diverses manifestations des cycles menstruels chez les femmes. 

Il est évident que toute personne rencontre ces soi-disants symptômes au cours de leur vie. Ainsi, peut-on vraiment qualifier ces manifestations de trouble mental ? 

Le dépistage et les traitements de maladies psychiatriques rapportent énormément d'argent. Les pathologies psychiatriques et les psychotropes représentent 22,6 milliards d'euros, soit 16% des dépenses totales de santé pour l'année 2011. 

La Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme est une association créée en 1974 pour le respect des Droits de l'Homme en psychiatrie. L'association reçoit chaque semaine de nombreux témoignages de familles et victimes d'abus psychiatriques. 

Pour plus d'informations, visitez le site internet de la CCDH www.ccdh.fr, ou contactez-nous par téléphone au 01 40 01 09 70 ou par email à ccdh@wanadoo.fr. 

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science
25 avril 2014 01:17

Il n'ya pas de ressources naturelles plus sur cette terre que l'eau. Comme la subsistance de toute vie, l'eau permet à tout organisme vivant et respirant, chaque plante, chaque animal et chaque être humain sur cette planète vivante. De la même manière que sans air pour respirer, sans eau nous, les humains ne peuvent pas soutenir la vie pendant plus de quelques jours.

 

Due au réchauffement climatique, la sécheresse généralisée et les systèmes d'eau de plus en plus polluées, la disponibilité projetée de l'eau douce propre dans les années à venir pour répondre aux demandes croissantes d'une population mondiale croissante est parmi les défis humains les plus redoutables de ce siècle.

 En 2015 une augmentation de 17% de la demande mondiale de l'eau est projetée juste pour augmenter aliments d'origine agricole. Par la même année 2025, la population mondiale augmentera de plus en plus les besoins de consommation de l'eau par un énorme 40%. Alors que le pétrole a joué un rôle critique vivement cours du XXe siècle, l'eau est considérée comme la ressource naturelle précieuse le plus précieux de la vingt-et-unième siècle.

 

En tant que tel, il ya plusieurs années, l' Organisation des Nations Unies a déclaré l'accès à l'eau potable un droit humain universel. Inversement, refusant volontairement, il est considéré comme une violation grave des droits de l'homme qui nie la vie elle-même. Et toute décision calculée nier les gens de leur droit universel à la vie n'est rien d'un meurtrier, crime honteux contre l'humanité.


En dépit de la pollution de l'air humain qui a longtemps été salir nos poumons, tout en causant le réchauffement climatique, le changement climatique et la multiplication des catastrophes naturelles catastrophiques, sans parler du risque sanitaire mondiale croissante pour nous les humains, la pensée même de faire de l'air pur une denrée précieuse que peut opportuniste être emballés et vendus par les mêmes sociétés qui ont été ruinent notre air, cette notion très serait instantanément être critiqué, méprisé et ridiculisé.


Pourtant, c'est exactement ce qui s'est passé au cours des trente dernières années partout dans cette planète avec la diminution précieusement l'approvisionnement en eau potable de l'eau douce de la Terre. La Banque mondiale a financé la privatisation mondiale de l'approvisionnement en eau de la terre faisant de l'eau propre qui est si nécessaire à la survie d'une marchandise privée inabordables pour les populations les plus pauvres de la terre à même l'accès. 

Ils sont littéralement en train de mourir de soif et de maladie en raison de profiteurs entreprises psychopathes avides de placer une fois de plus le vol et la cupidité sur le bien-être humain et la vie elle-même.

Mais alors c'est l'ordre du jour mondialiste - Amincissement du troupeau humain vers le bas de près de sept milliards d'actuellement aussi bas que juste un demi-milliard. Cela signifie que 13 sur 14 d'entre nous vivant aujourd'hui en fonction de leur plan d'oligarque diabolique doit tout simplement mourir dans les prochaines années. Et quelle meilleure façon de tuer rapidement au large de la population humaine que de prendre la pleine propriété et le contrôle de l'approvisionnement en eau de diminution limitée de la terre.

Plus de gens sur cette planète sont en train de mourir actuellement de maladies d'origine hydrique de l'eau sale que sont en train de mourir de toutes les guerres et de la violence à travers le monde combinés. Chaque heure 

 


source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science