Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 02:06

Les salafistes, adeptes d’un islam rigoriste, multiplient les offensives pour déstabiliser les salles de prière modérées en France. Selon un dernier bilan du ministère de l’Intérieur, 89 lieux de culte sont déjà sous influence et 41 font l’objet d’entrisme.
Le nombre des mosquées et salles de prière passés aux mains des fondamentalistes aurait plus que doublé en quatre ans. Certains imams tentent de mettre en place des garde-fous, « seuls garants d’un islam modéré compatible avec les valeurs de la République ».

Même si les salafistes se déclarent hostiles au djihad, les lieux de culte qu’ils noyautent représentent de véritables viviers, pour ne pas dire des «couveuses» pour les futurs combattants volontaires vers les zones de combat.

Le spectre d’une véritable contagion radicale plane sur les mosquées de France. Aiguillonnés par une profonde abhorration de l’islam institutionnel volontiers qualifié comme la «religion des judéo-croisés» et vomissant les imams des mosquées qu’ils désignent comme des traîtres et des «impies» dès lors qu’ils prônent une pratique modérée de l’islam, des groupes salafistes ont lancé une vaste offensive souterraine pour tenter d’étendre leur emprise sur les lieux de culte les plus fragiles.

Selon un dernier état des lieux, le nombre des mosquées et salles de prière passés aux mains des fondamentalistes a plus que doublé en quatre ans, passant de 44 à 89 entre 2010 et l’année dernière. Si ce bilan semble s’être stabilisé, du moins en apparence et de manière provisoire, les analystes ne cachent guère leur inquiétude.

De plus en plus virulents dans leur prosélytisme, ces religieux d’inspiration quiétiste ont mis sur pied une stratégie assez redoutable, en tout point analogue à celle du «coucou».

En général assez jeunes, bien structurés et parfois conseillés par des avocats, ils installent d’abord une petite salle de prière ou créent une école ultra-orthodoxe juste à côté du lieu de culte ciblé, en général de taille modeste sachant que 72 % des 2 502 mosquées et salles de prière musulmanes, gérées en associations de type 1901, accueillent moins de 150 fidèles en moyenne.

«Ensuite, ils laissent infuser leurs thèses radicales qui plaisent aux jeunes et alimentent de rumeurs sur la prétendue mauvaise administration du lieu de culte en exigeant la convocation d’une assemblée générale, décrypte un expert. Lorsque les imams en place, souvent de vieux chibanis ayant une gestion à l’ancienne, se trouvent dépassés, les salafistes exigent la convocation d’une assemblée générale avant de prendre le contrôle du bureau qui gère l’association cultuelle…» [...]

source

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions