Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 02:04

Que fait une armée d'occupation, quand elle s'installe dans un pays? Elle l' occupe et oblige les habitants à suivre sa façon de vivre. Elle instaure des mesures contre la population, y propage ses croyances et utilise la force pour les imposer.

Triste à dire, mais c'est ce qui se passe en Grèce: les migrants, qui semblent « oublier » avoir été accueillis en Grèce, forcent les Grecs à se sentir comme des « invités » dans leur propre pays.

Toute personne, fuyant la guerre ou la persécution, ne devrait-elle pas normalement, une fois arrivée dans le pays, qui lui offre généreusement l'asile, se montrer reconnaissante envers son pays hôte, respecter son histoire, ses habitants, ses valeurs et ses lois ? Cela devrait aussi être valable pour tout migrant, qui souhaite s'installer dans un pays, où il espère trouver un avenir meilleur.

Or, en Grèce, les migrants illégaux – hypocritement qualifiés par les médias de « réfugiés » dans le but de les légaliser dans la conscience morale des citoyens – sont en train d'occuper des espaces, qui ne leur appartiennent pas, utilisent la violence, bloquent les rues, vandalisent les biens publics, agressent les résidents et la police et se sentent offensés, quand ils aperçoivent des symboles du christianisme.
Les invités semblent vouloir prendre possession de la maison Grèce et y dicter leurs propres lois.

Il y a quelques semaines, dans l'île de Mytilène, 200 Nord-Africains et Pakistanais, qui souhaitaient la quitter, provoquèrent des émeutes pendant la nuit. Tout en scandant « Jihad ! Jihad ! », ils saccagèrent les voitures des habitants dans le centre de l'île et effrayèrent la communauté locale.
(...)

Quelques jours plus tard, le 19 septembre, toujours sur l' île de Mytilène, il y eut une nouvelle révolte des migrants dans le district de Moria. Cette fois-ci, les migrants avaient entendu , qu'il seraient renvoyés en Turquie, information qui s'avéra à nouveau être tout à fait erronée. Ils mirent immédiatement le feu à 16.5 hectares de plantations d'oliviers, ainsi qu'à leur camp..

Les 300 migrants, qui s'étaient échappés entretemps de leur camp, pour manifester dans le centre de l'île, incendièrent les environs du camp, jusqu'à ce que la police les arrête et les ramène dans le camp, où ils essayèrent à nouveau de tout brûler.

(...)

Certains migrants illégaux prenaient des selfies pendant l'incendie et criaient « Allahou Akbar ».

Le port de Mytilène fut transformé en un champ de bataille, où les migrants et de nombreux gauchistes essayèrent d'empêcher le contingent militaire de baisser les Couleurs en face du vieux port.
Chaque dimanche matin, sur l'île de Mytilène, les soldats hissent le drapeau et le soir , une heure avant le coucher du soleil, ils baissent les Couleurs. Une semaine après cet incident, des milliers de Grecs, réunis autour des soldats et du drapeau, chantèrent l'hymne national grec, montrant par là leur foi et leur respect envers le symbole de la nation.
Les gens ont peur. Ils se réunissent derrière le drapeau et l'armée, car ils sentent qu'ils sont en train de perdre leur patrie et leur souveraineté aux milliers de migrants illégaux, qui occupent leur île.

Le 26 septembre dernier, dans la région de Tympaki, en Crète, les gens découvrirent partout dans les rues des citations du coran. Le texte, signé par les Frères musulmans de l'île de Crète , s'adressait aux musulmans et spécifiait entre autres :

  • « Vous êtes les êtres supérieurs de ce monde. Seule votre foi compte et vous seuls avez le droit de vie et de mort et le droit de propriété sur quiconque ose contester votre leadership et n'embrassera pas votre foi. »
  • « Allah demande aux croyants d'être les maîtres de la terre où ils vivent et eux seulement ont le droit à la propriété et seulement eux seront les propriétaires de la terre. »
  • « Allah a dit que nous devrions conquérir toute la planète et les croyants possèderont ainsi la terre et les récoltes. »
  • « Les infidèles ne peuvent posséder la terre et les récoltes, car elles nous appartiennent à nous les croyants. »
  • « Les incroyants ne recevront de nous, comme le saint coran nous l'assure, que des aumônes. »

Le même jour, le 26 septembre, dans la région d'Asprovalta près de la ville de Thessalonique, un home de 49 ans en provenance de France, arrivé en Grèce via la Turquie, fut suivi par des officiers de police, car il était suspecté d'être un jihadiste. Quand il vit la voiture de police, il prit la fuite en criant « Allahou Akbar ». Il fut arrêté et le procureur local ordonna son expulsion.

Il y a un mois, les habitants de Vavilon, in petit village de Chios, une autre île, qui accueillit un grand nombre d'illégaux, décidèrent de faire justice eux-mêmes, car l'Etat ne semblait pas vouloir les protéger. Ils constituèrent une milice pour protéger leurs familles et leur propriété des agressions des migrants illégaux. En une semaine, ils enregistrèrent plus de 10 vols et d'importants dégâts aux propriétés. .

Les medias couvrent ces « incidents » comme ils couvrent les tremblements de terre, seulement, quand une secousse important crée des dommages majeurs, les petites secousses n'ayant aucun intérêt à leurs yeux.

Les médias manifestent également la même glaciale indifférence envers les problèmes quotidiens causés par les migrants illégaux aux habitants. Par contre, ils s'intéressent aux trafics de drogue, aux conflits entre les migrants de différentes sectes, aux rébellions dans les camps, aux querelles entres ethnies et aux viols des mineurs (garçons et filles). Le 24 septembre dans la région de Moria, 4 migrants pakistanais de 17 ans violèrent un compatriote de 16 ans et enregistrèrent le viol sur leur téléphone portable. La police arrêta les violeurs, qui faisaient chanter le garçon avant de le violer.

Des migrants illégaux ont également bloqué des rues dans plusieurs villes, perturbant le trafic pendant des heures. Ils occupent les routes comme bon leur semble, la police assiste impassible et n'arrête personne.

Le gouvernement grec s'est montré amical envers les migrants. Les migrants illégaux, dans une apparente démonstration de leur pouvoir, ont demandé aux conducteurs grecs de montrer leurs cartes d'identité et leur permis de conduire. Ils ont établi des « check points », comme le ferait une armée d'occupation. La police et le gouvernement ne sont pas intervenus. Effrayés par le grand nombre de migrants, leur intimant l'ordre de montrer leurs papiers, les gens obéissaient. Ils craignaient pour leur vie et leur voiture et voulaient éviter, que la situation ne s'envenime. En outre, comme la police se contentait d'observer passivement, ils n'avaient pas vraiment le choix

Chaque jour, les migrants illégaux bloquent une route ou l'autre, sous prétexte qu'ils ne disposent pas d'une bonne connexion internet dans leur centre d'accueil.

Que ressentiraient les Américains, si les migrants illégaux vivant en Amérique déclaraient se sentir offensés par la statue de la Liberté, car elle ne porte pas de burka?

En mars dernier, Mgr Hieronymus, l'Archevêque d'Athènes et de toute la Grèce, en visite dans le port du Pirée, ôta la croix , le symbole du christianisme, de son vêtement sacerdotal, par crainte d'offenser les migrants musulmans.Qui lui conseilla cet acte de dhimmitude, pour éviter que les migrants musulmans ne soient offensés par sa croix ? Qu'auraient-ils fait si l'Archevêque avait gardé sa croix ? L'auraient-ils tué ? Auraient-ils brûlé la ville du Pirée? Auraient-ils mené le jihad contre les Grecs?

 

Le problème en Grèce, ce n'est pas seulement le gouvernement ou sa mauvaise gestion de l'immigration illégale. Tous les partis politiques officiels en Grèce, directement ou indirectement, encouragent l'immigration illégale et le transfert d'énormes populations musulmanes dans la Société grecque. Ils obéissent aux politiques migratoires d'autodestruction imposées par l'UE, qui pourraient résulter en la disparition de l'héritage Hellénique-Judéo-Chrétien de l'Europe et de ses valeurs, comme la liberté individuelle, le pensée critique et l'investigation objective.

Nous les Grecs avons déjà été écrasés, broyés, anéantis par l'islam, lors du génocide du 20esiècle en Turquie, où aujourd'hui encore, on cible et menace tous les non musulmans, comme les Chrétiens, les Alévis et les Kurdes, sans oublier l'occupation plus récente de Chypre par les Turcs, à nouveau grâce à la complicité internationale.

L'establishment politique - quand le peuple manifeste son désaccord sur leurs politiques migratoires et le non respect de leur devoir de protection de l'identité nationale - préfère blâmer les électeurs pour leur immaturité, stupidité ou les accuser d'être des fascistes. Ainsi, si les électeurs persistent à conserver leurs points de vue sur la nécessité de défendre l'identité nationale et à refuser l'immigration illégale, les élites en Grèce remplacent la population indigène en accordant aux migrants illégaux la citoyenneté grecque.

C'est leur solution à la crise des migrants et à l'effondrement économique du pays, suite à l'échec des politiques autoritaires d'une institution, non élue, opaque et inexplicable : l'UE

Ce qui se passe en Grèce et ailleurs en Europe est en fait un remplacement massif de sa population, des ses valeurs, de sa façon de vivre. Il n'existe qu'une seule solution pour sauver, ce qui reste à sauver en Grèce : The British way : EXIT ! Maintenant !

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS