Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

31 octobre 2019 4 31 /10 /octobre /2019 20:50

PSA Peugeot Citroën et Fiat-Chrysler ont confirmé leur projet de fusion. Si le Français domine son concurrent, moribond, le futur ensemble sera basé aux Pays-Bas et chacun en détiendra 50% des parts. Énième illustration de ces médiatiques «mariages entre égaux», qui se soldent systématiquement en défaveur des intérêts industriels français.

Coup de maître ou mauvaise affaire pour PSA Peugeot-Citroën? L’entreprise familiale française et Fiat Chrysler Automobile (FCA) ont annoncé leurs fiançailles ce jeudi 31 octobre, après que les négociations sur une telle éventualité aient été ébruitées deux jours plus tôt par le Wall Street Journal, avant d’être confirmées par une source proche du dossier citée par l’AFP...

«Le Mariage entre égaux, recette infaillible du désastre»

Pourtant, rares sont les économistes ou professionnels de la finance à croire à la fable du mariage à «50-50», contrairement à un certain nombre de journalistes des grands médias qui les interviewent.

«Les raisons de l’échec tiennent toujours à des déséquilibres intrinsèques, volontairement tus dans l’acte de mariage, qui rendent la notion même d’égalité illusoire, voire mensongère», résumait en mars Philippe Mudry, directeur général du groupe de presse l’Agefi.
Comme nous le répétons depuis des années, le «mariage entre égaux» n’est qu’un argument purement marketing, destiné aux déclarations officielles à la presse et à rassurer les gouvernements des États actionnaires. Dans les faits, la prise de contrôle à terme par l’un des deux mariés est tout bonnement inévitable. Ceci étant dit, reste donc à savoir qui de PSA ou de FCA prendra l’ascendant sur l’autre. Autant dire que c’est loin d’être gagné pour la partie française…

Contrairement à Peugeot, Fiat-Chrysler a tout à gagner dans cette fusion

On l’avait compris au moment du projet de fusion avec Renault, Fiat-Chrysler va mal. Comme la plupart des constructeurs américains, FCA est réputé pour son manque «chronique» d’investissements dans la recherche et le développement des technologies de demain (voiture électrique, autonome, diminution des émissions), point sur lequel au contraire excelle Peugeot. Si on suit la logique, PSA aurait donc besoin de FCA afin de soutenir financièrement des investissements auxquels FCA n’a jamais voulu consentir…

Cerise sur le gâteau aux yeux des observateurs: la possibilité pour PSA de rentrer par la «grande porte» sur le marché américain, réputé «extrêmement verrouillé»… On remarquera pourtant qu’il est également moribond, sans parler des contraintes géopolitiques qui l’accompagnent. En témoignent les mésaventures du groupe français en Iran (alors son premier marché) à l’époque où General Motors était monté à son capital…

source

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS