Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 20:20

Dans une enquête publiée vendredi 11 septembre, Le Figaro révèle comment l’islamisme est de plus en plus présent dans le service public.

L’école, la police, l’hôpital, les transports… autant de services publics de l’Etat qui sont de plus en plus noyautés par les islamistes. On se souvient de l’attaque meurtrière de la Préfecture de Paris par un fonctionnaire converti à l’islam, puis radicalisé en quelques mois.

Mais le cas de Mickaël Harpon est loin d’être isolé, selon les révélations d'une longue enquête menée par Le Figaro et publiée le 11 septembre. Bien entendu, tous ne perpétuent pas de sanglants attentats, mais les fonctionnaires radicalisés sont nombreux.

Dans les établissements scolaires, par exemple,  ce ne sont pas les élèves qui sont les plus en proie à une certaine radicalisation. Certains professeurs, de plus en plus nombreux dans certains quartiers difficiles, sont eux aussi parfois radicalisés, et ainsi radicalisent à leur tour leurs élèves.

Fatiha Agag-Boudjahlat, professeur d’histoire-géographie dans un collège des quartiers populaires de Toulouse, explique au Figaro que « le religieux est de plus en plus présent au sein de l’école. Face à ce problème, on nous demande de remonter les informations sur les plates-formes prévues, mais, en même temps, les académies nous demandent de ne pas faire de vagues. Ça n’a pas de sens ».

La laïcité en danger

Dans « Radicalisation au cœur des services publics » (publié mars 2020), le député LR Eric Diard montre à quel point la radicalisation islamiste est une réalité et à quel point les services publics sont impuissants face à la montée de l’islamisme en leur sein.

Dans les colonnes du Figaro, Eric Diard explique ainsi que « la radicalisation n’est pas un motif de révocation. (…) Les services publics face à ce phénomène sont confrontés à un angle mort juridique. Il faudrait imposer à tous les fonctionnaires une prestation de serment et la signature d’une charte les engageant à respecter les principes républicains. Ainsi, en cas de manquements, l’administration aurait les outils pour agir ».

Face à la montée de ce communautarisme et de ces affirmations identitaires, la laïcité est en danger. Un danger sur lequel Guylain Chevrier, ancien membre de la mission laïcité au Haut Conseil à l’intégration, revient dans l’article du Figaro : « Nous faisons face à un projet politique religieux au sein de notre société avec une logique de conquête.

Nous sommes confrontés à des gens qui refusent le mode d’organisation de notre pays et si notre République n’est pas capable de mettre des limites, il y a un vrai risque d’affrontement ».

source

Partager cet article

Repost1
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS