Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 01:53



_____________________

Des centaines d'Européens ont joint les rangs des rebelles syriens et les agences de renseignement craignent qu’à leur retour, certains pourraient commettre des attentats terroristes.

Brian-de-mulderUne famille belge affirme que leur fils s’est joint aux rebelles qui se battent contre le régime de Bachar al-Assad.

Une caméra instable films un groupe de combattants rebelles se préparant à prier, alignés en rangées, leurs armes à leurs pieds. Un jeune homme entre dans le champ de la caméra et enlève son fusil avant de se tourner brièvement vers la caméra. «C'est Brian, dit Ingrid de Mulder, montrant son neveu dans la vidéo en ligne sur son ordinateur. Je suis certaine à 100% que c’est lui. Je n’ai aucun doute ».

Brian de Mulder, 19 ans, de la ville d’Anvers, fait partie des Européens qui combattent en Syrie et dont les autorités estiment le nombre à plusieurs centaines. «Ce n'est pas le Brian élevé par sa mère, dit Ingrid. Brian était athlétique, il était sportif, il aidait tout le monde. Nous ne l'avons jamais connu comme ça. Pour moi, c'est un robot programmé.»

Ingrid raconte que Brian s’est converti à l'islam il y a deux ans. Au début, la famille l’a soutenu, mais il s’est progressivement radicalisé auprès du groupe Sharia4Belgium : «Il est devenu fanatique. Il voulait seulement prier. Il a abandonné l’école.».

La famille était tellement inquiète qu’elle a déménagé dans une nouvelle maison à 160 kilomètres d’Anvers l’été dernier, mais cela n'a pas fonctionné.Ingrid poursuit : «Il a commencé à dire "je peux faire tout ce que je veux, et  même si je meurs, je n’ai pas peur, j’irai au paradis d’allah". Il a quitté sa famille et cessé de donner des nouvelles à sa mère. Je crois qu’il a l’état d’esprit d’un soldat. Un soldat d’allah.»  

Selon Gilles de Kerchove, coordinateur de l'Union européenne pour la lutte contre le terrorisme, des centaines d’Européens sont allés en Syrie et certains ont joint des groups radicaux : «Ils ne sont pas tous radicaux quand ils partent. Mais il est fort probable que plusieurs seront radicalisés là-bas, ils seront entraînés.»

Il affirme qu’un nombre important de ressortissants du Royaume-Uni, d’Irlande, de France, du Danemark, de Belgique, des Pays-Bas et d'autres pays de l'UE se battent en Syrie. « Ils pourraient présenter une menace sérieuse à leur retour, comme on l’a vu pour d’autres situations dans le passé. Ils seront des anciens combattants et pourraient inspirer d’autres personnes, ce qui peut avoir un impact sur la radicalisation», a-t-il ajouté.  

Plus tôt ce mois-ci, un sondage réalisé par le King College de Londres a révélé qu'autour de 600 Européens avaient pris part au conflit syrien depuis ses débuts il y a deux ans.

Jacques Beres, co-fondateur de l’ONG Médecins sans frontières, dit qu’il a traité cinq européens blessés en Syrie l'année dernière : «Deux frères venaient de France, deux autres du Royaume-Uni et il y avait un ressortissant suédois d’origine syrienne. Ils semblaient complètement perdus. On aurait dit des robots. C'était terrifiant.»

M. Beres a ajouté que l'un des frères a été inspiré par Mohammed Merah, qui a abattu sept personnes dans le sud-ouest de la France l'an dernier au nom d'Al-Qaïda. Merah a été tué par la police lors du raid de son immeuble à Toulouse. «Il (le frère français) m'a dit que Mohammed Merah est un vrai héros et un exemple à suivre.»

Les agences de renseignement à travers l'Europe ont intensifié leurs enquêtes en réponse au nombre croissant de combattants européens en Syrie.Les Pays-Bas ont augmenté le niveau de menace terroriste de «limité» à «substantiel» le mois dernier, en partie à cause de préoccupations liées au retour de citoyens radicalisés.

Le Royaume-Uni a accru ses efforts pour identifier comment les combattants sont recrutés et financés. Et en Belgique, des politiciens ont appelé à des mesures préventives pour empêcher les jeunes musulmans belges de voyager. «Il faut confisquer à l’avance les cartes d’identité des gens soupçonnés de vouloir se rendre en Syrie», a proposé le député socialiste flamand Hans Bonte.

L'UE pousse pour la création d’une base de données des passagers aériens pour l’ensemble de l’Europe, ce qui faciliterait le suivi des déplacements.

Pour la famille de Brian de Mulder, l'attente se poursuit. Ils disent que Brian a publié un avis sur sa page Facebook il y a quelques jours les informant qu’ils doivent devenir de vrais croyants. «Vous n’êtes plus ma famille.

Mes frères musulmans sont désormais ma famille. Si jamais je communique de nouveau avec vous, vous devrez vous mettre à genou, demander pardon et vous convertir à l’islam». Il a ajouté : «Je ne reviendrai plus jamais en Belgique car c’est un pays rempli de mécréants.»

 


Source : From Belgian school to Syrian battleground, BBC, 24 avril 2013. Traduction par Poste de veille

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions