Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 01:57

 

Law-society

 

(Telegraph) Le Barreau a retiré ses directives controversées sur la rédaction de testaments «conformes à la charia», après avoir reçu des plaintes lui reprochant d’encourager la discrimination contre les femmes et les non-musulmans.

Andrew Caplen, président du Barreau, a présenté des excuses, et dit que les critiques ont été prises en compte. L’annonce par le Telegraph en mars dernier, que le Barreau avait publié des directives incorporant des aspects de la charia dans le système légal britannique avait soulevé un tollé.

Les directives conseillaient les avocats sur la manière de rédiger des testaments islamiques qui seraient reconnus par les tribunaux d’Angleterre et du Pays de Galles. Selon ces directives, la part des femmes pouvait être inférieure à celle des hommes, et les infidèles pouvaient être totalement exclus. Ce document précisait également comment les enfants nés hors mariage n’étaient pas considérés comme des héritiers légitimes.

Le prédécesseur de M. Caplen à la présidence du Barreau, Nicolas Fluck, avait résisté avec force aux critiques des directives après leur publication en mars. Mais dans une brève déclaration, le Barreau a annoncé sa décision de les retirer, à la lumière des réactions du public et des avocats eux-mêmes.

«Nos directives visaient à permettre aux avocats de mieux servir leurs clients dans la mesure permise par les lois de l’Angleterre et du Pays de Galles, a déclaré M. Caplen. Nous les avons revues à la lumière des critiques. Nous les avons retirées, et nous sommes désolés».

Keith Porteous Wood, directeur exécutif de la National Secular Society, qui a fait campagne pour le retrait des directives, a déclaré : «Il s’agit d’un revers important pour ce qui semblait être une marche implacable vers l’incorporation de facto de la charia dans le droit britannique. Jusqu'à présent, les politiciens et l'establishment juridique ont encouragé ce processus ou lâchement refusé de reconnaître ce qui se passait.

Je félicite le Barreau d'avoir tenu compte des objections présentées par notre groupe et d’autres personnes. Il s’agit d’un développement spécialement heureux pour les femmes, qui sont particulièrement malmenées en vertu de la charia, une loi discriminatoire, non conforme aux droits de la personne, et non déterminée de manière démocratique.» 

Source : Sharia law guidelines abandoned as Law Society apologises, par John Bingham, The Telegraph, 24 novembre 2014. Traduction par Poste de veille

 

En avril dernier, des femmes iraniennes et kurdes ont manifesté à Londres devant l'édifice du Barreau pour protester contre les directives sur la charia en matière d'héritage.

Charia-injustice

Diana Nammi, présidente de l'Organisation des droits des femmes iraniennes et kurdes (IKWRO) a expliqué que beaucoup de femmes et de jeunes filles originaires du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et de l'Afghanistan — qui vivent actuellement en Grande-Bretagne — ont fui des pays où la charia est appliquée. «Elles ont vécu la discrimination de la charia. Elles sont venues vivre au Royaume-Uni à la recherche de la sécurité, et pour vivre dans un pays où les femmes et les hommes sont traités à égalité». 

«L'appât du gain est placé devant les droits des femmes. Il y a beaucoup d'argent à faire pour les avocats qui rédigent des testaments conformes à la charia. On ne doit pas permettre que les droits des femmes soient sacrifiés parce que des avocats veulent faire du fric». 

Dans une lettre ouverte, des activistes déclarent que ces lignes directrices du Barreau — «une source de grande inquiétude» — encouragent les juristes à «accommoder des lois religieuses hautement discriminatoires envers les femmes, et qui sont de plus en plus définies par les fondamentalistes religieux dans notre société».
«Devons-nous conclure que lorsque le Barreau parle d'égalité, il n'inclut pas le droit à l'égalité des femmes issues de minorités?
Devons-nous conclure que les femmes minoritaires ne peuvent pas être reconnues l'égales des autres femmes? L'égalité et la diversité sont-elles mutuellement exclusives?
Devons-nous conclure que le Barreau ne considère pas les femmes issues des minorités comme des membres à part entière du public dont le Barreau doit promouvoir les droits et les intérêts par le biais de la profession juridique?» (source)

 

Lire aussi:

GB : les règles discriminatoires de la charia en matière d'héritage incorporées dans le droit anglais

La charia s'incruste de plus en plus dans le droit britannique

vu sur : http://www.postedeveille.ca/2014/11/gb-barreau-retrait-directives-testaments-charia.html

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société