Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 00:54
L’étrange malédiction des microbiologistes dans le monde

L'actualité ancienne et présente

L’étrange malédiction des microbiologistes dans le monde

 

 

Les récentes polémiques sur l’origine du virus Ébola combinées à la mort accidentelle en juillet dernier du spécialiste mondial de ce virus, Glenn Thomas, et de nombreux autres microbiologistes dans le crash du vol MH17 en Ukraine, nous a remis en mémoire cet inquiétant et très documenté chapitre du livre de l’écrivain italien Roberto Quaglia "Il Mito dell 11-Settembre o l’opzione Dottore Stranamore" paru en 2007 et traduit en anglais sous le titre "The Myth of September 11" mais pas en français (!) faute une nouvelle fois d’éditeur intéressé.

 

Voici donc ces quelques paragraphes qui, rappelons-le, datent de 2003 [pour la première édiction complétée par d'autres exemples en 2007] mais qui semblent sinistrement actuels. L’auteur écrivait donc ces lignes peu après l’épidémie de SRAS qui avait sévi entre novembre 2002 et mai 2003 touchant de nombreux pays, et environ un an après les lettres à l’anthrax d’octobre 2001.


 

Les étranges disparitions de microbiologistes

 

par Roberto Quaglia, traduction IlFattoQuotidiano.fr

 

Entre le 12 novembre 2001 et le 11 février 2002, pas moins de sept microbiologistes ont découvert à leurs dépens qu’ils faisaient un métier bien plus dangereux que de piloter une formule 1, de pratiquer le benji-jumping tous les week-ends, ou d’être victime du hobby du sexe sans protection. Et par la suite, d’autres microbiologistes ont connu la même fin.[1]

 

 

Tous les microbiologistes ne courent pas les mêmes risques, et ce sont les spécialistes du séquencement de l’ADN qui semblent être les plus susceptibles de mourir dans des circonstances « suspectes et inhabituelles ». Précisons tout de suite que le séquencement de l’ADN est l’une des techniques nécessaires aux recherches émergentes sur les applications des armes biologiques de destruction de masse, surtout en ce qui concerne la création de nouveaux virus et de nouvelles bactéries.

 

Il faut dire que le métier de microbiologiste était une activité à risque depuis quelque temps déjà. Particulièrement, et curieusement, depuis les attentats du 11 septembre 2001.

 

Il se trouve par exemple que le 4 octobre 2001, un avion commercial reliant Israël à Novossibirsk a été abattu « par erreur » au-dessus de la Mer noire par un missile sol-air tiré à plus de 100 km d’une zone où les militaires s’exerçaient, semble-t-il, à ce moment-là.
On a dit au début qu’il s’agissait d’un vol transportant des marchandises, mais il s‘agissait bel et bien d’un vol de ligne, le vol Air Sibir 1812. Novossibirsk est connue pour être la capitale scientifique de la Sibérie, et elle est reconnue comme le siège d’importantes recherches en microbiologie. Il se trouve qu’à bord, voyageaient au moins cinq microbiologistes israéliens.[2]

 

Le 12 novembre 2001, Benito Que, 52 ans, expert en maladies infectieuses et en biologie cellulaire, est retrouvé dans le coma dans une rue proche du laboratoire de l’Université médicale de Miami où il travaillait.
Le Miami Herald a écrit qu’il aurait été agressé par quatre personnes armées de battes de baseball, mais la version officielle veut qu’il ait été victime d’iun malaise. Il meurt le 6 décembre 2001. C’était un expert du séquencement de l’ADN. Il avait travaillé avec Don C. Wiley et David Kelly(*), deux autres microbiologistes retrouvés « suicidés » par la suite.[3]

 

Quatre jours plus tard, le 16 novembre 2001, Don C. Wiley, 57 ans, qui était l’un des principaux experts américains dans ce domaine, disparait.[4] Sa voiture de location est retrouvée abandonnée sur le pont Hermando de Soto près de Memphis (Tennessee), avec le réservoir plein et les clefs sur le contact. Wiley venait de terminer son diner et était sur le point de partir en vacances en famille.[5] Son corps a été retrouvé le 20 décembre dans le Mississippi, à 500 km de là. La thèse officielle fut que, pris de vertige, il serait tombé du pont. Wiley était spécialiste dans le domaine de la réponse du système immunitaire face à des attaques virales comme le Sida, l’Ebola, ou encore la grippe.[6] Il avait reçu un prix très prestigieux pour son travail dans le domaine des vaccins antiviraux. Il s’occupait lui aussi de séquencement ADN, et avait collaboré avec David Kelly.[7]

 

Le 23 novembre 2001, Vladimir Pasechnik, 64 ans, biologiste spécialisé dans des passetemps aussi sympathiques que la vaporisation de la peste bubonique, fut retrouvé mort à Wishire en Angleterre, non loin de son domicile. Pasechnik avait été responsable pour le développement d’armes biologiques en Union Soviétique et était passé à l’Ouest au début des années 1990.[8]

 

Le lendemain, le 24 novembre 2001, un avion de Crossair s’écrasa en Suisse. Parmi les passagers se trouvaient trois éminents [chercheurs] Israéliens : Yaakov Matzner, 54 ans, président du département de médecine à l’Université juive, Amiramp Eldor, 59 ans, chef du département d’hématologie de l’hôpital de Tel-Aviv, et Avishai Berkman, 50 ans, directeur du département de Santé publique à Tel-Aviv.[9]

 

Le 10 décembre, Robert Schwartz, 57 ans, fut retrouvé assassiné dans sa maison de campagne dans le comté de Loudoun en Virginie, Il s’occupait de séquencement ADN et d’organismes pathogènes.[10]

 

Le 11 décembre, Set Van Nguyen, 44 ans, fut retrouvé mort à l’entrée d’une chambre froide dans le laboratoire où il travaillait, à Geelong dans l’Etat de Victoria en Australie. Van Nguyen était entré dans la chambre froide sans s’apercevoir qu’elle était remplie d’un gaz empoisonné, qui l’avait rapidement tué. Dans ce même centre de recherches, cinq ans plus tôt, avait été isolé un virus de la famille des paramyxoviridés qui provient de la même souche que le virus du SRAS. Ce genre de virus avait été identifié comme étant transmissible aux êtres humains.[11]

 

Le 9 février 2002, Victor Korshunov, 56 ans, directeur de la sous-faculté de microbiologie à l’Université d’État de Moscou, fut retrouvé mort sur une route. Deux autres chercheurs russes, Ivan Glebov et Alexi Brushlinski, avaient été tués au cours des semaines précédentes. [12]

 

Le 11 février 2002, Ian Langford, 40 ans, est retrouvé mort dans sa résidence à Norwich en Angleterre.[13]

 

Le 27 février, Tanya Holzmayer, 46 ans, une chercheuse russe émigrée aux États-Unis est tuée d’un coup de pistolet par un autre microbiologiste, Guyang Huang, lequel est retrouvé mort peu après dans un parc, avec le pistolet non loin de sa main. Mme Holzmayer s’occupait du génome humain.[14]

 

David Wynn-Williams, 55 ans, astrobiologiste impliqué dans la recherche sur l’éventuelle existence de microbes extra-terrestres, meurt le 24 mars, renversé par une voiture alors qu’il faisait son jogging.[15]

 

Le lendemain, Steven Mostow, 63 ans, connu comme le « Docteur Grippe » de par son expérience dans le traitement de cette maladie, meurt dans le crash de son avion Cessna lors de la phase d’atterrissage, apparemment un de ses deux moteurs se serait détaché. Mostow était aussi connu pour être un expert en bioterrorisme.[16]

 

Le 24 juin 2003, le docteur Leland Rickman, 47 ans, meurt apparemment des suites d’un malaise. C’était un expert en maladies infectieuses et il travaillait aussi comme consultant en matière de bioterrorisme.[17]

 

Pour finir [façon de parler], le 17 juillet, le corps sans vie de David Kelly, 59 ans, expert en microbiologie, mais aussi consultant en armes biologiques de destruction de masse pour le gouvernement britannique, est retrouvé dans un bois. L’enquête conclut au suicide, mais toutes les preuves indiquent au contraire qu‘il s’est agi d’un homicide(*). Quelques mois plus tard, des témoignages affirmèrent que Kelly était sur le point d’écrire un livre sur les programmes de guerre biologique des grandes nations.[18]

 

Il faut ajouter à cette liste le cas de Jeffrey Paris, 49 ans, retrouvé écrasé à côté d’un parking le 6 novembre 2001,[19] et aussi Christopher Legallo, 33 ans, analyste spécialisé dans les problèmes de terrorisme, dont l’avion s’est écrasé le 30 septembre 2002. A bord de ce même avion, devait se trouver également sa femme, Laura Koepfler, analyste dans le domaine des armes de destruction de masse, mais elle avait changé de programme au dernier moment.[20]

 

Nous nous arrêterons là, mais les décès étranges de microbiologistes se sont poursuivis depuis. D’après Maurizio Blondet [21], en juin 2004, le nombre total de microbiologistes morts dans des circonstances suspectes se montait à 24.[22]

 

Il est difficile de savoir si la mort de tous ces microbiologistes est une anomalie statistique ou autre chose, pour cela il faudrait connaitre la quantité exacte de microbiologistes dans le monde et calculer si le taux de morts suspectes est supérieur ou pas à la normale. Je n’ai pas ces chiffres, et de toute façon ils ne m’intéressent pas. Parfois le doute est de loin préférable aux certitudes. J’aime mieux me tromper sans être sûr, qu’être sûr de ne pas me tromper.

 

Pour la deuxième édition de ce livre en 2007, je me dois de confirmer que la « malédiction » a continué de frapper les microbiologistes. Ce sont maintenant plusieurs dizaines d’entre eux qui ont disparu. Les énumérer tous n’aurait pas de sens, mais je vous en livre quelques-uns à titre d’exemple.

 

John Clark, un microbiologiste dont les recherches avaient amené au clonage de la fameuse brebis Dolly, s’est pendu le 12 août 2004.

 

Leonid Strachunsky, spécialiste dans la création de microbes résistants aux armes biologiques, est tué le 8 juin 2005 par une bouteille de champagne qui au lieu de lui faire tourner la tête, la lui a fracassée d’un bon coup sec.

 

David Banks, expert en prévention d’épidémies, et en mesures de quarantaines, meurt le 8 mai 2005 à bord de l’habituel avion qui s’écrase.

 

Matthew Allison, biologiste moléculaire, entre le 13 octobre 2004 dans sa voiture qui explose comme cela se produit seulement dans les films.

 

Et terminons notre liste par Antonina Presnyakova, une scientifique qui s’occupait directement d’armes biologiques, et qui le 25 mai 2004, se croit elle aussi dans un film et se pique par erreur avec aiguille infectée par le virus Ebola ; elle décède rapidement.

 

Si vous en voulez encore, la liste continue sur Internet.[23]

 

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques spécialisés dans un secteur meurent de façon rapprochée dans le temps et dans des conditions mystérieuses. Cela était par exemple arrivé quelques années plus tôt en Angleterre, à au moins 6 experts de la société Marconi (certains disent qu’il y en avait bien plus que 6), une société qui à l’époque constituait un colosse industriel, mais qui est aujourd’hui au bord de la faillite.[24]

 

Nous sommes à peine sortis du film America under attack [avec les attentats du 11-Septembre, puisque le livre date de 2003] et nous nous retrouvons déjà aux prises avec un nouveau film qui s’annonce suffisamment horrible pour nous faire presque oublier le précédent.
Peut-être, allons-nous même regretter America under Attack, et avec lui le bon temps où la participation de tous les spectateurs à la réalisation d’un colosse médiatique était encore un devoir social. Ou un destin inévitable. Avec SARS Attack II [ou Ebola Attack III – NdT], la musique pourrait être bien différente.


Roberto Quaglia
http://ilfattoquotidiano.fr/letrange-malediction-des-microbiologistes-dans-le-monde/


 

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/11/l-etrange-malediction-des-microbiologistes-dans-le-monde.html

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science