Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 13:59

 Le ministre espagnol de la Justice, Alberto Ruiz Gallardon, qui porte le projet de loi visant à encadrer strictement l'avortement, voté par le Conseil des Ministres vendredi dernier, (cf synthèse de presse Gènéthique du 23 décembre 2013) est "convaincu que cette initiative aura une suite ailleurs en Europe". Il affirme que ce projet de loi est "la première loi qui reflète l'opinion majoritaire des citoyens européens" et que "cette initiative aura une suite dans d'autres parlements d'autres nations européennes". 

Ce ne sera pas le cas dans un futur proche au Parlement français, l'Assemblée nationale s'apprêtant, le lundi 20 janvier, à discuter le projet de loi pour l'égalité entre les femmes et les hommes  qui vise à instaurer un "droit à l'avortement", à étendre le délit d'entrave de l'IVG à l'information (article 5 quinquies), et tend à installer un "droit à disposer de son corps" (article 5 quinquies B). 

Pour ce faire, un des articles du projet de loi (article 5 quinquies C) prévoit de supprimer la condition de "situation de détresse" de la femme, aujourd'hui nécessaire pour pratiquer un avortement.

Cette initiative du gouvernement français, opposée à l'élan espagnol, fait réagir Monseigneur Pontier dans un article du quotidien Le Monde intitulé "Monseigneur Pontier critique le gouvernement sur la fin de vie et l'avortement".

Le président de la Conférence des évêques de France, regrette notamment ce "projet de modification de la loi sur l'interruption volontaire de grossesse qui, loin de permettre aux femmes en détresse d'être laissées moins seules devant leur responsabilité face à la vie naissante, sont quasiment incitées à ne se poser aucune question quant à l'éliminitation de l'être qu'elles portent dans leur chair". Il dénonce cette "modernité sans âme" conséquence directe "d'une culture de déchet".

 

 Le Monde 27/12/2013 - AFP 27/12/2013 - Gènéthique
© Copyright Gènéthique - Chaque article présenté dans Gènéthique est une synthèse d'articles parus dans la presse et dont les sources sont indiquées dans l'encadré. Les opinions exprimées ne sont pas toujours cautionnées par la rédaction.

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science