Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

15 mai 2020 00:29

Dans son réquisitoire notifié ce jeudi, le parquet de Paris n’exclut pas que les deux suspects du meurtre de l’octogénaire juive aient frappé à tour de rôle.

Qui de Yacine Mihoub et Alex Carrimbacus a tué Mireille Knoll ? L'un ou l'autre était-il animé de pulsions antisémites au moment de planter le couteau dans la chair de cette survivante de la rafle du Vel d'Hiv? Après deux ans d'enquête laborieuse sur le meurtre odieux de l'octogénaire juive, retrouvée morte dans son appartement parisien le 23 mars 2018, l'accusation s'est forgé son opinion.

Selon nos informations, le parquet de Paris a requis un procès devant la cour d'assises pour les deux suspects pour « homicide volontaire » aggravé par deux circonstances : le fait que la vieille dame — impotente — était vulnérable et parce qu'elle était de confession juive.
Le ministère public admet que les investigations n'ont pas permis d'identifier matériellement l'auteur des coups de couteau mortel — les deux suspects se rejettent la responsabilité du meurtre — mais renvoie Yacine Mihoub et Alex Carrimbacus dos-à-dos.

« L'hypothèse selon laquelle les deux mis en examen ont pu avoir porté successivement ou concomitamment des coups de couteau (les blessures ayant été portées dans le dos, à la gorge et au ventre, alors même que la victime avait des difficultés à se mouvoir) ne peut être écartée », estime le parquet dans son réquisitoire définitif daté du 14 mai.

Les deux suspects se rejettent la responsabilité du crime

Le 23 mars 2018, le corps de Mireille Knoll lardé de 11 coups de couteau et partiellement carbonisé est découvert dans son petit appartement du XIe arrondissement. Les policiers du 2e district de la PJ parisienne interpellent rapidement deux suspects.
D'abord Yacine Mihoub, 30 ans, voisin de l'octogénaire, et Alex Carrimbacus, 24 ans, une connaissance de ce dernier. Ils se sont rencontrés en prison. Le jour du crime, Yacine Mihoub s'était invité chez la vieille dame, décrite comme ouverte et généreuse, pour boire et avait invité Alex Carrimbacus, un marginal, à le rejoindre. Ils seront les seuls témoins du meurtre.

Après leur arrestation, chacun se rejette la responsabilité : Mihoub accuse son ami Carrimbacus d'avoir tué la vieille dame en voulant la cambrioler. Ils auraient ensuite incendié l'appartement à la hâte et se seraient débarrassés de l'arme du crime. Carrimbacus, lui, affirme que Mihoub s'est emporté et a poignardé la victime en criant « Allah Akbar » après une dispute et une discussion sur « la guerre 39-45 » et « les juifs ».

Rien n'a permis de les départager au cours de l'enquête. « Force est de constater que l'information judiciaire n'a pas permis d'obtenir de l'un et de l'autre des explications concordantes et cohérentes sur le déroulement des faits », admet le parquet, évoquant « la propension au mensonge de chacun ».

Sur la question de l'antisémitisme, l'accusation reconnaît que rien ne permet de certifier que Yacine Mihoub est antisémite, et encore moins Alex Carrimbacus.
En revanche, il est noté que le voisin de Mireille Knoll avait effectué des recherches sur Internet sur « la libération de la Palestine, l'islam salafiste ou les frères musulmans ». Il avait par ailleurs été signalé par l'administration pénitentiaire pour avoir tagué des inscriptions faisant l'apologie des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher dans sa cellule.

Quant à Alex Carrimbacus, il aurait demandé si la victime était fortunée avant de se rendre à son appartement. « Ces éléments interrogent légitimement sur l'état d'esprit tant de Yacine Mihoub que d'Alex Carrimbacus et sur les raisons profondes de l'homicide », écrit le parquet pour justifier sa demande d'un procès pour crime antisémite

La décision de renvoyer ou non les deux suspects sous cette qualification juridique revient désormais aux juges d'instruction. Mais d'ores et déjà, la défense s'insurge contre ces réquisitions. « Nous sommes évidemment surpris par la teneur des réquisitions qui mettent les deux mis en cause strictement sur le même plan.

C'est faire fi des éléments pourtant concrets du dossier et accablants contre Yacine Mihoub, estime l'avocat d'Alex Carrimbacus, Me Karim Laouafi, du cabinet Khiasma. Nous ne pouvons sur une affaire aussi grave raisonner sur de simples hypothèses. Si nous avons une certitude dans ce dossier, c'est que ce crime abject n'a pas été commis par notre client. L'instruction n'a jamais révélé le moindre ressentiment de notre client à l'encontre tant de Madame Knoll que de la communauté juive. »

Du côté des parties civiles, on salue au contraire les réquisitions. « Le parquet a vu clair et a bien vu que Mireille Knoll a été tuée parce qu'elle était une vieille femme sans défense et parce que ses assassins n'aimaient pas les juifs », fait valoir Me Gilles-William Goldnadel, avocat de la famille Knoll.

Le meurtre avait suscité une grande émotion dans la classe politique et dans la communauté juive. Le président Emmanuel Macron avait lui-même déclaré que « Mireille Knoll avait été tuée parce que juive », contribuant à mettre une certaine pression sur la justice.

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans antisémitisme
12 avril 2020 13:21

34 % des Français de confession ou de culture juive se sentent «régulièrement menacés», selon une étude de l'Ifop, dévoilée par Le Parisien.

Le 22 janvier, le président doit évoquer la lutte contre l'antisémitisme lors de son déplacement en Israël. «La société française est devant une poussée de l'antisémitisme» : c'est le constat de Dominique Reynié, directeur de la Fondapol, après la publication des résultats de l'étude inédite de l'institut Ifop pour la Fondation pour l'innovation politique et l'American Jewish Committee, sur le quotidien des Français juifs.

Selon cette étude dont les résultats ont été dévoilés par Le Parisien le 20 janvier, 34% des Français de confession ou de culture juive se sentent «régulièrement menacés», soit 26 points de plus que l'ensemble de la population française (8%).

Les jeunes les plus touchésDans le détail, 70% des Français juifs disent avoir déjà été victimes d'un acte antisémite. 64% expliquent «avoir subi une agression verbale au moins, que ce soient des moqueries ou des injures, et presque un quart (23%) une agression physique, des gifles, des coups ou des bousculades», rapporte Le Parisien.

Parmi ces victimes d'antisémitisme, les jeunes sont les plus touchés. 84% des juifs français de 18-24 ans affirment avoir été victimes d'un acte antisémite, 79% d'entre eux d'une agression verbale antisémite et 39% d'une agression physique en raison de leur confession.

Afin d'éviter d'être la cible d'antisémitisme, des juifs français mettent en place des stratégies : cela passe par éviter certains quartiers, pour 43% d'entre eux, ou encore renoncer à porter un signe vestimentaire ostensible, comme la kippa (33%).

En outre, 25% ne révèlent pas leur religion au travail. Emmanuel Macron attendu sur la lutte contre l'antisémitismeLe 21 janvier, le chef d'Etat français se rend en Israël, accompagné de Christophe Castaner et de Jean-Michel Blanquer, pour s'entretenir notamment avec le premier ministre Benjamin Netanyahou le lendemain.

Le 22 janvier au soir, le président français retrouvera les représentants d'une quarantaine de pays lors d'un dîner officiel pour marquer le 75e anniversaire de la libération du camp nazi d'Auschwitz-Birkenau.

Le lendemain, Emmanuel Macron rendra hommage aux juifs déportés depuis la France en se rendant au mémorial de la déportation des Juifs de France, à Roglit, à l'ouest de Jérusalem.

Sur ce lieu où sont plantés 80 000 arbres, il discutera avec cinq lycéens français et cinq rescapés qui, enfants, avaient été cachés en France pendant la guerre.Avant de participer à la cérémonie sur la libération d'Auschwitz au mémorial de Yad Vashem le 23 janvier aux côtés de nombreux leaders internationaux, le chef de l'Etat s'adressera à la communauté française d'Israël, en particulier sur la lutte contre l'antisémitisme, a souligné l'Elysée.

En savoir plus sur RT France 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Antisémitisme
22 avril 2019 14:04

On s’attend à ce que l’organisme britannique pour l’égalité et les droits de l’homme lance une enquête complète sur le parti travailliste après son échec à éradiquer l’antisémitisme au sein de ce parti.

Des sources internes à la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme (EHRC) affirment que le nuage de preuves contre les membres travaillistes a atteint le seuil qui lui permet d’utiliser ses pouvoirs légaux pour consulter les courriels et autres dossiers internes.

Jusqu’à présent, le seul parti ayant fait l’objet d’une enquête au cours des 12 années d’existence de la Commission européenne des droits de l’homme était le Parti national britannique.

Les membres du comité devraient se réunir le mois prochain pour discuter des preuves.
[…]

The Times

Dans le même temps un membre du parti qui avait accusé le lobby israélien de fabriquer de toute pièce la crise du parti autour de l’antisémitisme a été appointé candidat aux élections européennes

 
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans antisémitisme
19 février 2019 21:06

Les nombreux politiciens qui défileront aujourd’hui contre l’antisémitisme dénonceront-ils la cause réelle de cette haine ?

Le 13 février, sur France info, le député (LR) Éric Ciotti, interrogeait :

« Est ce qu’il y a encore un enfant juif dans une école publique de Seine-Saint-Denis ? »

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, reconnaît :

« le phénomène existe bel et bien, et pas depuis hier matin. Il a abouti à ce que beaucoup d’enfants juifs ont quitté l’école publique. »

Christine Guimonet, professeur de lycée à Pontoise (Val-d’Oise) et porte-parole de l’association des professeurs d’histoire-géographie, confirme :

« Les collègues ont constaté que depuis le début des années 2000, beaucoup de familles de confession juives ont inscrit leur enfant dans le privé ». « Certains font ce choix pour transmettre à leurs enfants des valeurs culturelles ou religieuses, mais d’autres qui auraient préféré le public ont pris cette décision clairement pour mettre leurs enfants à l’abri »

Comme l’agression d’Alain Finkielkraut l’a révélé, cet antisémitisme là n’est pas le fait de l’extrême-droite, mais de l’islamo-gauchisme. Alain Finkielkraut a d’ailleurs déclaré :

« Nous n’assistons pas au retour des années 30 », pour la bonne raison que ce que j’ai subi « c’est le discours de l’islamisme le plus extrémiste ». Ce n’étaient pas des « gilets jaunes d’origine », car j’ai soutenu le mouvement dès le début. « L’homme barbu qui est le plus vindicatif, lui qui n’est clairement pas un petit blanc, me dit “elle est à nous la France” (…) il est en train de dire “nous sommes le grand remplacement et tu vas être le premier à le payer” »… « Qui m’a défendu face aux attaques dont j’ai été l’objet ? Marine Le Pen. Qui m’a injurié ? Thomas Guénolé, Aude Lancelin, Jean-Pierre Mignard. »

Rappelons à ceux qui veulent cacher l’identité des tueurs de juifs en France que les assassins sont des musulmans :

  • Youssouf Fofana: (Ilan Halimi),
  • Mohammed Merah: (Ozar Hatorah),
  • Amedy Coulibaly: (Hyper Cacher),
  • Mehdi Nemmouche: (musée juif),
  • Kobili Traoré: (Sarah Halimi),
  • Yacine Mihoub: (Mireille Knoll).

L’islamisme fait le lit de l’antisémitisme et la gauche l’encourage.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans antisémitisme