Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

6 mai 2014 09:09

POI.JPG

Dans la présentation du pacte de stabilité qui sera transmis à Bruxelles, le gouvernement écrit clairement qu’avec ce pacte, « le coût du travail pour les entreprises, déjà réduit par le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), sera à nouveau allégé pour porter la baisse totale à 30 milliards d’euros ».

Mais selon un article du Monde du 3 mai, les diverses aides aux entreprises fixées officiellement à 30 milliards d’euros, atteindraient en fait 41 milliards d’euros.

Aux 20 milliards d’euros du CICE, s’ajoutent la suppression de charges et la baisse des cotisations patronales (9 milliards d’euros), la baisse des cotisations d’allocations familiales des indépendants (1 milliard), la suppression de la contribution sociale de solidarité des sociétés (6 milliards), la suppression de la contribution exceptionnelle et la baisse progressive du taux d’impôt sur les sociétés (5 milliards). Soit au total 41 milliards d’euros pour les entreprises.

À ces 41 milliards accordées aux entreprises s’ajoutent "la solidarité" en faveur des ménages modestes, allégement des cotisations salariales sur les bas salaires et des mesures fiscales pour le bas du barème de l’impôt sur le revenu, soit 5 milliards d’euros de recettes en moins.

L’inquiétude du journal le Monde c’est que cette dérive rend " illusoire le respect des engagements budgétaires de la France envers Bruxelles". Ou alors il va falloir réduire encore plus les dépenses publiques.

Mais pour les travailleurs, cela suffit. Le refus du pacte de responsabilité a été au coeur des défilés du 1er mai souvent organisé en commun par la CGT, FO, Solidaires et FSU qui ont dit "non à l’austérité".

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
5 mai 2014 17:22

 

Rediffusion. Article initialement publié le 27 septembre 2011 à 9h26

L’humoriste Mathieu Madénian était ce lundi soir, l’invité de Morandini! sur Direct 8 en direct dans l’émission de 18h45..

_
Marine Le Pen me fait flipper. Quand je vois qu’elle fait 18, 20%. (…) Ça veut dire quand même qu’il y a 18% de fils de pute en France.
Mathieu Madénian

(…) Immédiatement le standard de Direct 8 a été pris d’assaut par des dizaines de téléspectateurs qui souhaitaient protester contre les propos de l’humoriste.

Vidéo censurée ? Visionner sur Rutube.

Source : Morandini.comMerci à Marino

27/09/11 : Mathieu Madénian présente ses « excuses ».

_
Je tiens sincèrement à m’excuser auprès de toutes les putes que j’ai pu froisser.
 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
5 mai 2014 01:16
Kozzi

 

Le 29 avril 2014 
 
   
À l’approche des élections européennes, il n’est pas mauvais de faire le bilan des promesses qu’on nous avait faites avec l’Europe de Maastricht. 

À l’approche des élections européennes, il n’est pas mauvais de faire le bilan des promesses qu’on nous avait faites avec l’Europe de Maastricht. Relisons donc les principes du préambule de 1992.

Maastricht §1.
 « RÉSOLUS à franchir une nouvelle étape dans le processus d’intégration européenne engagé par la création des Communautés européennes »…
Jusque là, rien de vraiment méchant, quoique le mot intégration évoque dangereusement la désintégration…

Maastricht §3. 
« DÉSIREUX d’approfondir la solidarité entre leurs peuples dans le respect de leur histoire, de leur culture et de leurs traditions »…
Cazeneuve (PS), ministre depuis le 2 avril 2014 : « Évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une relecture historique frelatée qui a rendu la France peu à peu nauséeuse ». Ah bon, la France, la France réelle, traditionnelle, est “nauséeuse” ? 

Maastricht §4.
 « DÉSIREUX de renforcer le caractère démocratique et l’efficacité du fonctionnement des institutions, afin de leur permettre de mieux remplir, dans un cadre institutionnel unique, les missions qui leur sont confiées »…
Les Français (à 55 %) et les Néerlandais (à 62 %) ont voté NON en 2005. Où est la démocratie ?


Maastricht §6. 
« RÉSOLUS à renforcer leurs économies ainsi qu’à en assurer la convergence, et à établir une union économique et monétaire, comportant, conformément aux dispositions du présent traité, une monnaie unique et stable »…
Qui est trop chère de 30 %, qui tue notre économie et fabrique des millions de chômeurs et de pauvres, sans parler des autres pays.

Maastricht §7.
 « DÉTERMINÉS à promouvoir le progrès économique et social de leurs peuples »…
Pourquoi fait-on exactement le contraire ? Où est le progrès économique et social ?

Maastricht §9.
 « RÉSOLUS à mettre en œuvre une politique étrangère et de sécurité commune, y compris la définition à terme d’une politique de défense commune qui pourrait conduire, le moment venu, à une défense commune, renforçant ainsi l’identité de l’Europe et son indépendance afin de promouvoir la paix, la sécurité et le progrès en Europe et dans le monde »…
En faisant une guerre absurde en Libye ? En armant des djihadistes en Syrie et en provoquant une Troisième guerre mondiale en Ukraine ? Où est la paix promise par cette Europe ?

Maastricht §12.
 « RÉAFFIRMANT leur objectif de faciliter la libre circulation des personnes, tout en assurant la sûreté et la sécurité de leurs peuples, en insérant des dispositions sur la justice et les affaires intérieures dans le présent traité »…
Et pour Lampedusa, les Roms, les réseaux mafieux, etc. qu’est-ce qu’on fait ?

Maastricht §13. 
« RÉSOLUS à poursuivre le processus créant une union sans cesse plus étroite entre les peuples de l’Europe, dans laquelle les décisions sont prises le plus près possible des citoyens, conformément au principe de subsidiarité »…

Fallait oser : « les décisions sont prises le plus près possible des citoyens ».

 C’est énorme, non !

source
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
5 mai 2014 00:06

28 pays, 400 millions d'électeurs, 751 sièges à pourvoir... Le scrutin d'ampleur qui se déroulera à la fin du mois de mai 2014 va permettre aux citoyens européens de désigner les députés qui représenteront leurs intérêts au  européen, à Strasbourg, pour les cinq prochaines années.

Quand aura lieu le scrutin ? Qui peut voter ? Quelles seront les conséquences de ces ? Voici le mode d' de ce rendez-vous électoral européen incontournable.

Quand aura lieu le scrutin ? 
Les élections européennes auront lieu entre le 22 et le 25 mai 2014 dans les 28 pays membres de l'Union européenne (UE). Chaque État membre dispose de ses propres lois électorales et chacun décide du jour où les citoyens se rendront aux urnes au cours cette période. Les Britanniques et les Hollandais ouvriront le bal le 22 mai, suivis des Irlandais le 23, des Tchèques, Lettons, Slovaques et Maltais le 24. A l’exception de certains départements et collectivités d’outre-mer*, les Français voteront eux le 25 mai, comme les électeurs de 22 autres pays.  
Les résultats des 28 pays seront annoncés au cours de la soirée du dimanche 25 mai.

Qui peut voter ? 
Tout citoyen d’un État membre de l’UE, âgé de 18 ans révolus, sauf en Autriche où l'âge électoral est de 16 ans. En France sont concernés les citoyens âgés d’au moins 18 ans la veille du jour de scrutin, domiciliés dans la commune où ils souhaitent voter et inscrits sur les listes électorales. 
Après, les règles diffèrent selon les pays pour les non ressortissants qui souhaitent voter dans leur pays d'accueil. En France par exemple, seuls peuvent voter les ressortissants communautaires ayant le droit de vote dans leur Etat d’origine, domiciliés dans la commune où ils souhaitent voter, et inscrits sur les listes électorales complémentaires. La Suède demande, elle, que l’électeur séjourne de manière habituelle sur son territoire.
Les règles varient aussi selon les Etats pour les ressortissants non-résidents qui souhaitent voter dans leur pays d'origine. Ainsi, la France accorde le droit de vote à ses ressortissants quel que soit leur pays de résidence. L'Allemagne accorde pour sa part le droit de vote aux citoyens qui résident dans un autre pays depuis moins de vingt-cinq ans. 

Combien de députés européens ?
Le Parlement européen, actuellement composé de 766 membres, sera composé de 751 députés à l'issue du scrutin de 2014. Le seuil minimum est de 6 députés par État membre, et aucun ne se voit attribuer plus de 96 sièges. Ainsi l'Allemagne, pays le plus peuplé, en élit 96, la France arrive juste derrière avec 74 députés européens, et juste devant l'Italie et le Royaume-Uni qui en élisent 73 chacun. Le Luxembourg, l'Estonie et Chypre et Malte envoient pour leur part 6 députés.

Les sièges sont attribués par les traités sur la base de la proportionnalité dégressive : ceux dont la population est plus importante possèdent davantage de sièges que les pays dont la taille est plus modeste, mais ces derniers ont plus de sièges que ne le permettrait la stricte application de la proportionnalité. 

Pourquoi ces élections sont-elles différentes?
Ce sont les premières élections organisées depuis que le traité de Lisbonne de 2009 a conféré au Parlement européen plusieurs nouveaux pouvoirs importants. Cette édition 2014 verra donc l'entrée en vigueur du nouveau mode de calcul dans la répartition des sièges par pays. Mais surtout, c'est une petite révolution institutionnelle : pour la première fois, le vote des Européens devrait déterminer qui occupera la présidence de la Commission européenne. Car, selon le traité, le nouveau titulaire de ce poste central des institutions européennes devra être choisi «en tenant compte des élections au Parlement européen». Six candidats sont en lice (dont un tandem pour les Verts) pour succéder à José Manuel Barroso : Jean-Claude Juncker (Parti populaire européen, PPE) ; Martin Schulz (Parti des socialistes européens, PSE) ; José Bové et l'Allemande Franziska Keller (Verts européens) ; Guy Verhofstadt (Démocrates-libéraux, ADLE) ; Alexis Tsipras (Parti de la gauche européenne, PGE). 

CARTE INTERACTIVE. Le nombre de députés européens par pays
elections europe
(LP/Sébastien Lernould)
Cliquez sur la carte pour obtenir le nombre de députés par pays

Le vote aura lieu en Polynésie française, à Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, dans les départements des Antilles et de la Guyane le 24 mai, ainsi que dans les bureaux de vote ouverts par les ambassades et les postes consulaires situés sur le continent américain.

LeParisien.fr

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
3 mai 2014 00:37
JPEG - 582.7 ko
Mme Jutta Urpilainen, ministre finlandaise des finances

NOUVEAU COUP DE THÉÂTRE SUR L'EURO-TITANIC !
Le bobard de "l'Apocalypse en cas de sortie de l'euro" s'effondre.

Par une déclaration fracassante - qui sera probablement cachée elle aussi à nos compatriotes par les médias à la botte des "euro-fascistes" -, la ministre finlandaise des Finances en personne, Mme Jutta Urpilainen, vient d'annoncer ce matin, dans le quotidien financier Kauppalehti, que :

« La Finlande ne s'accrochera pas à l'euro à n'importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne ».

Et elle enfonce le clou :

« La responsabilité collective pour les dettes (...) et les risques d'autres pays n'est pas ce à quoi nous devons nous préparer. Nous sommes constructifs et nous voulons résoudre la crise, mais pas à n'importe quelles conditions ».

La Finlande, qui est l'un des derniers pays de la zone euro à bénéficier d'une note de crédit triple A, entend se battre pour la conserver.
 

À LA DIFFÉRENCE DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS, LE GOUVERNEMENT FINLANDAIS DÉFEND LES INTÉRÊTS DU PEUPLE FINLANDAIS FACE AU DÉLIRE EUROPÉISTE

Ce n'est à vrai dire pas tout à fait nouveau de constater que le gouvernement finlandais a à cœur de défendre les intérêts... du peuple qui l'a élu !

Vu de France, cela paraît incroyable, non ?

Ce petit pays de 6 millions d'habitants ne possède guère de richesses naturelles, à part des milliers de km² de toundra et de lacs. Et le peuple finlandais ne voit pas pour quelles raisons il devrait se saigner aux quatre veines pour aller rembourser les dettes d'autres pays, dont le patrimoine national est bien plus important que le sien.

1°) L'obtention de gages de la Grèce pour s'assurer que le peuple finlandais ne serait pas spolié

Ainsi, le gouvernement d'Helsinki avait déjà exigé, et obtenu, lors du deuxième plan d'aide à la Grèce l'an dernier, de conclure un accord bilatéral avec Athènes lui garantissant de récupérer les sommes avancées.

Comment ? Eh bien tout simplement en prenant ce que tous les banquiers exigent eux-mêmes lorsqu'ils prêtent de grosses sommes d'argent et qu'ils appellent une « sûreté réelle » : c'est-à-dire une hypothèque sur un bien immobilier, un nantissement sur des créances ou un fonds de commerce, etc. Bref : un gage sur un actif réel, qui permet d'être sûr d'être remboursé si l'emprunteur fait défaut.

On remarquera que le gouvernement français, en refusant de faire la même demande d'obtention de gages que le gouvernement finlandais, a donc accepté le principe que ce soit les contribuables français qui soient les dindons de la farce si la Grèce faisait défaut. Ce qui sera d'ailleurs le cas avec plus de 90% de probabilité.

2°) La demande identique formulée par la Finlande à l'Espagne et à l'Italie au dernier sommet européen

Même si les médias français ont, là aussi, organisé l'omerta, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a mis les pieds dans le plat la semaine dernière, en demandant que l'Espagne et l'Italie émettent des « obligations sécurisées » plutôt que de demander aux autres peuples de payer à leur place.

Le Premier ministre finlandais savait particulièrement bien de quoi il parlait puisqu'il est lui-même ancien ministre des finances.

Et sa proposition obéissait à la même logique que celle que j'ai déjà décrite : pourquoi un peuple dont le patrimoine national est si modeste devrait-il payer les dettes de l'Italie, qui est un pays qui croule sous les richesses, notamment patrimoniales et artistiques ?

Pour bien comprendre la position d'Helsinki, il suffit d'imaginer un château, dont le châtelain, ayant perdu des sommes colossales au casino, demanderait au gardien de les rembourser à sa place, car il préfère quant à lui conserver ses tableaux de maîtres...

La Finlande est dans la situation du gardien : elles est d'accord pour prêter de l'argent au châtelain, mais à la condition que ces sommes soient gagées par le tableau de Titien ou de Claude Lorrain que celui-ci possède.

Bien entendu (et cela n'a pas été non plus porté à la connaissance des Français), le président du Conseil italien Mario Monti (et "Goldman Sachs boy") a refusé immédiatement cette proposition finlandaise : le châtelain italien compte bien faire payer le gardien et garder ses œuvres d'art pour lui.

Est-il besoin de le préciser ? Notre "socialiste" François Hollande a volé au secours.... du châtelain.

http://www.romandie.com/news/n/_Zone_euro_Helsinki_propose_des_obligations_
securisees_pour_les_pays_fragiles96280620122005.asp

3°) La Finlande a annoncé qu'elle bloquera l'utilisation étendue du futur MES, qui avait été présentée comme un changement et un triomphe des "pays du sud" dernier sommet européen

Le Premier ministre finlandais a annoncé, voici quatre jours (le 2 juillet 2012), que la Finlande empêchera le Mécanisme européen de stabilité (MES) d'acheter des obligations sur le marché secondaire, ce qui bloquera la mesure très hypothétique annoncée comme un triomphe lors du dernier sommet européen.

Car une telle décision requiert l'unanimité des membres de la zone euro, ce qui ne sera pas le cas.

Rendant compte du sommet de Bruxelles la semaine dernière, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a en effet lancé cette bombe au Parlement d'Helsinki (sans que les grands médias français, là encore, n'en parlent à nos compatriotes) :

« À l'avenir, l'unanimité est nécessaire pour décider de tels achats et il semble que cette unanimité ne soit pas possible en raison de l'opposition néerlandaise et finlandaise ».

Un porte-parole du chef du gouvernement finlandais, Pasi Rajala, a ensuite précisé à l'AFP qu'Helsinki considérait que « faire des achats sur le marché secondaire n'avait aucun sens ».

http://www.romandie.com/news/n/UEHelsinki_veut_empecher_le_MES_d_acheter_des_bonds_
sur_le_marche_secondaire79020720121601.asp

 

JPEG - 57.9 ko
Jyrki Katainen
 
4°) L'obtention de gages de l'Espagne pour s'assurer que le peuple finlandais ne serait pas spolié

Enfin, hier 5 juillet 2012, la Finlande a annoncé l'ouverture prochaine de négociations bilatérales avec l'Espagne pour l'obtention du même type de garanties qu'avec la Grèce en échange de sa participation au plan de sauvetage des banques ibériques.

Là encore, le gouvernement finlandais protège les intérêts du peuple finlandais, à la différence du gouvernement français, qui, se refusant de faire la même demande d'obtention de gages auprès de Madrid, accepte donc le principe que les contribuables payent des dizaines de milliards d'euros pour sauver les banques espagnoles !
 

LA MINISTRE FINLANDAISE DES FINANCES EST LA PRÉSIDENTE DU SDP, QUI EST UN PARTI FRÈRE DU PARTI SOCIALISTE FRANÇAIS PUISQU'ILS APPARTIENNENT TOUS DEUX AU PSE (PARTI SOCIALISTE EUROPÉEN)

Cette déclaration de la ministre finlandaise des finances est d'autant plus embarrassante pour nos médias à la botte que cette femme politique intègre ne rentre pas dans les clichés de la propagande des euro-fascistes qui terrorisent les peuples par l'intimidation constante et par la diabolisation de toute idée de sortir de l'UE et de l'euro.

Mme Jutta Urpilainen, qui est une jeune ministre (37 ans), à peine plus jeune que le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen (40 ans), n'est en effet :

- ni une "populiste",
- ni une "souverainiste",
- ni une folle,
- ni une raciste,
- ni une xénophobe,
- ni une antisémite,
- ni une nostalgique du IIIe Reich,
- ni une personnalité d'extrême-droite,
- etc.

Non. C'est la présidente du Parti social-démocrate de Finlande (SDP).

Lequel est membre du "Parti socialiste européen (PSE)", parti politique au Parlement européen regroupant les partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes d'Europe, et notamment le Parti socialiste français. (Son groupe politique est le deuxième en taille au Parlement européen après les élections de 2004 et de 2009).

Par solidarité "socialiste" et parce qu'ils appartiennent au même parti européen PSE, le gouvernement socialiste français va-t-il approuver les déclarations de Mme Jutta Urpilainen ou la traîner dans la boue ?

Plus sûrement les instructions vont-elles être données pour organiser le verrouillage médiatique sur cette déclaration, afin que les Français soient tenus comme toujours dans l'ignorance de ce qui se passe.
 

CONCLUSION : UN GRAND PAS DE PLUS VERS LA DÉSINTÉGRATION DE LA MONNAIE EUROPÉENNE

La déclaration fracassante de la ministre finlandaise des Finances constitue un événement historique car c'est la toute première fois qu'un ministre des finances en exercice de la zone euro :

- annonce que son pays envisage de sortir de l'euro,
- et révèle que la sortie de l'euro est synonyme de sauvetage et non pas d'Apocalypse.

Ainsi, peu à peu, la vérité finit par s'imposer : ce sont les analyses de l'UPR, constamment identiques depuis la création de notre mouvement il y a 5 ans et 3 mois, qui sont les bonnes.

Tous nos adhérents peuvent ainsi se réjouir de constater qu'en dépit de tous les obstacles qui nous sont opposés par les européistes, les événements vont conduire de plus en plus, et inexorablement, notre mouvement sur le devant de la scène.

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.u-p-r.fr/
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
29 avril 2014 01:50

Addendum 23.04.2014 :

Trois invités pour la circonscription Est des européennes étaient réunis mercredi pour un débat organisé par Europe 1, LCI et Le Figaro: les têtes de liste UMP et FN, Nadine Morano et Florian Philippot, et la numéro deux de la liste PS et eurodéputée sortante, Catherine Trautmann. À un mois du scrutin, la campagne est lancée pour les candidats qui sollicitent les suffrages des électeurs de Champagne-Ardenne, Bourgogne, Lorraine, Franche-Comté et Alsace.

En l’absence de la tête de liste PS Édouard Martin, Catherine Trautmann a mis en avant la «chance» de voir un ancien leader syndicaliste «représenter les ouvriers et les artisans au Parlement européen». «Édouard Martin est un traître à sa cause», a répondu Nadine Morano.

Autre passe d’armes sur la question du traité de libre-échange transatlantique que l’Union est en train de négocier avec les États-Unis. Pour Trautmann, le Parlement européen sera très vigilant sur les conclusions de l’accord. «Nous avons conditionné le mandat de la Commission», explique-t-elle en rappelant les précédents de traités non adoptés par les eurodéputés. Philippot juge, lui, le traité «très inquiétant car il va faire sauter toutes les barrières». «Vous jetterez les ouvriers et les paysans dans le grand bain de la mondialisation», estime-t-il. «Philippot rime avec Maginot», lui répond Morano, qui rejette toute idée de protectionnisme, tout en souhaitant une «Europe qui protège». «Si nous ne mettons pas en place des règles de réciprocité, les Français ont de quoi être inquiets», dit-elle.

Le Figaro

Selon un sondage Ifop pour le Figaro, les intentions de vote dans la circonscription amplifient la tendance nationale, avec un Front national qui devance l’UMP et le PS.Avec 26% des intentions de vote, la liste FN conduite par Florian Philippot arrive en tête devant celle de l’UMP Nadine ­Morano, créditée de 24% des voix.

La liste PS-PRG, dont le numéro un est l’ex-syndicaliste Édouard Martin, ne recueillerait que 15,5% des suffrages et la liste EELV de Sandrine Bélier 12,5 %. […]

Selon ¬Frédéric Dabi, directeur du département Opinion de l’Ifop., cet écart s’explique par les spécificités de la circonscription: «Dans ces régions très touchées par la désindustrialisation, le vote frontiste a toujours été haut. Marine Le Pen y avait recueilli 22,4% des voix à la présidentielle, alors que son score national était de 18,3%. Elle obtiendrait 55% des suffrages des ouvriers, une catégorie où le FN est depuis longtemps en tête, mais rarement à ce point. »

L’extrême droite réalise aussi des performances inédites chez les 25-34 ans et les 35-49 ans, dont elle rafle 32% des voix. Dans l’Est, le Front national progresse donc bien au-delà de ses «segments» traditionnels, ce qui est logique étant donné le niveau qu’il atteint. En 2009, la liste de Bruno Gollnisch n’avait recueilli que 7,6 % des voix.[…]

Le Figaro

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
26 avril 2014 01:07

Les informations circulent de-ci de-là, l’eau frémit mais ne bout pas encore, les préparatifs vont bon train chez nos gouvernants et nos décideurs, en vue de donner un énième coup de poignard dans le dos des Français, et de mettre fin définitivement au peu qu’il nous reste de nos acquis sociaux.

Déremboursement envisagé pour les consultations chez le généraliste, suppression possible des aides personnalisées au logement pour les étudiants non boursiers et, plus récemment, la remise en cause du SMIC.

Début avril, Pascal Lamy, ancien commissaire européen socialiste et ex-directeur de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), dit vouloir plus de « flexibilité » en encourageant les jobs payés en dessous du SMIC.

Mardi 15 avril, c’est au tour du trublion Pierre Gattaz, président du MEDEF, de relancer le débat en proposant un « SMIC intermédiaire« . S’ajoute à cela la proposition de Jean-François Copé qui suggère, lui, la création d’un « SMIC jeunes ».

Ils pensent sans doute les Français trop cher payés. Il ne fait aucun doute qu’ils seront écoutés attentivement par nos dirigeants. Car, en réalité, Bercy ne fait qu’appliquer ce que lui dicte son véritable mentor, le MEDEF.

Eugène DelacroixLes européennes arrivent à grands pas. Il s’agira de bien voter, si l’on ne veut pas continuer à subir les desiderata des puissants irrévérencieux.

Une nouvelle cure d’austérité et non des moindres est à venir, 50 milliards d’euros sont à trouver au plus vite, ce sont les exigences de l’Union européenne. Alors pas question de tergiverser face aux ordres émanant de Bruxelles. Une fois n’est pas coutume, ce sont les classes moyennes qui vont devoir payer.

Compétitivité vis-à-vis des pays émergents employant à bas prix, recherche perpétuelle de la croissance, maximisation du profit, ils n’ont que ces mots-là à la bouche. L’humain n’est qu’un pion sans saveur, au service des puissants et du grand patronat.

Il se prépare un drame social majeur en France, avec la volonté de serrer encore davantage la vis, en nous confisquant nombre de droits sociaux. Concernant la possibilité de supprimer les APL aux étudiants non boursiers, le secrétaire d’État à l’enseignement supérieur Geneviève Fioraso a fait marche arrière ce lundi, suite à la forte mobilisation des Français. Il faudra agir de la sorte à chaque fois que le danger frappera à nos portes.

Les européennes arrivent à grands pas, ce sera l’occasion pour nous de nous faire entendre. Il s’agira de bien voter, si l’on ne veut pas continuer à subir les desiderata des puissants irrévérencieux.

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
25 avril 2014 16:14

 

Le sondage CSA / BFM / Nice Matin confirme le séisme qui se prépare, le FN caracolant devant l'UMP et loin devant le PS, qui va sans doute recevoir une deuxième raclée en moins de 2 mois.

1)- FN : 24% ;
2)- UMP : 22% ;
3)- PS : 15% ;
4)- UDI-MODEN : 9% ;
5)- FDG : 7,5% ;
8)- EELV : 7%

Ce sondage mérite cependant d'être interprêté avec précautions, seulement 35 % des électeurs annonçant leur intention de participer au scrutin. Avec 65 % d'abstentionnistes annoncés à un mois du scrutin, le résultat final est encore très aléatoire, et dépend étroitement de la capacité de mobilisation de chaque famille politique pendant la campagne.

Ne pas crier victoire prématurément, donc, ne pas donner au pouvoir en place l'occasion de détourner l'élection en appelant comme à son habitude les Français à l'aide contre une hypothétique "menace extrémiste" ou un improbable "drame économique".

Bien au contraire, rassurons les ! 

Car il n'est pas question de CASSER l'Europe (elle l'est d'ailleurs déja !), mais de la RECONSTRUIRE autrement.

MOINS D'EUROPE ET MIEUX D'EUROPE ! 


On défendra d'autant mieux l'Europe que nous défendrons en priorité les intérêts de la France et de chaque nation de l'Union.

>> En premier lieu mettre un terme à ce criminel angélisme économique, qui consiste à libéraliser tous azimuts, tout en acceptant sans broncher le protectionnisme effréné des autres pays, en particulier des USA et de la Chine. 

>> Il faut cesser de légiférer de façon tatillonne sur la fabrication des fromages ou le calibre des prunes, en laissant chaque pays de l'Union libre d'organiser comme il l'entend sa production, sa consommation, et même sa santé et son mode de vie. 

>> "Moins d'Europe" doit devenir le mot d'ordre de l'Union. Inverser la problématique actuelle, les eurocrates cherchant constamment à élargir leurs domaines de compétences au détriment des souverainetés nationales.



Que la nouvelle Europe n'intervienne au contraire que quand et là où les pays ne peuvent (ou ne veulent) intervenir.

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
24 avril 2014 11:44

Une enquête Ifop pour Le Figaro et Europe concernant les intentions de vote dans le Grand Est donne le FN en tête à 55% chez les ouvriers.

Je suis sûr que dans les sondages à venir dans d’autres régions on va avoir exactement le même tremblement de terre que celui auquel on assiste dans le Grand Est.


source : Europe 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
24 avril 2014 01:09
europexflagLe dernier soutien de l’UE pourra éteindre la lumière. Cette construction antidémocratique et antisociale n’a jamais été très populaire, mais les choses s’accélèrent depuis quelques mois. De nombreuses personnalités rattrapent l’opinion publique dans leur critique de la tour de Babel bruxelloise.

Feu sur l’Union Européenne !

La critique de l’Union Européenne n’est pas nouvelle. Les gaullistes, aujourd’hui représentés par Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevènement ou une gauche plus radicale (Frédéric Lordon, qui publie un nouveau livre « la malfaçon, monnaie européenne et souveraineté démocratique  » où il critique l’euro, au M’PEP,Jacques Nikonoff ou Aurélien Bernier, qui a théorisé le concept de « désobéissance européenne  » ou enfin François Ruffin, du Monde Diplomatique, qui a publié « Faut-il faire sauter Bruxelles ?  » aux éditions Fakir) ainsi que des intellectuels critiques contre l’UE, notamment Jacques Sapir et Emmanuel Todd ont toujours été en pointe dans ce combat,.
Mais depuis quelques mois, il semblerait que quelque chose se soit passée car les rangs des UE-critiques ne cessent de grandir.
Et le plus intéressant, c’est qu’une frange plus modérée semble virer sa cuti. Il y a le très bon livre de Coralie Delaume « Europe : les états désunis  », qui pointe toutes les défauts de l’UE. Olivier Berruyer, le blogueur N°1 en économie, dénonce la monnaie unique dans son dernier livre. Paul Krugman, comme de nombreux autres « prix Nobel d’économie  »éreinte la monnaie unique dans son dernier livre.
François Lenglet n’est guère plus indulgent dans son dernier livre. Et, après avoir réhabilité le protectionnisme, Franck Dedieu, de l’Expansion, et Benjamin Masse-Stamberger, de l’Express, ont publié « Casser l’euro pour sauver l’Europe  » (bientôt en résumé). Et Bernard Maris vient de rallonger cette liste.

 

L’UE rencontre le mur des réalités :
Suite sur : Agoravox
source
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
23 avril 2014 10:00

 

Si Pierre Moscovici a préféré quitter le navire gouvernemental à la dérive, il n’est pas parti les mains vides. 

> François Hollande s’est engagé à faire de lui le « choix de la France » (sic) pour la future commission “européenne”.

> En tant que commissaire européen, il percevra le très confortable salaire de 24 374 euros par mois.

> Ses seules « indemnités de résidence » représentent trois fois le salaire d’un employé au SMIC en France. 

>  Il bénéficie en outre d’une prime de « frais d’installations » de 41 334,40 euros, soit plus de 3 fois le salaire annuel d’un smicard. 

> À l’issue de son mandat, il ne recevra que 20 667,20 euros pour ses frais de « désinstallation ». 

>  Heureusement pendant de nombreux mois, il recevra des « indemnités transitoires mensuelles » comprises entre 8 266,88 et 13 433,68 euros.

Maintenant j'espère que vous comprendrez pourquoi il était vital de geler les retraites !

 

merci à pareo29

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
23 avril 2014 01:43

par  on 15 avril 2014 dans ActualitéAnalyses / Chroniques / Débatsuerss

europexflagLe dernier soutien de l’UE pourra éteindre la lumière.Cette construction antidémocratique et antisociale n’a jamais été très populaire, mais les choses s’accélèrent depuis quelques mois. De nombreuses personnalités rattrapent l’opinion publique dans leur critique de la tour de Babel bruxelloise.

Feu sur l’Union Européenne !

La critique de l’Union Européenne n’est pas nouvelle. Les gaullistes, aujourd’hui représentés par Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevènement ou une gauche plus radicale (Frédéric Lordon, qui publie un nouveau livre « la malfaçon, monnaie européenne et souveraineté démocratique  » où il critique l’euro, au M’PEP,Jacques Nikonoff ou Aurélien Bernier, qui a théorisé le concept de « désobéissance européenne  » ou enfin François Ruffin, du Monde Diplomatique, qui a publié « Faut-il faire sauter Bruxelles ?  » aux éditions Fakir) ainsi que des intellectuels critiques contre l’UE, notamment Jacques Sapir et Emmanuel Todd ont toujours été en pointe dans ce combat,.
Mais depuis quelques mois, il semblerait que quelque chose se soit passée car les rangs des UE-critiques ne cessent de grandir.
Et le plus intéressant, c’est qu’une frange plus modérée semble virer sa cuti. Il y a le très bon livre de Coralie Delaume « Europe : les états désunis  », qui pointe toutes les défauts de l’UE. Olivier Berruyer, le blogueur N°1 en économie, dénonce la monnaie unique dans son dernier livre. Paul Krugman, comme de nombreux autres « prix Nobel d’économie  »éreinte la monnaie unique dans son dernier livre. François Lenglet n’est guère plus indulgent dans son dernier livre.
Et, après avoir réhabilité le protectionnisme, Franck Dedieu, de l’Expansion, et Benjamin Masse-Stamberger, de l’Express, ont publié « Casser l’euro pour sauver l’Europe  » (bientôt en résumé). Et Bernard Maris vient de rallonger cette liste.

 

L’UE rencontre le mur des réalités :
Suite sur : Agoravox
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
23 avril 2014 00:05

Le leader du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, au Parlement de Strasbourg, mi-mai. Il y siège depuis 2009.

 

Jean-Luc Mélenchon, mauvais élève du Parlement européen ? Il suffit de poser la question à l’intéressé pour recevoir une volée de bois vert dont il a le secret. Et particulièrement lorsqu’on cite le classement VoteWatch, réalisé à partir des données du Parlement européen, et qui fait autorité pour mesurer l’activité des eurodéputés. Pourtant, la ligne de défense du chef de file du Front de gauche est complètement bancale. Explications. 

1. Mélenchon contre VoteWatch

Selon VoteWatch, M. Mélenchon est l’un des eurodéputés français les moins assidus. Il est classé 677e sur 764 pour sa participation aux votes, avec un taux de 70,01 % (sous les 50 %, un eurodéputé perd ses indemnités). En moyenne, les eurodéputés participent à 84 % des votes et les eurodéputés français à 83 % d'entre eux.

>> Lire : Les absences de l'eurodéputé Mélenchon

Des chiffres bien moins catastrophiques, cela dit, que ceux de Harlem Désir, nouveau secrétaire d’Etat aux…. affaires européennes, qui stagne à 50,15%, à la limite de la perte d’indemnités. L’eurodéputé français le plus assidu, l'UMP Jean-Pierre Audy, se classe 23e, avec une participation à 96,97% des votes. Marie-Christine Vergiat, qui siège avec M. Mélenchon au groupe GUE, a, elle, participé à 84,3% des scrutins.

Adoptez un nouvel eco-geste :
Adoptez un nouvel eco-geste :

Rapportez-nous votre ancienne carte bancaire*, le Crédit Agricole** se charge de la recycler.

Sur son blogJean-Luc Mélenchon s’en prend volontiers à VoteWatch et à la presse, accusés de mentir en le faisant passer pour un eurodéputé peu assidu. Le site de classement ? « Financé par des lobbyistes », explique M. Mélenchon, évoquant pêle-mêle Georges Soros, « de grandes firmes », « des visages de la nouvelle social-démocratie ».  L'eurodéputé se défend des « allégations burlesques » et présente sa « façon d'être député » (voir image ci-dessous).

 

VoteWatch, qu'est-ce que c'est ? Une ONG, qui existe depuis 2009. Elle travaille de façon indépendante, mais compte dans ses membres des spécialistes du Parlement européen. Son financement est assuré par plusieurs organisations et groupes, dont, effectivement, la Open Society Foundation du milliardaire américain Georges Soros, par exemple. Tout est précisé sur le site.

VoteWatch ne fait pas d'analyse subjective ou de tribune à partir de son travail. Elle se base sur les données du Parlement européen pour classer les eurodéputés selon divers critères : participation aux votes, loyauté à son parti lors desdits votes, rapports signés, amendés, opinions rédigées, etc.

La méthodologie de VoteWatch est expliquée sur son site. Elle est relativement simple : il s'agit de compter. L’accuser d’être biaisé car  « aux mains des lobbies »semble donc incongru : le site utilise les chiffres officiels du Parlement européen. Et il ne discrimine pas les députés de gauche radicale :  une députée allemande membre du même groupe que M. Mélenchon, le GUE-NGL, est classée 15e pour sa présence lors des votes.

2. Mélenchon « premier des Français » selon un autre classement ?

Interrogé sur France 5 le 13 avril, M. Mélenchon assurait que VoteWatch ne tenait compte  que « d’une seule et unique chose : le nombre de fois où on bouge les doigts dans la machine à voter ». Et l’eurodéputé de préciser : « je suis, sur un autre site, le premier des Français pour les explications de vote (…) je fais ce que je peux ». 

 Quel est donc ce site dont M. Mélenchon fait une abondante promotion sur son blog d’eurodéputé ? Il s’agit de « MEP ranking ».

Ce site, plus simple que VoteWatch, existe depuis 2009. Son concepteur, un jeune homme nommé Miquel Català i Coït, milite pour la reconnaissance de la langue catalane. Il avait créé le site dans le cadre de projets destinés à attirerl’attention de la communauté européenne sur cette question linguistique.

Comme l'explique son fondateur, « MEP ranking » utilise exactement les mêmes sources de données que VoteWatch : celles du Parlement européen. Mais un critère distingue le site aux yeux de M. Mélenchon :

« Dans les médias, les "journalistes" répètent le refrain de ma supposée "présence épisodique" sans jamais recouper leurs sources, ce qui est pourtant une obligation professionnelle. Ils m'interrogent systématiquement en se servant du site VoteWatch. Or, ce site est financé par des lobbyistes. Il ne ne s'intéresse pas à l'activité réelle des députés européens, mais seulement à des éléments comptables que lui fournit gratuitement le Parlement européen ! Les "journalistes" ignorent (ou feignent d'ignorer) qu'il existe d'autres sites de classement, qui centrent au contraire leur attention sur l'activité réelle des eurodéputés. Et là, surprise pour les abonnés à VoteWatch ! Je suis parmi les députés les plus actifs de tout le Parlement européen ! »

En réalité, « MEP ranking » classe M. Mélenchon 39e. Et travaille avec quasiment les mêmes chiffres et méthodes que VoteWatch. Mais comment, avec des sources similaires, autant de différences ? La réponse tient en trois mots : explications de vote.

3. Mélenchon, champion de l’explication de vote

Qu’est-ce donc ? C’est très simple : un parlementaire européen peut intervenir en séance, ce qui est comptabilisé. Or, M. Mélenchon est un champion toutes catégories des interventions en séance : il se classe en 20e position sur « MEP ranking » pour ses speeches  : pas moins de 1 110 sur sa mandature, soit cinq fois le score moyen des eurodéputés français (209).

VoteWatch a choisi de ne pas prendre en compte cette donnée « interventions en séance » dans ses classements ; « MEP ranking », oui.

Or, que constate-t-on sur ce site ? Que c’est bien la seule activité où M. Mélenchon se distingue réellement. Il suffit d’aller sur sa page sur MEP Rankingpour lire les autres chiffres :

  • taux de participation aux votes 70 % (84 % en moyenne)
  • 46 questions posées (moyenne des eurodéputés : 127)
  • 40 motions déposées ou soutenues (50,97 en moyenne)
  • 0 rapport (1,46 en moyenne)
  • 0 rôle de rapporteur (19 fois en moyenne), six amendements sur des rapports (70 en moyenne)
  • 0  opinion (1,83 en moyenne)
  • 0 déclaration solennelle (1,54 en moyenne)

Bref, ce qui « sauve » l'activité parlementaire de M. Mélenchon, outre sa présence en plénières (il suffit de signer pour être noté présent, même si on n'est pas resté très longtemps), ce sont bien ses explications de vote.

 MEP Ranking affiche par ailleurs un outil permettant de mesurer la fréquence des interventions en séance dans le temps.

 

Fréquence des explications de vote de M. Mélenchon depuis le début de sa mandature, sur le site MEP Ranking

 

On constate une nette accélération des interventions en séance de M. Mélenchon après 2012 : du début de sa mandature, en 2009, au 30 décembre 2012, il avait fait 438 interventions, soit moins de dix par mois. Du 1er janvier 2013 à aujourd’hui, il en a réalisé 672, soit plus de 40 par mois !

4. L’astuce des questions écrites

Mais comment M. Mélenchon peut-il être aussi actif durant les séances et avoir un si mauvais classements aux votes ? C’est très simple : grâce à l’article 170 du règlement du Parlement européen. Voici ce qu’il prévoit :

« Lorsque la discussion générale est achevée, chaque député peut émettre, sur le vote final, une déclaration orale qui ne peut excéder une minute, ou une déclaration écrite de 200 mots au maximum, laquelle est reprise dans le compte renduin extenso des séances. Lorsqu'une proposition d'acte législatif ou un rapport sont inscrits à l'ordre du jour du Parlement conformément à l'article 138, les députés peuventdonner des explications de vote par écrit, conformément au paragraphe 1.

Les explications de vote, orales ou écrites, doivent avoir un lien direct avec le texte qui fait l'objet du vote. »

En clair, chaque eurodéputé a la possibilité de déposer une déclaration écrite courte à propos des votes, expliquant sa position, et qui sera inscrite au procès-verbal de séance. Et les données du Parlement européen ne distinguent pas entre intervention orale et écrite.

La technique est donc simple : pour donner l’impression d’une activité soutenue, il suffit d’envoyer (ou de faire envoyer par son équipe) suffisamment de mails d’explication de vote. Dans son dernier rapport sur l’activité des eurodéputés français, la fondation Robert Schuman expliquait d’ailleurs le mécanisme :

« Certaines astuces permettent "d'améliorer" ses statistiques de présence. On notera que les explications de vote sont reprises en tant qu'intervention par le Parlement alors que dans de nombreux cas il s'agit d'un courrier électronique justifiant une position sans aucune prise de parole réelle en plénière…  »

5. Sur 400 « explications de vote » de M. Mélenchon, 399 étaient écrites

Nous avons vérifié le cas de M. Mélenchon. Nous avons extrait, directement depuis le site du Parlement européen, les 400 interventions effectuées par M. Mélenchon entre le 20 novembre 2013 et aujourd’hui (soit l'intervalle maximum possible techniquement). Ces 400 interventions représentent donc plus d'un tiers du total de ses interventions en séance depuis le début de son mandat. 

>> Voir nos données ici 

Lorsque celles-ci sont en réalité un texte déposé en fin de séance, le compte rendu mentionne « intervention écrite ». 

Or, sur ces 400 interventions « en séance », M. Mélenchon en a effectué une seule à l’oral. Les 399 autres sont des questions écrites. En clair, il n’est jamais intervenu en séance autrement que via une explication écrite.

Prenons un exemple : la dernière session plénière du Parlement avait lieu les 2 et 3 avril. M. Mélenchon est marqué présent les deux jours. Il ne dit rien durant les séances, mais vote sur tous les textes présentés.

Pour ces deux jours, il a déposé pas moins de 84 explications de vote, toutes étaient formulées par écrit et non à l’oral, et toutes datées du 3 et non du 2.

Regardons maintenant le compte-rendu de la séance du 3 avril. Il fait 420 pages, mais seules les 50 premières sont consacrées à la séance elle-même. Tout le reste, ce sont les explications de vote par écrit des eurodéputés. Dont les 84 de M. Mélenchon.

Les explications de vote de l'eurodéputé ne sont cependant pas confinées à un compte-rendu de séance quelque peu confidentiel : il les publie également sur son blog européen, à la rubrique « analyse des textes votés en sesssion », un geste apprécié de ses partisans

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
22 avril 2014 01:04
Date: 
02/04/2014

 

L'Europe rétablit la peine de mort. Mais oublie de prévenir les peuples européens de ce rétablissement . Elle ne la rétablit pas pour les pédophiles ou les crimes de sang , non , ceux là resteront  exemptés de peine capitale ; elle la rétablit pour le crime  de contestation sociale ... plus précisément pour :

c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.»

Je vous laisse prendre connaissance de ce texte surréaliste publié au Journal Officiel du 14 Décembre 2007 , dans la plus stricte omerta médiatique. NON  malheureusement , ce n'est pas un hoax .  Le journal officiel ci-dessous est tout à fait consultable sur les sites officiels de l'Union Européenne 
 

Citation: 14.12.2007 Journal officiel de l'Union européenne C 303/17 FR

EXPLICATIONS (*) RELATIVES À LA CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX (2007/C 303/02)
 

Les explications qui figurent ci-après ont été établies initialement sous la responsabilité du praesidium de la Convention qui a élaboré la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. Elles ont été mises à jour sous la responsabilité du praesidium de la Convention européenne, compte tenu des adaptations apportées au texte de la Charte par ladite Convention (notamment aux articles 51 et 52) et de l'évolution du droit de l'Union. Bien que ces explications n'aient pas en soi de valeur juridique, elles constituent un outil d'interprétation précieux destiné à éclairer les dispositions de la Charte.

 

TITRE I — DIGNITÉ 
 

  1. Les dispositions de l'article 2 de la Charte correspondent à celles des articles précités de la CEDH et du protocole additionnel. Elles en ont le même sens et la même portée, conformément à l'article 52, paragraphe 3, de la Charte. Ainsi, les définitions «négatives» qui figurent dans la CEDH doivent être considérées comme figurant également dans la Charte:

a) l'article 2, paragraphe 2, de la CEDH:
«La mort n'est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d'un recours à la force rendu absolument nécessaire:
a)  pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
b)  pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l'évasion d'une personne régulièrement détenue; 
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

1. l'article 2 du protocole no 6 annexé à la CEDH:
«Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions ...».    

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2007:303:0017:00… 

Cette surprenante autorisation , faite en violation totale de la plupart des lois des pays Européens, n'aurait-elle pas été inspirée directement de la législation américaine qui autorise encore la peine de mort dans certains Etats ,  et qui autorise une détention totalement arbitraire et illimitée en vertu du NDAA  décidé en catimini , le 31 Décembre 2012 Par le Président OBAMA lui même . 

Effectivement depuis 2007 , l'influence américaine s'est considérablement accru sur les résolutions Européennes .. en particulier une certaine résolution du 25 Avril 2007 , antérieure donc à la parution des modifications ci-dessus rétablissant la peine capitale. 

Cette résolution Européenne s'intitule : 

 
Citation: Résolution du Parlement européen du 25 avril 2007 sur les relations transatlantiques

Le Parlement européen ,
—  vu ses résolutions antérieures sur les relations transatlantiques, notamment ses deux résolutions du 1er juin 2006 sur l'amélioration des relations entre l'Union européenne et les États-Unis dans le cadre d'un accord de partenariat transatlantique(1) et sur les relations économiques transatlantiques UE/États-Unis(2) ,
—  vu la déclaration UE/États-Unis du 26 juin 2004 sur la lutte contre le terrorisme et la déclaration du 20 juin 2005 sur le renforcement de la coopération concernant la non-prolifération et la lutte contre le terrorisme,

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=TA&reference=P6-TA-2…

La suprenante parution au JO  de l'union Européeene du 14 Décembre , s'octroie donc le droit de rétablir la peine capitale  pour de présumés "terroristes"  qui auraient de plus l'idée d'inciter à des émeutes ou à des insurrections .  

Ce fameux partenariat Transatlantique fait actuellement la Une d'un bon nombre de nos médias  , pour des raisons tout à fait objectives : personne ne sait de quoi il s'agit et tout le monde s'inquiète .

De nombreux aspects de nos vies quotidiennes sont affectées par ce fameux pacte . Qu'il s'agisse de notre alimentation avec les OGM ou les aliments carnés .. , de nos semences  , il paraitrait que très bientôt nous n'aurons plus le droit de cultiver nos potagers .. ou encore de notre énergie avec les autorisations que vient de consentir la Commission Européenne , pour les explorations et exploitations de gaz de schistes , contrairement aux recommandations du Parlement Européen lui même , ou encore de justice arbitrale qui n'est rien d'autre que la privatisation de la justice , la rendant ainsi totalement dépendante des lobbys  et faisant ainsi totalement disparaitre la notion inscrite en article 1 de notre Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen : 

Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit . 
 
Toujours est-il que textes  comme négociations sont restés totalement secrets ,  traitement parfaitement démocratique comme tout le monde le sait .. 

Heureusement certains sites de réinformation, comme celui de Contrelacour ,  très  au fait de ce qui se passe à Bruxelles,  s'inquiètent  de ces silences répétés  et avertissent sans relâche de ces dénis de démocratie  incessants .. pour ne pas parler de tentation totalitaire . 

Marché transatlantique : les gouvernements nationaux privés d’accès aux documents de la négociationou encore 

Marché transatlantique : le débat se focalise sur les tribunaux d’arbitrage au risque d’oublier le reste

Monsieur Karel de Gucht a d'ailleurs pris peur devant l'émotion populaire  provoquée  par ce manque d'informations .. Il n'a pas décidé pour autant de donner les informations , celles ci demeurent toujours secrètes .. Il a juste décidé de suspendre les négociations sur quelques points , dont la justice arbitrale , pour ne pas inquiéter les peuples Européens avant  les Élections européennes devant avoir lieu entre le 22 et le 25 Mai 2014 . 

Pourtant , ce partenariat transatlantique est assez bien décrit dans cette résolution d'Avril 2007 .. Il concerne à peu près tout ..  
- la politique étrangère Européenne et en particulier le proche Orient .. et bien sûr l'Iran .. La Syrie n'était pas encore à l'ordre du jour en 2007 !!!
- les visas 
- la gouvernance économique mondiale 
- les services financiers  et les mesures de régulation de circulation des capitaux "non contraignantes"  (sic)
- le rôle très particulier de l'Allemagne  dans l'économie et le commerce de ce nouvel ensemble
- l'environnement
- l'énergie 
- la propriété intellectuelle et la réforme des brevets
 

Ce texte est pour une fois assez clair .. Je ne peux que vous recommander de le lire . 

 

Il y a néanmoins un article sur lequel il me parait essentiel d'attirer l'attention .  Il s'agit de l'article 35 , dans la rubrique  

Citation: Cadre institutionnel et rôle du Parlement

35.  souligne que seule la participation plus large à tous les niveaux du Congrès des États-Unis, du Parlement européen permettra réellement de renforcer l'ensemble du processus et que les échanges interparlementaires existants devraient être graduellement transformés en une "assemblée transatlantique" de fait.

Si on essaie d'analyser ce recouvre le terme "d'échanges interparlementaires existants" , il ne s'agit vraisemblablement  de rien d'autre que de mettre un terme à l'existence de nos Parlements Nationaux .. donc de nos démocraties . 

C'est d'ailleurs très exactement ce qui se passe depuis plus d'un an avec ce fameux pacte puisque les parlements nationaux ne sont plus consultés  . 
Ils ne l'ont pas été sur l'Union Bancaire Européenne  et sur  le rôle de la BCE  qui devient de plus en anti-démocratique  ,  vu le niveau de pouvoir qui viennent de lui être concédés par des technocrates  soumis aux lobbys .. 

Les Parlements  ne le seront pas plus sur le reste  jusqu'au jour ou les nécessités budgétaires feront prendre conscience de leur inutilité .. 

Le déficit démocratique de la zone euro : la liste de lecture des égarés 
 

Citation: Paul de Grauwe Citation: La BCE ne connaît d’autre loi que la sienne.
 
 

L’économiste belge Paul De Grauwe, plutôt europhile, est lucide sur la façon dont le traité de Maastricht consacre l’irresponsabilité de la BCE : 
 
 

Non seulement la BCE est à l’abri de politiciens, mais les statuts [de la BCE] l’ont également placée au-delà de la portée des règles démocratiques qui sanctionnent les mauvais comportements. [...] 
 

C'est bien une Europe hideuse , totalement irrespectueuse de tous nos fondements démocratiques , et en particulier celui qui impose  une  séparation des pouvoirs entre l'exécutif  et le législatif, qui est en train de se construire à nos dépens .    Le Gouvernement Hollande a essayé de devance l'appel avec son  projet de loi  heureusement refusé à l'unanimité par le Sénat , présenté le 15 Janvier dernier,  par le gouvernement  et voulant instituer une loi d'habilitation de réforme du Code Civil par Ordonnance .
C'est à dire les pleins pouvoir à l'exécutif , ce qui ne se pratique en principe que quand l'état d'urgence est décrété . 

Le Code civil désormais réformé par Ordonnance fin de la démocratie  

C'est une Europe qui veut mettre les peuples en esclavage , au service de multinationales   ou d'établissement financiers sans âme ni conscience ,  réduisant l'humain à une variable d'ajustement pour reprendre les termes d'un certain Lakshmi Mittal .. S'exonérant totalement du respect des lois qui nous gouvernent , comme le montrent les "amendes" de plus en plus fréquentes infligées aux banques américaines comme Européennes, amendes toujours inférieures aux profits retirés, qui ne sont jamais accompagnées de sanctions pénales ,  et dont les préjudices ne sont même plus calculés ,  comme ceux concernant la fraude sur les taux ou sur les dérivés  ou encore les manipulations des prix des matières premières (énergie ou agriculture) . 

 

Cette Europe qui rétablit une peine capitale sans même prendre la peine d'en informer les populations concernées.. dont l'incohérence est capable d'exiger une uniformisation de légumes consommables, mais  qui est incapable de mettre en place une régulation de capitaux  et de  la fiscalité en particulier sur les entreprises .. comme viennent encore récemment de le démontrer les dernières découvertes concernant  Mac Donald, Apple, Star Bucks , Paypal , Google . 

Je crois que le bon sens populaire pour reprendre une expression chère à un certain Général de Gaulle , doit nous faire nous rassembler   de toute urgence pour refuser cette Europe  .. Quelques soient nos opinions politiques  .. quelques soient nos appartenances , pour nous comme pour nos enfants. 

Car lorsqu'elle sera définitivement en place , il sera trop tard .. et je n'aurais sans doute plus le droit d'écrire un tel texte ..

 

 

source

 

 

Source: 
Blogs.mediapart.fr
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
22 avril 2014 01:00

Dans une interview sur les nouvelles menaces en Europe et la dégradation de la situation ukrainienne, le chef de l’armée suisse est revenu sur sa traditionnelle armée de milice et son fonctionnement. Au delà de la formation militaire de ses citoyens, il a insisté sur la résilience nécessaire à la population en cas de crise.

Au vu de la situation de sécurité plus incertaine ces dernières années, le chef de l’armée André Blattmann s’est remis aux réserves de guerre. Il stocke chez lui de l’eau minérale, des conserves et du bois de cheminée. Dans une interview au « Schweiz am Sonntag », il a dévoilé ses réserves privées.

« Je suis sensible aux nouvelles menaces depuis deux ou trois ans », a indiqué le chef de l’armée. Le responsable, interrogé sur des questions de sécurité et l’achat du Gripen, rappelle l’importance des réserves de guerre.

L’important, c’est l’eau. L’eau non gazéifiée. Il en a 30 ou 40 six packs de bouteilles en plus d’une citerne à eau. Une personne a besoin d’au minimum huit litres d’eau par jour pour boire, cuire et laver. « Imaginez ce dont a besoin une famille pour tenir quelques jours », dit-il.

André Blattmann aimerait bien que son exemple serve aux citoyens: « Peut-être n’est-il pas inutile de dire aux gens qu’il est bon d’avoir quelques réserves pour un cas d’urgence à la maison ».

Tribune de Genève

 

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
21 avril 2014 01:12

Premier élément : les députés européens figurent parmi les responsables les plus mal payés de l’UE, avec un revenu de 7.057 euros par mois ou 95.482 euros par an. C’est beaucoup moins qu’un haut fonctionnaire à la commission.

Le vice directeur général peut ainsi toucher jusqu’à 203.026 euros par an, le directeur général 220.452 euros par an.
C’est aussi beaucoup moins qu’un simple membre de la Cour de justice européenne ou de la Commission européenne qui sont rémunérés 255.300 euros par an, ou 21.275 euros par mois.

Le revenu du député européen n’augmente pas si le député devient président du Parlement européen.On comprend ainsi mieux l’envie de l’actuel président du Parlement, Martin Schulz, de décrocher le poste de président de la Commission européenne, payé 321.238 euros par an (26.770 euros par mois).

Ce poste n’est cependant que le deuxième poste le mieux payé de l’UE, à égalité avec la présidence de la Cour de Justice de l’UE et le président du Conseil européen. Le mieux payé, c’est le président de la BCE, actuellement Mario Draghi qui touche 374.124 euros par an, soit 31.177 euros par mois. De quoi profiter de l’inflation faible pour « acheter beaucoup de choses », pour reprendre son fameux proverbe prononcé cet été (et oublié depuis) : « with low inflation, you can buy more stuff » (« avec une inflation faible, vous pouvez acheter plus de choses »).

De façon générale, il est frappant de constater que les dirigeants des quatre grands pays de l’UE sont nettement moins payés que les dirigeants européens. Le président du conseil italien, le mieux payé, touche 207.630 euros par an, soit 17.280 euros par mois. C’est 19 % de moins qu’un commissaire européen et 45 % de moins que son compatriote Mario Draghi. Pour Angela Merkel et ses 204.192 euros, le revenu est inférieur de 21 % à celui d’un commissaire européen. Les deux têtes de l’exécutif français ne touchent que 178.920 euros par an, soit 30 % de moins qu’un commissaire. Enfin, le premier ministre britannique et ses 173.323 euros annuels, dispose de revenus inférieurs de 34 % à celui d’un commissaire, soit plus d’un tiers de moins.

Mais d’autres doivent également regarder vers Bruxelles avec envie : le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est le mieux payé des hauts fonctionnaires internationaux, mais ses revenus sont inférieurs de 7,5 % à celui d’un commissaire et 27 % de moins que le président de la BCE. Rien d’étonnant alors à ce que, voici deux semaines, le premier ministre finlandais ait annoncé vouloir s’installer dans un rôle à Bruxelles. Et que le ministre sortant de l’économie français, Pierre Moscovici, lorgne avec envie vers un poste de commissaire…

La Tribune

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
20 avril 2014 23:51
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
20 avril 2014 10:03

Ce matin en bref //  Dimanche 20 avril 2014

ce matin en bref♦ Martine Aubry a perdu la présidence de la communauté urbaine de Lille, les municipalités de Roubaix et Tourcoing ayant basculé à droite, le siège revient à un élu de centre droit soutenu par le PS contre la candidat UMP. L’ancienne secrétaire nationale du PS le recul s’explique par "un refus de la politique nationale que les Français ne comprennent pas".


♦ Plusieurs milliers de manifestants, plus de 10 000 selon les organisateurs, samedi 20 avril à Nantes pour une Bretagne à cinq départements, pour une assemblée de Bretagne, plusieurs députés ont défilé aux cotés de C. Troadec et T. Merret représentants des bonnets rouges: J.J. Urvoas (PS), Le Fur (UMP), T. Benoît (centriste), François de Rugy (EELV) ainsi que d’autres élus…


♦ «Il est temps qu’on puisse, nous en Bretagne avec 4 millions et demi d’habitants, (…) se retrouver au même niveau que les régions européennes comme les Länder allemands, comme les grandes provinces espagnoles, l’Ecosse, le Pays-de-Galles» a déclaré Christian Troadec hier à Nantes.


♦ Le groupe Caterpillar fermera son usine de Rantigny (Oise) qui emploie 244 personnes : fermeture d’une première ligne de production en janvier puis une deuxième en août 2015.

source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
11 avril 2014 10:39

Bkt6wBXCcAAqVBn.jpg-large

C’est une histoire au second degré : pour se moquer des clichés dont ils sont les cibles, les Roms ont défilé place de la République mardi 08 avril avec des panneaux dénonçant les accusations qui leur sont faites.

Le second degré, c’est que les accusations sont tous sauf des clichés.

Les photos de camps de gitans avec des BMW, des Porsche, des gros 4×4 et des Mercedes de grosses cylindrées ne manquent pas, et je ne pense pas qu’ils les payent en vendant des paniers d’osier.

Quand aux aides de la Caisse d’allocations familiales pour l’achat d’une caravane ce n’est hélas pas une invention.

Je soupçonne les roublards auteurs de ces panneaux de se foutre autant de la gueule des professionnels qui les soutiennent que du bon peuple qui paye. Tout cela au second degré bien entendu.

Un exemple ? Voici :

slide_344676_3593849_free

Qui dit mieux ? :

20120409092216-1_656106

Ah pardon! C’est une Porsche…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe
10 avril 2014 11:02

 Les gens doivent se rendre compte du pouvoir qu’ils accordent au Parlement européen car c’est lui qui vote les lois qui seront appliquées dans chacun des États membres de l’Union Européenne. » – Viviane Reding, Commissaire européenne.

 

 SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Europe