Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

18 décembre 2014 17:16
Moscou : les sanctions contre la Crimée sont une tentative de punition pour le libre choix

Par La Voix de la Russie | Les sanctions de l'UE contre la Crimée sont une tentative pour punir les habitants de la péninsule ayant fait le libre choix en faveur de la réunification avec la Russie pendant le référendum, stipule une déclaration du ministère des Affaires étrangères de Russie.

Le ministère déclare aussi qu'il est absolument inadmissible de discriminer les habitants de Crimée et de Sébastopol pour des raisons politisées.

 

Vu sur : http://french.ruvr.ru/news/2014_12_18/Moscou-les-sanctions-contre-la-Crimee-sont-une-tentative-de-punition-pour-le-libre-choix-1292/


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_12_18/Moscou-les-sanctions-contre-la-Crimee-sont-une-tentative-de-punition-pour-le-libre-choix-1292/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
17 décembre 2014 03:39
La visite surprise et éclair en Russie de F. Hollande à V. Poutine, ou plus précisément dans le terminal gouvernemental de l'aéroport Vnukovo-2, a fait couler beaucoup d'encre, même si, en réalité, personne n'en connait la teneur réelle. Si peu de choses sont certaines en la matière, il est toutefois possible de tirer quelques conclusions logiques:
1. Le durcissement du ton de la Russie envers l'Occident porte ses fruits.
2. La Russie montre que les pays européens ont plus besoin d'elle, qu'elle n'a besoin d'eux (South Stream et Mistrals).
3. Changement de polarisation en Europe dans les relations avec la Russie (Allemagne/France).



Le 6 décembre, au retour d'une visite officielle au Kazakhstan, F. Hollande s'arrête à Moscou pour une visite éclair de 2 heures avec le Président russe V. Poutine. Cette visite est à l'initiative heureuse de la France. Et elle fut largement appréciée dans le pays, comme en est révélateur le tweet de A. Pushkov, qui dirige le comité de la Douma pour les affaires étrangères, affirmant:
"F. Hollande, qui jusqu'à présent restait dans l'ombre sur l'affaire ukrainienne, est enfin sorti de l'ombre et a fait preuve de caractère: il est arrivé à Moscou vraiment à temps pour rencontrer V. Poutine."
Ф.Олланд, до сих пор державшийся в тени по Украине, из тени вышел и показал характер:он очень вовремя приехал в Москву на встречу с Путиным.

7:16 PM - 6 Dec 2014

1. Le durcissement du ton de la Russie
Plusieurs événements semblent avoir favorisé la précipitation de cette rencontre. Comme le souligne par ailleurs la presse, notammentfrançaise, il ne faut négliger ni le discours de V. Poutine devant le Parlement, ni le rôle joué par le Président kazakh N. Nazarbaev.
Lors de son Message annuel au Parlement, le Président V. Poutine a fait preuve d'une subtilité politique peu commune. D'un côté, sur le plan international, il a rappelé que seule la Russie, comme pays souverain, est à même de déterminer sa politique tant extérieure, qu'intérieure.
En ce sens, ce n'est pas la politique de sanctions ni de rétorsions, actuellement menées, qui la feront plier. Et rappelant que ces mesures internationales n'ont d'autres buts que, en réalité, soumettre la Russie aux nouvelles règles du jeu atlantiques, le durcissement du ton sur l'international a été compensé par un assouplissement à l'intérieur.
On notera par exemple le soutien fiscal aux PME, l'allègement des contrôles sur le business, l'importance du contrôle de la société civile sur l'activité de l'Etat, etc. Autrement dit, le Président a fait passer le message selon lequel la Russie ne cherche pas à se renfermer suite aux sanctions, au contraire, elle va se renforcer, en s'appuyant sur ses forces vives.
Ceux qui attendait une réaction agressive sur la défensive ou une apologie du commerce, dans l'espoir de faire diminuer les sanctions, en sont pour leurs frais. Ce fut une position d'homme d'Etat conscient des enjeux. Et cela a fait peur, car les armes employées ont aussitôt, pour une grande part, perdues de leur efficacité, même potentielle.
Ensuite, le rôle tenu par Nazarbaev est loin d'être négligeable. En affirmant qu'il ne cherche pas à se faire l'avocat de qui que ce soit, il a rappelé à F. Hollande, de manière percutante, qu'il est très dangereux de sous-estimer la puissance de la Russie, comme l'histoire l'a déjà montré.
2. L'Europe a plus besoin de la Russie, que la Russie n'a besoin de l'Europe
Comme dans toute relation internationale, il est important de déterminer le rapport de force. Or, ici, la balance penche du côté de la Russie. En suspendant unilatéralement la construction de South Stream, la Russie a montré son indépendance de l'UE et met les pays européens en difficulté, quant à leur éternelle politique de diversification. D'autant plus que le sauvetage au gaz de schiste reste très virtuel. Autrement dit, le temps est venu pour les pays européen de payer le prix de la subordination.
De la même manière, la déclaration du Président V. Poutine suite à la rencontre avec le Président F. Hollande montre que la Russie n'a pas un besoin vital de ces Mistrals. L'on espère qu'ils seront livrés, mais évidemment la question n'a pas été abordée. S'ils ne sont pas livrés, espérons que les frais seront remboursés. Dans tous les cas, le contrat devra être appliqué. Mais bon, on comprend. Cela veut-il dire que la Russie renoncerait à une action en justice en cas de défaillance de la France? Pas évident.
Et justement, que le Président russe a-t-il ouvertement compris? Cette attitude fut on ne peut plus royale, dans le sens premier du terme. C'est l'attitude d'un souverain puissant face à un petit hobereau qui viendrait lui expliquer qu'il voudrait bien, mais qu'il n'a pas vraiment le choix, qu'il fait tout ce qu'il peut et que surtout il ne faut pas se fâcher car la situation est déjà assez difficile comme ça. L'image de la France se serait bien passée de cela.
Mais il est vrai que si la France ne les livre pas, elle devra payer et ne pourra revendre ces Mistrals à personne d'autres, surtout qu'ils sont aux normes russes. Par ailleurs, la réaction du vice premier ministre, D.Rogozine, en charge de l'industrie militaire, est on ne peut plus claire: l'attitude de la France montre une chose, que la Russie a commis une énorme erreur en développant l'importation en matière militaire. Cette erreur sera réglée et nous ferons en sorte de ne plus avoir à importer dans ce domaine. Les points sont mis sur les i.
3. Changement de polarisation en Europe dans les relations avec la Russie
En revanche, sur le plan politique, l'arrivée de F. Hollande est une très bonne chose, en soi. Car F. Hollande s'est présenté comme un pacificateur, ce qui est assez rare ces derniers temps venant des membres traditionnels de l'UE. Il reprend ainsi le rôle du "gentil" dans la presse russe, rôle que l'Allemagne d'Angela Merkel a perdu avec la radicalisation atlantiste de la politique allemande.
Et ce coup diplomatique monté comme une opération secrète est tout à l'honneur de la France. En se positionnant en intermédiaire pacificateur, contre les murs qui pourraient à nouveau se dresser entre nos pays, F. Hollande a repris le rôle classique de la France.
Maintenant, il reste à espérer qu'il le tienne. Car la question reste toute entière: qui représentait-il  alors? Etait-il mandaté, et par qui, ou bien s'agissait-il d'une initiative personnelle? Les chances de réussite d'une désescalade en Europe, alors que le Congrès des Etats Unis est en train de voter ce qui pourrait presque ressembler à une déclaration de guerre fondée sur une propagande de bas étage, sont faibles. Mais il faut à tout prix jouer cette carte avant qu'il ne soit trop tard.
Et la presse russe s'emballe. Certains y voient l'annonce d'une prochaine remise en en cause des sanctions par l'UE, d'autres rappellent l'amitié franco-russe. En ce qui concerne la remise en cause directe et officielle des sanctions par l'UE, on peut en douter. Il en faut pas confondre l'Europe et l'UE. Les intérêts que l'UE s'est choisis, ne sont pas les intérêts européens, dans le sens des intérêts des pays de l'espace européen.
La position de l'UE est défendue par Merkel, contre l'Europe. D'autre part, il faudrait cesser de chercher partout des amis et des ennemis. Chacun défend les intérêts qu'il s'est choisi à un moment donné. L'Allemagne fut l'alliée de la Russie, elle ne l'est plus. Elle le redeviendra peut-être plus tard. Idem pour la France.
La Russie ne peut de toute manière être rejetée en dehors de l'Europe, car elle est européenne. Et les relations qu'elle entretient avec l'UE n'y changent rien. Qu'elles soient bonnes ou mauvaises. L'UE passera, l'Europe restera. Car l'UE n'est qu'une structure, l'Europe est une culture.
vu sur : http://russiepolitics.blogspot.fr/2014/12/comment-interpreter-la-rencontre.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+RussiePolitics+(Russie+politics)
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
15 décembre 2014 22:57
Aéroport de Donetsk aujourd'hui
Il y a quelques jours, les combattants ont ouvert un corridor humanitaire pour les soldats ukrainiens encerclés dans l'aéroport de Donetsk. Malgré le cessez-le-feu temporaire signé et qui, globalement, est respecté, ces soldats ukrainiens en ont profité cette nuit pour tirer depuis l'aéroport vers les villages environnants.


Les soldats de la Garde nationale ukrainienne, bloqués depuis plusieurs semaines dans l'aéroport de Donetsk, se retrouvaient au moment du cessez-le-feu dans un état de fatigue avancé, presque à court de vivres. C'est en tout cas la manière dont les combattants, à la surprise générale, ont justifié l'ouverture d'un corridor permettant non pas le départ de ces soldats, mais leur rotation. Comme vous pouvez le voir sur ces images:

La logique "humaine" de cette démarche est à première vue compréhensible. A la différence prêt que les combattants sont eux aussi fatigués, qu'ils ont eux aussi besoin et envie de rentrer dans leur famille. Surtout, le cessez-le-feu est temporaire et fragile, l'armée ukrainienne se renforce et se regroupe autour de la zone de combat. Donc, nous sommes encore loin d'une situation de paix. Les soldats auraient pu se rendre et partir en abandonnant l'aéroport, mais permettre une rotation ...
Et cette étonnante démarche a été remerciée cette nuit, comme on pouvait l'attendre. Les soldats ukrainiens, tout frais, reposés et en pleine forme, ont a nouveau pu tirer depuis l'aéroport de Donetsk sur les villages environnants. Pour leur part, les combattants n'ont pas répondu, pour ne pas rompre les accords de cessez-le-feu. Etrange disproportion.
Peut être cet "incident" fera réfléchir à l'avenir les combattants quant à l'utilisation des mesures humanitaires en temps de guerre. Car la guerre, hélas, n'est pas finie, elle est suspendue. Et permettre "gratuitement", c'est-à-dire sans contrepartie, à l'ennemi de se renforcer est un moyen de faire durer le conflit.
Anecdote: Dans la vidéo vous voyez le célèbre chef de bataillon Motorolla discuter avec un soldat ukrainien. Extrait de la conversation:
- Vous avez des armes? (Motorolla)
- Bien sûr, c'est la guerre. (Soldat, souriant)
- Vous n'allez pas tirer? (Motorolla)
- Si vous ne tirez pas, nous non plus (soldat).
Les habitants du village Peski, à côté de l'aéroport, cette nuit, ont apprécié.
vu sur : http://russiepolitics.blogspot.fr/2014/12/aeroport-de-donetsk-logique-humanitaire.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+RussiePolitics+(Russie+politics)
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
15 décembre 2014 15:24

Video grab shows a man standing behind the window of the Lindt cafe, where hostages are being held

 

Un islamiste armé a pris en otage les clients d’un café du centre de Sydney, ce matin lundi, forçant le bouclage de la ville par la police.

Video grab shows hands pressed up against the window of Sydney's Lindt cafe, where hostages are being held

6 heures après le début du siège du café par la police, 5 otages ont réussi à fuir le Lindt chocolate café et s’abriter derrière les forces de police, alors que le nombre exact d’otages, entre 30 et 40, est toujours inconnu.

 

B44WQFMCUAEKhGb.png-large

Un assaillant armé, qui a affiché à la fenêtre le drapeau de l’Etat islamique, est toujours enfermé à l’intérieur du café, et le premier ministre Tony Abbott, qui a récemment averti la population des intentions formulées par les jihadistes de frapper des cibles australiennes, a confirmé que la prise d’otage est politiquement motivée.

Video grab shows a black flag with white Arabic writing held up at the window of the Lindt cafe, where hostages are being held

“C’est un incident très préoccupant. Je peux comprendre les inquiétudes et l’anxiété du peuple australien,” a déclaré Abbott aux médias.

L’Australie, un allié des Etats Unis, participe aux opérations contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak, et elle est en état d’alerte maximum de crainte d’être attaquée de l’intérieur par des jihadistes australiens de retour des zones de combat au Moyen Orient.

“Nous sommes passés à une situation qui correspond à un attentat terroriste,” a déclaré Andrew Scipione, le commissaire de police de l’état du New South Wales.

Selon les médias locaux, les inscriptions sur le drapeau sont celles de la Shahada, qui rappelle la foi en l’islam et disent : “Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah ; Mohamed est le messager d’Allah.”

Mais cela n’a rien à voir avec l’islam.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

vu sur : http://www.dreuz.info/2014/12/rien-a-voir-avec-lislam-prise-dotage-par-des-islamistes-a-sydney-en-australie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 décembre 2014 16:57
La marine russe dans les eaux américaines

A force de crier au loup et de voir des ennemis partout, les  ont fini par créer une situation dans laquelle les menaces, clamées sur tous les tons par les ténors du Pentagone pour augmenter les budgets de l’armée, ne seront plus fictives, mais bien réelles.

Pour faire un clin d’œil à leur cher Hollywood, la nouvelle situation pourrait s’appeler : « l’encercleur encerclé ».

Il y a quelques jours, le  russe a approuvé la signature d’un accord entre la Russie et le Nicaragua pour une procédure simplifiée de l’arrivée de navires de guerre russes dans les ports de ce pays d’Amérique centrale.
Rappelons qu’en Juillet 2014, le président russe 
 s’était rendu au Nicaragua dans le cadre d’un voyage en Amérique latine, où il avait rencontré le président Daniel Ortega.
Lors de la visite, ils ont discuté, entre autre, de coopération 
 et de l’installation de stations au sol de  sur le territoire du Nicaragua, ainsi que de la participation de la Russie dans la  du canal du Nicaragua qui relie les océans Atlantique et Pacifique.

Par ailleurs, la Russie continue de négocier pour établir des bases  dans d’autres pays de l’Amérique latine, notamment Cuba et le Venezuela. En Février 2014, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou avait annoncé des plans pour étendre la présence militaire russe, y compris l’utilisation des ports étrangers d’escale de navires de la , et la création de bases aériennes. Et depuis lors, la Russie et ces pays mènent des intensives, selon le journal La Nacion.

En Octobre 2014, l’Argentine a accepté le déploiement de bases militaires russes sur son territoire. Même si, officiellement, les accords avec Cuba et le Venezuela ne sont pas encore signés, on a déjà vu des navires russes dans le port de . A un jet de pierre de la Floride.

Il semble peu probable que les gesticulations des Etats-Unis et de l’OTAN aux portes de Moscou aient pour réel objectif d’attaquer la Russie un jour. Mais, si tel était le cas, les russes sont déterminés à porter la guerre sur le sol étatsunien.

Avic – Réseau International

 

Vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/la-marine-russe-dans-les-eaux-americaines.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 décembre 2014 03:42

donbass

Je rentre tout juste d’une mission humanitaire au Donbass, dans le sud-est de l’Ukraine, avec la jeune association française Vostok et, malgré 10 ans dans l’humanitaire, les mots me manquent pour décrire l’insupportable horreur que j’ai vécue et qui me semble comme arrachée des pages écornées d’un livre d’histoire du siècle passé.

Sur le front où les combats font rage, par -15 °C, nous avons distribué des vêtements chauds, du matériel de puériculture et de la nourriture à des enfants affamés, blottis dans des caves, derniers remparts contre les missiles que nous tiraient dessus l’armée de Kiev et des milices soutenues par l’OTAN et l’Union européenne.
Des milliers de personnes survivent dans ces espèces de catacombes post-soviétiques jonchées ici et là de débris, de lits de fortune, de monticules de charbon et d’êtres apeurés. L’odeur est forte et l’atmosphère lourde. Les traits tirés des visages émaciés en disent long sur la souffrance de ces familles qui n’ont pas vu la lumière du jour depuis bien longtemps.

100 ans après le début de la Première Guerre mondiale, malgré des débauches d’énergie télévisées de manifestations pacifistes en tout genre pour nous dire « Plus jamais ça ! », il faut croire que nos dirigeants occidentaux ont à nouveau entonné le « Faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais. » Depuis le printemps dernier, plus de 4.000 personnes ont été tuées dans le Donbass.


Le gouvernement de Kiev a fermé toutes les institutions publiques de la région et ne verse plus une hryvnia 1 à la population : plus de retraites, plus d’administrations, plus de salaires… un véritable blocus économique suicidaire ! Malgré ces sanctions morbides d’un gouvernement contre son propre peuple, les habitants du Donbass survivent avec un courage et une détermination qui forcent l’admiration.

Il ne faut vraiment plus s’étonner que ces « rebelles » n’aient plus confiance en Kiev et ses manipulations politiques montées par des oligarques et des agents américains qui se servent de l’Ukraine pour mener une guerre à distance contre Moscou.

Lors de la cérémonie du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie, le président Hollande affirmait : « Cette cérémonie nous rappelle aussi à nos devoirs pour porter secours à l’humanité souffrante, parce que nous le devons à la mémoire de ceux qui sont morts pour nous, et nous le devons, aussi, par rapport à la volonté de la France d’être partout présente, consciente qu’elle vient d’une longue histoire, et qu’elle a encore un destin à porter pour le sort du monde entier. » 

S’il est vraiment sincère et qu’il pense que la France a « encore un destin à porter pour le sort du monde entier », alors il est temps qu’il intime au chef d’État ukrainien Porochenko de cesser de massacrer des innocents et de se mettre à la table des négociations immédiatement pour trouver une issue pacifique avec les habitants du Donbass. Les peuples européens ne doivent plus se battre entre eux !

  1. Devise monétaire de l’Ukraine 

vu sur : http://www.bvoltaire.fr/nikolamirkovic/guerre-en-ukraine-pour-que-cesse-loppression-contre-le-donbass,144681?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=7bcff16f5f-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-7bcff16f5f-30494613&mc_cid=7bcff16f5f&mc_eid=3bbbfa4636

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 décembre 2014 02:40
La torture made in USA (vidéo)

Aux Etats-Unis, la torture dans les prisons peut parfois virer au sadisme. Le pays le plus carcéral du monde qui chante la liberté sur tous les tons. Le pays le plus inégalitaire où la torture est presque une institution (un prisonnier doit souffrir pour expier…) qui s’autoproclame le pays du droit et la justice.  Comment s’en étonner, puiqu’il se proclamait déjà ainsi pendant que ceux qui le clamaient possédaient des centaines d’esclaves ?

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 décembre 2014 02:17
Comment Vladimir Poutine a renversé la stratégie de l’Otan

 

La Russie réagit dans la guerre économique que lui livre l’Otan à la manière dont elle l’aurait fait dans une guerre classique. Elle s’est laissée atteindre par des « sanctions » unilatérales pour mieux emmener son adversaire sur le terrain qu’elle a choisi.

Simultanément, elle a conclu des accords avec la Chine pour préserver son avenir, puis avec la Turquie pour désorganiser l’Otan. Comme jadis face à la France ou à l’Allemagne, sa défaite initiale pourrait être la garantie de sa victoire finale.

Lors du sommet annuel sur la sécurité, organisé par la Fondation Bertelsmann et l’Otan à Munich, en 2007, le président Vladimir Poutine avait souligné que l’intérêt des Européens de l’Ouest n’était plus uniquement outre-Atlantique, mais aussi et surtout avec la Russie.

Depuis cette date, il n’a cessé de tenter de nouer des relations économiques, dont la construction du gazoduc North Stream sous la direction de l’ancien chancelier allemand Gerhard Schröder. De leur côté, les États-Unis ont tout fait pour empêcher ce rapprochement, dont l’organisation du coup d’État de Kiev et le sabotage du gazoduc South Stream.

Selon la presse atlantiste, la Russie aurait été gravement impactée par les « sanctions » unilatérales —en réalité des actes de guerre économique— prises à l’occasion du rattachement de la Crimée à la Fédération ou de la destruction du Boeing de la Malaysia Airlines et par la baisse du prix du pétrole. Le rouble a perdu 40 % de sa valeur, les investissements inutiles dans le gazoduc South Stream ont coûté 4,5 milliards de dollars, et l’embargo alimentaire a coûté 8,7 milliards de dollars. En définitive, assure la presse atlantiste, la Russie est aujourd’hui ruinée et isolée politiquement.

La presse atlantiste fait par contre l’impasse sur les conséquences de cette guerre économique dans l’Union européenne. Outre que l’interdiction des exportations alimentaires est susceptible de détruire des pans entiers de son agriculture, le renoncement à South Stream pèsera très gravement sur l’avenir de l’Union en renchérissant le prix de l’énergie.

JPEG - 14.3 ko
La baisse du cours du rouble par rapport au dollar
Source : Boursorama

Il semble que les « sanctions » unilatérales aient eu comme conséquence imprévue la chute des cours du pétrole. En effet, ceux-ci ont débuté le 20 juin, mais ils ne sont sortis des variations habituelles qu’à la fin juillet, lors des premières « sanctions » économiques.
Le prix du pétrole n’ayant aucun rapport avec la loi de l’offre et de la demande, mais comme pour tout marché spéculatif, avec le volume des capitaux qui y spéculent, le déplacement des capitaux russes à l’annonce des sanctions ont accéléré le mouvement. 

JPEG - 17.6 ko
La chute des cours du pétrole.
Source : Boursorama

Quoi qu’il en soit, la Russie a surpris Washington en renversant l’échiquier diplomatique : Vladimir Poutine s’est rendu en Turquie, État membre de l’Otan, juste après le vice-président états-unien Joe Biden, pour y conclure de gigantesques accords économiques. Non seulement ils contournent les sanctions unilatérales de l’Alliance, mais ils la désorganisent profondément.

La Turquie actuelle est un État en passe de redevenir une terrible dictature. Selon le département d’État —pourtant complaisant vis-à-vis d’un membre de l’Otan— l’internet est censuré ; le gouvernement a abusé de son pouvoir pour stopper les enquêtes de corruption conduites contre ses membres et leurs familles ...

 

La dérive criminelle de l’administration Erdoğan est devenue un grave sujet de préoccupation au sein de l’Otan. D’autant que la Turquie s’avère devenir aussi un allié récalcitrant.

Ainsi, elle persiste à aider les jihadistes dans leur lutte contre le peuple kurde (pourtant très majoritairement sunnite) au lieu de rejoindre activement la coalition états-unienne contre l’Émirat islamique. C’est pourquoi le vice-président Joe Biden s’est rendu le 22 novembre à Ankara, manifestement pour menacer le président Erdoğan s’il ne rentrait pas dans l’ordre états-unien.

Or, le 1er décembre, Vladimir Poutine se rendait également à Ankara. Distinguant les questions économiques des politiques, il présentait une offre longuement préparée : une alliance économique sans précédent entre les deux nations. Comprenant que cette offre inattendue était sa seule issue face à Washington, le président Erdoğan signait tous les documents qui avaient été rédigés par les Russes. Il acceptait le renforcement du gazoduc sous-marin reliant son pays à la Russie via la Mer Noire ; il achetait à bon prix du gaz russe et même des centrales nucléaires civiles pour alimenter son industrie ; il livrait ses produits agricoles à la Russie malgré l’embargo de tous les autres États atlantiques ; etc.

Pour l’Otan, le problème turc vire au cauchemar.

Vladimir Poutine n’a certes pas changé d’avis sur Recep Tayyip Erdoğan. C’est un petit criminel qui a rejoint les Frères musulmans, a été propulsé au pouvoir avec l’aide de la CIA, et qui se comporte aujourd’hui comme un vrai chef mafieux. Mais le président russe a l’habitude de traiter avec des oligarques ou des chefs d’État d’Asie centrale qui ne valent pas mieux.


De son côté, Recep Tayyip Erdoğan sait qu’il doit son pouvoir à l’Otan, et qu’aujourd’hui elle lui demande des comptes. Il n’a aucune difficulté à faire le grand écart : allié de Washington en politique et de Moscou en économie. Il sait qu’aucun État n’a jamais pu sortir de l’Alliance, mais il imagine se maintenir au pouvoir par ce double jeu.

Maintenant observons la stratégie de Vladimir Poutine.

La puissance des États-Unis réside à la fois dans leur monnaie, qu’ils imposent au reste du monde via le contrôle du marché du pétrole, et dans leur armée.

L’Otan vient de lancer une guerre économique contre la Russie. Pour les besoins de la propagande, elle masque ses attaques sous le vocable de « sanctions ». Pourtant des sanctions supposeraient une mise en examen, un procès et un verdict. Pas dans ce cas. Les « sanctions » les plus importantes ont même été décidées après la destruction d’un avion civil en Ukraine alors que, selon toute probabilité, il a été abattu par les nouvelles autorités de Kiev.

Pour y répondre, Vladimir Poutine a d’abord fait basculer l’avenir de son pays de l’Europe occidentale vers l’Extrême-Orient en signant les plus importants contrats de l’histoire avec ses partenaires chinois. Puis, il a utilisé la Turquie contre l’Otan pour contourner les « sanctions » commerciales occidentales. Que ce soit avec la Chine ou avec la Turquie, la Russie vend son énergie en monnaies locales ou en troc, jamais en dollars.

Les experts russes ont calculé que Washington interviendrait si le cours du pétrole se maintenait plus de six mois à un cours inférieur à 60 dollars le baril. Il y a deux mois, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira S. Nabiullina, attestait devant la Douma être prête pour ce scénario, son institution détenant suffisamment de réserves.

Par conséquent, si pour le moment la Russie est gravement touchée par l’attaque économique de l’Otan, la situation pourrait s’inverser dans six mois. Pour maintenir sa domination sur le reste du monde, Washington serait alors contraint d’intervenir pour faire remonter les prix du pétrole. Mais entre temps, cette guerre aura plombé l’Union européenne et l’Otan, tandis que la Russie aura muté son économie vers son allié chinois.

En définitive, la Russie agit ici comme elle l’a toujours fait. Jadis, elle pratiquait la « stratégie de la terre brûlée » lorsque la France de Napoléon ou l’Allemagne d’Adolf Hitler l’envahissait. Elle détruisait elle-même ses propres richesses à la place des troupes ennemies et ne cessait de reculer vers l’Extrême-Orient. Puis elle refluait contre les envahisseurs exténués par leur trop longue pénétration.

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/comment-vladimir-poutine-a-renverse-la-strategie-de-l-otan.html
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 décembre 2014 02:05
 

 

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

J’ai toujours dit et affirmé que ce qui s’est passé en Grèce, ce qui s’y passe et ce qui s’y passera préfigure le futur sombre des peuples européens.

J’ai toujours dit que l’Europe, l’Union européenne était en réalité une organisation profondément antidémocratique en privant les peuples de leur souveraineté au profit d’instances où les petits et grands arrangements se font entre amis.

J’ai toujours dit que le « système » au sens large ne peut qu’aller au bout de sa logique même de survie.

Alors que partout sous vos yeux, la démocratie et la liberté se meurent, alors que partout dans le monde dit libre, la répression policière n’a jamais été aussi forte, les masses préfèrent s’occuper de leur liberté de consommer et d’avoir plutôt que de leur liberté politique et d’être.

N’oubliez pas ce qu’il se passe en Grèce. Prochainement nous le vivrons en France. Je laisse donc la parole à Panagiotis Grigoriou, historien et ethnologue grec dont je reproduis ici le dernier billet relatant les événements en Grèce au moment où le gouvernement grec et ses créanciers s’écharpent dans des négociations autour des hypothèses de croissance et de déficit budgétaire. Pour ceux qui ne connaissent pas ce blog, parcourez-le. C’est édifiant. Effrayant. Et cela se passe maintenant. En Europe…

dimanche 7 décembre 2014

Cagoulards nouveaux

Le centre-ville d’Athènes a suffoqué ce week-end dans un nuage de souillure policière. Comme d’ailleurs dans de nombreuses autres villes en Grèce, le samedi 6 décembre, les forces de l’ordre, en uniforme ou en porteurs de… cagoule, ont semé la panique, en assaillant les manifestants, les passants et les journalistes qui s’y trouvent par hasard ou par conviction.

Unités MAT… à l’œuvre à Athènes. Samedi, le 6 décembre 2014.

Samarás, le lugubre Premier ministre récemment humilié par la Troïka une fois de plus, lui et son cadavre politique sont depuis à l’œuvre dans une entreprise terroriste d’en haut comme d’en bas via certaines unités d’une police de plus en plus prétorienne, entreprise de déstabilisation mortifère. Le “gouvernement” vise alors entre autres par la peur et par la médiatisation inévitable des scènes d’émeutes, à souder un certain électorat qui lui fait désormais défaut.

Prétextant la venue du Premier ministre turc, le centre d’Athènes était déjà fermé à la circulation dès vendredi 5 décembre ; en réalité, il s’agissait d’un plan supplémentaire d’intimidation et de déstabilisation orchestré par l’extrémiste Samaras et par ses “cagoulards” nouveaux du XXIe siècle. Il faut noter que de nombreux policiers de la Sécurité, déguisés en manifestants et portant… la cagoule, agissent à leur seule manière pour ainsi… canaliser à chaud les événements.

Cagoulards… et autres policiers. Athènes, le 6 décembre 2014.

D’ailleurs, le nombre d’agents de la Sécurité qu’on croise à Athènes depuis deux à trois ans, dépasse et de très loin la théâtralisation analogue de l’autre junte de jadis, celle des Colonels. Évidemment, ces gens ne portent pas d’uniforme, ils deviennent pourtant désormais repérables par le plus grand nombre d’entre nous, sauf par les touristes, lesquels pensent toujours qu’ils visitent un pays “démocratique” et immanquablement ensoleillé de “l’Union européenne”.

Sachant en plus que le maintient des institutions européistes finira par détruire et cela définitivement, toute souveraineté populaire, comme autant les derniers reliquats de la démocratie dite représentative en Europe, la visite vaut le détour dans un sens. Nouveau siècle.

En tout cas, le moment effectivement choisi par Samaras et ses extrémistes, est celui justement où de nombreux jeunes manifestent en soutien au gréviste de la faim Níkos Romanós, activiste anarchiste, condamné pour braquage d’une banque en 2013.

Níkos Romanós lors de son arrestation.

Le gouvernement, ainsi qu’une partie des medias inféodés à l’hybris, avaient déjà tenté à prouver que ce braquage revendiqué certes comme idéologique par Romanós et les siens, était autant une entreprise terroriste. En vain. Lors du procès en 2014, le procureur Grigóris Pepónis, avait déjà clarifié certains faits et procédés:

Je ne vais rafistoler les lacunes et d’irrégularités dans ce procès comme dans le dossier d’instruction, celles de l’interrogatoire de la police entre autres… C’est la première fois que je vois des braqueurs si lourdement armés libérer ainsi leurs otages, ne pas tirer sur les policiers lors de la poursuite, et ne pas utiliser les otages comme bouclier humain afin de prendre la fuite. Il n’y a rien selon moi qui tend à prouver que ces jeunes appartiennent à un groupe terroriste”. Les six jeunes ont été condamnés à des peines allant de onze à seize ans d’emprisonnement ferme, quinze ans et onze mois plus précisément pour Níkos Romanós.

Athènes, le 6 décembre 2014. (source: internet grecque).

 

Athènes, le 6 décembre 2014.

Cependant, la justice au pays Troïkanisé refuse à Níkos Romanós le droit d’étudier dans les conditions déjà prévues pour les détenus, et cela, en dépit de la législation interprétée de plus en plus selon la jurisprudence… du Samaritisme, du para-État et de la méta-démocratie.

L’histoire très contemporaine aura dès lors retenu que Níkos Romanós était l’ami d’Aléxandros Grigorópoulos, assassiné le 6 décembre 2008 au centre d’Athènes par un policier des forces dites anti-émeute, et que les… émeutes (ou la révolte) ont débuté ensuite, au soir du samedi 6 décembre 2008 après la mort vers 21h, d’Aléxandros Grigorópoulos sous les yeux de son ami Romanós. À l’époque, tous les deux avaient alors tout juste 15 ans.

En décembre 2014, de nombreuses manifestations ont rassemblé d’abord dans le calme, plusieurs milliers de personnes à Athènes et un peu partout ailleurs en Grèce, sous des banderoles proclamant “La flamme de décembre 2008 n’est pas morte”, “Lutte contre la politique antisociale et la répression”. Ensuite, des incidents comme ont dit dans le langage journalistique habituel, ont éclaté pour l’essentiel initiés par les forces de la police lors des rassemblements, à Thessalonique, à Patras, à Mytilène et évidemment à Athènes, où certains bâtiments ont été occupés.

La police contre les handicapés. Athènes, le 3 décembre 2014.

La députée SYRIZA María Bólari a vu, samedi 6 décembre, un policier incendier une benne à ordures au centre-ville d’Athènes et d’autres policiers insulter les “citoyens”, passants comme manifestants. Et à Thessalonique au même moment, des policiers brisaient les vitres du bâtiment de la Centrale ouvrière intersyndicale pour y projeter des grenades chimiques sur les manifestants qui s’y étaient enfermés. Même attitude à Athènes, lorsque les forces des MAT sont descendues dans la station du métro située sous la Place Omónia, dans une véritable chasse à l’homme inondant la station de leur gaz… si familier.

La politique de la Troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international), est un génocide économique lent et la “gouvernance” Samaras se concrétise alors par la propagande, la terreur ; porteuses de mort, de népotisme et de corruption. Avant même les scènes de guerre d’Athènes et de Thessalonique de ce week-end, la police avait été envoyée la semaine dernière pour… stopper des handicapés dans leur marche vers le ministère des Finances. “Dans l’indignité nous mourrons” criaient-ils dénonçant la suppression de leurs allocations et pour certains d’entre eux, leur… expulsion du système de Santé publique (?).

Manifestation des handicapés réprimée. Athènes, décembre 2014.

Pour mon ami Yórgos de l’île de Chios, comme pour tous les Grecs encore en… âge de réfléchir, “la dignité résistante du gamin Romanós, stigmatise et pulvérise les frénésies criminelles de la secte de Samaras”. Yórgos n’est pas anarchiste, d’ailleurs il ne le sera jamais me semble-t-il, sauf que l’affaire Romanós connaît déjà une portée bien plus large, au-delà des idées politiques qui sont les siennes.

Comme par… ricochet politique, et d’après mes observations, des anarchistes et des gens de l’extrême gauche, comme ceux de l’écologie et sans oublier les orphelins du centre, à l’exception notable des adeptes du KKE (PC grec), tous s’apprêtent désormais à voter en faveur de SYRIZA “rien que pour faire dégager cette infamie qui nous gouverne”, voilà ce que j’entends de plus en plus souvent. Ces gens, certes très critiques vis-à-vis du parti d’Aléxis Tsípras, espèrent du moins très concrètement qu’un gouvernement SYRIZA garantira enfin les droits et les libertés élémentaires des citoyens dans le cadre d’un régime de… démocratie occidentale, ni plus ni moins, et cela, avant toute autre forme de politique à appliquer, liée au contexte que l’on connaît (Troïka, mémorandum).

Manifestation de soutien à Níkos Romanós. Athènes, le 6 décembre 2014.

Dimanche matin, et le calme revient à Athènes. Lundi, les parents de Romanos rencontreront Samarás, une rencontre que leur fils vient de désapprouver par une lettre rendue publique. Samarás le lugubre n’aurait peut-être pas perdu tout sens de la raison, espérons-le en tout cas. Pourtant, et c’est bien connu, peu de maladies… idéologiques provoquent une hyperacuité (niveau élevé de conscience) lorsque la fin politique approche. En général, les mourants politiques ne savent plus précisément où ils sont, ni qui est dans la pièce, c’est-à-dire dans quel pays.

Vidéo à l’appui en attendant…

Reuters relate aussi à sa manière les événements du samedi : “Chaotic scenes in Athens, as peaceful march turns into clashes.” On y redécouvre “nos” policiers frapper violemment des manifestants après interpellation. De la… gratuité !

 

 

vu sur : http://www.lecontrarien.com/il-faut-pleurer-pour-les-grecs-et-pour-leurope-09-12-2014-edito?utm_source=Le+Contrarien+Matin&utm_campaign=79b85e564f-daily_newsletter_2014_12_09&utm_medium=email&utm_term=0_b6dd3f3e5f-79b85e564f-45389269

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
13 décembre 2014 21:10

 https://www.youtube.com/watch?v=Xu52wyGyfbE#t=93

Milice: "Nous allons nous battre jusqu'à la mort et Novorossia pas abandonner!"

La première compagnie d'infanterie légendaire Izvarinskaya motorisé dans le

programme "En fait," 
 

"Notre composé célèbre est formée sur la base de formations militaires Kramatorsk et Druzhkovsky, après que nous avons participé aux batailles de Izvarino formé Izvarinskaya première compagnie d'infanterie motorisée - a dit le commandant de peloton" Sasha blanc " . -

La guerre entre l'Occident et la Russie. Ce que nous avons vu dans Novosvetlovke quand punisseurs brûlés et ont tué des civils, nous avons réalisé que les nazis organisent le génocide des russophone.


La guerre du Donbass a lieu pendant la crise ukrainienne de 2013-2014. Parallèlement à la crise de Crimée, des manifestations pro-russes éclatent en février 2014 dans de nombreuses villes de l'Est et du Sud de l'Ukraine en réaction au mouvement Euromaïdan qui a abouti à la destitution du gouvernement de Viktor Ianoukovytch et l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement intérimaire dirigé par Oleksandr Tourtchynov. Ces manifestations « antimaïdans » sont parfois désignées sous le nom de Printemps russe6 (Ру́сская весна́) par les médias russes avant d'évoluer dans le Donbass, en une insurrection armée séparatiste7,8.


... Quant aux méthodes, la destruction du Donbass s’effectue non seulement par l’artillerie mais aussi par la faim : la région vit dans les conditions d’un blocus économique, dit Iouri Kot, rédacteur du site Украина.ру.

« Ils attendent (le GVT Ukrainien) que le peuple fléchisse et que des révoltes des affamés commencent. Les hostilités pendant lesquelles des obus frappent soi-disant occasionnellement des quartiers civils viennent détériorer davantage la situation. Cependant, le Donbass ne s’est jamais mis à genoux. L’argent manque et il n’y a pas de quoi acheter de la nourriture. Mais la Russie apporte son aide en envoyant des cargaisons humanitaires. Les gens ont appris à croire et à apprécier sérieusement

....Cette question m'a fait venir à la Donbass et personnellement pour savoir qui sont ces gens qui se disent milices. Qui sont ces personnes qui ont pris les armes. Que sont-ils? Qu'en pensent-ils? Il y avait donc une série d'articles racontant la personnalité légendaire et protège le Donbass, sa terre natale. La rencontre avec cet homme juste qui m'a frappé. 

Cela se produit lorsque la personne avec qui vous rencontrer, complexe, intéressant, multi-facettes. Valentin, Ivanovitch, comme on l'appelle milices - ". Kalmius" Ataman du bataillon Don Armée Ce bataillon a une réputation impeccable, et a pris part à une guerre à Slavyansk, brandissant combattu Saur-Tombeau.

Cosaques sont maintenant à l'aéroport. Kalmius - nom de la rivière qui traverse l'ensemble de la Donbass. Fleuve légendaire, véritable symbole des Cosaques. Cosaques ont choisi ces endroits et se sont installés sur les rives de la rivière. Engagé dans la chasse, la pêche, l'apiculture
Читать далее: http://ukraina.ru/interview/20141211/1011465617.html



Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_08/Pourquoi-Kiev-narrive-pas-a-maitriser-le-Donbass-8174/

 

vu sur : http://french.ruvr.ru/2014_12_08/Pourquoi-Kiev-narrive-pas-a-maitriser-le-Donbass-8174/

http://ukraina.ru/interview/20141211/1011465617.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
12 décembre 2014 13:53
Soldats US en Lettonie et capture d'écran du train

Soldats US en Lettonie et capture d'écran du train

Un train de marchandises transportant toute une colonne de véhicules blindés américains a été filmé en Lettonie. Il a été aperçu près de la gare de Dalbe, à 300 km de la frontière russe.

Le train transportait au moins 38 véhicules et plusieurs semi-remorques, dont huit véhicules de combat Bradley, neuf M113 Personnel Carriers (APC), quatre camions-citernes, des camions tactiques lourds HEMTT, des véhicules polyvalents à grosses roues HMMWVs, un véhicule M88 de dépannage Hercules, des véhicules tactiques médicaux, au moins quatre conteneurs et plusieurs wagons remplis de munitions.

 

Les autorités lettones ont confirmé à l'agence de nouvelles Delfi l'information, en précisant que les images ont été enregistrées le 7 décembre. Les véhicules font partis de la 1ère Division de cavalerie des États-Unis et le train se dirigeait vers la Lituanie. 

Des véhicules blindés américains ont été envoyés dans les Etats baltes et en Pologne pour de soi-disant exercices militaires en collaboration avec les troupes locales dans une mission de formation continue. Mais cette présence militaire américaine arrive dans un contexte de tension croissante entre Occident et Russie qui lui donne une toute autre envergure, et inquiète, à raison, la Maison Poutine.

 

Alexander Doyle pour WikiStrike

 

A lire aussi en anglais via RT

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/des-dizaines-de-vehicules-blindes-us-filmes-en-lettonie.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 décembre 2014 22:06
Les apaches avec le plus célèbre d’entre-eux: Geronimo (à droite)

Les apaches avec le plus célèbre d’entre-eux: Geronimo (à droite)

Cette semaine, le Sénat votera pour dépouiller les Amérindiens de terres ancestrales, ce qui laisse la place à une société minière étrangère.
L’action est inscrite dans le National Defense Authorization Act 2015, qui ces dernières années a 
été très critiqué non seulement pour avoir approuvé de manière systématique l’octroi de milliards de dollars pour la guerre, mais également pour avoir autorisé la détention indéfinie de citoyens américains sans procès.

La version du NDAA de cette année a ajouté une disposition qui accorde 2400 acres de terres Apache dans la forêt nationale de Tonto en Arizona à Rio Tinto, une société anglo-australienne. La région de la médecine apache, les terres rituelles et les cimetières seront donnés à la filière Cuivre, une filiale de Rio Tinto et de BHP Billiton.

Le transfert de la terre des apaches est passé indépendamment à la Chambre une fois en 2011, mais deux fois l’année dernière sans avoir recueilli suffisamment de soutien. Les démocrates et les républicains ont contré un intense lobbying de la part de Rio Tinto durant près d’une décennie.

Le gouvernement justifie ce transfert en arguant le fait qu’il va de gagner des terres en échange des hectares ancestraux des Apache. Il affirme également que les emplois et le développement économique qui font le «marché» justifie tout cela. La société Rio Tinto
explique quand à elle qu’elle va générer $ 61,000,000,000 et 3700 emplois directs et indirects sur plus de 40 ans, chiffres qui sont contestés.

Source et article complet en anglais sur Activistpost.com

Traduction partielle: les moutons enragés

 

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/usa-le-senat-vote-l-expropriation-des-terres-amerindiennes-pour-faire-plaisir-aux-societes-minieres.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 décembre 2014 02:05
L’Ukraine a reconnu les mercenaires étrangers

Par La Voix de la Russie | Kiev a avoué la présence de mercenaires étrangers dans les rangs des forces gouvernementales.

Selon des représentants de l’Etat-major général ukrainien, plus de 1.000 étrangers participent aux opérations militaires contre les miliciens du Donbass. Le président Piotr Porochenko a promis d’accorder la nationalité ukrainienne à tous ces mercenaires.

Pour la première fois, les autorités ukrainiennes ont reconnu ce qu’elles ont si longtemps nié, dit Igor Chichkine, directeur adjoint de l’Institut des pays de la CEI.

« Il est impossible de cacher trop longtemps ce qui est évident, surtout que les périodiques loyaux ukrainiens comme « Oukraïnska Pravda » ont plus d’une fois publié des entretiens avec les chefs d’unités punitives qui racontaient avec fierté combien de ressortissants de tel ou tel pays servaient dans leurs bataillons. Toutefois, le ministre des Affaires étrangères et le chef de l’Etat ont toujours déclaré le contraire, à savoir que des mercenaires russes combattaient du côté du Donbass. »

Un nouveau gouvernement a été formé cette semaine à Kiev. Sur proposition du président Porochenko, les étrangers peuvent maintenant obtenir des portefeuilles ministériels. Par conséquent, une Américaine a décroché le portefeuille des Finances, un Lituanien est devenu ministre de l’Economie et un Géorgien a pris la tête du ministère de la Santé. Sur cette toile de fond, il n’y a pas lieu de douter du sérieux des plans de naturaliser les mercenaires de l’armée, note pour sa part Sergueï Mikheïev, directeur général du Centre de conjoncture politique.

« On peut faire une analogie avec la loi selon laquelle les étrangers peuvent désormais exercer des fonctions publiques en Ukraine, notamment au sein du gouvernement. Cela veut dire que l’Ukraine est prête à passer définitivement sous contrôle extérieur et à former ses propres forces armées avec des mercenaires venus des quatre coins du monde en les légalisant par la remise de cartes d’identité. Je ne pense pas qu’il y ait parmi eux beaucoup de véritables militants pour l’Ukraine. La pratique montre que ceux qui arrivent en Ukraine veulent gagner de l’argent ou qu’ils sont de simples aventuriers. »

Il est pourtant peu probable que les légionnaires profitent largement de l’offre généreuse de Piotr Porochenko. Nombre d’entre eux font partie d'armées privées américaines qui passent d’un lieu à l’autre en fonction des souhaits du commanditaire et qui ne veulent pas du tout obtenir une autre nationalité.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

vu sur : http://french.ruvr.ru/2014_12_05/L-Ukraine-a-reconnu-les-mercenaires-etrangers-0753/


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_05/L-Ukraine-a-reconnu-les-mercenaires-etrangers-0753/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 décembre 2014 01:38
Le Congrès des Etats-Unis a déclaré la guerre à la Russie !

Je ne saurais vous dire jusqu’à quel point c’est à la fois terrifiant et stupide.

Mais c’est maintenant officiel.

C’est par une très forte majorité bipartisane de 411 voix contre 10 que le Congrès des USA a approuvé hier la résolution 758 de la Chambre [1].

 

A 411 voix contre 10, la résolution condamant les actions de la Russie a été votée par le Congrès états-unien
La résolution 758 condamnant les actions de la Russie a été votée par le Congrès des états-Unis.

Cette résolution, soumise aux votes seulement deux semaines après sa présentation, dépeint la Russie comme un pays agresseur qui a envahi l’Ukraine et a abattu le vol MH17.

Cette résolution est carrément un appel à la guerre contre la Russie.

Attardons-nous sur le langage employé :

Le président des États-Unis, en consultation avec le Congrès des USA doit…

procéder à un examen du dispositif, de l’état d’alerte et des responsabilités des forces armées des États-Unis, ainsi que des forces des autres membres de l’Otan, afin de déterminer si les contributions et les mesures de chacun suffisent à remplir l’obligation de légitime défense collective au sens de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord, et de préciser les mesures requises pour remédier à toute déficience.

Traduction : le Congrès des USA veut que l’Empire du Chaos se serve de la doctrine relative à la sécurité collective de l’Otan (une attaque contre un membre est une attaque contre tous les membres) pour promouvoir une guerre contre la Russie, même si l’Ukraine n’est pas membre (mais elle sera bientôt reconnue comme un principal allié non membre de l’Otan).

La résolution va maintenant passer au Sénat.

Si la résolution devient une loi, le président des États-Unis pourra déclarer la guerre à la Russie sans avoir à obtenir de permission officielle du Capitole.

Le canard boiteux n’oserait pas. La Hillarator, elle, si !

Pepe Escobar
Traduit par Daniel pour Vineyardsaker.fr

Note

[1] Répartition des votes du Congrès des USA à propos de la résolution 758,GovTrack.us, 04-12-2014

Source : page Facebook de Pepe Escobar, 05-12-2014

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009) et le petit dernier, Empire of Chaos (Nimble Books).

Source

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/le-congres-des-etats-unis-a-declare-la-guerre-a-la-russie.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
10 décembre 2014 12:51
L'EI aurait introduit une bombe radioactive en Europe !

Info ou intox de l'EI. En tout cas, celui qui a découvert de cette information est une fois encore Site Inteligence Groupe, alias Rita Katz connue pour avoir découvert les vidéos très controversées de Steven Sotloff ainsi que certaines fausses vidéos de Ben Laden. Cette nouvelle découverte cache donc peut-être quelque chose.


 Un membre de l'État islamique a posté sur Twitter que les djihadistes ont mis en place un «dispositif radioactifs" en Europe. Le lieu d'une éventuelle attaque n'est pas spécifié, mais les experts conseillent de ne pas ignorer ces revendications. 

Un présumé fabricant d'armes fournissant l'État islamique a déclaré sur son compte Twitter qu'un «dispositif radioactifs» a été introduit en contrebande dans un lieu tenu secret en Europe, rapporte SITE Intelligence Group. 

L'information a été révélée par l'utilisateur Twitter Al-Britani, dont le compte a été bloqué. L'auteur du tweet a prétendu être un fabricant indépendant d'armes qui «travaille» pour les djihadistes de l'Etat islamique, selon ses publications, détectés par SITE Intelligence Group. 

La déclaration d'Al-Britani ont lieu quelques jours après que des rapports aient été rendus publics concernant le fait que l'État islamique pourrait avoir en sa possession une bombe sale, un engin explosif qui pourrait libérer des éléments radioactifs dans l'atmosphère. Les insurgés ont obtenu les éléments pour la fabrication en Juillet dernier quand ils ont saisi près de 40 kilos d'uranium destinés à être utilisés pour la recherche scientifique à l'Université de Mossoul, en Irak. 

L'ancien conseiller du Pentagone Michael Rubin a indiqué au Washington Free Beacon que les responsables du renseignement "devraient considérer l'information diffusée par les membres de l'Etat islamique.
"Al-Britani a peut être menti, ou peut-être pas. Mais il serait absurde que les responsables occidentaux supposent que juste parce que quelque chose n'a pas encore eu lieu, qu'il n'arrivera jamais", a déclaré Rubin. "Les groupes terroristes sont motivés, et le vide créé après le retrait de l'Irak fournit maintenant plus de moyens que jamais pour attaquer l'Occident", a-t-il dit. 

Source: RT 

http://fawkes-news.blogspot.fr/2014/12/lei-indique-quils-auraient-introduit-un.html#more
vu sur : 
http://www.wikistrike.com/2014/12/l-ei-auraient-introduit-une-bombe-radioactive-en-europe.html 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
10 décembre 2014 12:36

leadimg

La dette du gouvernement américain dépasse les 18 000 milliards de dollars
Dr Eberhardt Unger

Durant la deuxième semaine de décembre, probablement le 9 décembre plus précisément, les dettes publiques du gouvernement américain auront franchi la barre des 18 000 milliards de dollars. Depuis le début de l'année fiscale en cours, le 1er octobre 2014, elles ont augmenté chaque jour en moyenne de 2,08 milliards de dollars.

Ainsi, chaque foyer américain détient une dette publique de 124 275 $. A fin 2008, on n'en était encore qu'à 81 984 $, soit une augmentation de 50% en quelques années. Cela sans compter les dettes privées, comme par exemple les crédits hypothécaires, les crédits automobiles, les prêts étudiants, les encours cartes de crédit etc. Les négociations autour du nouveau plafond légal de la dette commenceront en mars 2015.

dette US
Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

 

Comme le montre le graphique ci-dessus, une étroite corrélation a existé jusqu'au début de 2013 entre le prix de l'or (ligne jaune), la dette publique des Etats-Unis (ligne rouge) et le plafond de la dette statutaire (ligne noire). La corrélation s'explique par le manque de confiance des acteurs du marché quant à la stabilité du système financier lorsque les dettes publiques sont en hausse.

 

vu sur : http://la-chronique-agora.com/dette-gouvernement-americain/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
10 décembre 2014 02:06

Algerien-arc-de-triomphe

 

Une Troisième guerre mondiale, d’une ampleur probablement égale ou supérieure aux deux précédentes est en préparation et éclatera dans la première moitié de ce siècle. Voici pourquoi et voici quels seront ses protagonistes.

La guerre de 1914-1918 dont nous fêtons le centenaire et qui fut une catastrophe majeure pour l’Europe était prévisible bien des années auparavant. La Seconde guerre mondiale ne fut que son prolongement et, elle aussi, était prévisible dès la signature du Traité de Versailles et surtout dès l’arrivée de Hitler au pouvoir et du parti belliciste au Japon.

La ”Guerre froide” (1945-1991) qui opposa les Alliés, sous direction américaine, au camp soviétique (et, partiellement communiste chinois) ressembla à un avortement. Parce que c’était un affrontement sans enjeux forts. L’Urss s’est effondrée comme un soufflet, sans violences. Pourquoi la guerre froide, communisme contre monde libre, n’a-t-elle jamais débouché sur une guerre chaude ? Parce qu’elle était idéologique et non ethnique, religieuse ou économique. Les trois ressorts passionnels et belliqueux de l’humanité, ceux qui donnent naissance aux guerres, sont le nationalisme ethnique, la religion et l’intérêt économique sous toutes ses formes. La sacralité et le matérialisme vital. L’affrontement communisme/capitalisme, purement idéologique, relevait d’une forme froide de conflit qui n’a jamais débouché sur une confrontation générale, mais seulement sur des guerres limitées (Corée, Vietnam). C’est cette raison, et non pas la crainte d’une apocalypse nucléaire, qui a évité la guerre généralisée entre l’Otan et l’Urss.

 

Dans l’Antiquité, les guerres puniques étaient prévisibles parce que Rome et Carthage étaient dans une rivalité économique vitale pour le contrôle des circuits économiques de la Méditerranée occidentale. La Première guerre mondiale était prévisible (et tout le monde s’y préparait ) à cause de l’exacerbation nationaliste des États européens et de leurs peuples, opinions publiques chauffées à blanc. De même, aujourd’hui, une troisième grande confrontation mondiale est prévisible, nous allons le voir.

Depuis l’Antiquité, le déclenchement des guerres est, au fond, prévisible. Il repose  sur les mêmes mécanismes que les lois de la physique : une tension finit toujours par éclater en déflagration. La montée en température d’un gaz donne lieu à une explosion, la poussée de plaques tectoniques se termine en séisme, l’accumulation de cumulo-nimbus finit par provoquer un orage, des précipitations  trop fortes provoquent des inondations, etc.  On peut parfaitement prévoir, donc, le déclenchement des guerres. En revanche, on ne peut pas pronostiquer la forme qu’elles prendront.

 

Comme l’éthologie humaine le démontre, l’état de paix ne correspond pas à la nature humaine. L’agressivité intraspécifique est la règle dans notre espèce. L’idéal kantien ou chrétien moderne de la ”paix perpétuelle”, n’a jamais fonctionné. L’histoire humaine est véritablement structurée par la guerre. L’état de paix n’est qu’une transition passagère entre deux états de guerre. La guerre est très ambiguë, ambivalente plutôt, comme la fameuse ”innovation destructrice” de Schumpeter. Elle est à la fois un facteur de destruction et d’évolution. Contrairement à une idée reçue, depuis la fin du néolithique les guerres n’ont représenté qu’une cause marginale de la mortalité. Vouloir éliminer la guerre (idéologie pacifiste), c ‘est aussi stupide que de vouloir éliminer la sexuation (idéologie du genre), la religion et l’économie privée (idéologie marxiste) ou le sentiment d’appartenance et d ‘identité ethniques (idéologie cosmopolite).

Le problème n’est pas d’ éliminer les guerres, c’est de les gagner ; et le plus rapidement possible, pour que les effets positifs de la victoire l’emportent sur les effets négatifs de l’effort guerrier trop prolongé. L’auteur de cette vision de la guerre n’est ni Sun-Tzu ni Clausewitz, c’est un certain Jules César.

Pourquoi parler de ”guerre mondiale” ? Depuis 1945, on s’imagine qu’il n’y aura plus jamais de guerre mondiale, mais seulement des guerres locales et régionales, et que l’ONU parviendra à éviter une Troisième guerre mondiale. On avait commis la même grave erreur après 14-18 – qu’on appelait d’ailleurs la ”Der des Ders” – et la création de la SDN. Or, dans un environnement mondialisé, ce qui est le cas, en gros, depuis 1880, il est inévitable qu’éclatent des guerres mondiales. Dire ” il n’y aura plus jamais de guerre mondiale”, c’est comme dire ” je ne mourrai jamais” ou ”l’été durera éternellement”.

Étudions maintenant le scénario de la future Troisième guerre mondiale, la TGM.

Les foyers de tensions sont multiples et ne cessent de s’aggraver. Jamais, dans toute l’histoire de l’humanité, d’une humanité devenue globalisée et de plus très nombreuse (9,5 milliards bientôt), sur une planète rapetissée, les risques d’un incendie général n’ont été aussi forts. La globalisation est un facteur de confrontation géante, plus que de création d’un État universel qui n’aurait que des problèmes de police à régler. Cette globalisation (ou mondialisation poussée au maximum) n’est pas un facteur de paix, mais de guerre généralisée.

Voici quels sont les foyers de tension qui risquent d’interagir et de provoquer  un embrasement général :

1) L’immigration massive en Europe (surtout de l’Ouest) sous la bannière de l’islam va progressivement dériver vers une guerre civile ethnique. L’incapacité de l’Europe à endiguer  l’immigration invasive en provenance du Maghreb et de l’Afrique continentale en explosion démographique débouchera inévitablement sur un conflit majeur. (1) La présence en Europe de très fortes masses de manœuvres jeunes, d’origine arabo-musulmane, de plus en plus islamisées, avec une minorité formée militairement et voulant en découdre dans un djihad d’émeutes insurrectionnelles et de terrorisme, sera le facteur déclencheur d’une spirale incontrôlable.

2) La confrontation globale entre islam et Occident (y compris Russie) en dépit de la guerre de religion entre sunnites et chiites va peu à peu dominer le paysage et prendre une forme militaire, avec conflits interétatiques. Impossible actuellement de prévoir leur forme. À l’échelle du monde, l’islam – qui est une idéologie-religion, ou idéoreligion fortement ethnicisée – ne cesse de se renforcer et de s’extrémiser dans le monde entier. L’islam est un facteur majeur de l’explosion mondiale inévitable.

3) Le problème d’Israël, insoluble, va inévitablement déboucher sur une nouvelle guerre entre l’État hébreu et ses voisins, avec, en toile de fond la révolte contre les colons juifs intégristes de Cisjordanie et la montée en puissance des organisations terroristes islamistes. Sans oublier que l’Iran réussira très probablement à se doter de quelques têtes nucléaires. L’éradication d’Israël est une idée fixe de tous les musulmans. Y compris du régime turc d’Erdogan, néo-islamiste et néo-ottoman. L’embrasement est programmé et les USA ne pourront pas ne pas intervenir.

4) Le monde arabo-musulman (à l’exception du Maroc) est entré dans une spirale de chaos qui ne va que s’accentuer, avec deux fronts entremêlés : sunnites contre chiites et  dictatures militaires contre islamistes. Sans oublier la volonté de liquider tous les chrétiens. D’où l’accentuation des désordres qui ne peuvent qu’amplifier l’immigration vers l’Europe. Les actuels événements guerriers de Syrie et d’Irak qui voient la naissance d’un État islamique ”sauvage” (le ”califat”) sont un pas de plus vers une confrontation

5) Le conflit Chine-Usa dans le Pacifique, choc entre deux impérialismes de nature essentiellement économique, va déboucher sur un heurt  géopolitique majeur. La Chine veut ravir aux Usa le statut de première puissance mondiale. Circonstance aggravante : la tension Chine–Japon (allié des Usa) ne fait que croître et ce dernier pays, travaillé par un néo-nationalisme, vient de lever l’obstacle constitutionnel aux interventions armées.

6) Les conflits en latence Inde-Pakistan et Inde-Chine (toutes puissances nucléaires) doivent aussi être pris en compte.

Il faut mentionner les facteurs aggravants, essentiellement économiques et écologiques, qui vont peser sur le climat, sur les ressources énergétiques fossiles, sur l’eau (le bien rare par excellence), sur les ressources minières. Le point de rupture physique se situe dans la première moitié de ce siècle. Sans oublier évidemment le terrorisme de grande ampleur, notamment avec des moyens nucléaires ”artisanaux”, ce à quoi nous n’échapperons pas.

L’islam est le principal facteur de déclenchement d’une TGM, dans la mesure où l’on assiste partout à la montée du radicalisme islamiste, en partie financé par l’Arabie et le Qatar, avec un ennemi implicite mais très clairement présent dans les esprits : la ”civilisation occidentale”, à laquelle la Russie est d’ailleurs assimilée. En gros, dans l’esprit des islamistes du monde entier, dont l’idéologie se répand comme un virus, l’ennemi c’est ”le monde blanc et chrétien”, même si cela ne correspond à aucune réalité sociopolitique. (2)

Les lignes de force des confrontations et des alliances seront complexes, plus encore que pendant la précédente guerre mondiale. Les  zones majeures géopolitiques d’explosion sont  l’Europe,  l’Afrique du Nord, le Moyen Orient et, éventuellement le Pacifique. La forme de cette guerre : elle sera à foyers multiples et additionnera les guerres civiles, les affrontements interétatiques, les guérillas  et les frappes nucléaires. À ce propos, l’État d’Israël est en grand danger. Bien qu’il dispose de la dissuasion nucléaire, cela n’empêchera pas certains de ses voisins, probablement bientôt dotés de la même arme, de jouer les kamikazes et de le frapper. On imagine le carnage…Il faut bien comprendre que les fanatiques islamisés ne raisonnent absolument pas comme les Russes et les Américains pendant la guerre froide, avec la retenue de la dissuasion mutuelle.  Israël peut parfaitement être l’amorce de l’explosion générale.

Contrairement à ce rabâchent tous les perroquets, la Russie ne sera absolument pas un facteur de troubles. L’impérialisme russe orienté vers l’Europe orientale et qui constituerait un danger d’agression est un mythe construit par la propagande de certains cercles de Washington. En revanche, la Russie, elle aussi, est aux prises avec l’islam.

La prévisible confrontation mondiale  produira bien entendu une catastrophe économique, notamment à cause de la rupture des approvisionnements pétrogaziers de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient. Une économie mondialisée, très fragile parce que très complexe, fondée sur les flux intenses (maritimes, aériens, numériques, etc.) tombera comme un jeu de dominos en cas de perturbation conflictuelle de grande ampleur.

La principale faiblesse des Occidentaux, surtout des Européens de l’Ouest, réside dans leur vieillissement démographique et dans leur ramollissement mental, leur passivité, leur crainte de se défendre,  un syndrome qui avait frappé les Romains à partir du IIe siècle.  La TGM, comme la Première guerre mondiale, pourra commencer par un événement localement limité et se poursuivre par un enchaînement de faits incontrôlables, comme une avalanche. La TGM verra très probablement des échanges de coups nucléaires. Mais ils ne seront pas plus graves qu’Hiroshima et Nagasaki. Leurs effets seront plus destructeurs sur le plan psychologique que physique.

On pourra assister à un recul global de l’humanité, sur les plans technique et démographique, pendant plusieurs siècles. Pas du tout du fait des morts de la TGM, mais à cause de l’effondrement économique et sanitaire qu’elle provoquera. L’embrasement risque de se produire vers 2025-2035. Après, les choses pourront mettre plusieurs siècles à se rétablir.  Le recul de civilisation s’est déjà produit au Ve siècle quand Rome s’est effondrée. On a mis mille ans à s’en remettre. Une pichenette à l’échelle de l’histoire. Simplement, au moment où l’on va fêter, dans une euphorie feinte, le centenaire de la Première guerre mondiale, il serait bon de se préparer à la Troisième qui se profile.

NOTES.

(1). Thèse défendue par l’économiste Jean-Hervé Lorenzi dans son récent essai Un monde de violences, l’économie mondiale 2015-2030. (Eyrolles). Pour lui, les fortes migrations en Europe occidentale, tendant à un véritable remplacement de populations, associées à un vieillissement des autochtones et à une stagnation économique, déboucheront sur le retour du populisme et de la guerre. Il écrit : «  ce scénario, qui paraît utopique aujourd’hui, est inéluctable et doit donc être pris en compte comme un invariant ». Cf. aussi La convergence des catastrophes. Guillaume Corvus. Voir référencements net.

(2). N’oublions pas ce qu’expliquait  Carl Schmitt : ce qui compte le plus en politique et en polémologie, ce n’est pas la définition que l’on se donne de soi-même mais celle que donne l’ennemi de nous-mêmes, selon ce qu’il perçoit.


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2014/12/04/la-troisieme-guerre-mondiale-predictions/#uDm05ToGWsuEbHGg.99


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
10 décembre 2014 01:39

La police allemande a fait fermer une mosquée de Brême (nord de l’Allemagne) soupçonnée de soutenir les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), a annoncé aujourd’hui un responsable des autorités locales.

La Ville-Etat de Brême a également fait interdire une association à laquelle la mosquée est rattachée, le club de la culture et des familles salafistes (KuF), a précisé le ministre de l’Intérieur, cité dans un communiqué. L’association est aussi soupçonnée de faire de la propagande pour l’EI. Ses locaux ont également été perquisitionnées, ainsi que 17 appartements.

« Il n’existe aucune tolérance » face à ce genre d’associations, a insisté le ministre de l’Intérieur dans le communiqué. « Nous utilisons tous les moyens juridiques pour interdire de telles associations afin d’éviter des attentats en Allemagne et des départs dans les zones de guerre » de futurs combattants djihadistes, a-t-il poursuivi.

L’Allemagne évalue à 550 le nombre de ses ressortissants qui ont rejoint les jihadistes en Irak et Syrie, et au moins 60 d’entre eux y ont trouvé la mort.

Le Figaro

 

vu sur : http://www.fdesouche.com/542887-allemagne-mosquee-soutenant-lei-fermee

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
9 décembre 2014 21:08

dette2

 

Devant ses incapacités à gérer la France, devant les quolibets et sifflets d’accueil de son peuple victime de son inefficacité, devant le peu d’importance qu’il a en Europe, complètement inhibé par Angéla, la championne du monde toutes catégories, Hollande se réfugie en Afrique pour espérer y glaner quelques clameurs favorables dont l’obtention en France est de l’ordre du rêve, un jour de grand bonheur dans des bras de sexe opposé.


 

Bien entendu, la légion partie pour trois mois au mali, s’y trouvant si bien qu’elle y reste indéfiniment, n’y est pour rien, pas plus que sa fraction qui, elle a choisi la Centre Afrique comme lieu de villégiature.

 

Le premier pion de l’africain s’appellera carnet de chèque français ou encore remise de dette,

 

une spécialité des diplomates du tiroir-caisse.

Ce qui est encourageant, c’est le libellé de l’action: » stratégie de réduction de la pauvreté », il ne me semble pas que les français puissent penser qu’ils sont concernés, au contraire!!!

Faisons le bilan des aumônes consenties depuis l’accession au trône de sa majesté président:

23/07/2012: 3,76 Mds€ pour la Cote d’Ivoire

28/02/2013: 12,5 M€ pour les Comores

04/07/2013: 75 M€ pour la Guinée

10/07/2013: 106 M€ pour la RD Congo

 

Et, on ne sait pas tout!!!

Le président ivoirien Ouattara n’a pas oublié de remercier lors de l’annulation de la dette de son pays à l’égard de la France. « Monsieur le président, je voulais vous remercier, parce que nous avons signé avec le ministre des Finances une annulation de la dette de la Côte d’Ivoire à l’égard de la France de 99,5 %, c’est-à-dire plus de 3 milliards d’euros ».

 

Il faut dire que c’est un habitué de la cérémonie du chèque salvateur. Il nous a couté 6,76 milliards de nos bons impôts en 2 ans, soit plus de seize mois de rentrée de CRDS.

 

La côte d’Ivoire serait bien inspirée d’exprimer un remerciement particulier à nos retraités, salariés et entrepreneurs qui dans un élan de généreuse solidarité intercontinentale se sont vu confisquer l’équivalent sur leurs misérables deniers.

 

[...]

Le deuxième pion fut avancé à Kinshasa

L’image a tourné en boucle, reprise par toutes les télévisions africaines. Le 13 octobre 2012, en ouverture du 14è sommet de la Francophonie à Kinshasa, François Hollande rencontre son homologue congolais, Joseph Kabila. La poignée de main est glaciale et brève. Tout juste élu, le chef de l’État français, donneur de leçon invétéré, est soucieux, en tant que Français, de faire comprendre à Kabila qu’il ne passera pas outre la question des droits de l’homme. Mais son comportement hautain et suffisant est vécu comme une véritable humiliation et irrite les présidents africains présents à Kinshasa.

 

Le troisième pion irrite encore à Bamako

La politique de la France vis-à-vis du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) n’a eu de cesse d’irriter au Mali. Au moment de l’intervention Serval, les forces françaises participent à la reconquête de Tombouctou et Gao, mais s’arrêtent à Kidal (les Français prennent juste l’aéroport), bastion des rebellions Touaregs. Un peu plus d’un an après, alors que la situation reste toujours tendue dans le Nord du pays, la position française a été largement critiquée par les autorités maliennes et la population. Lors des récents combats de Kidal, certains officiels maliens n’ont pas caché leur agacement vis-à-vis de l’attentisme français.

 

Le quatrième pion émeut encore tout le Maroc

Entre la France et le Maroc, rien ne va plus. Tout a commencé à Neuilly, le 20 février par l’irruption de nombreux policiers vêtus de gilet pare-balles à la porte de la résidence de l’ambassadeur du royaume en France, Chakib Benmoussa.

Il y a eu ensuite la fouille au corps de Salaheddine Mezouar, le ministre marocain des Affaires étrangères, en transit à l’aéroport de Roissy.

Enfin, l’irruption de Mustapha Adib, ex-capitaine des Forces armées royales et opposant notoire depuis son séjour en prison au début des années 2000, sur le seuil de la chambre du général Abdelaziz Bennani en soins dans un hôpital militaire parisien. Tout le Maroc en est bouleversé et n’a pas de mots assez belliqueux à l’encontre du gouvernement français. L’opinion publique marocaine à fait volte-face dans sa vision de Hollande.

 

Le cinquième pion aura irrité l’Algérie.

Une petite blague présidentielle aura sévèrement agacé l’Algérie pendant plusieurs jours. Prenant la parole le 16 décembre devant le Conseil représentatif des institutions juives de France, le chef de l’État français avait déclaré avec ironie que Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, était rentré d’Algérie « sain et sauf ». Avant d’ajouter : « C’est déjà beaucoup ».

Cette réflexion de François Hollande, qui manque largement d’à propos, a été fort mal accueillie à Alger, les douloureux souvenirs de la guerre civile restant très vifs. Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a estimé qu’il s’agissait d’un « incident regrettable » et d’une « moins-value » pour les liens entre les deux pays.

 

Face à ces réactions, François Hollande avait exprimé dans un communiqué « ses sincères regrets pour l’interprétation qui a été faite de ses propos ». Depuis, les exactions où le drapeau Algérien est exhibé restent impunies.

 

Le sixième pion à ému la Centrafrique

À Bangui, les soldats français sont accueillis en héros. En décembre 2013, la Centrafrique est en plein chaos. L’intervention française évite un véritable bain de sang. Mais un malaise se créée dès les premières opérations de désarmement. L’opération Sangaris cible les ex-rebelles de la Séléka sans en anticiper les conséquences : les populations musulmanes sont immédiatement prises pour cible par les milices anti-balaka. La France a sous-estimé le pouvoir de nuisance des anti-balaka et a mal anticipé le niveau de haine qui parcourt de nombreuses ethnies et religions.

 

Contrairement à ce qu’il croit, hormis les succès dus à la spoliation de nos impôts, comme on le voit avec ces six pions, l’africain, commet une erreur en pensant redorer son blason au sud de Gibraltar. Trop incapable pour convaincre les français, trop suffisant pour séduire les européens, il est trop maladroit pour convaincre les africains. Il ne lui reste plus que Julie pour se laisser séduire

 


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2014/12/08/et-pendant-ce-temps-la-la-france-annule-toutes-les-dettes-a-son-egard/#BtmKrzFsFBYQWwgo.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
9 décembre 2014 20:43
La carte des 54 pays qui ont participé au programme de torture de la CIA

La carte des 54 pays qui ont participé au programme de torture de la CIA

Un rapport choc. Les techniques renforcées d'interrogatoire de la CIA contre des détenus après le 11-Septembre «n'ont pas été efficaces» et ont été plus brutales que ce que l'agence d'espionnage avait reconnu jusqu'à présent, a conclu une enquête très attendue du Sénat américain mardi.

>> Le rapport en PDF ici (499 pages)

La commission du Renseignement du Sénat a rendu publique une version expurgée d'un minutieux rapport d'enquête parlementaire dénonçant la détention secrète d'une centaine d'hommes suspectés de liens avec Al-Qaïda, un programme autorisé secrètement sous la présidence de George W. Bush.

La CIA accusée d'avoir menti au Congrès et à la Maison Blanche

 

Barack Obama a dénoncé des méthodes «contraires» aux valeurs des Etats-Unis. «A aucun moment les techniques d'interrogatoire renforcées de la CIA n'ont permis de recueillir des renseignements relatifs à des menaces imminentes, tels que des informations concernant d'hypothétiques ''bombes à retardement'' dont beaucoup estimaient qu'elles justifiaient ces techniques», déclare dans un résumé la présidente de la commission, la démocrate Dianne Feinstein.

Le rapport accuse aussi la CIA d'avoir menti, non seulement au grand public mais aussi au Congrès et la Maison Blanche, sur l'efficacité du programme, notamment en affirmant que ces techniques avaient permis de «sauver des vies». Quant aux techniques utilisées, «elles étaient brutales et bien pires que ce que la CIA avait décrit aux élus», conclut le rapport.

Des responsables républicains ont immédiatement dénoncé un rapport partisan, une «réécriture d'événements historiques», selon un communiqué de Mitch McConnell, chef des sénateurs républicains, et du vice-président républicain de la commission du Renseignement, Saxby Chambliss.

 

Source

http://www.wikistrike.com/2014/12/torture-les-interrogatoires-de-la-cia-bien-pires-que-revele-et-pas-efficaces.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
9 décembre 2014 03:14


Après de nombreuses discussions, et avec l'aide du vice-président américain J. Biden, l'Ukraine a enfin pu constituer son nouveau Gouvernement. Seuls 5 ministres ont gardé leur poste, le Bloc Poroshenko a obtenu la majorité et 3 ministres étrangers ont été nommé aux postes clés des finances, de l'économie et de la santé publique.



La composition du Gouvernement
Ainsi, Yatséniuk n'a pu obtenir ce qu'il voulait et le Bloc Poroshenko renforce sa position dans ce nouveau Gouvernement, ce qui ne va pas manquer de provoquer des conflits internes et des rivalités. En ce qui concerne la répartition des postes par partis politiques (présentation rapide en français ici), à l'exception du ministre des affaires étrangères et de la défense nommés par le Président et confirmés par la Rada, se présente de cette manière.
Bloc Poroshenko:
  1. N. Iaresco, ministre des finances (USA)
  2. A. Kvitachvili, ministre de la santé(Géorgie) 
  3. A. Abromavicius, ministre du développement économique et du commerce (Lithuanie)
  4. G. Zubko, vice-directeur de l'Administration présidentielle devient vice- premier ministre et ministre de la construction régionale et du logement
  5.  V. Demtchichine, ministre de l'énergie
  6. A. Pivovarski, ministre de l'infrastructure
  7. S. Kvit, ministre de l'enseignement
  8. P. Pozenko, ministre de la politique sociale
  9. Y. Stec, ministre de la politique de l'information
Poroshenko a réussi a nommer un grand nombre de ministres, en ajoutant encore les affaires étrangères et la défense. Ces deux ministres gardent par ailleurs leur poste. rappelons qu'il s'agit de P. Klimkin aux affaires étrangères et de S. Poltorak (commandant de la garde nationale ukrainienne et des Internal Troops of Ukraine) à la défense. Ainsi, Poroshenko reprend la main sur le Gouvernement, que Yatséniuk n'a pu totalement s'approprier, malgré sa tentative de révolution de palais après les élections parlementaires, lorsqu'il s'était auto-proclamé vainqueur. L'autre aspect intéressant est l'apparition d'un ministère de l'information, immédiatement rebaptisé par les journalistes, notamment ukrainiens, ministère de la propagande. 

Front populaire (Yatséniuk):
  1. V. Kirilienko, vice-premier ministre et ministre de la culture
  2. A. Avakov, ministre de l'intérieur
  3. P. Petrenko, ministre de la justice
  4. A. Onichenko, ministre du Cabinet des ministres 

Yatséniuk a réussi un coup de force en gardant A. Avakov, mais pour cela il a du mettre tout son poids dans la balance et menacer de partir. Ce type de chantage politique ne marche qu'une fois et n'est pas une preuve de grand poids intérieur pour les deux protagonistes. Rappelons que Liachko avait proposé sa candidature pour ce poste.


Autres fractions politiques:
  1. Batkivchina (Y. Timoshenko): I. Chevchenko à la culture et I. Jdanov au sport et à la jeunesse;
  2. Samopomoch (financé par Kolomoïsky): A. Pavlenko à l'agriculture;
  3. Parti radical  (Liachko): V. Vochtchevski est vice-premier ministre.
La première surprise est l'apparition de 2 ministres au nom de Timoshenko, qui n'en espérait pas autant. Cela montre que le poids politique de l'ancienne premier ministre n'est pas totalement perdu et peut même remonter,  vu le vide de réels politiciens en Ukraine aujourd'hui. En ce qui concerne le candidat de Samopomoch, également appelé le parti des bataillons, ils ont eu l'intelligence de présenter une candidature neutre, qui n' a pas fait de politique professionnelle mais a une expérience du business. Encore un mot concernant la candidature proposée par le Parti radical,  V. Vochtchevski. C'est une figure traditionnelle du paysage politique ukrainien, puisqu'il travaillait déjà pour le Président Kutchma et, en 2003-2005, s'est occupé des questions de l'intégration européenne de l'Ukraine.

La présence de trois ministres étrangers
La présence au sein du Gouvernement de trois ministres étrangers a fait couler beaucoup d'encre, et pour cause, cela est choquant. Pour autant, ces trois personnes ne sont pas totalement sans liens avec l'Ukraine. Mais formellement, il a fallu un tour de passe passe pour les faire entrer au Gouvernement. Avant midi, hier, ils demandaient la nationalité ukrainienne et en début de séance à la Rada, Poroshenko annonçait qu'il avait pris un décret le leur accordant. Ils sont donc "naturalisés" ukrainien. N'oublions pas que cela aurait pu être pire. Kiev avait proposé à M. Saakachvilli, l'ancien président géorgien faisant l'objet d'une enquête pénale dans son pays, d'être vice-premier ministre. Heureusement, celui-ci a eu la bonne idée - pour l'Ukraine - de refuser. En effet, il espère toujours, avec l'appui de J. Biden, de revenir à la tête de la Géorgie et d'y régler ses comptes.

Donc finalement, l'Ukraine a eu de la chance de ne récupérer que l'ancien ministre géorgien de la santé qui est très connu dans le pays pour l'ouverture d'un nombre impressionnant d'hôpitaux ... virtuels. Car le matériel médical manquant, il était transporté d'une structure à l'autre, le jour de l'ouverture solennelle, par camion. A. Kvitachvili est principalement accusé dans son pays d'avoir destructuré le système de soin. Le choix de Kiev soulève donc des questions. D'autant plus que cet individu travaille déjà depuis 3 mois sur les réformes en Ukraine, et les résultats laissent à désirer, les médicaments pour les maladies graves (cancer, diabète, etc.) n'ont pas été achetés par l'Etat et les gens n'ont pas les moyens de se les payer. Les hôpitaux se trouvent également à cours de produit pour les dialyses, par exemple.

Le nouveau ministre de l'économie est pour sa part beaucoup plus connu, surtout pour ses activités d'investissement en Europe de l'Est. A. Abromavicius a terminé l'Université internationale Concordia de Tallinn, qui est une institution privée. En tant que partenaire à East Capital, il a largement fait investir dans les entreprises ukrainiennes, plus de 200 millions de dollars. Il entretient également des liens familiaux avec l'Ukraine, sa femme est ukrainienne.

Quant à la nouvelle ministre des finances, N. Iaresco, née aux Etats Unis d'une famille d'immigrants ukrainiens, elle est revenue en Ukraine il y a 20 ans. Et malgré son amour annoncé pour sa "patrie d'origine", étrangement, elle a attendu ce jour pour demander la nationalité ukrainienne et donc renoncer à la nationalité américaine.

Le fait que ces personnes aient un lien avec l'Ukraine peut être un facteur rassurant pour le pays. Toutefois, la nationalité n'est pas une formalité dont on se débarrasse au déjeuné, comme cela a été fait. Beaucoup de questions se posent à leur sujet: n'était-il pas possible de trouver des personnes compétentes ayant la nationalité ukrainienne? Pourquoi le fait d'être étranger donne-t-il une garantie d'indépendance? Et si l'on parle d'indépendance, il faut encore déterminer par rapport à qui et à quoi? Il semblerait surtout que ces gens soient indépendants du peuple ukrainien. Ce qui n'est pas une garantie pour le pays. 

D'un autre côté, c'est logique, puisque Yatséniuk a annoncé que ces 5 prochaines années, la priorité du Gouvernement est la collaboration avec les organismes internationaux, comme le FMI ou la Banque Mondiale, car de toute manière personne n'investira en Ukraine. Yatséniuk n'envisage donc aucune réforme dans l'intérêt national, qui officiellement n'est plus une priorité de l'Etat ukrainien. 

Le vote à la Rada
Après avoir plusieurs fois reporté la séance, finalement la Rada a voté la composition du Gouvernement. 288 ont voté pour: 136 voies du Bloc Poroshenko, 80 du Front populaire, 25 de Samopomoch, 21 du Parti radical, 16 de Batkivchina. Les 9 députés hors fraction ont également apporté leur voie au Gouvernement, ainsi qu'un député du groupe "Développement économique".

Un député a voté contre.

Le Bloc d'opposition n'a pas voulu prendre part au vote. Et certains députés se sont également abstenus en raison de la création d'un ministère de l'information, qui n'a pas été particulièrement discuté et est ressenti comme une instance de contrôle de bonne conduite citoyenne. 
vu sur : http://russiepolitics.blogspot.fr/2014/12/le-nouveau-gouvernement-ukrainien-entre.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+RussiePolitics+(Russie+politics)
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
9 décembre 2014 02:30
Le groupe Etat islamique est approvisionné directement par l'OTAN, via la Turquie   


La chaine allemande Deutsche Welle (DW) a publié un reportage vidéo d'une importance capitale ; c'est sans doute le premier grand média occidental à admettre que ce qu'on appelle l'EIIL (ou ISIS, ou encore Islamic State) est alimenté, non pas par le marché noir du pétrole, ou par les prises d'otage avec rançons, mais par des approvisionnements et du matériel pour plusieurs milliards de dollars, transportés quotidiennement par camion jusqu'en Syrie à travers la frontière avec la Turquie, pays membre de l'OTAN. 

Le reportage qui s'intitule 
'IS' supply channels through Turkey (" Les circuits d'approvisionnement de l'EIIL viennent de Turquie") confirme ce qui avait été rapporté par plusieurs analystes politiques dès 2011, à savoir que la Turquie, bien que membre de l'OTAN, permet le passage d'énormes quantités de fournitures, d'armes et de combattants à travers sa frontière avec la Syrie à destination des positions tenues par l'EIIL. 

Dans une scène surréaliste du reportage de DW, on voit des terroristes anti-syriens traverser tranquillement la frontière et une fois arrivés de l'autre côté, être abattus par des combattants kurdes. 

Les habitants et les commerçants locaux interviewés par DW admettent que le commerce qu'ils exerçaient avec la Syrie s'est interrompu dès le début du conflit et que les camions de marchandise qui traversent la frontière proviennent de « l'ouest de la Turquie. » Le reportage de DW ne s'attarde pas sur ce que signifie l'expression « ouest de la Turquie », mais cela désigne visiblement Ankara, les différents ports utilisés par l'OTAN, et bien évidemment la base aérienne de l'OTAN à Incirlik. 

Bien que le reportage de DW affirme que personne ne sait vraiment qui est derrière toutes ces expéditions, on n'y apprend néanmoins que le gouvernement turc d'Ankara nie l'existence même de ces convois de camions filmés par les reporters allemands.

Il est cependant certain que la Turquie, non seulement est au courant, mais qu'elle en est directement complice, de même que l'OTAN, laquelle fait semblant de vouloir combattre l'EIIL, mais n'est pas parvenue jusqu'à maintenant à dénoncer et à éradiquer les sponsors internationaux de l'EIIL, et chose plus importante, l'OTAN a refusé de couper purement et simplement les lignes d'approvisionnement de l'EIIL - ce qui constitue pourtant l'un des principes de base de toute stratégie militaire. 

Depuis le début, derrière la menace de l'EIIL, l'OTAN 

Comme expliquer depuis 2007, les USA et leurs complices dans la région ont comploté pour utiliser al-Qaïda et d'autres groupes armés extrémistes dans le but de réorganiser la carte de l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Le célèbre journaliste lauréat du prix Pulitzer Seymour Hersh écrivait dans son article de 2007 intitulé "
The Redirection: Is the Administration's new policy benefiting our enemies in the war on terrorism?" :

 

« Pour affaiblir l'Iran qui est majoritairement chiite, le gouvernement Bush a décidé de revoir ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, le gouvernement a coopéré avec l'Arabie Saoudite - qui est sunnite - dans le cadre d'opérations clandestines destinées à affaiblir le Hezbollah, l'organisation chiite soutenue par l'Iran.

Les États-Unis ont aussi pris part à des opérations clandestines visant l'Iran et son alliée la Syrie. Un des effets de ces activités a été le développement de groupes extrémistes sunnites qui épousent une vision militante de l'Islam, sont hostiles aux États-Unis, et sont proches d'al-Qaïda. »

Bien sûr, le terme « groupes extrémistes » qui « épousent une vision militante de l'Islam » et « sont proches d'al-Qaïda », désigne clairement l'État islamique. 

 L'EIIL constitue la force expéditionnaire de mercenaires de l'OTAN, dévastant par procuration les ennemis de cette dernière depuis la Libye en Afrique du Nord, jusqu'au Liban et à la Syrie, en passant par l'Irak et même aux frontières de l'Iran.

Son approvisionnement apparemment inépuisable en argent, en armement et en combattants ne peut s'expliquer que par l'aide de plusieurs pays étrangers et par l'existence de territoires refuges que l'OTAN protège du feu de ses ennemis que sont la Syrie, le Hezbollah, l'Iran et l'Irak. Le reportage de la chaine allemande DW met bien en évidence la façon dont les terroristes de l'ISIS s'échappent régulièrement de Syrie et trouvent refuge en Turquie. 

L'un des principaux objectifs de l'OTAN dès 2012 fut d'utiliser tous les prétextes possibles pour 
étendre ces territoires refuges, ou « zones tampons » à l'intérieur de la Syrie elle-même, en les faisant protéger par les forces militaires de l'OTAN, et depuis lesquelles les « rebelles » pourraient opérer. S'ils y étaient parvenus, les équipes de caméraman de DW auraient probablement filmé ces mêmes convois de camions, mais cette fois traversant les villes d'Idlib ou d'Alep, et non le long de la frontière avec la Syrie. 

Le complot des États-Unis et de leurs alliés visant à créer une force mercenaire sectaire alignée sur al-Qaïda ayant été mis en évidence, tout comme le fait que les soi-disant « rebelles modérés » que les US ont officiellement soutenus en Syrie ne sont rien d'autre que des extrémistes sectaires, le reportage de DW filmant les convois d'approvisionnement en provenance de la Turquie vient confirme, si le doute existait encore, que la menace posée par l'EIIL vis-à-vis de l'OTAN provient de l'OTAN elle-même.

Cela lève le voile sur une politique étrangère si incroyablement insidieuse que l'on a du mal à y croire, même après la diffusion par de grands médias comme DW d'images montrant que les voies d'approvisionnement de l'EIIL proviennent de territoires contrôlés par l'OTAN.

Traduit par ilfattoquotidiano.fr 

vu sur : http://www.wikistrike.com/2014/12/le-groupe-etat-islamique-est-approvisionne-directement-par-l-otan-via-la-turquie.html

Source: GR

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
9 décembre 2014 01:01
South Stream et le nouveau coup de maître en Turquie de Vladimir Poutine
Play
Current Time0:00
/
Duration Time0:00
Loaded: 0%
Progress: 0%
00:00
 
00:00
Mute
Télécharger le fichier audio

Par La Voix de la Russie | Vladimir Poutine vient d’annoncer le traité historique passé avec la Turquie et, en même temps, l’annulation du projet gazier South Stream. Le premier journaliste protestataire de France, créateur et directeur du site boulevard voltaire des plus visités (1 Million tous les jours) Thierry Meyssan résidant à Damas admire le doigté génial du Président de Russie.

La Voix de la Russie. Thierry Meyssan, selon la décision de Vladimir Poutine le projet South Stream se trouve annulé. En revanche un autre projet avec la Turquie vient d’éclore. Qu’en dites-vous ?

Thierry Meyssan. Je pense que l’alliance que vient de conclure Vladimir Poutine va rester dans les annales.

C’est un coup de maître face à l’OTAN ! Parce que la Russie et la Turquie restent des adversaires politiques irréductibles ! Et c’est le cas aussi par rapport à l’Ukraine où la Turquie était impliquée dans les événements du Maïdan et dans le soutien à l’actuel gouvernement de Kiev contre la population de Donbass.
Mais Vladimir Poutine a choisi de dissocier la question économique de la question politique. Pourquoi ? Mais parce que la Turquie est membre de l’OTAN, principale alliance antirusse. Mais au sein de l’OTAN M.Erdogan est devenu un cas particulier qui a pris une certaine autonomie et qui pose un certain problème très grave à l’OTAN.

Et je ne pense pas que Vladimir Poutine ait choisi cette alliance parce qu’il aurait changé d’avis sur l’Ukraine ou la Syrie ou encore parce qu’il serait enamouré de M. Erdogan ! Non ! Il sait très bien à qui il a affaire.
Il sait très bien que M. Erdogan est à la fois un chef mafieux, le représentant des Frères musulmans sur la scène politique internationale et qu’il emmène progressivement son pays vers une forme de dictature de plus en plus forte.

Mais M. Erdogan, au cours des derniers mois, a refusé de suivre les Etats-Unis dans certaines de leurs prescriptions. Notamment évidemment par rapport aux sanctions que les Etats-Unis ont contraint tous leurs alliés à prendre contre la Russie.

La Turquie est le seul Etat de l’OTAN à ne pas avoir obéi. De même la Turquie ne participe pas de facto à l’alliance contre Da esch que le Président Obama a constitué. Donc actuellement M. Erdogan est un cauchemar pour l’OTAN puisqu’il incarne lui-même les valeurs contre lesquelles l’OTAN est censé se battre. Il incarne de même tous les travers que l’OTAN reprochait pendant la Guerre Froide à certains alliés de l’Union Soviétique.

Il s’agit de construire un palais 4 fois plus grand que le palais de Versailles et d’autres choses invraisemblables. Normalement aujourd’hui les Etats-Unis réfléchissent à comment se débarrasser de ce M. Erdogan et comment organiser un changement de gouvernement au profit d’un autre parti politique. Et voilà que M. Poutine vient le soutenir à ce moment-là sur le plan économique.

Il est très probable que les Etats-Unis n’arriveront pas à se débarrasser d’Erdogan. Ils vont devoir avoir ce personnage au sein de l’OTAN ce qui est terrible pour les Etats-Unis ! Ca va créer une décomposition au sein de l’Alliance Atlantique !

D’autre part, pour la Russie, la Turquie est un pays agricole et pas seulement une puissance industrielle ! Elle va emmener des denrées alimentaires que l’UE refuse maintenant de livrer à la Russie.

C’est un client pour le gaz alors que l’UE refuse d’acheter le gaz russe… En fait, M. Erdogan tout en étant membre de l’OTAN fait exactement le contraire de la politique des Etats-Unis vis-à-vis de la Russie.
Poutine, lui, il a accepté de faire un grand écart pour venir soutenir M. Erdogan sans pour autant abandonner les principes de la politique russe qui reste toujours claire à l’égard de l’Ukraine, de la Syrie et du reste du monde.

VDLR.Quid du South Stream ?

Thierry Meyssan. Depuis son discours au sommet de Sécurité de Munich où il avait appelé l’UE à se tourner vers la Russie, Vladimir Poutine a toujours souligné à quel point c’était l’intérêt réel et actuel des Etats Européens même si dans le passé il envisageait les choses différemment. Donc là il constate qu’au cours de 7 dernières années, non seulement les Etats-Unis n’ont pas laissé l’UE prendre sa liberté mais au contraire : ils ont encore plus vassalisé cette UE !

Il décide logiquement d’arrêter la construction de South Stream puisque c’est un projet voué à l’échec à cause de ce comportement suicidaire de l’UE !
Mais en s’alliant avec la Turquie, en fait il va contourner toutes les sanctions que l’UE a faites contre lui ! Parce que la Turquie va être la porte d’entrée des produits européens. L’UE va perdre sur tous les tableaux dans cette affaire ! Tandis que la Russie va, elle, gagner sur tous les tableaux ! Je trouve qu’il est très audacieux de mener ce type d’alliance avec un adversaire politique, mais il est clair que pour la Turquie aussi il n’y a pas d’autre alternative que d’accepter la main tendue par la Russie.

Commentaire. Résolument le monde devient multipolaire comme Pierre Rousselin, journaliste du Figaro l’a fait valoir dans son dernier ouvrage « Les Démocraties en danger ». On ne saura retenir l’eau qui s’échappera par tous les orifices.

Les Etats-Unis ont beau essayer de garder le monde sous leur boisseau mais leur temps est désormais révolu, car leurs féaux désertent leur aleud rendant leur politique dérisoire et caduque. La Turquie brise cette ceinture d’endiguement que les puissances occidentales ont créé autour de l’Etat russe en direction de l’Ouest.

Qui plus est, les pays régionaux trouvent en Russie leur propre pôle d’attraction car l’aigle bicéphale est à la fois gardien de l’orthodoxie et défenseur de l’islam. La Turquie qui est une grande puissance historique l’a compris et ne fait que suivre la tendance générale. Quant aux Européens, ils se privent de gaz russe et des marchés pour leurs produits. Comme disaient les Anciens, quand Dieu veut perdre quelqu’un, il le prive de raison.

 

vu sur : http://french.ruvr.ru/2014_12_02/South-Stream-et-le-nouveau-coup-de-maitre-en-Turquie-de-Vladimir-Poutine-8310/

 

v
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_02/South-Stream-et-le-nouveau-coup-de-maitre-en-Turquie-de-Vladimir-Poutine-8310/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
8 décembre 2014 01:37

 

 

Lu dans Metro du 30.11.2014  

SYRIE - Déjà connu des services de renseignement français, Omar Diaby, de son nouveau nom Omar Omsen, est apparu pour la première fois à visage découvert dans une vidéo diffusée par la chaîne Al-Jazeera.

Cet ancien délinquant originaire de Nice y incite les musulmans français à rejoindre le combat des islamistes radicaux en Syrie.suite Omar  al-Diaby n'est pas un marginal de l'islam réel puisque ses vidéos de propagande se visionnent à hauteur de 130 000 vues chacune.

vu sur : http://www.islamisation.fr/archive/2014/12/01/omar-al-diaby-recruteur-pour-la-syrie-aux-videos-a-130-000-v-5501007.html
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
7 décembre 2014 22:50

 

vu sur : http://revoltes-en-europe.over-blog.com/article-le-regime-socialiste-paie-10-000-a-des-pirates-musulmans-somaliens-pour-avoir-tarde-a-les-presenter-125164823.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International