Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

25 septembre 2015 02:03

Les services de renseignement allemands se sont déclarés préoccupés par les tentatives de groupes islamistes radicaux de recruter parmi les réfugiés.
 

Les services allemands de renseignement intérieur se sont dits mardi « préoccupés » par des tentatives de la mouvance islamiste radicale de recruter parmi les centaines de milliers de migrants arrivant dans le pays.

« Le fait que des islamistes, sous couvert d'aide humanitaire tentent de détourner à leurs fins la situation des réfugiés en faisant du prosélytisme et en tentant de recruter, nous préoccupe grandement », indique le Bundesamt für Verfassungsschutz (Office de protection de la Constitution) dans un communiqué.

Proies pour les islamistes

« Nous faisons particulièrement attention aux jeunes réfugiés non accompagnés qui pourraient être des proies faciles pour les islamistes », estime le renseignement intérieur.

Ces services n'ont à l'inverse aucune information crédible laissant penser que « des groupes jihadistes ont utilisé l'afflux de réfugiés pour infiltrer le territoire fédéral ».

« Le nombre de salafistes en Allemagne a de nouveau fortement augmenté au cours des trois derniers mois » passant à 7.900 contre 7.500 trois mois plus tôt, relève l'Office.

Par ailleurs, selon le renseignement intérieur, au total quelque 740 personnes ont à ce jour quitté l'Allemagne pour rejoindre des groupe jihadistes comme l'Etat islamique (EI) en Syrie ou en Irak. Environ 120 d'entre eux auraient été tués.

« Un tiers environ d'entre eux est revenu (en Allemagne). Nous avons des données sur plus de 70 personnes qui ont une expérience de combat », précise le communiqué.

Premières menaces

Si l'Allemagne n'a jusqu'à présent pas été touchée par une attaque jihadiste d'ampleur, contrairement à d'autres pays européens, deux combattants germanophones revendiquant leur appartenance au groupe Etat islamique en Syrie ont menacé le pays en août dernier.

La police berlinoise a procédé par ailleurs mardi matin à des perquisitions en raison de soupçons sur l'existence d'une filière de recrutement combattants de l'EI en Syrie dans une mosquée de la capitale allemande.

Enfin, un Irakien, déjà condamné pour « terrorisme », a été tué la semaine dernière par la police à Berlin après avoir poignardé une policière. Les autorités n'ont dans l'immédiat pas évoqué de motivations jihadistes.

SOURCE OUEST FRANCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
24 septembre 2015 02:11

Hongrie: le Maïdan est en cours, la frontière doit sauterLa Hongrie avait annoncé qu’à partir du 15 septembre la frontière serait fermée pour les immigrés illégaux, qui risquent donc d’être arrêtés s’ils sont bien en situation irrégulière.

Or, cette position est actuellement inacceptable au regard des lignes européennes dictées par l’Allemagne. Donc le verrou doit sauter. Après peu importe. Le principe est important: la frontière doit céder. Et l’on voit la même technique de Maïdan aux portes de l’Europe, justement pour faire sauter la porte. Voyons cela en images.

Les autorités hongroises affirment que les personnes qui attaquent la frontière entre la Serbie et la Hongrie ne sont pas des migrants. Ils ne cherchent pas à passer pacifiquement, ils sont agressifs. C’est le fait de pouvoir passer en situation irrégulière qui semble étrangement être fondamental.

Voici le début des émeutes:

 

 

ou encore:

 

 

Donc au premier rang, vous avez de jeunes gens, agressifs, masqués, qui provoquent les forces de l’ordre pour les faire réagir. Derrière, il y a les femmes et les enfants. Ils servent de caution. Les forces de l’ordre ne doivent pas pouvoir se défendre contre les premiers rangs, car sinon ils risquent de toucher ceux qui sont derrière. Et s’ils le font, les caméras sont prêtes pour montrer le visage des martyres et stigmatiser la politique de la Hongrie.

migrants Hongrie1 20150919

Et en effet, ça dérape violemment. Le but est atteint. Et regardez sur cette vidéo là, vers la 17e seconde, vous voyez des tentes avancer à couvert pour protéger l’attaque. Ils furent formés, comme le furent ceux de Kiev. Les moyens étant adaptés au but à atteindre. Regardez:

 

 

La Hongrie est montrée comme le pays agresseur, car des enfants sont touchés.

Finalement, 150 blessés, oui c’est beaucoup. Et 30 policiers aussi furent touchés.

La provocation semble très bien organisée.

Pourquoi faire brûler des pneus si vous voulez demander l’asile politique dans le pays que vous attaquez? Ça ne vous rappelle rien comme image de « manifestant pacifique »?

e3b9a01f7f1b1aeefd78fc3ecefda81e

Ici, environ 5000 migrants à la frontière de la Serbie avec la Croatie (ils y furent amenés par bus par les autorités serbes) prennent d’assaut un train

migrants Hongrie2 20150919

Ici, un groupe de migrants veut attaquer la frontière hongroise avec un tracteur

Tout montre que le comportement des immigrés clandestins a beaucoup changé. Car si on peut les appeler migrants, ce ne sont certainement pas des réfugiés tant qu’ils n’en ont pas fait la demande et obtenus le titre (en moyenne 90% de refus), mais dans tous les cas ce sont des immigrés clandestins. Ce par ailleurs ils tiennent par dessus tout. Pour forcer la frontière. Avant, ils passaient discrètement par petits groupes, la nuit de préférence, pour ne pas être remarqués par la police. Maintenant ils attaquent de jour, utilisant en protection les femmes et les enfants derrière eux. Quel courage messieurs!

Et ce qui est intéressant, c’est que l’Etat, quel qu’il soit, ne doit pas réagir, sinon il a un Maïdan pour faire sauter le verrou de la frontière. Faire sauter « l’Etat ». Rappelez-vous la Macédoine, le verrou a sauté et l’on n’en parle plus. La Hongrie résiste, elle est sous le feu des projecteurs.

Et les journalistes ont fixé leurs objectifs dans un seul sens:

1442433721_cpcjjy6woaevat2

Et du coup ce sont ces images qui restent:

1442483181_snimok

Ce qui est également révoltant, c’est que les faibles sont cyniquement pris en otages, envoyés au combat sans avoir le choix. Ils sont utilisés. Mais ce n’est certainement pas indiqué dans le manuel du parfait petit migrant qui leur est distribué par une ONG européenne en Turquie, comme le révèle la chaine Sky news:

 

 

L’ONG W2EU distribue gratuitement des guides permettant de savoir quel numéro appeler en cas de besoin d’assistance. En guise de conclusion:

« Sur le site de w2eu, on peut lire « Nous accueillons tous les voyageurs ayant entrepris cette expédition difficile et souhaitons à tous un bon voyage, car la liberté de circulation est un droit de tous ! » (sic.)

La rumeur court sur Internet que le guide de w2eu aurait été financé par l’Open Society Foundationde George Soros, un milliardaire américain d’origine juive hongroise qui a, entre autres projets avoués, celui de renverser Viktor Orbán dans son pays d’origine. Pour ce qui est de ce guide, je n’ai pas cependant trouvé d’article qui irait au-delà de la simple accusation, même si l’on voit la fondation de George Soros apparaître dans la même nébuleuse d’organisations internationalistes et immigrationnistes qui promeuvent la suppression des frontières extérieures de l’Union européenne et qui donnent des conseils aux gens qui voudraient y venir, légalement ou illégalement.

C’est ainsi que des organisations basées et financées en Europe et en Amérique du Nord alimentent le business lucratif des passeurs en Turquie qui fonctionnent comme de véritables agences de voyage, comme le révèle cette toute récente enquête du Daily Mail. Des « agences de voyage » qui incitent elles aussi les musulmans du Moyen-Orient à « Venir en Europe et vivre comme des rois ».

Que dire … des masses humaines comme nouvelle arme. Des hommes qui utilisent femmes et enfants dans leur combat. Que peut-on en dire encore? Est-il vraiment devenu nécessaire d’en dire quelque chose? La condamnation n’est-elle plus naturelle?

http://russiepolitics.blogspot.ru/2015/09/hongrie-le-maidan-est-en-cours-la.html

 

Hongrie: le Maïdan est en cours, la frontière doit sauter

La Hongrie avait annoncé qu’à partir du 15 septembre la frontière serait fermée pour les immigrés illégaux, qui risquent donc d’être arrêtés s’ils sont bien en situation irrégulière. Or, cette position est actuellement inacceptable au regard des lignes européennes dictées par l’Allemagne. Donc le verrou doit sauter. Après peu importe. Le principe est important: la frontière doit céder. Et l’on voit la même technique de Maïdan aux portes de l’Europe, justement pour faire sauter la porte. Voyons cela en images.

Les autorités hongroises affirment que les personnes qui attaquent la frontière entre la Serbie et la Hongrie ne sont pas des migrants. Ils ne cherchent pas à passer pacifiquement, ils sont agressifs. C’est le fait de pouvoir passer en situation irrégulière qui semble étrangement être fondamental.

Voici le début des émeutes:

 

 

ou encore:

 

 

Donc au premier rang, vous avez de jeunes gens, agressifs, masqués, qui provoquent les forces de l’ordre pour les faire réagir. Derrière, il y a les femmes et les enfants. Ils servent de caution. Les forces de l’ordre ne doivent pas pouvoir se défendre contre les premiers rangs, car sinon ils risquent de toucher ceux qui sont derrière. Et s’ils le font, les caméras sont prêtes pour montrer le visage des martyres et stigmatiser la politique de la Hongrie.

migrants Hongrie1 20150919

Et en effet, ça dérape violemment. Le but est atteint. Et regardez sur cette vidéo là, vers la 17e seconde, vous voyez des tentes avancer à couvert pour protéger l’attaque. Ils furent formés, comme le furent ceux de Kiev. Les moyens étant adaptés au but à atteindre. Regardez:

 

 

La Hongrie est montrée comme le pays agresseur, car des enfants sont touchés.

Finalement, 150 blessés, oui c’est beaucoup. Et 30 policiers aussi furent touchés.

La provocation semble très bien organisée.

Pourquoi faire brûler des pneus si vous voulez demander l’asile politique dans le pays que vous attaquez? Ça ne vous rappelle rien comme image de « manifestant pacifique »?

e3b9a01f7f1b1aeefd78fc3ecefda81e

Ici, environ 5000 migrants à la frontière de la Serbie avec la Croatie (ils y furent amenés par bus par les autorités serbes) prennent d’assaut un train

migrants Hongrie2 20150919

Ici, un groupe de migrants veut attaquer la frontière hongroise avec un tracteur

Tout montre que le comportement des immigrés clandestins a beaucoup changé. Car si on peut les appeler migrants, ce ne sont certainement pas des réfugiés tant qu’ils n’en ont pas fait la demande et obtenus le titre (en moyenne 90% de refus), mais dans tous les cas ce sont des immigrés clandestins. Ce par ailleurs ils tiennent par dessus tout. Pour forcer la frontière. Avant, ils passaient discrètement par petits groupes, la nuit de préférence, pour ne pas être remarqués par la police. Maintenant ils attaquent de jour, utilisant en protection les femmes et les enfants derrière eux. Quel courage messieurs!

Et ce qui est intéressant, c’est que l’Etat, quel qu’il soit, ne doit pas réagir, sinon il a un Maïdan pour faire sauter le verrou de la frontière. Faire sauter « l’Etat ». Rappelez-vous la Macédoine, le verrou a sauté et l’on n’en parle plus. La Hongrie résiste, elle est sous le feu des projecteurs.

Et les journalistes ont fixé leurs objectifs dans un seul sens:

1442433721_cpcjjy6woaevat2

Et du coup ce sont ces images qui restent:

1442483181_snimok

Ce qui est également révoltant, c’est que les faibles sont cyniquement pris en otages, envoyés au combat sans avoir le choix. Ils sont utilisés. Mais ce n’est certainement pas indiqué dans le manuel du parfait petit migrant qui leur est distribué par une ONG européenne en Turquie, comme le révèle la chaine Sky news:

 

 

L’ONG W2EU distribue gratuitement des guides permettant de savoir quel numéro appeler en cas de besoin d’assistance. En guise de conclusion:

« Sur le site de w2eu, on peut lire « Nous accueillons tous les voyageurs ayant entrepris cette expédition difficile et souhaitons à tous un bon voyage, car la liberté de circulation est un droit de tous ! » (sic.)

La rumeur court sur Internet que le guide de w2eu aurait été financé par l’Open Society Foundationde George Soros, un milliardaire américain d’origine juive hongroise qui a, entre autres projets avoués, celui de renverser Viktor Orbán dans son pays d’origine. Pour ce qui est de ce guide, je n’ai pas cependant trouvé d’article qui irait au-delà de la simple accusation, même si l’on voit la fondation de George Soros apparaître dans la même nébuleuse d’organisations internationalistes et immigrationnistes qui promeuvent la suppression des frontières extérieures de l’Union européenne et qui donnent des conseils aux gens qui voudraient y venir, légalement ou illégalement.

C’est ainsi que des organisations basées et financées en Europe et en Amérique du Nord alimentent le business lucratif des passeurs en Turquie qui fonctionnent comme de véritables agences de voyage, comme le révèle cette toute récente enquête du Daily Mail. Des « agences de voyage » qui incitent elles aussi les musulmans du Moyen-Orient à « Venir en Europe et vivre comme des rois ».

Que dire … des masses humaines comme nouvelle arme. Des hommes qui utilisent femmes et enfants dans leur combat. Que peut-on en dire encore? Est-il vraiment devenu nécessaire d’en dire quelque chose? La condamnation n’est-elle plus naturelle?

http://russiepolitics.blogspot.ru/2015/09/hongrie-le-maidan-est-en-cours-la.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
24 septembre 2015 02:00
La Chine rejoint l’axe Syrie-Iran-Russie pour aider l’Irak

L’envoyé de  au Moyen-Orient a déclaré lundi que la  se tiendrait résolument aux côtés des Irakiens dans leurs efforts afin de préserver leurs  et indépendance et combattre le terrorisme.

L’envoyé spécial chinois Wu Sike a rencontré le  irakien Nouri al-Maliki lundi afin d’échanger leurs points de vue sur les liens bilatéraux et la situation actuelle en , où le gouvernement s’efforce de repousser l’offensive sunnite ainsi qu’un éventuel éclatement.

...

L’Irak et la Chine jouissent d’une confiance mutuelle et d’une amitié sincère, a dit le Premier ministre. Ce dernier a remercié le gouvernement chinois pour sa contribution à aider à préserver la souveraineté et l’indépendance de l’Irak, s’engageant à ce que Bagdad continue de favoriser la coopération avec  dans tous les secteurs afin de promouvoir encore davantage les bilatérales.

Il a également invité la Chine à faire partie du processus de reconstruction de son pays, soulignant que son gouvernement continuerait de garantir la sécurité des entreprises chinoises et de leurs employés en Irak, ainsi que la sûreté de leurs investissements.

M. Wu a souligné que la Chine attachait une grande importance à ses relations de coopération avec l’Irak, et avait la volonté de travailler avec lui en vue de davantage de progrès alors que les deux parties font avancer leurs liens bilatéraux.

La Chine reste inébranlable dans son soutien au gouvernement irakien afin qu’il protège sa souveraineté et son indépendance, et , a dit M. Wu, ajoutant que Beijing espérait que tous les niveaux de la société irakienne puissent promouvoir l’unité et le consensus, et former dès que possible un nouveau gouvernement mettant l’accent sur l’ouverture et pouvant représenter tous les pouvoirs politiques dans le pays.

La stabilité en Irak est essentielle pour la paix et la stabilité de tout le Moyen-Orient, ainsi que du monde entier, a déclaré M. Wu.

La Chine exhorte la  à aider davantage l’Irak car c’est dans l’intérêt commun de toutes les nations, a-t-il dit, soulignant que la Chine continuerait d’offrir son assistance politique, humanitaire et matérielle au pays, et espérait que la partie irakienne pourra maintenir ses mesures fermes afin de garantir la sécurité des entreprises chinoises et de leur personnel.

source

Xinhua

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
20 septembre 2015 19:42
Ukraine: des extrémistes imposent un blocus alimentaire à la Crimée

Des députés de la Rada suprême ont appelé à fermer la frontière entre l'Ukraine et la Crimée pour les véhicules acheminant des denrées alimentaires vers la péninsule. L'appel a été soutenu par les extrémistes de Secteur droit. Les autorités criméennes qualifient cette action de "farce politique".

La Crimée est prête à toute évolution de la situation à sa frontière avec l'Ukraine suite au blocus alimentaire de la péninsule annoncé par les parlementaires ukrainiens, a indiqué à l'agence Sputnik le vice-premier ministre de la Crimée, Mikhaïl Cheremet.

L'intention de bloquer le 20 septembre la frontière entre l'Ukraine et la Crimée avait antérieurement été annoncée par Rafat Tchoubarov et Moustafa Djemilev, députés de la Rada suprême et dirigeants de l'organisation non-inscrite Medjlis des Tatars de Crimée. Le mouvement extrémiste Secteur droit (Pravy Sektor) s'est déclaré prêt à se joindre à l'action.

"La situation à la frontière est pour le moment stable et calme. Nous avons suffisamment de forces et de moyens pour faire face à toute éventualité. Nous n'avons rien à craindre", a déclaré Mikhaïl Cheremet.

Selon lui, les forces de l'ordre de la péninsule sont prêtes à riposter à toute provocation à la frontière avec l'Ukraine. 

Le vice-premier ministre a qualifié le blocus alimentaire de "farce politique" permettant aux habitants de la péninsule de mieux comprendre les véritables intentions de Rafat Tchoubarov et de Moustafa Djemilev qui se prennent pour les "défenseurs des Tatars de Crimée".

En 2014, ces deux hommes politiques s'étaient vus interdire l'entrée dans la péninsule pendant cinq ans en raison d’"incitation à la haine raciale".

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
20 septembre 2015 02:32

les islamistes

Outre le commerce de pétrole, de biens culturels volés et de rançons, Daesh profite aussi des revenus tirés de la vente d'organes humains.

 
Depuis décembre dernier, une rumeur circule selon laquelle l'Etat Islamique aurait recouru au trafic d'organes pour augmenter sa trésorerie. Cette information remise auparavant en doute, est maintenant confirmée par le responsable du parti démocrate du Kurdistan irakien, Saïd Mamozini.

 

Dans un entretien accordé à l'agence Sputnik, M.Mamozini a annoncé que les djihadistes avaient ouvert à la mi-juillet, dans la capitale irakienne du "califat" proclamé par l'EI, une clinique dédiée au trafic d'organes.

Selon M.Mamozini, la majorité de la population locale est contrainte de vendre ses organes afin de ne pas mourir de faim.

"Pas de travail, nous ne pouvons même pas quitter la ville afin d'en trouver. Donc, il ne nous reste qu'à vendre nos organes", déclarent des habitants de Mossoul, cités par Saïd Mamozini.

 

Le responsable du parti démocrate du Kurdistan irakien précise également que les islamistes ne se préoccupent même pas des gens qui sont en face d'eux, s'il s'agit de femmes, d'enfants ou de personnes âgées.

 

"Ils enlèvent des organes à tout le monde. Ils menacent leurs prisonniers de mort ou promettent de les libérer en échange d'un organe nécessaire. Les djihadistes achètent les organes pour 4 millions de dinars (environ 3.500 dollars, ndlr) afin de les vendre à des prix beaucoup plus élevés. Le trafic d'organes est organisé presque partout en Irak. En outre, nous savons aussi que les islamistes envoient les organes en Syrie", a indiqué à Sputnik Saïd Mamozini.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150918/1018252422.html#ixzz3m6YOwQRJ

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
20 septembre 2015 01:26
El-Assad : «Si vous vous inquiétez des réfugiés, arrêtez de soutenir les terroristes» (VIDEO)

Le président syrien a accordé une interview exclusive à plusieurs médias russes dont RT. Situation interne, stratégie occidentale, crise des réfugiés, il aborde tous les sujets qui font l'actualité. A retrouver demain sur RT France.



Alors que les médias occidentaux parlent sans cesse de la Syrie, peu d'entre eux relaient la parole de son président. Nos chers lecteurs auront l'occasion de l'entendre. Bachar el-Assad a donné une interview exclusive à plusieurs médias russes dont RT. En voici un aperçu : 

Près d'une heure de discussion. Un échange durant lequel le président syrien a abordé tous les sujets qui font l'actualité de son pays. A commencer par la crise des réfugiés. Pour rappel, une grande partie des centaines de milliers de migrants qui tentent de se rendre en Europe sont Syriens. Pour Bachar el-Assad, la relation entre déplacements de populations et terrorisme est évidente : «Si les européens sont émus par le sort des réfugiés, qu'ils arrêtent de soutenir les terroristes. C'est le cœur du problème». 


La lutte contre le terrorisme et son porte-étendard Daesh a d'ailleurs occupé une grande partie de l'interview. Bachar el-Assad a rappelé la nécessité de retrouver au plus vite la paix : « Si on demande aujourd'hui à n'importe quel syrien ce qu'il désire le plus au monde, sa première réponse sera la paix et la stabilité pour tous. » Paix qui ne peut être obtenue que par une lutte acharnée selon le dirigeant : « Nous ne pourrons rien faire avant d'avoir triomphé du terrorisme en Syrie. » 

 


A l'instar de Vladimir Poutine, le président syrien appelle à l'unité dans la bataille contre l'extrémisme. « Je voudrais profiter de notre rencontre aujourd'hui pour appeler toutes les forces à s'unir dans la lutte contre le terrorisme, puisque c'est la seule façon d'atteindre les objectifs politiques, établis par les syriens, à travers le dialogue et le processus politique », a-t-il souligné. 

Bachar el-Assad a en également profité pour rassurer l'ethnie kurde et rappeler qu'avant le début de la guerre en 2011, plusieurs minorités cohabitaient dans la sérénité en Syrie : « Pour nous, les kurdes font partie de la société syrienne, ils ne sont pas des étrangers, ils habitent sur notre sol tout comme les arabes, les circassiens, les arméniens et plusieurs autres peuples et confessions, qui ont coexisté en Syrie depuis des siècles. »

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
19 septembre 2015 00:37

Vladimir Poutine à Douchambé. Crédits : kremlin.ruIntervenant le 15 septembre lors du sommet de l’OTSC à Douchanbé, au Tadjikistan, le président russe Vladimir Poutine a exprimé son inquiétude quant à la situation au Proche-Orient et a justifié la position de Moscou vis-à-vis du régime de Bachar el-Assad.

Vladimir Poutine lors de la rencontre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), qui regroupe la Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. Crédits : kremlin.ru

« Depuis le retrait de la plupart des contingents militaires étrangers qui y stationnaient, la situation, malheureusement, se dégrade en Afghanistan. On voit croître une réelle menace de pénétration, sur le territoire des États frontaliers de l’Afghanistan, de groupes terroristes et extrémistes.

Et cette menace est d’autant plus inquiétante que le groupe que l’on connaît sous le nom d’ État islamique (EI) a aussi, à côté d’autres organisations terroristes, étendu son influence sur le territoire afghan », a-t-il déclaré.

L’échelle des activités de cette organisation a largement dépassé les frontières de l’Irak et de la Syrie, a souligné Vladimir Poutine, ajoutant que les terroristes précipitaient des peuples entiers dans le chaos et la misère.

« La situation est très grave, a martelé le président russe. L’EI contrôle des territoires importants en Irak et en Syrie. Les terroristes disent qu’ils avancent vers La Mecque et Médine. Ils prévoient d’étendre leur activité en Europe, en Russie et en Asie centrale et du Sud-Est. »

Le président a rappelé que des combattants originaires de nombreux pays du monde, y compris des États membres de l’OTSC, suivaient dans les rangs de l’EI « un endoctrinement idéologique et une formation militaire », et qu’il existait, par conséquent, un risque qu’ils reviennent dans leur pays.

La réunion de Douchanbé a également été l’occasion pour Vladimir Poutine de réitérer ses appels à la formation d’une coalition mondiale contre l’EI, précisant que la base de cette coalition devrait être composée « du gouvernement syrien, des milices kurdes et de ce qu’on appelle l’opposition modérée », ainsi que des autres pays-clés de la région.

Dans tous les cas, estime-t-on à Moscou, une telle initiative serait vouée à l’échec sans la participation des autorités syriennes. « Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa résistance à l’agression terroriste, nous lui fournissons et nous continuerons de lui fournir toute l’aide technique et militaire nécessaire, et nous appelons les autres pays à se joindre à nous, a promis le président russe. Il est indispensable de penser également aux réformes politiques dans ce pays en guise de compromis. Et nous savons que le président Assad est prêt à partager la gestion de l’État avec les forces saines de l’opposition. »

Syrie intervention Russes

Un enfant blessé en Syrie, théâtre d’une guerre civile depuis mars 2011. Crédits : worldhumanrights

Le dirigeant russe en a profité pour répondre aux accusations des pays occidentaux, qui établissent un lien entre la position de Moscou sur la question syrienne et l’augmentation du nombre de réfugiés quittant ce pays. « Les gens fuient avant tout les affrontements militaires, qui sont dans une large mesure provoqués depuis l’extérieur, a rappelé Vladimir Poutine.

Si la Russie n’avait pas soutenu la Syrie, la situation y serait aujourd’hui encore plus catastrophique qu’en Libye, et l’afflux de réfugiés, encore plus important. » Rappelons que, depuis le début du conflit, plus de 4 millions de Syriens ont quitté leur lieu de résidence.

Enfin, le président Poutine a évoqué les pays où Moscou n’avait pas « tenu bon » pour soutenir le maintien des régimes en place : la Libye, l’Irak, le Yémen et l’Afghanistan. « Ce n’est pas nous qui y avons détruit et continuons d’y détruire les institutions étatiques du pouvoir, en créant un vide que remplissent immédiatement les terroristes, a laissé entendre Vladimir Poutine, avant de résumer : donc personne ne réussira à nous faire porter le chapeau dans cette affaire. »

Le président russe a appelé les pays occidentaux à cesser d’utiliser les organisations terroristes pour remplacer les gouvernements qui leur déplaisent. « Il faut mettre de côté ses ambitions géopolitiques et renoncer aux doubles standards et à la politique d’utilisation directe ou indirecte de certains groupuscules terroristes pour atteindre ses objectifs propres, notamment le remplacement de gouvernements qui ne conviennent pas à tel ou tel », a annoncé Vladimir Poutine. Pour le président russe, « le bon sens élémentaire et la responsabilité en matière de sécurité régionale et globale exigent que la communauté internationale unisse ses forces contre la menace terroriste. »

Le président russe a également fait part de sa vision du système commun de sécurité euro-atlantique, qu’il estime nécessaire de mettre en place. « Je suis convaincu qu’il est indispensable de relancer le débat sur le thème de la création, dans la zone euro-atlantique, d’un système de sécurité commun et indivisible », a-t-il déclaré, soulignant qu’il fallait « conduire un inventaire complet des problèmes et désaccords accumulés » et, « sur la base de cette analyse, aller vers un débat sur les principes d’un développement politique stable ».

Vladimir Poutine a finalement assuré que « la collaboration dans le cadre de l’OTSC n’est pas dirigée contre qui que ce soit », et que l’organisation était ouverte à toute interaction constructive.

L’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), fondée en 1992, regroupe la Russie, la Biélorussie, l’Arménie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. Elle s’est fixé pour mission de garantir la sécurité et défendre la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de ses États-membres.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
18 septembre 2015 02:40

Les journalistes l’on cherché partout, hier ! Qui ? Mais le Président, pardi ! Où avait-il disparu pour qu’il ne les ait même pas prévenus ?

À Cergy-Pontoise, dans un centre d’hébergement, à tailler la bavette avec une dizaine de demandeurs d’asile – sur la centaine présents dans ce centre, venus de Syrie via l’Allemagne – et pour s’enquérir de « leur parcours depuis qu’ils ont fui leurs pays […] ». Mais, surtout, pour leur promettre que « tout allait être mis en œuvre pour que leur demande fasse l’objet d’une réponse sous quinze jours […] ». Français dans la misère, passez votre chemin.

Et il n’était pas tout seul, François Hollande. Une sortie en catimini, mais en grande pompe tout de même, puisque l’accompagnaient Bernard Cazeneuve et l’OFPRA. L’Office français pour les réfugiés et apatrides, parlons-en ! Organisme d’État dont les fonctionnaires vont racoler en Allemagne pour inciter Syriens et autres migrants à demander l’asile chez nous : c’est le reportage diffusé parFrance 2, il y a quelques jours. C’est Macha Méril qui doit être contente ! « Vous avez vu comme ils sont beaux, tous ces jeunes gens, ces Syriens, ces Irakiens […] ; il n’y a rien de tel pour raviver la France ». Passons sur Macha…

Discuter, c’est bien ; vérifier, c’est mieux. La visite du résident de l’Élysée auprès de nos nouveaux voisins avait aussi pour but de « constater le dévouement, la qualité de l’accueil des services de l’État et des associations ». Il ne manquerait plus de ne pas bien recevoir les gens qu’on n’a pas invités !

Et pendant que Hollande et Compagnie vont faire des mamours à des Syriens ayant fui leur pays en raison « de la guerre, des persécutions, de la torture et des oppressions » (dixit Manuel Valls) et « pour sauver leur peau », comme l’affirme l’UDI Jean-Claude Lagarde – lequel, d’ailleurs, voit dans ces hommes des « chrétiens, des yazidis et des non-croyants syriens et irakiens, mais… pas de musulmans ! -, Arin, Helly, Khazal, Rusen, elles, sont restées là-bas, pour le défendre, leur pays.

Des femmes kurdes qui estiment en tout cas que leur peuple « doit tout risquer pour ses rêves et se battre pour son pays ». Ce qui n’est manifestement pas la façon de voir des réfugiés de Cergy, si gentiment accueillis par François Hollande, par délégation spéciale de Mme Merkel.

Des centaines de milliers de personnes, essentiellement des hommes, donc, de toute évidence ni malingres ni souffreteux, abandonnant les leurs pendant que des milliers de combattantes – c’est ce qu’on apprend sur le siteaujourdhuilaturquie, selon lequel les femmes « représentent 40 % des 40.000 soldats combattant les forces islamiques à la frontière syro-irakienne » – risquent leur peau… Et François Hollande se déplace pour rassurer ceux qui ont sauvé la leur ?

C’est sans doute cela aussi, le combat pour la parité homme-femme…

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
17 septembre 2015 17:16

Screen Shot 2015-09-17 at 2.40.24 PM

Manuel Valls et le Premier Ministre palestinien Rami Hamdallah ont présidé, le 10 septembre 2015, le premier séminaire intergouvernemental franco-palestinien.

A cette occasion, le Premier ministre a rappelé la mobilisation de la France « pour la création d’un État palestinien viable et indépendant, vivant en paix et en sécurité au côté d’Israël ».

Le séminaire intergouvernemental franco-palestinien du 10 septembre a été l’occasion d’engager plusieurs démarches concrètes pour accompagner la construction du futur État palestinien.

Au total, pour l’année 2015, l’aide de la France aux Territoires palestiniens représentera près de 40 millions d’euros, qui serviront notamment au développement économique des territoires, au financement d’un dispositif d’assainissement des eaux à Hébron et à la concrétisation d’une projet d’école française à Ramallah.

Et c’est sans parler des aides européennes que la France finance en partie, ou des aides régionales, départementales, et plus locales encore. Et encore sans parler des aides aux associations pro-palestiniennes qui recoivent des fonds de l’Etat avant de tout déverser à Ramallah et à Gaza. 

Au total, et toujours selon Manuel Valls, « la Palestine est le premier bénéficiaire mondiale de l’aide internationale française. C’est le cas en 2015, comme c’était déjà le cas les années précédentes. »

Par Greg Sulin – JSSNews

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
17 septembre 2015 15:36

Le président syrien a accordé une interview exclusive à plusieurs médias russes dont RT. Situation interne, stratégie occidentale, crise des réfugiés, il aborde tous les sujets qui font l'actualité. A retrouver demain sur RT France.

Alors que les médias occidentaux parlent sans cesse de la Syrie, peu d'entre eux relaient la parole de son président. Nos chers lecteurs auront l'occasion de l'entendre. Bachar el-Assad a donné une interview exclusive à plusieurs médias russes dont RT. En voici un aperçu :

Près d'une heure de discussion. Un échange durant lequel le président syrien a abordé tous les sujets qui font l'actualité de son pays. A commencer par la crise des réfugiés. Pour rappel, une grande partie des centaines de milliers de migrants qui tentent de se rendre en Europe sont Syriens. Pour Bachar el-Assad, la relation entre déplacements de populations et terrorisme est évidente : «Si les européens sont émus par le sort des réfugiés, qu’ils arrêtent de soutenir les terroristes. C’est le cœur du problème».

 

La lutte contre le terrorisme et son porte-étendard Daesh a d'ailleurs occupé une grande partie de l'interview.

Bachar el-Assad a rappelé la nécessité de retrouver au plus vite la paix : «Si on demande aujourd’hui à n’importe quel syrien ce qu’il désire le plus au monde, sa première réponse sera la paix et la stabilité pour tous.»

Paix qui ne peut être obtenue que par une lutte acharnée selon le dirigeant : «Nous ne pourrons rien faire avant d’avoir triomphé du terrorisme en Syrie.»

 

A l'instar de Vladimir Poutine, le président syrien appelle à l'unité dans la bataille contre l'extrémisme.  «Je voudrais profiter de notre rencontre aujourd’hui pour appeler toutes les forces à s’unir dans la lutte contre le terrorisme, puisque c’est la seule façon d’atteindre les objectifs politiques, établis par les syriens, à travers le dialogue et le processus politique», a-t-il souligné.

Bachar el-Assad a en également profité pour rassurer l'ethnie kurde et rappeler qu'avant le début de la guerre en 2011, plusieurs minorités cohabitaient dans la sérénité en Syrie : «Pour nous, les kurdes font partie de la société syrienne, ils ne sont pas des étrangers, ils habitent sur notre sol tout comme les arabes, les circassiens, les arméniens et plusieurs autres peuples et confessions, qui ont coexisté en Syrie depuis des siècles.»

Découvrez l'interview en intégralité dès le mercredi 16 septembre sur RT France.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
17 septembre 2015 01:50

“Non à l’islamisation”, au “diktat de l’Union européenne”… La cause des migrants en quête d’asile engendre des manifestations à la fois de soutien et d’hostilité en Europe.


A Bratislava en Slovaquie, environ un millier de personnes se sont rassemblées à l’appel de partis et mouvements nationalistes. 
“La Slovaquie aux Slovaques” ont-ils encore scandé. 
Ils étaient rejoints par des manifestants d’autres pays de l’Union européenne comme la Tchéquie, l’Allemagne, la Hollande ou la Belgique.

....

Et puis en Pologne, des manifestants ont protesté contre les politiques de l’Union européenne en matière d’accueil de migrants, appelant à stopper l”‘islamisation de l’Europe”.
....

Avec Reuters

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
17 septembre 2015 01:12

Le Premières Troupes de Marine iraniennes débarquent en Syrie et rejoignent les troupes russes récemment arrivées

L’Iran a envoyé cette semaine les premières troupes terrestres en Syrie, soit environ 1.000 troupes d’élite et de Marine des Gardiens de la Révolution iranienne (CGRI). Ils ont fait directement mouvement sur Ghorin, une petite installation aérienne militaire, juste au sud du port de Latakieh et se sont raccordés avec les troupe de Mainr russe qui viennent juste d’atterrir à Jablah. Il y a trois semaines, Debkafile  a commencé à mentionner les préparatifs de l’intervention militaire irano-russe mise sur pied afin de sauver le dictateur syrien Bachar al Assad, à la suite des premiers dévoilements sur les renforts russes en Syrie, le 1er septembre.

Nos sources militaires rapportent à présent que Moscou est sur le point d’envoyer une cargaison de systèmes de missiles anti-aériens S-300 en vue de leur déploiement à Jablah, la base que les Russes ont construit à Latakieh pour que leurs troupes en prennent possession. Ces systèmes de S-300 protégeront aussi l’installation des Iraniens à Ghorin.

Jablah a été convertie en entrepôt très affairé pour les troupes russes qui arrivent encore en Syrie, des combattants des unités des Brigades 810 et 336 de fusiliers de la Marine.

Les avions de chasse et d’interception russes MIG-31 qui se tiennent prêts sur la base aérienne de Mezza à l’aéroport de Damas offrent une couverture aérienne à la combinaison de ces forces russo-iraniennes. Depuis l’ouest, le sous-marin nucléaire géant Dmitri Donskoy TK-20 est en route vers les eaux syriennes. Latakieh est, par conséquent en train de se tranformer en puissante enclave militaire russo-iranienne, capable de servir de refuge pour Assad et les hauts-responsables de son régime s’ils sont contraints de quitter Damas.

Selon nos sources militaires, il est encore trop tôt pour déterminer la fonction exacte de cette enclave, si elle sera purement défensive, ou si, après s’y être installées, les forces russes et/ou iraniennes planifient de foncer sur les forces de rebelles syriens et de l’Etat Islamique, qui réalisent actuellement des conquêtes de terrain dans le nord de la Syrie.

Il n’y a aucune preuve tangible permettant de confirmer le curieux point de presse que des sources de haut-rang de la défense israélienne ont offert à des correspondants militaires israéliens, jeudi 10 septembre, en disant que les troupes iraniennes qui arrivent sont venues pour renforcer à grande échelle les unités du Hezbollah et de l’armée syrienne, qui ont tenté sans succès de déloger les combattants rebelles qui tiennent la ville stratégique de Zabadani, depuis bientôt deux mois. Nos sources trouvent que les unités iraniennes et russes sont surtout pleinement occupées, pour le moment, à étendre et équiper leurs nouveaux quartiers de Ghorin et Jablah.

Source : DEBKAfile Exclusive Reportage Exclusif 11 Septembre 2015, 8:45 AM (IDT)

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
16 septembre 2015 02:01
Le Chef d'Al Qaeda exhorte les loups solitaires à pénétrer au coeur des maisons d'Europe et des USA

Le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a appelé à des attaques de loups solitaires immédiates aux États-Unis et en Europe de l'ouest.

Dans un enregistrement audio posté ce dimanche, le patron du groupe terroriste a appelé les musulmans à "nuire aux croisés dans les pays de la coalition".

Il affirme que son groupe a besoin de "déplacer la guerre au coeur des maisons et des villes occidentales"

Bien que l'enregistrement remonterait à 2 mois,  le mettre en ligne aujourd'hui tandis que l'Europe est confrontée à une vague migratoire sans précédent a vraiment de quoi inquiéter.

Il faut aussi s'attendre à ce que cette déclaration tombe dans les oreilles des combattants de Daesh, qui en salivent d'avance, eux que l'UE a osé laisser pénétrer sur son sol.

 

Alexander Doyle pour WikiStrike

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
15 septembre 2015 22:24

Festival de musique sacrée à Strasbourg : les artistes bouddhistes et musulmans ont obtenu leur visa, les chrétiens syriens, non

 

Vingt musiciens syriens, membres d'une chorale religieuse gréco-orthodoxe de Damas, se sont vu refuser un visa pour la France et ne pourront donc pas se produire début novembre à Strasbourg dans le cadre d'un festival de musique religieuse, a-t-on appris lundi auprès des organisateurs. Ces artistes âgés de 21 à 54 ans sont membres du chœur Saint-Ignace de la cathédrale gréco-orthodoxe mariamite de Damas. Ils devaient donner trois concerts à Strasbourg dans le cadre des « Sacrées journées », un festival de musiques sacrées qui réunit des fidèles de différentes religions, a expliqué son président, l'ancien pasteur Jean-Louis Hoffet.

De Damas, les chanteurs orthodoxes se sont rendus en car à l'ambassade de France à Beyrouth pour y déposer leur dossier de demande. Ils étaient munis de billets d'avion aller-retour, d'une réservation d'hôtel et d'une attestation du maire de Strasbourg, dont la collectivité subventionne le festival.

Mais leurs visas ont été refusés, car leurs dossiers ont été jugés « pas fiables », a raconté Jean-Louis Hoffet. « C'est ahurissant ! Je suis outré, stupéfait qu'on puisse refuser un visa à des gens qui viennent chanter leur foi dans nos églises, alors même qu'on fait de grands discours sur l'accueil de 24 000 migrants ! » s'est emporté l'organisateur.

 

Lors des « Sacrées journées » à Strasbourg, le chœur Saint-Ignace de Damas doit chanter en araméen et en syriaque, aux côtés notamment de bouddhistes tibétains chinois et indiens, de moines hindouistes et de musulmans soufis tunisiens. Parmi tous les artistes programmés, les membres de la chorale byzantine de Damas « sont les seuls qui se sont vu refuser leur visa », s'est désolé Jean-Louis Hoffet.

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 septembre 2015 02:29
Dans un contexte que nous qualifierions d’“eurasien-élargi” ; c’est-à-dire, un contexte marqué par la proximité nouvelle de la Chine avec la Russie, des relations de l’Eurasie avec l’Iran qui est sur le point de changer de statut avec la fin possible des sanctions, tout cela impliquant les divers pays rassemblés pêle-mêle dans diverses organisations, essentiellement les organisations telles que la SCO (Organisation de Coopération de Shanghai, ou OCS en français), la CSTO (l’Organisation du Traité de Sécurité Collective) rassemblant au départ les anciennes républiques de l’URSS, voire les BRICS.
L’intérêt inquiet de la Chine pour la situation syrienne, avec la crainte qu’une chute d’Assad conduisant à une prise du pouvoir par des takfiristes terroristes et une certaine “stabilisation” de la crise syrienne,  “libérant” des combattants de cette nébuleuse pour des expéditions vers le Maghreb et l’Eurasie et notamment vers la province chinoise musulmane du Xinjiang. (La même logique, aussi bien d’inquiétude et de tension concerne la Russie vis-à-vis de la Tchétchénie, voire l’Inde vis-à-vis du Cachemire, – nous sommes bien dans le contexte de l’Eurasie.)
 

 

 

Pour la Chine, la Turquie est la principale instigatrice, avec l’Arabie Saoudite comme support financier, de l’assaut djihadiste contre Assad, constatant ainsi un “antagonisme objectif” entre les Chinois et les Turcs. Cet antagonisme a des racines profondes, qui concernent la population des Ouïghours, musulmane sunnite et turcophone, habitant le Xinjiang (que les Turcs nomment Turkestan Oriental) et ayant des revendications à cet égard, au travers de l’organisation TIP (Turkistan Islamic Party) , avec des perspectives inquiètent fortement le pouvoir central chinois. Il y a donc un vieux contentieux entre Erdogan lui-même et les Chinois, concernant d’une part les ambitions nécessairement mégalomanes du premier et les inquiétudes évidemment obsessionnelles des seconds, tout cela par rapport au Xinjiang et aux Ouïghours…

 

En 1995, quand M. Erdogan était maire d’Istanboul, il a donné à une partie du parc Sultan Ahmet (Mosquée Bleue) le nom d’Isa Yusuf Alptekin, le leader du mouvement d’indépendance du Turkestan oriental et l’ennemi juré de la Chine des années 1990. Après la mort d’Alptekin, Erdogan a érigé un monument commémoratif dans le parc en souvenir des Sehitlerinin (ou martyrs) du Turkestan oriental, qui avaient perdu la vie dans la «lutte pour l’indépendance. En 2009, les relations bilatérales sont tombées au plus bas lorsque [Erdogan] a qualifié la répression chinoise au Xinjiang de «génocide» et que, en 2014, le porte-parole de l’AKP, le Daily Sabah, s’est mis à servir une rhétorique anti-chinoise du même acabit.

 

De plus, un article de juillet 2014 a contesté la légitimité des revendications de la Chine sur le Xinjiang et a fait dire au vice-président du Congrès mondial ouïghour : La question du Turkestan oriental est sous la responsabilité de la Turquie. Ankara a, en outre, contesté l’autorité de Pékin sur les Ouïghours chinois, en accueillant, en novembre, les réfugiés clandestins ouïghours capturés en Thaïlande, ce qui a provoqué la réaction indignée de la Chine qui a immédiatement demandé à la Turquie de cesser d’interférer dans les affaires intérieures de la Chine et de soutenir l’immigration clandestine … [qui] nuit à la sécurité des pays et des régions concernées.

 

La Turquie est donc, aux yeux des Chinois, “le Pakistan d’un Afghanistan que serait la Syrie”, organisant un flux constant de nouveaux combattants djihadistes avec la fourniture de toute la logistique nécessaire et la profusion de faux passeports turcs, certains de ces combattants venus du Xinjiang en tant que fidèles Ouïghours, pour alimenter l’“Armée de la Conquête” anti-Assad dont les Turcs sont, avec les Saoudiens, les principaux pourvoyeurs et qui rassemble un patchwork de diverses organisations djihadistes. Cette “Armée de la Conquête”, qui est l’objet d’une grande hostilité de la part de Daesh/ISIS parce qu’elle est formée d’entités nationales qui s’affirment comme telles, contre l’organisation islamiste transnationale (Oumma) qui caractérise Daesh, et qui a le potentiel de devenir elle-même un autre “État Islamique”. 
 

 

Le 25 avril 2015, une coalition de forces rebelles menée par la filiale d’Al-Qaïda, Jabhat al-Nosra (JN), le Parti du Turkistan islamique dirigé par les Ouïghours chinois (PTI), le groupe ouzbek Imam Bukhari Jamaat (IBJ), et le groupeKatibat Tawhid wal Jihad, a écrasé l’armée syrienne à Jisr al-Shoughour au nord-ouest du gouvernorat syrien d’Idlib. Selon un article récent du Terrorism Monitor, du fait que la coalition rebelle soutenue par la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite bénéficie d’une ligne d’alimentation directe qui va de la province turque de Hatay jusqu’à Idlib, pourrait permettre aux «rebelles d’avoir assez de ressources pour établir un État de facto au nord-ouest de la Syrie qui serait dirigé par Jabhat al-Nosra et soutenu par plusieurs milices d’Asie centrale». 
Ceci corrobore les conclusions du rapport de 2012 de la DIA, publié récemment, selon lesquelles les États arabes du Golfe et la Turquie voulaient créer un mini-État salafiste en Syrie pour faire pression sur le régime d’Assad.»

 

L’état de facto, qu’ISIS condamne parce qu’il autorise la présence de symboles jahliyya (pré-islamiques) aux côtés de symboles islamiques – comme le drapeau nationaliste bleu du «Turkestan oriental» et le drapeau de l’Armée syrienne libre – poserait désormais une menace à la sécurité de la Chine et des pays d’Asie centrale qui craignent de servir de base arrière aux groupes militants pour lancer des attaques sur leurs fronts. De fait, les groupes rebelles chinois ETIM et PTI ont autrefois utilisé l’AfPak (l’Afghanistan/Pakistan)* comme rampe de lancement pour des attaques terroristes contre la Chine, et maintenant la Syrie/Turquie est considérée par Pékin comme leur nouveau AfPak.

 

Depuis 2012, les Chinois sont intervenus à plusieurs reprises auprès des Turcs et d’Erdogan directement pour faire cesser ces pratiques qui établissent un lien fâcheux (pour les Chinois) entre le conflit syrien et les grandes régions d’Eurasie, mais tout cela sans beaucoup de succès. Il est difficile de faire changer d’avis Erdogan car il se charge lui-même de cette besogne, et dans tous les sens.

 

L’on est évidemment conduit à penser qu’il ne ferait guère de doute que cette situation sera un des grands sujets d’entretien des réunions de juillet en Russie, où l’Inde et le Pakistan, et sans doute l’Iran, devraient être admis comme nouveaux membres de la SCO. Nous serions devant l’image de la SCO se constituant en “Otan de l’Est”, concept jusqu’alors écarté en général, et surtout, et avec la plus grande vigueur, par les Chinois … Mais la situation évolue très vite etla SCO devient un formidable rassemblement de producteurs d’énergie, une structure naturelle pour soutenir le grandiose projet de “Nouvelle Route de la Soie” de la Chine et, surtout, un instrument militaire promis à une coopération, sinon une intégration militaire (du point de vue technique) grandissante si les perspectives d’affrontement dues à l’immense désordre moyen-oriental menacent de déborder ce cadre. 
La nouvelle ontologie belliciste instaurée par ISIS/Daesh passant du terrorisme à la constitution en État islamique, imitée éventuellement par le projet concurrent de Daesh des autres organisations djihadistes de l’“Armée de la Conquête”, transforme à mesure les ripostes militaires. La SCO, qui prévoit une collaboration active dans la lutte contre le terrorisme, devrait voir cette collaboration anti-terroriste envisager une évolution vers une collaboration militaire du type Otan, à mesure de l’affirmation de la transformation des terrorismes en structures à prétention étatique…

 

Avec les nouveaux dirigeants nationalistes que sont Poutine, Xi et Modi à la barre, Moscou, Pékin et Delhi mettent de côté leurs rivalités stratégiques en Eurasie. Et, en mai, ils ont annoncé qu’ils mèneraient leur premier exercice anti-terroriste conjoint plus tard dans l’année – unis par la menace commune de déstabilisation de leur patrie par ISIS et l’islam radical. Durant le même mois, la Chine et la Russie ont également conduit, au large de la côte syrienne, l’exercice naval «Mer commune 2015», immédiatement suivi en juin par «Pont de l’Amitié 2015», un autre exercice naval de l’Égypte et de la Russie, près du port égyptien d’Alexandrie où la Russie souhaiterait établir une nouvelle base navale.

 

L’Égypte et la Syrie viennent également d’exprimer leur volonté d’adhérer à l’OCS pour lutter avec les autres États membres contre les islamistes politiques et les salafistes djihadistes de Frères musulmans, des affiliés d’al-Qaïda, d’ISIS, d’ETIM et de PTI qui menacent de déstabiliser leurs pays. En janvier, on avait discuté de la question d’accepter la Syrie au sein de l’OCS pour contrer l’Otan et le plan occidental de remplacer Assad par les salafistes, et pour empêcher l’avènement d’un Damas islamiste qui exporterait l’extrémisme et radicaliserait ces états d’Eurasie qui ont une importante population musulmane sunnite.

 

 

 

Si l’OCS et l’OTSC fusionnaient pour former une alliance militaire eurasienne de lutte contre le terrorisme, pourraient-elles éventuellement mettre des bottes sur le terrain en Syrie et en Irak ? En 2012, le bruit a couru que la Chine, la Russie, l’Iran et la Syrie envisageaient de conduire un immense exercice militaire impliquant 90.000 soldats. Si l’Iran et la Syrie rejoignaient toutes deux l’OCS, cet exercice pourrait avoir lieu et s’appeler la nouvelle Mission de paix 2016 de l’OCS. 

 

La Chine s’est battue contre la Turquie dans la guerre de Corée de 1950 à 1953, quand la ligne rouge de Pékin a été franchie. On peut se demander si la Turquie, en utilisant la Syrie pour recruter les Ouïghours et stimuler le séparatisme Xinjiang, ne cherche pas à provoquer à nouveau le dragon chinois. En outre, si l’Iran se joint à une alliance militaire collective, cela aurait aussi sans doute pour effet d’exclure une éventuelle opération militaire des États-Unis et d’Israël contre son programme nucléaire.

 

Les États-Unis et l’Otan feraient peut-être bien de conseiller à leurs alliés arabes du Golfe et de Turquie de se retirer de cette armée djihadiste de conquête et de se concentrer sur la lutte contre ISIS/Daesh, plutôt que de saboter la coalition anti-ISIS sous commandement étasunien et d’inciter, par leurs provocations, des États nucléaires eurasiatiques à passer d’une opération de contre-terrorisme à une grande guerre entre superpuissances.
 

 

Note

 

* Af-Pak est le nouvel acronyme inventé par le gouvernement américain pour désigner l’Afghanistan+Pakistan, comme Syrak = Syrie + Irak.

 

Traduction des parties en anglais : Dominique Muselet

 
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 septembre 2015 01:19

Alors que la crise des migrants devient un feuilleton sans fin qui divise les états européens entre eux, les Français entre eux, alors que l’insoutenable vient d’éclater aux yeux du monde par la diffusion d’une photo choc, le Président de la République, à contre-pied de ses dernières déclarations vient d’approuver le Plan Juncker de répartition des migrants par pays européen selon un principe de quotas.

 
 

Le chrétien que je suis, ou devrais-je dire simplement l’Humain que je suis doit-il se réjouir du revirement de François Hollande ?

A la vérité, cette annonce « sèche », impréparée, révèle une triple erreur :
- celle d’une diplomatie française inexistante,
- celle d’une impréparation stupéfiante,
- celle d’un laxisme consternant de notre politique migratoire.

Une diplomatie française inexistante

Depuis 2012, la France s’isole dangereusement dans la gestion des affaires du monde, et ne pèse plus dans la prise de décision. Les relations avec Barack Obama sont certainement courtoises, mais jamais François Hollande n’a réussi à créer avec le Président américain ce degré de proximité et de respect qui font la marque des dirigeants écoutés. Cela s’est tout naturellement traduit par le lâchage en août 2013 de la France par les américains concernant les frappes contre le régime de Bachar El-Assad en Syrie.

De la même manière, jamais la France n’a été consultée ni impliquée par les américains sur l’accord sur le nucléaire iranien. Nous avons été au mieux un spectateur attentif.

De la même manière, le Président de la République française entretient avec le Président Russe Vladimir Poutine des relations exécrables qui ont vu leur paroxysme dans la rupture du contrat de vente des deux navires Mistral, et entaché de façon durable nos relations avec ce grand pays.

Nos relations avec l’Iran sont inexistantes. Le chef de la diplomatie française aurait dû se saisir des discussions engagées avec les Iraniens dans le cadre de l’accord sur le nucléaire pour revenir à la table des négociations.

Il a fallu attendre le 29 juillet 2015 et la conclusion de l’accord sur le nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances pour que le Ministre des Affaires étrangères ne se rende à Teheran afin d’y rencontrer le Président Hassan Rohani.

Or la crise syrienne, et donc en partie celle des migrants, ne trouvera d’issue favorable sans mettre à la table des négociations la Russie et l’Iran, principaux alliés et soutien de Bachar El-Assad.

La coalition des pays arabes, de l’armée irakienne et de l’opposition syrienne s’est montrée incapable de freiner Daech dans son expansionnisme assassin, criminel et barbare.

Seule aujourd’hui une coalition intégrant la Russie et l’Iran permettra, aux côteés des autres grandes puissances, de porter un coup fatal à Daech, sous l’égide des Nations Unies.

Il est d’ailleurs symptomatique qu’à ce jour ni la Russie, ni l’Iran, principaux alliés de Bachar El-Assad n’aient accueillis de migrants en provenance de Syrie.

 

Une totale impréparation dans l’accueil des migrants

« DANKE, FRAU MERKEL » peut-on lire sur les affichettes portées à bout de bras par les migrants syrien accueillis depuis samedi en Allemagne.

Il faut dire que de l’autre côté du Rhin la Chancelière a tout à la fois fait preuve d’humanité en organisant très en amont l’accueil des migrants au niveau de l’Etat fédéral et su mobiliser 6 milliards d’euros dès 2016 dont la moitié en direction des landers en charge du logement.

Autant le dire, à des années-lumière de la position française où le système D a repris ses lettres de noblesse dans les départements : communauté chrétienne, associations humanitaires, caritatives, mairies font l’objet depuis 48h d’appels répétés des autorités préfectorales afin de connaître les intentions d’hébergement des uns et des autres, le tout remontant en temps réel au Ministère de l’Intérieur.

Cette abjecte « bourse au migrants » sur le refrain « Monsieur le Maire, vous en prenez combien ? » dénote de l’impréparation totale du gouvernement à cette crise qui dure pourtant depuis plusieurs mois.

La France est aujourd’hui dotée de 25.000 places d’accueil pour demandeurs d’asile. Or déjà, ce chiffre est notoirement insuffisant et nous oblige à reloger bon nombre de réfugiés à l’hôtel pour une facture annuelle de 25 millions d’euros. Demain, ce sont donc 24.000 migrants supplémentaires que nous devrons héberger sans aucune solution d’Etat !

Après les 10.000 réfugiés arrivés en France en juillet, les nouvelles annonces de la Commission européenne ont été saluées par des scènes de liesse en Syrie. Il y a fort à parier que le Plan Juncker d’aide aux réfugiés sans mesures contraignantes et dissuasives tant pour les passeurs que pour les candidats  à l’exode, entrainera le fameux appel d’air logiquement redouté. Qu’en sera-t-il alors des dizaines de milliers de places supplémentaires (et actuellement inexistantes) nécessaires pour l’accueil de ce nouveau flux ?

 

Le laxisme de notre politique migratoire

Alors même qu’Angela Merkel assortissait l’accueil des réfugiés en Allemagne (en plus des 6 milliards d’euros mobilisés) de mesures de contrôle renforcées, de mesures d’expulsion simplifiées concernant les migrants déboutés, ainsi que d’une accélération de la procédure d’examen des dossiers de demande d’asile et du remplacement de certaines aides financières en avantages en nature, la politique migratoire de la France reste d’une redoutable inefficacité. Par un manque évident de volonté les reconduites aux frontières ont chuté de 16 % depuis 2012 ; si pratiquement 18.000 personnes par an bénéficient d’un statut de protection, un nombre infime de déboutés sont refoulés (5 % selon la Cour des Comptes).

Enfin, alors que notre pays s’est largement mobilisé dans la bande Sahélo-saharienne afin de délivrer nos amis africains du joug islamiste, souvent même en payant le prix du sang, il est surprenant et incompréhensible qu’aucun accord n’ait été passé avec les dirigeants du Mali, du Niger, du Burkina, du Centre-Afrique et de la Côte d’Ivoire afin de stopper l’immigration économique d’une part, et faciliter le retour au pays d’origine.

Ces trois erreurs historiques du Président Hollande pèseront lourd sur notre capacité d’intégration des peuples martyrs dans notre pays ;

contribueront à diviser les français entre eux en l’absence de contrepartie à l’accueil des réfugiés ;

éloigneront plus encore la France du grand concert des Nations à l’aube de la mise en place d’une nouvelle architecture institutionnelle au Moyen-Orient et altèreront pour longtemps l’image de la patrie des droits de l’homme à l’étranger.

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
14 septembre 2015 00:55
Qui prendra du vin, des putes, et une chamelle ?

Qui prendra du vin, des putes, et une chamelle ?

Près d'un millier de djihadistes européens sont revenus de Syrie, et sont retournés chez eux, mais très peu d'entre eux ont été condamnés pour des faits de terrorisme, affirme le New Yorker.

La Belgique est le pays où l'on enregistre le plus grand nombre de djihadistes par habitant, suivie du Danemark, qui en a recensé 115. Mais au contraire de notre pays, le Danemark n'a pas encore poursuivi en justice de combattant rentré au pays. Pour cette raison, l'enjeu du premier procès impliquant un djihadiste serait énorme. Une condamnation pourrait dissuader les aspirants djihadistes mais un non-lieu leur donnerait une sensation d'impunité.

En Europe, la majorité des djihadistes n'a jamais été convoquée au tribunal parce que personne ne sait avec certitude ce qu'ils ont fait en Syrie. La publication de leurs "exploits" online ne constitue généralement pas une preuve juridique suffisante de leur implication terroriste.

La ville d'Aarhus a mis sur pied un programme de prévention du crime destiné aux djihadistes. Jusqu'à présent, seulement 6 Danois de retour de Syrie se sont inscrits à ce programme.

Beaucoup d'Européens ayant fait le voyage en 2012-2013 sont revenus désillusionnés par les querelles meurtrières entre groupes sunnites rebelles. Ces "djihadistes repentants" pourraient influencer positivement les aspirants combattants et les dissuader de partir. Ce désir de faire bouger les choses, qui les a motivés à partir, pourrait être employé dans un meilleur but.

Selon Richard Barrett, un ancien directeur de la lutte anti-terroriste britannique qui a rejoint le groupe Soufan, un centre de recherche en matière de sécurité stratégique dans le domaine du rensei , "ceux qui sont revenus sont notre meilleur moyen de comprendre le phénomène".

C'est aussi ce que semble considérer l'Etat islamique, si l'on en croit les rapports d'exécutions en masse de présumés espions et déserteurs.

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
13 septembre 2015 03:21
The "Haddad 1" freighter is moored at the port of Heraklion following an operation of the Greek coast guard on the island of Crete, September 2, 2015. REUTERS/Stefanos Rapanis

The « Haddad 1″ freighter is moored at the port of Heraklion following an operation of the Greek coast guard on the island of Crete, September 2, 2015. REUTERS/Stefanos Rapanis

Je la sentais venir depuis le début, pendant que les naïfs européens les accueillent à bras ouverts.

Un container d’aide aux « pauvres » réfugiés bourré d’armes et de munitions a été découvert dans un cargo, en Grèce, par une unité spéciale des gardes cotes au large de la Crète.

Les autorités ont identifié le cargo, Haddad 1. Il avait quitté le port turc de Iskenderun le 29 août et venait de Libye.

Les armes découvertes, sans aucun document douanier, devaient servir à l’Etat islamique qui prépare son djihad européen.

Dormez tranquille braves gens, les médias sont là pour vous rassurer.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
13 septembre 2015 01:42
Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Lingot d’or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Les nombreuses qualités de l’or en font l’un des métaux les plus convoités de la planète. Non seulement il peut être magnifiquement mis en forme et sculpté, mais également il conduit l’électricité, ne se ternit pas et est biocompatible (c’est-à-dire qu’il n’est pas nocif pour nos tissus). Ces qualités en font un métal de choix dans un grand nombre de domaines, entre autres la dentisterie et la médecine, le génie électrique, la construction et l’aérospatiale.

Une autre utilisation importante de l’or est qu’il permet de stabiliser les systèmes monétaires. Pendant des siècles, les pays les plus développés ont reposé sur l’étalon-or, qui empêchait les gouvernements de créer des quantités illimitées d’argent et de s’endetter massivement.

De nombreux incidents à travers l’histoire montrent les conséquences négatives lorsqu’un pays a éliminé l’étalon-or et a adopté un système de monnaie fiduciaire.

L’exemple le plus notable est celui de John Law. De nationalité écossaise, ce joueur invétéré est devenu le chef de la banque centrale de France au début du 18ème siècle. Pour tenter de réduire la dette de Louis XIV, Law se mit à imprimer des billets de banque, et en inonda l’économie.

Son plan fonctionna — un certain temps. Les billets de banques perdirent rapidement de leur valeur, au point de ne valoir pas plus que le papier sur lequel ils étaient imprimés. Law fut séance tenante exilé de France, dont l’économie s’enfonça encore plus dans la crise, préparant le terrain pour la Révolution qui eut lieu plus tard dans le siècle.

Certes, Law est un exemple extrême mais le cas est édifiant.

Les États continuent d’acheter de l’or

Ce lien entre l’étalon-or et la dette gouvernementale est étudié dans le détail dans un article remarquable publié dans notre tout dernier Shareholder Report. Cet article explique clairement :

« L’étalon-or limite le montant de la dette pouvant être émis. Il y a 44 ans, lorsque les États-Unis sont passés à un système de monnaie fiduciaire, le gouvernement fédéral possédait 399 milliards de dollars.

Depuis, la dette a gonflé de 4 411%, jusqu’à atteindre 18 000 milliards de dollars — plus du double de la totalité de l’or dans le monde (près de 7 000 milliards de dollars). De tels niveaux de dette ne peuvent être atteints que dans un système de monnaie fiduciaire, où l’argent est facile, quasiment illimité et sans garantie aucune. »

Aujourd’hui, plus aucun pays n’utilise l’étalon-or. En 1999, la Suisse fut la dernière à l’abandonner. Pourtant, les banques centrales du monde entier continuent de maintenir et même d’augmenter leurs réserves d’or, y compris la Suisse. Avec 1 040 tonnes d’or, elle possède la septième plus grande réserve au monde, juste après la Russie.

En parlant de la Russie, elle a été récemment dépassé par la Chine, qui a annoncé en juillet qu’elle avait augmenté ses réserves d’or de 57% au cours des six dernières années, à plus de 1 658 tonnes. 600 000 onces supplémentaires ont été achetées au cours du même mois.

Pourquoi la Chine agit-elle ainsi ? Comme nous l’avons déjà expliqué, elle souhaite adosser sa monnaie, le renminbi, afin de pouvoir participer au panier de monnaies de réserves spéciales du FMI, au même titre que le dollar américain, la livre britannique, l’euro et le yen.

De même, le Texas est en train d’établir le tout premier dépôt d’or géré par un État US pour concurrencer la Réserve fédérale. En théorie, cela permettra au Texas d’être plus indépendant financièrement et de jouir d’une meilleure stabilité financière.

C’est là une utilisation de l’or aussi bonne qu’une autre.

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
12 septembre 2015 03:28

Les islamistes radicaux tentent de recruter les réfugiés musulmans arrivant sur le sol allemand, rapporte le journal Die Welt.
 
Selon un porte-parole des services de contre-espionnage dans le land de Rhénanie-Palatinat cité par le quotidien, les islamistes se font passer pour des militants d'organisations caritatives en vue de recruter les réfugiés au sein des salafistes.

 

Les salafistes sont des adeptes d'un courant extrémiste de l'islam. Les services secrets allemands les considèrent comme un danger potentiel et surveillent leurs activités en permanence.

Depuis le début de l’année 2015, près de 340.000 migrants sont arrivés dans l'Union européenne, soit une hausse de 175% par rapport aux chiffres enregistrés pendant la même période de l'année 2014.

 

Plus tôt dans la semaine, le journal Sunday Express avait affirmé que plus de 4.000 combattants de l'Etat islamique (EI) avaient pénétré en Europe en tant que réfugiés. Selon le journal, les djihadistes s'intègrent aux flux de réfugiés dans les ports turcs d'Izmir et de Mersin pour arriver en Italie via la mer Méditerranée avant de se diriger vers d'autres pays européens, notamment la Suède et



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150909/1018061051.html#ixzz3lHcbkqM4

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
12 septembre 2015 00:09

L’Union européenne devrait changer ses alliés dans la lutte contre le terrorisme, et s’unir avec la Russie, la Syrie et l’Egypte, a déclaré Marine Le Pen, la chef du parti Front national, sur l’antenne de la chaîne Rossiya-1.

 

Selon Mme Le Pen, l'UE devrait changer complètement sa politique internationale, et s'unir avec la Russie et la Syrie contre le fondamentalisme islamique.

 

"Il faut s'appuyer sur l'Egypte pour stabiliser la Syrie, et c'est exactement ce que nous ne faisons pas", a souligné Mme Le Pen.

La leader du Front national estime par ailleurs que les hommes politiques européens prennent des décisions qui soumettent le peuple à des grands risques.

"Nicolas Sarkozy et François Hollande sont responsables de la situation actuelle en Lybie, comme en Syrie. En déstabilisant la situation dans ces pays, en donnant les clés aux fondamentalistes islamiques, nous avons ouvert la voie vers l'Union européenne pour ces pays, de la part de l'immigration", a déclaré Mme Le Pen.

"Depuis des mois, les islamistes annoncent qu'ils feront passer des soldats islamiques en UE, avec la vague des migrants, afin de frapper au cœur des pays européens à un moment précis. Nous le savons et nous ne faisons rien depuis des mois", a souligné la présidente du Front national.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150909/1018078859.html#ixzz3lMf11VXu

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 septembre 2015 21:10

Christian Estrosi, député Les Républicains et maire de Nice, ainsi que nombre de ses collègues parlementaires, ont signé une lettre ouverte au président français François Hollande, où ils lui reprochent son absence de force et d’audace politiques.

 

La politique de M.Hollande et les questions de défense

Les signataires rappellent le nombre de victimes dans des attaques terroristes en France et dans d'autres pays, depuis le début de cette année. Les parlementaires veulent connaître les perspectives de la politique internationale actuelle de M.Hollande.

 

"Aujourd'hui, devant les Français, face à l'histoire, votre responsabilité est immense, à la hauteur de vos moyens d'agir", écrivent les signataires, qui ajoutent que les citoyens français ne se sentent pas rassurés par les actions des autorités de leur pays face à leur angoisse.

Selon les parlementaires, la question de la défense nationale et des dépenses effectives dans ce domaine est devenue prioritaire, à cause des menaces terroristes.

"Chaque année, la nation consacre près de 35 milliards d'euros à sa défense. Pouvez-vous nous garantir que la totalité de ces moyens est mobilisée pour remporter cette guerre qui nous est menée?" demandent les signataires au président français.

Ils lui reprochent également "le manque d'audace" et "l'absence d'initiative" dans le domaine de la lutte antiterroriste, notamment contre l'Etat islamique.

Lutte antiterroriste

"Face à un terrorisme d'un genre nouveau, qui lève l'impôt, fait commerce du pétrole, déploie des activités bancaires, nous devons livrer une guerre totale, nouvelle dans son approche et innovante dans ses méthodes. Nous en avons les moyens", déclarent les parlementaires.

Les signataires estiment nécessaire de revoir l'application des peines dans les affaires de terrorisme. Selon eux, dans ces cas, "aucune remise de peine, libération conditionnelle ou encore mesure de semi-liberté ne doit être possible". Ils sont persuadés qu'aucune aide sociale ne doit être versée aux criminels condamnés dans des affaires de ce type.

 

D'après les parlementaires, la lutte antiterroriste devrait être menée par toutes les civilisations du monde, et l'action militaire internationale conjointe devrait être élargie. Les batailles contre le terrorisme, surtout l'Etat islamique, doivent être organisées avec l'appui unanime des membres permanents du Conseil de sécurité de l'Organisation des nations unies.

"Prenez l'initiative d'une large alliance qui s'appuie sur tous et notamment la Chine et la Russie qui sont des pays amis", interpellent-ils. Les signataires ajoutent que la coalition antiterroriste devrait comprendre également l'Egypte, l'Arabie saoudite et les pays de l'Afrique subsaharienne.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/france/20150911/1018121351.html#ixzz3lSke7wa5

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 septembre 2015 20:33
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 septembre 2015 02:46

La semaine dernière, la Banque populaire de Chine a progressivement dévalué le yuan.Les autorités chinoises ont prévu de lancer un nouveau contrat à terme de référence sur le pétrole brut pour tenter de rivaliser avec le Brent à Londres et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI), annonce The Telegraph. Ce contrat sera un coup de plus sur le dollar américain, affirment les experts.
 

Le Brent sert toujours de référence mondiale sur la base de laquelle presque toutes les transactions  peuvent être mesurées depuis la découverte du secteur dans les années 70. Depuis la signature du contrat en  1988, le Brent londonien est appelé à stabiliser les prix et à atténuer leur volatilité.

Pourtant, la deuxième économie mondiale est censée, elle aussi, influencer activement la formation des prix d'un produit étant la source principale d'énergie dans le pays. C'est pourquoi le Shanghai International Energy Exchange (INE) a décidé de lancer son contrat à terme coté en yuan.

La Chine est également le deuxième consommateur mondial de pétrole et son rôle dans la formation des prix sur l'or noir est déjà important. Ainsi, la vente de métaux sur la bourse chinoise est souvent plus élevée qu'à la City.  De plus, 10 sur 20 contrats d'actifs de matières premières ont été signés sur le plateau chinois. C'est pourquoi les experts estiment que les "futures" chinois pourraient rivaliser avec le Brent londonien et les WTI américain.

Le lancement des "futures" sur le brut à Shanghai a obtenu l'an dernier le feu vert de l'Etat. Ce contrat prévu serait le premier permettant à des investisseurs internationaux d'intervenir directement sur le marché.

Les experts soulignent qu'il est encore tôt pour parler de la mort du Bent. Pour cela, il faudra du temps. Cependant, l'influence de ce contrat sur le marché mondial sera énorme et le recours au yuan aura significativement augmenté.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20150908/1018051603.html#ixzz3lA8rZsA4

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 septembre 2015 02:27

Rien de tel que d’utiliser les transports en commun pour observer le comportement des citoyens d’un pays. Depuis trois semaines, j’emprunte quotidiennement les fameux ‘marchtrutkas’ minibus d’environ 25 places assises dans la région de Saki en Crimée.

Ce qui frappe en premier lieu, c’est la vétusté de ces cars. Ils sont à bout de souffle mais assurent leur mission de service public vaillamment. Il est frappant de voir que s’ils sont usés, ils ne sont pas dégradés par des graffitis ou autres actes de malveillance. Visiblement les usagers respectent les matériels mis à leur disposition.

Lors de la montée par l’avant ou l’arrière, il faut payer le chauffeur dont la caisse est posée près de lui sans protection particulière. Les usagers de l’arrière font passer de main en main l’argent du voyage et, sans émotion visible, attendent patiemment le retour de la monnaie selon le même procédé. Pas de contrôleur ou d’angoisse de sortir son porte-monnaie, le paiement du transport se fait dans le calme et l’entraide. Le prix d’un transport dans une agglomération englobant les communes périphériques est de 12 roubles soit environ 17 centimes d’euro.

Lors des parcours extra urbain, la législation est désormais suivie. Tous les passagers sont assis et visiblement la police veille réellement à l’application du code de la route. Concernant les affichages obligatoires à l’intérieur du bus, ils commencent à être rédigés aussi en langue tatare appliquant ainsi les dispositions post référendaires concernant les langues officielles de Crimée.

La montée ou la descente des bus, très souvent bondés, montre que les passagers font preuve de courtoisie envers les personnes âgées, les enfants et la gent féminine. Il est rare de voir un homme assis avec une femme ou une personne ayant des difficultés debout près de lui.

De même, une femme enceinte ou accompagné d’un enfant se verra proposer un siège par n’importe quel passager assis. Il est à noter que ce sont les hommes qui portent les paquets et qui préfèrent être ballottés debout plutôt que de voir leur épouse dans une telle situation. C’est à se demander si l’on doit encore ériger en modèle la galanterie française plutôt que la russe.

Bien que les bus ne soient pas équipés pour ce type de situation, l’apparition d’une poussette provoque immédiatement la sympathie des passagers qui aident spontanément à l’installation de la jeune maman et de son bébé.

Cela traduit bien une différence entre la mentalité russe et occidentale dite plus civilisée. Nous sommes constamment en quête d’une perfection technique et de confort pour compenser le manque d’attention de nos concitoyens à notre égard.

S’il est vrai que le niveau technique et le confort des bus de Crimée sont très loin de nos standards européens, on y trouve des valeurs humaines que nos sociétés ont perdues depuis près de 40 ans au nom de l’individualisme matérialiste.

Des individus qui se respectent et qui respectent les autres méritent le respect de notre part. A commencer par le respect du choix qu’ils ont fait, celui de retrouver leur mère patrie, la Russie.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International