Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

11 septembre 2015 01:32

Si le leader d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, dénie toute légitimité à l'Etat islamique, il se déclare dans le même temps prêt à coopérer avec ce groupe terroriste pour lutter contre la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.

 

Ayman al-Zawahiri, nouveau leader d'Al-Qaïda après la mort d'Oussama ben Laden, a dénié toute légitimité à l'Etat islamique. "Nous ne reconnaîtrons pas ce califat", cite l'agence Reuters reprenant un enregistrement de M. al-Zawahiri diffusé sur internet.

Dans le même temps, M. al-Zawahiri s'est prononcé pour la coopération avec l'Etat islamique pour lutter contre la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis malgré les contradictions existant entre Al-Qaïda et l'EI, rapporte Reuters.

"Malgré les graves erreurs (de l'Etat islamique), si j'étais en Irak ou en Syrie, je coopérerais avec eux pour tuer les croisés, les laïcs et les chiites, même si je ne reconnais pas la légitimité de leur Etat, parce que le problème est plus large", dit Aïman al Zaouahri, sans préciser ses intentions à l'égard du mouvement.

 

L'Etat islamique est l'une des principales menaces à la sécurité mondiale. Au cours des trois dernières années, les djihadistes de cette organisation se sont emparés de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie. Dans le même temps, ils tentent d'influencer les pays de l'Afrique de Nord et notamment la Libye. D'après différentes estimations, l'EI contrôle près de 90.000 kilomètres carrés, où les terroristes ont annoncé la création d'un soi-disant "califat" régi par ses propres lois. L'organisation compte de 50 à 200.000 militants.

 

Il n'existe pas de front uni pour lutter contre l'EI. L'armée syrienne et irakienne ainsi que des troupes kurdes et des milices libanaises et sunnites combattent contre cette organisation. La coalition internationale sous la direction des Etats-Unis se contente d'effectuer des frappes aériennes. Lors des batailles, plusieurs centaines des milliers des civils ont trouvé la mort et plusieurs millions ont fui le pays.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150909/1018076663.html#ixzz3lH9Hq6rx

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
11 septembre 2015 01:22

Le livre de Julian Assange "Les Fichiers de WikiLeaks: Le monde selon l'empire étatsunien" explique l’intérêt stratégique des USA dans la guerre actuelle en Syrie.

 

Lundi 7 septembre, le livre "Les Fichiers de WikiLeaks: Le monde selon l'empire étatsunien" est arrivé sur les étagères des librairies britanniques et australiennes.

"Nous voulions comprendre de quelle manière sont construites les relations des USA avec les autres pays et la façon dont ces derniers collaborent", a expliqué Julian Assange dans une interview à la chaîne BBC.

Le livre contient une analyse exhaustive des documents que s’est procuré WikiLeaks et met en lumière la politique des États-Unis, en particulier au Proche-Orient.

Cet ouvrage "donne des clés pour mieux comprendre l'implication stratégique des Etats-Unis dans la guerre en cours en Syrie", lit-on sur la quatrième de couverture du livre qui est censé devenir un best-seller.

L’auteur affirme également que les États-Unis avaient appelé l'Arabie saoudite et l'Egypte pour promouvoir un conflit religieux en Syrie afin de déstabiliser son gouvernement.
"Alors que le département d'Etat cherche à montrer une image amicale de l’empire, les antennes et les satellites espionnent des dizaines de pays (…) et interceptent les appels téléphoniques", a déclaré Assange.

"Ce livre soulève pour la première fois la question de la nécessité d'une analyse scientifique de l’information sur la géopolitique que nous permettent d’apprendre des millions de documents publiés par WikiLeaks", a souligné le lanceur d’alertes mondialement connu.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150908/1018041969.html#ixzz3lBGJnPZL

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
10 septembre 2015 01:06

Pour les opinions publiques, une seule photo bien cadrée par les médias, ça change tout. Cela booste l’émotionnel au point de déferler sur les écrans et les unes en oubliant les centaines de milliers d’enfants massacrés par des chefs de guerre sataniques en Syrie, et en Irak, mais aussi en Lybie, au Nigeria, et ailleurs.

Nous voici de nouveau esclaves de l’image : n’existe que ce qui est visible, et bien mis en scène pour faire réagir l’émotion en lieu et place de réflexion.

Certes, la mort d’un seul petit enfant est une tragédie, mais derrière ce symbole, combien de petites victimes vont être ignorées, car non instrumentalisables au service d’une idéologie ?

Qu’en est-il des enfants yazidis et chrétiens coupés en morceaux par l’Etat islamique ? Quid des multiples exactions en guise d’avertissement terrifiant aux populations qui refuseraient encore la suprématie fantasmée de l’islam du salaf, c’est-à-dire celui des origines, pur et dur ?

Ce petit enfant hypervisibilisé au détriment des milliers d’autres occultés va être iconifié pour servir d’emblème culpabilisateur envers les populations européennes littéralement sidérées par le flux quotidien et invasif de « migrants ».

Or dans les circonstances inédites que traverse l’Europe judéo-chrétienne et humaniste, ce n’est pas de culpabilisation que les citoyens ont besoin, mais de responsabilisation. Il s’agit dans ce cas d’inciter les dirigeants élus et représentants des peuples autochtones à agir en leur nom en anticipant l’avenir proche et donc en instaurant une politique commune à l’égard de ces foules qui forcent les accès des démocraties. Et sans doute des actions ciblées sur les territoires d’origine des migrants.

La générosité est essentielle, mais elle a aussi un coût à chiffrer dans tous les domaines.

Faire croire que l’on peut accueillir et secourir sans limites et sans conséquences n’est pas honnête. Ce qui signifie – pour la zone Europe convoitée par des mouvances extérieures – que ne pas être la forteresse étanche sourde aux vraies détresses (de ceux qui méritent le nom de « réfugiés ») , ne justifie pas l’opération « portes ouvertes à tous » exigée par les idéologues déphasés.

Les irresponsables ont capté le discours compassionnel pour masquer leurs incompétences. Ce qui se met en place implique d’urgence des choix clairs et des moyens efficaces, dont on n’a pas encore vu le début du commencement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
9 septembre 2015 02:17

L’Allemagne a annoncé sa décision définitive de devenir membre fondateur de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB).

 

Le projet de loi a été approuvé lors d'une réunion du gouvernement allemand.

 

Compte tenu du montant de sa contribution, à savoir 4,5 milliards de dollars, l'Allemagne devient le premier contributeur non asiatique et le quatrième plus grand participant de l'AIIB, après la Chine, l'Inde et la Russie.

 

L'AIIB a été conçue pour stimuler l'interaction financière dans la région Asie-Pacifique, faciliter la réalisation de projets d'infrastructure et contribuer à la croissance mondiale.

L'accord portant sur la création de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures a été signé le 29 juin dernier à la Maison du peuple à Pékin par les représentants de 57 pays. Il entrera en vigueur avant la fin de l'année en cours, lorsqu'il sera ratifié par les pays membres, la banque commencera son travail à partir de 2016. Ses actifs s'élèvent à 100 milliards de dollars, dont 29,78 milliards de dollars ont été investis par le contributeur principal — la Chine, 8,37 milliards de dollars par l'Inde et 6,54 milliards de dollars par la Russie.

 

Les pays de la région Asie-Pacifique doivent représenter au total 75% des actifs au minimum, mais les 25% restants des actionnaires peuvent inclure tout pays du monde. Ainsi, la Chine est propriétaire de 20,06% des voix et 30,34% des actions de la banque. L'Inde et la Russie ont respectivement reçu 7,5% et 5,92% des voix et 8,52% et 7,5% des actions.

 

Les Etats-Unis et le Japon ont refusé de participer à l'AIIB car cette nouvelle institution pourrait potentiellement devenir un concurrent sérieux à des structures financières internationales comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque asiatique de développement.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20150902/1017933293.html#ixzz3ko62cuqG

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
8 septembre 2015 15:37

Les services secrets hongrois ont annoncé avoir identifié deux terroristes arabes, qui ont pénétré en Europe avec le flux migratoire.
 

D'après la chaîne de télévision hongroise M1, les terroristes ont été identifiés grâce à leurs pages Facebook, dans lesquelles ils avaient inconsidérément publié des photographies où ils arborent des armes sur le territoire syrien ou bien irakien, et passent le bonjour à leurs abonnés à l'occasion de leur arrivée en Europe, entre autres.

"Ce sont leurs comptes Facebook qui nous ont permis de détecter ces terroristes," a rapporté M1, en montrant les photographies des pages des terroristes présumés.

On ignore encore pour le moment les noms des suspects, où ils se trouvent et s'ils ont été arrêtés ou non.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150908/1018049360.html#ixzz3l9rKxywm

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
8 septembre 2015 12:36

Voici un discours percutant à faire circuler. Une Syrienne prend la parole à Belgrade pour dénoncer les faux réfugiés et l’Occident lors de la manifestation organisée par le Mouvement national serbe « Obraz » de dimanche dernier.

Quelques phrases choc :

Les personnes que vous voyez dans les rues de Belgrade en route pour l’Allemagne ou la Hollande, ne sont pas de vrais Syriens.

Laissez-moi vous poser cette question : si l’Occident ne veut pas que ces réfugiés périssent en mer, pourquoi ne lèvent-t-il pas les sanctions qui pèsent sur le peuple Syrien qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ?

Si ce n’est pas dans l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester [chez eux] en aidant l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et faire de la Syrie un pays sûr de nouveau ?

Pourquoi le reste des Syriens reste et résiste ?

Il dépouille la Syrie des gens qui peuvent reconstruire le pays. Il veut briser la Syrie et le peuple Syrien. D’un côté, il veut voler les docteurs syriens et leurs meilleurs étudiants et cela entraînera une fuite des cerveaux. Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main d’œuvre bon marché de façon à baisser les salaires.

Jusqu’à maintenant, nous avons perdu cent mille soldats qui se battaient contre les extrémistes. Je n’ai pas entendu l’Occident pleurer sur ceux qui ont donné leur vie pour défendre la nation et laissant derrière eux des familles éplorées qui ont besoin d’aide.

Et d’un autre côté il s’efforce d’aider des personnes qui fuient leur pays. Beaucoup d’entre eux sont des djihadistes et, qui plus est, ils sont payés des milliers d’euros pour cela.

Laissez-moi vous dire que l’argent qu’ils dépensent pour venir est suffisant pour acheter une maison dans un endroit sûr en Syrie pour une famille de cinq personnes, et entreprendre un petit boulot et bien vivre.

Ce ne sont pas des réfugiés. Ce sont des migrants économiques.

Nos côtes sont très bien gardées, et pas un seul bateau de migrants ne part d’ici. Un autre motif est de faire sortir les chrétiens de Syrie, historiquement, l’une des premières terres chrétiennes. Ce que nous avons aujourd’hui en Syrie est similaire à ce que vous aviez en Serbie avant. Leur but : notre identité, notre unité et notre souveraineté.

Video

 


.
Traduction de son discours en anglais par Denis

Chers amis, je suis là ainsi que le fier peuple Syrien pour vous parler à propos de la situation de mon pays, ce qui est important aussi pour la Serbie. Nous étions un peuple aimé et respecté. Avant cette guerre, notre plus gros problème était la Palestine. En regard de ce que nous avons aujourd’hui, nos problèmes étaient minces : nous voulions alors trouver une solution à la bureaucratie, la corruption dans certains domaines.

Nous ne connaissions pas l’injustice, le terrorisme ou la criminalité. Nous avons beaucoup travaillé ces dix dernières années avant cette guerre et nous avions fait de gros progrès. Il y avait des choses importantes que la Syrie n’avait pas avant cette guerre.

Nous avions une profonde identité nationale. Les personnes que vous voyez dans les rues de Belgrade en route pour l’Allemagne ou la Hollande, ne sont pas de vrais Syriens. Ne vous méprenez pas sur ce que je dis, j’aime mon peuple, ceux qui se battent, pour la Syrie, pour notre patrie.

Oui, les civils souffrent de cette guerre, mais qui n’en souffre pas ?

Pourquoi le reste des Syriens reste et résiste ?

Si ils étaient de vrais réfugiés, ils auraient choisi de rester dans des endroits sûrs les plus proches de façon à ne pas entrer en conflit avec la police hongroise pour aller en Allemagne

Laissez-moi vous poser cette question : si l’Occident ne veut pas que ces réfugiés périssent en mer, pourquoi ne lèvent-t-il pas les sanctions qui pèsent sur le peuple Syrien qui ont déjà coûté 143 milliards de dollars à la Syrie ?

Si ce n’est pas dans l’agenda de l’Occident, pourquoi n’aide-t-il pas les Syriens à rester [chez eux] en aidant l’armée syrienne à se débarrasser des terroristes et faire de la Syrie un pays sûr de nouveau ?

Pourquoi n’aide-t-il pas à la reconstruction des maisons détruites avec l’argent qu’il dépense pour les réfugiés ?

Il dépouille la Syrie des gens qui peuvent reconstruire le pays. Il veut briser la Syrie et le peuple Syrien. D’un côté, il veut voler les docteurs Syriens et leurs meilleurs étudiants et cela entraînera une fuite des cerveaux. Et d’un autre côté, les multinationales veulent une main d’œuvre bon marché de façon à baisser les salaires.

Jusqu’à maintenant, nous avons perdu cent mille soldats qui se battaient contre les extrémistes. Je n’ai pas entendu l’Occident pleurer sur ceux qui ont donné leur vie pour défendre la nation et laissant derrière eux des familles éplorées qui ont besoin d’aide. Et d’un autre côté il s’efforce d’aider des personnes qui fuient leur pays. Beaucoup d’entre eux sont des djihadistes et, qui plus est, ils sont payés des milliers d’euros pour cela.

Laissez-moi vous dire que l’argent qu’ils dépensent pour venir est suffisant pour acheter une maison dans un endroit sûr en Syrie pour une famille de cinq personnes, et entreprendre un petit boulot et bien vivre. Ce ne sont pas des réfugiés. Ce sont des migrants économiques. Après quatre ou cinq ans, notre nation respecte toujours ses engagements internationaux. Nos côtes sont très bien gardées, et pas un seul bateau de migrants ne part d’ici. Un autre motif est de faire sortir les chrétiens de Syrie, historiquement, l’une des premières terres chrétiennes. Ce que nous avons aujourd’hui en Syrie est similaire à ce que vous aviez en Serbie avant. Leur but : notre identité, notre unité et notre souveraineté.

Longue vie à la Serbie !

Je veux souligner que les nations serbe et syrienne ont toujours été amies. Nous avons une communauté orthodoxe grande et respectée. La Syrie n’a pas reconnu l’indépendance du Kosovo et nous avons beaucoup d’ennemis communs. Vous devriez savoir que quand vous combattez les politiciens qui œuvrent pour le nouvel ordre mondial, les intérêts des USA et les migrations massives, vous sauvez en même temps beaucoup de vies humaines. Nous sommes alors plus liés.

Ce sont les mêmes terroristes albanais qui se battaient au Kosovo qui sont aujourd’hui en train de tuer des civils en Syrie. Et ceci est rendu possible par l’intermédiaire des mêmes politiciens corrompus aux USA, leurs alliés de l’UE, et leurs affidés ici en Serbie. Et faites attention que la vague de migration ne revienne pas en Serbie un de ces jours.

Chers amis, ce que je vous demande aujourd’hui, c’est d’être à nos côtés en tant que peuple. En nous défendant, vous vous défendez vous-mêmes. Soyez avec nous dans notre armée et dans notre cause juste parce que, si nous perdons cette guerre, le djihadistes ne s’arrêteront pas à la Syrie

Ensemble, nous résisterons jusqu’à la victoire.

Merci.

Sources : https://m.youtube.com/watch?v=XbJ49oLS24A

Christine Tasin

 

Article paru sur Riposte Laïque et les observateurs.ch

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
7 septembre 2015 03:11

Prix Nobel de Littérature en 2002, l’écrivain juif-hongrois, spécialiste de l’Holocauste, Imre Kertész, adresse, dans son dernier livre, une critique virulente à l’encontre de l’Establishment occidental pour sa décision irresponsable de laisser l’Europe changer sa population par une immigration de masse, majoritairement de culture musulmane, en provenance du Tiers Monde.

Né en 1929, dans une modeste famille juive de Budapest, Imre Kertész, déporté à Auschwitz à l’âge de 15 ans, puis à Buchenwald, survit à l’Holocauste. Cette horrible expérience des camps marquera sa vie d’homme et son œuvre. Prix Nobel de littérature, auteur de chefs-d’œuvre comme « Kaddish pour l’enfant qui ne naîtra pas

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

* » (1995) et «Etre sans destin

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

*» (1998), aujourd’hui gravement malade, Imre Kertész rassemble ses dernières forces dans un ultime combat.

 

 

L’Europe a créé Hitler et, après Hitler, elle s’est trouvée à court d’arguments : les portes se sont grandes ouvertes devant l’islam

Dans son livre : «L’Ultime auberge

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

*», l’auteur dénonce, entre autres, la politique migratoire suicidaire de l’Europe :

 

«L’Europe va bientôt s’effondrer, à cause de cette forme de libéralisme, qui s’est avérée puérile et suicidaire. L’Europe a créé Hitler et, après Hitler, elle s’est trouvée à court d’arguments : les portes se sont grandes ouvertes devant l’islam, plus personne n’ose parler de race ou de religion, alors que l’islam ne semble connaître que le langage de la haine envers les autres races et religions.»

« L’Europe commence à comprendre où l’a menée sa politique libérale d’immigration. Elle s’est rendue compte que la chose nommée société multiculturelle n’existe pas.»

Pour Imre Kertész, l’Europe est lâche au point de «s’aplatir devant l’islam, en raison de cette culpabilité, qu’elle ne peut oublier depuis Auschwitz ».

« Je voudrais ajouter quelques mots au sujet de la politique : je dirais comment les musulmans envahissent l’Europe, se l’accaparent, bref, la détruisent et comment l’Europe réagit face à ce libéralisme suicidaire et cette stupide démocratie … Cela se termine toujours de la même manière : la civilisation atteint un certain niveau de maturité, à partir de là, elle n’est plus capable de se défendre elle-même, elle tombe alors dans une adoration incompréhensible de ses propres ennemis.»

« L’ultime Auberge » est aussi influencée par les souvenirs de l’horreur nazie.

 

« Tout ce qui a eu lieu influence tout ce qui peut encore avoir lieu, dès lors Auschwitz pourrait revenir ».

«Auschwitz a eu lieu, et le fait qu’il ait pu avoir lieu est irréversible», écrit Imre Kertész. «Le fascisme, le nazisme, le communisme, etc. n’ont pas de causes historiques, mais viennent de ce que les gens veulent avoir ces systèmes et leurs dirigeants. C’est tout.»

« Tout ce qui a eu lieu influence tout ce qui peut encore avoir lieu, dès lors Auschwitz pourrait revenir ».

Pour Imre Kertész, l’antisémitisme n’a jamais disparu d’Europe. Le monstre reste là, tapi dans l’ombre, prêt à resurgir.

Basé sur son expérience personnelle, Imre Kertész a conservé un sens profond de l’absurdité universelle : «La vie est absurde, il faut la traiter avec la souplesse et la retenue, qui conviennent, comme toute chose sans grande importance. »

La lâcheté de nos gouvernements, Geert Wilders ne cesse de la dénoncer, comme ici au parlement danois en février 2014.

 

Screen Shot 2015-09-03 at 07.10.35

 

« Chaque jour, chaque jour, nous entendons les leaders occidentaux répéter l’écoeurant mantra que l’islam est une religion de paix.
A chaque fois, qu’une atrocité est commise au nom de l’islam, à chaque fois que quelqu’un est décapité en Syrie, Barrack Obama, David Cameron, mon propre premier Ministre, et beaucoup, beaucoup d’autres de leurs collègues se précipitent devant les caméras de télévision pour déclarer que ceci n’a rien à voir avec l’islam.

Nous prennent-ils pour des idiots ?

Sommes-nous idiots ?

Nous ne sommes pas idiots.

Lisez le coran. Constatez que le coran et l’islam signifient violence. »

– Geert Wilders, Parlement danois, 11.02.2014

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
6 septembre 2015 19:50

Une Marocaine de 18 ans interpellée lors d’une vague d’arrestations liée à Daesh en Espagne a été exhibée menottée dans les rues de Gandie, près de Valence. Elle est accusée d’avoir enrôlé des femmes pour rejoindre l’Etat islamique.

Les badauds dans la rue centrale de Gandie, province de Valence, se tenaient debout, interloqués par le curieux défilé. La police et les forces antiterroristes entouraient l’adolescente en burqa, menottée, à travers la rue centrale, selon the Daily Mail.

Les autres policiers suivaient le défilé, les bras chargés de boîtes pleines de preuves recueillies à l’appartement de la jeune fille. 

Son travail aurait été de convaincre des jeunes filles à prendre leur décision de rejoindre Daesh et de faciliter leur voyage vers la Syrie. Chaque arrestation de cette sorte effectuée en Espagne est une percée substantielle, compte tenu que plus de 100 Espagnols auraient déjà rejoint le groupe terroriste. Comme ailleurs en Union européenne, il y a des craintes persistantes que des djihadistes reviennent des champs de bataille pour semer la terreur dans leur pays d’origine.

Selon les déclarations de la police, la jeune fille organisait les derniers préparatifs pour son voyage en Syrie au moment de son arrestation. Une autre fille du même âge a été interpellée en juillet pour le même motif.

 

L’adolescente est marocaine, mais habitait en Espagne depuis un certain temps, a ajouté la police. «Elle répand l’idéologie djihadiste sur Internet, en justifiant des actes terroristes et en propageant des vidéos qui glorifient les exécutions de personnes», a ajouté la déclaration.

«Elle a concentré son activité en ligne sur le recrutement de femmes à destination de Daesh», a-t-on indiqué dans la déclaration.

L’arrestation de la jeune femme est la dernière dans une série de raids liés à Daesh dans lesquels 14 personnes ont été détenues durant une opération organisée sur plusieurs jours par la police marocaine et espagnole, selon une déclaration du ministère de l’Intérieur du 25 août.

Tous sont suspectés de faire partie d’un réseau de recrutement. Les arrestations ont été effectuées dans la ville de San Martin de la Vega à environ 30 kilomètres au sud de Madrid et plusieurs grandes villes au Maroc.

La mémoire de la nation espagnole est toujours tourmentée par les événements de mars 2004, quand 191 personnes ont perdu la vie dans une explosion qui a dévasté quatre trains de banlieue à Madrid. Cet attentat a été perpétré par des terroristes «maison», inspirés par Al-Qaïda. Parmi ceux qui ont été reconnus coupable du crime, 20 étaient marocains. 

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
6 septembre 2015 02:03

Dans un article paru le 19 juillet 2015 sur le site en anglais du quotidien Al-Ahram, intitulé « L’accord avec l’Iran : un baiser de la mort potentiel pour le progressisme au Moyen-Orient » [1] la blogueuse et commentatrice politique égyptienne Nervana Mahmoud critique l’argument émis, notamment par le président américain Barack Obama, et d’autres membres de son administration, selon lequel l’accord sur le nucléaire avec l’Iran renforcerait les éléments modérés.[2] 

Au lieu de promouvoir les progressistes, écrit-elle, l’accord ne va faire que renforcer la direction théocratique actuelle de l’Iran, en mettant fin à l’isolement du pays. Il enverra aussi, souligne-t-elle, aux autres régimes autoritaires de la région, un message que les États-Unis sont susceptibles de fermer les yeux sur la répression des dissidents, tout en encourageant les mouvements islamistes à imiter l’Iran en choisissant la voie de l’extrémisme. 

Nervana Mahmoud accuse ensuite l’administration Obama de promouvoir l’« anti-progressisme » en qualifiant de modéré « tout groupe, entité, ou État désireux de faire preuve de pragmatisme et de coopération avec les États-Unis, indépendamment des actes intolérants de cet État sur le terrain ». Extraits : 

« Pour les mollahs iraniens, l’accord sur le nucléaire est une reconnaissance indirecte par l’Occident que leur modèle antimoderniste est viable et qu’il fonctionne » 

Après douze ans de propositions diplomatiques et vingt mois de négociations ardues, l’Iran théocratique et les grandes puissances ont trouvé un accord sur le nucléaire qui, indépendamment de ses avantages potentiels, est indubitablement une victoire pour l’anti-progressisme intelligent et un baiser de la mort potentiel sur les perspectives de voir émerger des démocraties progressistes et pluralistes au Moyen-Orient.

Tant les islamistes anti-progressistes chiites et sunnites que les autocrates non islamistes anti-progressistes pourraient se voir considérablement rehaussés avec cet accord.

Il y a quelques années, malgré tous les découragements, je me suis rendue en République islamique d’Iran. A ma surprise, j’ai découvert une nation vibrante, avec de nombreux jeunes à l’esprit progressiste aspirant à la liberté et à la démocratie. Ces jeunes peuvent maintenant célébrer la levée des sanctions et la fin de l’isolement de l’Iran, mais il est improbable que l’accord sur le nucléaire comble le fossé entre eux et leurs dirigeants théocratiques.

Pour les mollahs iraniens, l’accord sur le nucléaire est une reconnaissance indirecte par l’Occident que leur modèle antimoderniste est viable et qu’il réussit. Le président américain Barack Obama est peut-être sincère dans ses espoirs que l’Iran abandonnera le chemin de la violence et son idéologie rigide en suivant cet « accord historique », mais ses espoirs pourraient se révéler n’être que des vœux pieux.

Le régime – à présent moins isolé – est moins enclin à accompagner l’abandon convenu de son programme nucléaire d’un abandon de ce qu’il perçoit comme une idéologie qui réussit encore plus qu’avant. De nombreux commentateurs ont souligné que l’accord n’aurait pas pu arriver à un plus mauvais moment pour le monde arabe. Avec les tensions communautaires ouvertes dans de nombreux pays arabes, un Iran islamique fort ne pourra qu’inciter d’autres groupes islamiques politiques à tenter de rivaliser avec les mollahs.

L’influence régionale de l’Iran au Liban, en Irak, en Syrie et au Yémen ne fera que déclencher un mouvement opposé de la part de forces qui partagent la croyance sous-jacente dans l’islamisme, tout en s’écartant de son interprétation communautaire. Depuis 1979, l’islamisme sunnite a appris une leçon importante de l’Iran : « Yes, we can » – slogan que les islamistes ont calmement adopté, bien avant qu’Obama prononce ces mots en 2008.

Les islamistes arabes considèrent l’Iran théocratique comme un parfait modèle de réalisation de leur rêve de dominer les sociétés arabes. Le nouvel accord sur le nucléaire ajoutera deux autres leçons, et la démocratie libérale n’en fait pas partie : la défiance et le lobbying à Washington…

Samedi dernier, Ahrar Al-Sham, un groupe insurgé islamiste sunnite combattant en Syrie, a publié un article dans le Washington Post clamant croire en un « avenir modéré en Syrie ». Charles Lister, chercheur hôte à Brookings, a examiné minutieusement leur affirmation : « Ahrar Al-Sham a été un des alliés militaires les plus importants de la filiale d’Al-Qaïda, Jabhat Al-Nusra ».

La publication de cet article indique en soi à quel point certaines personnes dans les couloirs du pouvoir à Washington sont disposées à accepter le discours d’Ahrar.

Les conséquences pour la Syrie pourraient être encore plus graves. La Syrie continuera d’être partagée entre deux forces mutuellement exclusives, sunnites et chiites ; beaucoup d’entre elles sont radicales, violentes et antidémocratiques.

D’une certaine manière, l’administration Obama semble ne voir aucun problème à les englober toutes deux… « Toutefois, l’adoption tacite du combat des milices chiites contre les groupes sunnites radicaux tels que l’État islamique (EI), tout en prétendant que les autres radicaux comme Ahrar Al-Sham sont modérés, ne paraît pas être une stratégie raisonnable ». 

« Il est dangereux pour les États-Unis de renforcer l’anti-progressisme dans une région qui souffre principalement à cause de ses acteurs anti-libéraux » 

En Egypte, ni la destitution de Hosni Moubarak, ni le renvoi de Mohammed Morsi n’ont permis l’avènement d’une démocratie libérale. En outre, une partie significative des Frères musulmans, en dépit de leur antipathie pour l’islamisme chiite, commence à considérer le modèle iranien comme le moyen de regagner le pouvoir.

Ils attribuent à tort leur incapacité à diriger le pays pendant la présidence de Morsi à ce qu’ils décrivent comme leur « réticence à adopter une politique révolutionnaire ». L’éjection violente par les mollahs de leurs opposants en 1979 est perçue comme « un modèle ». En outre, les Frères musulmans et leurs partisans continueront de faire du lobbying à Washington, en espérant que leur projection d’une défiance de style iranien convaincra l’administration Obama d’exercer des pressions sur les dirigeants au Caire pour modifier leur attitude envers le groupe.

D’un autre côté, nombre des partisans du président Abdel Fattah Al-Sissi utiliseront l’Iran comme prétexte pour justifier une répression renforcée des opposants, et affirmeront que les grandes puissances, qui souhaitent lever les sanctions imposées au régime iranien, malgré 36 ans de pouvoir impitoyable, n’ont aucune justification morale pour juger l’Egypte.

Dans son discours du Caire en 2009, le président Obama avait promu la tolérance, le respect des minorités et la liberté religieuse. Il avait également affirmé que des élections seules ne constituaient pas une démocratie.

A présent, comme l’a souligné Hisham Melhem, chef du bureau de la chaîne d’information Al-Arabiya à Washington, « après presque six ans et demi de tentatives d’influer sur les événements au Moyen-Orient, le président Obama a peu d’accomplissements à son actif, à l’exception de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran.

De manière plus alarmante, le président américain semble avoir rabaissé ses exigences, et serait à présent disposé à accepter une définition plus conciliante de la modération, incluant tout groupe, entité ou État désireux de faire preuve de pragmatisme et de coopération avec les États-Unis, indépendamment de ses actes intolérants sur le terrain ».

Il y a des raisons intrinsèques à la métastase des conflits religieux et ethniques qui a suivi l’échec du réveil arabe. Il n’est pas raisonnable de penser que les Etats-Unis « stabiliseront » la région ; toutefois, il serait dangereux pour les États-Unis de renforcer l’anti-progressisme dans une région qui souffre principalement à cause de ses acteurs anti-progressistes. Il serait regrettable que le président Obama entre dans l’histoire comme l’homme qui a manié avec maladresse le bouton d’alarme de l’anti-progressisme occidental et qui a donné l’accolade aux ennemis du progressisme au Moyen-Orient.

Notes :

[1] English.ahram.org.eg, 19 juillet 2015.

[2] Voir par exemple les interviews d’Obama dans Al-Sharq Al-Awsat (Aawsat.net, 13 mai 2015) et sur la National Public Radio (Npr.org, 7 avril 2015).

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
6 septembre 2015 00:37

Le Mistral. Crédits : Wikimedia

Le Mistral. Crédits : Wikimedia

La Russie souhaite vendre ses hélicoptères Ka-52K au futur acheteur des Mistral français, a annoncé le journal Kommersant, mercredi 2 septembre, en citant des sources russes travaillant dans la sphère de la coopération militaro-technique.

« Moscou a l’intention de proposer aux pays intéressés par les Mistral d’acheter, en même temps que les navires français, les hélicoptères russes Ka-52K, conçus spécialement pour être embarqués à leur bord », affirme une source citée par le quotidien russe.

La Russie se réserve en outre un droit de veto sur l’acheteur des deux porte-hélicoptères, ont annoncé plusieurs agences de presse le 1er septembre en citant une source au sein du gouvernement russe.

Parmi les pays figurant dans la liste des acheteurs potentiels publiée par Le Figaro, se trouvent notamment l’Inde, le Brésil, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Vietnam, l’Égypte et Singapour. Kommersant souligne que la Russie développe une coopération militaro-technique poussée avec l’Égypte, l’Arabie saoudite et l’Inde et qu’elle ne devrait par conséquent pas s’opposer à l’acquisition éventuelle des navires français par ces Etats.

Les interlocuteurs de Kommersant qualifient de « peu fondée » la déclaration faite, le 6 août dernier, par le président François Hollande, qui affirmait que la France n’aurait « aucune difficulté pour trouver des preneurs ». Ils reconnaissent toutefois que certains pays s’intéressent effectivement aux Mistral.

« Durant la récente rencontre [le 26 août] entre le président Vladimir Poutine et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, ce dernier a évoqué un achat éventuel des porte-hélicoptères français, mais cet intérêt n’était que purement hypothétique », explique une source du quotidien russe en précisant que l’Égypte pourrait utiliser les navires pour mener des manœuvres militaires au Sinaï. « Il est évident que, dans le contexte actuel, l’Égypte aura besoin de l’aide financière d’un pays tiers », a ajouté la source en refusant de confirmer ou non si la Russie pouvait remplir le rôle de bailleur de fonds.

KA-52, "Alligator", sur lequel sera basé le KA-52K destiné aux Mistral. Crédits : militaryrussia.ru/

KA-52 « Alligator », sur lequel sera basé le KA-52K destiné aux Mistral. Crédits : militaryrussia.ru/

Malgré la non-livraison des Mistral et le remboursement total par la France de l’acompte versé par la Russie (environ 900 millions d’euros), Moscou continue de suivre attentivement le dossier et les contacts se poursuivent entre les deux pays. Dans un avenir proche, chacun devra démonter les équipements installés sur les porte-hélicoptères dans le cadre du contrat afin de les retourner à leurs producteurs.

Évalué à près d’1,2 milliard d’euros, le contrat de construction des deux navires de type Mistral avait été signé entre le constructeur français DCNS et la société publique russe Rossoboronexport en juin 2011.

Le premier de ces vaisseaux, le Vladivostok, devait initialement être remis à Moscou à la mi-novembre 2014, mais il stationne aujourd’hui encore dans le port de Saint-Nazaire, tout comme le deuxième, le Sébastopol, en raison de l’implication présumée de Moscou dans le conflit ukrainien.

Le 5 août, après près d’un an de discussions, François Hollande et Vladimir Poutine sont finalement parvenus à un accord pour mettre un terme au contrat signé et se sont entendus sur le fait que « désormais, ce dossier [était] clos ».

Le Mistral est un navire de guerre polyvalent capable de transporter des hélicoptères, des chars ou des chalands de débarquement et d’accueillir un état-major embarqué ou un hôpital.

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
4 septembre 2015 23:09
Венгерские полицейские сдерживают беженцев на железнодорожном вокзале Будапешта, Венгрия. 1 сентября 2015
http://pcfbassin.fr/37-politique-internationalea/russie/26582-l-arme-migratoire-et-le-maidan-europeen
 
En regardant les images diffusées en boucle sur le blocage de la gare de Budapest débordée par des "réfugiés" syriens ou d'ailleurs, personne n'a vérifié, une idée s'impose: ce ne sont pas des migrants, ce sont des combattants.
 
Hier, une action de protestation a été organisée par des migrants-manifestants à Budapest: ils voulaient aller en Allemagne et le scandaient. Après avoir résisté comme ils ont pu, les autorités ont laissé passer la masse vers l'Allemagne, qui n'a pas manifesté une joie particulière.
 
Régardez bien ces deux vidéos, la première vient de la chaîne russe Canal 5 et la seconde de Euronews.
 
 
On voit bien une foule compacte, organisée et volontaire.
 
 
Ici, vous voyez les meneurs agiter la foule, la diriger. Ce n'est pas un groupe de migrants épuisés par le trajet, qui enfin arrive sans force en Europe, après tant d'horreurs, après la faim, après la guerre.
 
C'est un groupe de combattants. De manifestants. C'est un Maïdan européen, qui va détruire l'Europe, comme le Maïdan a détruit l'Ukraine.
 
Maïdan dans le sens d'une technique extérieurement contrôlée de destabilisation d'une zone par manipulation des foules et création de conflits.
 
 
Alors que les médias traitent de manière uniforme ces informations sur "l'afflux de migrants qu'il faut absolument prendre en charge, on n'a pas le choix", sans analyse, sans interrogations, un article sort de la masse dans la presse russe.
 
L'écrivain Alexandre Prokhanov a publié une tribune fort intéressante dans le quotidien Izvestia
 
L'immigration est devenue une arme de destabilisation massive, pour revenir à cette théorie développée aux Etats Unis du chaos contrôlable.
 
La question reste encore de savoir sur quoi cette arme doit tirer? Sur les frontières manifestement, dernier attribut de l'Etat. Sur la zone Schengen, car ces mouvements massifs de populations qui entrent en zone UE pour en ressortir et y revenir vers les pays qui les intéressent, sans avoir manifestement trop de difficultés à passer à travers des frontières fantômes, conduisent aussi à relativiser la réalité tangible des frontières européennes extérieures, au profit d'une zone floue de pays qui n'entreront pas à proprement parler dans une UE qui ne peut plus se le permettre, mais qui participent "au jeu européen".
 
C'est une sorte de chaos, chaos permettant un contrôle, pour un certain temps. Le temps de redistribuer les cartes d'un jeu qui est dans une impasse.
 
Voici quelques images du Maïdan européen:
 
 
 
 
 
 
 
Reste encore à savoir à qui profite le crime, comme l'on dirait. Mais ça c'est une autre question, à laquelle l'évolution des évènements devrait apporter quelques pistes.
 
http://pcfbassin.fr/37-politique-internationalea/russie/26582-l-arme-migratoire-et-le-maidan-europeen
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
4 septembre 2015 02:24
Se débarrasser de l'immense dette américaine, voilà l'un des objectifs de la dévaluation de Yuan par la Chine

Se débarrasser de l'immense dette américaine, voilà l'un des objectifs de la dévaluation de Yuan par la Chine

Mardi soir, nous nous demandions ce qui se passerait si les marchés émergents rejoignaient la Chine dans le fait de se débarrasser de leurs obligations américaines. Depuis des mois, nous expliquons comment la banque centrale chinoise (BPOC) se débarrasse de l’énorme pile de papiers américain( bons du trésor).

Retour en Juillet dernier par exemple où nous avions constaté que la Chine s’était débarrassée de 143 milliards de dollars en bons du trésor américains à trois mois ( Actifs soit disant sans risque), via la Belgique, laissant la Goldman Sachs sans voix pour une fois.

Nous avons suivi ce dossier jusqu’à cette semaine en notant que malgré le nouveau système de fixation du taux journalier entre le dollar et le yuan, la Chine avait vendu environ 100 milliards de dollars d’obligations américaines durant les deux dernières semaines afin de stabiliser le yuan. Pour faire simple, dans le cadre de la dévaluation du yuan initiée par la Chine et des tentatives ultérieures pour contenir la dite dévaluation, la Chine s’est débarrassée d’une énorme quantité de ses bons du trésor américain.

Seuls les lecteurs de Zero Hedge étaient au courant de la volonté de la Banque Populaire de Chine d’encadrer le yuan, ce qui a obligé le pays à liquider ses bons du trésor américains par centaines de milliards.

Les lecteurs de ZeroHedge ne sont dorénavant plus les seuls à être mis au parfum de ce qu’il se passe puisque le reste de la presse financière communique et par 2 fois cela s’est vérifié:

    1. Bloomberg, citant des opérateurs sur les marchés obligataires de New York, rapporta « une pression à la vente substantielle » sur les obligations américaines à long terme en provenance d’une entité « d’Extrême-Orient ».
    2. Bill Gross, dans un Tweet, posait la question suivante : la Chine est-elle en train de vendre des treasuries ?

Effectivement, le jeudi, nous avons eu la confirmation de ce que nous avions détaillé pendant des mois. Voici ce qu’explique Bloomberg:

« La Chine a réduit son portefeuille de bons du trésor américain ce mois afin de récupérer les dollars nécessaires pour soutenir le yuan suite à sa forte dévaluation d’il y a 2 semaines, d’après des personnes familières du dossier.

Ces transactions ont eu lieu via la Chine elle-même ainsi que via des agents en Belgique et en Suisse, a déclaré l’une de ces personnes qui ont souhaité conserver l’anonymat vu que l’information est confidentielle. La Chine a communiqué avec les autorités américaines à propos de ces ventes, a déclaré une autre personne. Les montants concernés n’ont pas été révélés.

 

Les dernières données du Trésor américain et les estimations des stratégistes suggèrent que la Chine contrôle pour 1480 milliards de dollars de dette américaine. Nomura Holdings Inc. en Belgique possède pour 200 milliards d’obligations au nom de la Chine.

 

La Banque populaire de Chine a vendu au moins 106 milliards de dollars d’actifs de réserve dans les deux dernières semaines, dont notamment les bons du Trésor américain, selon une estimation de la Société Générale SA. L’hypothèse est que la banque centrale veuille se reconstituer des fonds qu’elle avait perdu dans le cadre de rachats de yuans afin de stabiliser sa monnaie.»

Quelles sont les répercutions pour les Etats-Unis ?

A chaque fois que la Chine liquide 500 milliards de dollars d’actifs, cela engendre une pression haussière de 108 points de base (108/100 = 1,08% ) sur les bons du trésor américain à 10 ans. N’oubliez pas non plus que la menace que fait peser la FED sur une hausse des taux et les multiples facteurs négatifs comme la chute des matières premières sans compter les risques politiques idiosyncrasiques font que les devises des pays émergents sont en chute libre. Il ne doit donc pas avoir que la Chine qui soit occupée à liquider des actifs libellés en dollars.

US_10Y_Yield

Et maintenant que la frénésie liquidatrice de la Chine a atteint des niveaux qui rendent impossible sa dissimulation ou sa minimisation et que Bill Dudley a officiellement ouvert la porte à un nouveau QE, il semblerait que la seule façon d’empêcher la Chine et les pays émergeant de liquider leurs actifs libellés en dollars est, comme la City le suggère, « d’étouffer le marché immobilier américain » et d’exercer une sorte de serrage de vis forcé via les canaux de transmission des Treasuries, soit la mise en place d’un environnement qui ouvrira la porte au QE4.

Source: zerohedge

 

http://www.businessbourse.com/2015/08/29/cest-officiel-la-chine-commence-a-liquider-ses-obligations-americaines/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
3 septembre 2015 03:18

Les cinq hommes ont été arrêtés alors qu’ils tentaient de traverser la frontière bulgaro-macédonienne avec des vidéos de décapitation et de la propagande pour l’Etat Islamique sur leurs smartphones. Les suspects terroristes se faisaient passer pour des réfugiés…

La télévision Nova TV relate que les autorités bulgares ont intercepté les cinq hommes âgés de 20 à 24 ans mercredi soir, au niveau du poste de contrôle frontalier de Gyueshevo.

Les hommes ont été arrêtés par un garde-frontière qu’ils ont tenté de soudoyer avec une « liasse de dollars. » Cependant lors de la fouille, il a été retrouvé sur eux de l’endoctrinement en faveur de l’Etat Islamique, des prêches spécifiques aux jihadistes ainsi que des vidéos de décapitations sur leurs téléphones.

La Sécurité Nationale bulgare (DANS) a pris l’affaire très au sérieux et mène l’enquête en collaboration avec le procureur régional de Kyustendil.

La presse locale explique que les hommes ont essayé de passer à travers les bois avec le véhicule d’un complice qui lui, avait réussi à passer légalement en provenance de Macédoine.

Pour rappel, la Bulgarie vient d’achever sa clôture barbelée composée de lames de rasoir et longue de 80 km sur la frontière sud-est avec la Turquie pour contrôler les mouvements de masse de migrants en provenance du Moyen-Orient et de l’Asie vers Europe via l’itinéraire de la désormais route des Balkans.

Suite à l’attaque terroriste récemment déjouée sur un train Amsterdam-Paris, où le terroriste lourdement armé a été en mesure de se déplacer librement, les gouvernements européens envisagent de modifier le code frontalier de l’espace Schengen, qui supprime les contrôles systématiques aux frontières à travers la plupart des différents pays d’Europe entre eux.

En Février dernier, les services de renseignement turcs avaient averti la police dans une note interne que plus de 3.000 djihadistes professionnels tentaient de traverser la Turquie à partir de la Syrie et de l’Irak afin de pouvoir se déplacer à travers la Bulgarie et la Hongrie vers le reste de Europe. Et en mai dernier, un conseiller du gouvernement libyen avait lui aussi prévenu que des membres de l’Etat Islamique se mélangeaient aux réfugiés voguant vers l’Europe dans des embarcations de migrants.

Le numéro un de l’UKIP, Nigel Farage, a mis en garde : « Quand l’Etat Islamique dit qu’il veut inonder notre continent avec un demi million d’extrémistes islamistes, il le pense vraiment, et ce n’est pas la Politique Européenne d’Immigration et d’Asile qui va les arrêter »

« Je crains que nous soyons confrontés à une menace directe pour notre civilisation si nous autorisons l’accès en Europe à un aussi grand nombre de personnes venant de cette région du monde déchirée par la guerre »

Traduction FDS de Breitbart

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
3 septembre 2015 01:33
Il a été dynamité (3ème photo)

Il a été dynamité (3ème photo)

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a détruit une partie du temple de Bel à Palmyre, un des monuments romains emblématiques de cette cité antique, rapporte dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'organisation précise qu'elle ne connaît pas encore l'ampleur des dégâts infligés à ce temple dédié au dieu Soleil, qui était dans un état de conservation remarquable.

Le groupe djihadiste s'est emparé de Palmyre il y a trois mois. Il a déjà détruit ce mois-ci un autre édifice du site antique, le petit temple de Baalshamine. 

 

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
2 septembre 2015 02:42

"L’autre France", celle de la fabrique à djihadistes vue par le New Yorker

C'est une enquête choc. Le journaliste américain George Packer a publié une enquête très fournie dans le magazine américain The New Yorker dans son édition du 28 août. Afin de réaliser l'enquête de terrain intitulée "l'Autre France, les banlieues de Paris sont-elles un terreau du terrorisme ?", le journaliste a partagé le quotidien de Fouad Ben Ahmed (39 ans), musulman d'origine algérienne et habitant de Bondy en Seine-Saint-Denis depuis toujours.

Fouad est directeur du service Jeunesse de Bondy et permettra au journaliste du New Yorker d'avoir ses entrées dans des lieux ou il n'aurait jamais espéré pénétrer, comme la Cité "Le Chemin-Vert" ou encore dans la mosquée de Bobigny pour enquêter sur l'islam radical.

 

 

 

Fouad est père de deux enfants, a toujours eu la fibre politique et avait envoyé une lettre "Tous en partie responsables, mais pas coupables" à François Hollande au lendemain des attentats de janvier 2015. Son profil était particulièrement intéressant pour le journaliste qui a également étudié tout le contexte politique français, social et culturel en remontant depuis le début des années 2000 afin de livrer une analyse sans concession.

Le journaliste explique ses sensations lorsqu'il a traversé le périphérique pour la première fois en RER "en 19 minutes" depuis le centre de Paris. Suite aux attentats du 11 janvier beaucoup de clichés circulaient sur les banlieues françaises accusées d'être responsable des attentats. Le journaliste américain a voulu sortir de la vision caricaturale des "No Go Zone" romancée par la chaîne Fox News et a préféré se rendre sur le terrain. Le journaliste a constaté les failles de l'intégration de nos quartiers et décrit une situation pire que dans certains ghettos américains.

Certains habitants comme Badroudine Abdallah, collègue de Mehdi Meklat au Bondy Blog considèrent qu'il y a une véritable "frontière sociale" entre la banlieue et Paris tandis que Fanta Ba, fille d'immigrés sénégalais explique pourquoi habiter Trappes serait un frein pour trouver un emploi. Le journaliste a pu constater la discrimination dont souffraient les habitants notamment avec le cas d'Ahmed qui explique pourquoi il doit porter des costumes sombres pour être pris au sérieux. Le journaliste dresse un bilan politique de l'état d'une France dans laquelle seuls 7 députés sur 577 sont issus de la diversité avec une éducation reproduisant les inégalités.

 

Le journaliste revient sur les polémiques de la décennie 2000, comme le refus du président Nicolas Sarkozy d'inaugurer la Cité de l'Immigration en 2007 ou encore lorsque des jeunes de banlieue criaient 'Vive Ben Laden " lors d'un match France-Algérie en 2001 au stade de France en Seine-Saint-Denis.

La France n'arriverait pas à assumer son histoire coloniale, notamment avec l'Algérie et ne réussirait donc pas a intégrer la troisième génération d'enfants d immigrés.  Selon le journaliste, la France a le plus grand mal à voir la réalité en face comme le montrerait la censure de l'ouvrage l'"Intifada française" d'Andrew Hussey, chercheur britannique à l'Université de Londres. L'universitaire avait expliqué que les émeutes de banlieues de 2006 étaient un avertissement sévère pour la France. Fouad Ben Hamed admet lui-même ne pas connaitre son histoire sachant juste que son grand-père était enrolé dans l'armée française.

Le chercheur n'occulte aucun débat pour son enquête et explique comment le débat en 2004 sur l'interdiction du voile à l'école a été un prémice à la radicalisation de l'islam. Le journaliste s'interroge sur le contexte post-Charlie en France et a recueilli le témoignage d'Hélène Kuhnmunch, professeur d'histoire dans un lycée professionnel de Colombes en banlieue. La professeure explique que certains élèves ont refusé la minute de silence en hommage aux victimes des attentats et se sentaient "braqués" injustement. Lorsque le journaliste se rend à la mosquée de Bobigny,  il entendra "nous sommes tous des salafistes" et découvrira la radicalisation dans la Cité du Chemin-Vert que lui a fait découvrir Ahmed.

Le journaliste constate aussi que certains jeunes de banlieue se sentent mal-aimés par la République et revient sur l'enfance catastrophique des frères Kouachi (d'origine algérienne) et de Coulibaly (d'origine Malienne), auteurs des attentats contre Charlie hebdo et l'Hypercasher en janvier 2015. Le journaliste analyse la radicalisation en prison en reprenant les thèses du sociologue iranien Farhad Khosrokhavar auteur de l'ouvrage de référence "Radicalisations" sorti décembre 2014. Selon l'auteur, 64% des prisonniers en France seraient musulmans mais le sociologue se refuse à évoquer un djihadisme de masse dans les prisons. Le journaliste a étudié les conversions à l'islam avec notamment avec le cas de Stéphane, amoureux de cette religion.

L'enquête en banlieue a mené le journaliste à s'interroger sur le "nouvel antisémitisme des banlieues" né dans les années 2000. Packer revient sur les propos de Coulibaly lors de la prise d'otage de l'Hypercacher et  les amalgames croissant assimilant les juifs français à des colons israéliens. De même le phénomène Dieudonné depuis 2000 pourrait expliquer la naissance d'une concurrence mémorielle entre la traite négrière et la Shoah. Les Juifs seraient selon certains habitants de banlieue une minorité privilégiée et les clichés assimilant les Juifs à l'argent ont pu mener à l'assassinat du jeune juif Ilan Halimi par le gang des Barbares à Bagneux en 2006.

Le journaliste a également interrogé Xavier Nogueras, avocat de 23 djihadistes qui lui a révélé que les départs en Syrie étaient motivés par un idéalisme et une haine de la République française. Le journaliste a également rencontré Sonia Imloul s'occupant de jeunes radicalisés et termine son enquête en expliquant que depuis 2000 la gauche aurait cautionné le "multiculturalisme doux" tandis que la majorité silencieuse du pays se serait droitisée sur la question des banlieues. Fouad Ben Ahmed n'est absolument pas résigné d'être arrivé derrière un candidat frontiste aux dernières élections départementales de mars 2015 à Bobigny mais veut au contraire repartir au combat dans les urnes prochainement.

 
 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/autre-france-celle-fabrique-djihadistes-vue-new-yorker-2302635.html#5bWIjrX1lBbxKsGX.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
2 septembre 2015 01:49
Islamic-State flag

Un photomontage qui se veut effrayant mais qui est, à tout le moins, provocant. C’est Vivien Hoch qui m’a fait suivre cette illustration tirée de la dernière livraison d’un magazine de l’État Islamique, mais j’ignore s’il s’agit de la version en français (Dar al-Islam) ou en anglais (Dabiq).

Cela ne mérite pas vraiment de commentaires mais une simple traduction pour les non anglophones. La légende dit : « Si ça ne se passe pas dans votre pays, cela ne veut pas dire que ça ne se passe pas. Réfléchissez à la Syrie »… 

Personne ne doute que cette abomination ne se soit pas passée. Le message est donc autre… La pyramide de Pei, dans la Cour carrée du Louvre, est recouverte du drapeau de l’État Islamique.

À sa base est incrustée une image réelle : celle de l’égorgement de 25 soldats syriens par 25 adolescents fanatisés de l’État Islamique, dans les ruines de Palmyre. C’est un avertissement…

cour carree louvre etat islamique

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
1 septembre 2015 17:47

 

Le premier ministre hongrois Viktor Orbán tente de répondre à la question des migrants avec réalisme et sans idéologie. Photo © AFP

Décryptage. Les autorités hongroises ont laissé plus de 2 000 clandestins embarquer à bord de trains à destination de l’Autriche et de l’Allemagne ce lundi 31 août. Frédéric Pons, rédacteur en chef Monde à Valeurs Actuelles, explique pourquoi Viktor Orbán a raison d'être ferme et pragmatique sur la question des migrants.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
31 août 2015 23:07
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
30 août 2015 02:31

La question a resurgi après la tentative d’attentat de vendredi dans un Thalys : combien d’Ayoub el-Khazzani se promènent-ils dans la nature ? [...]

Une surveillance non-systématique néanmoins, toutes les personnes fichées n’ayant pas le même niveau de dangerosité. Le sous-fichier «S» du Fichier des personnes recherchées (FPR) comporte ainsi 16 niveaux de vigilance différents, en fonction du profil des individus. Les islamistes radicaux y côtoient les activistes et les hooligans.

[...] Bernard Cazeneuve a indiqué qu’actuellement des attentats étaient déjoués «tous les jours» et que des filières ont été démantelées cet été.

Il a précisé que 840 fiches «S» ont été émises par les services français pour les jihadistes étrangers «partis sur le théâtre des opérations et qui sont revenus». «Sur ces 840 fiches, il y en a 140 qui concernent des combattants étrangers qui ont pu résider en France ou qui y résident encore», a-t-il expliqué.

Depuis le début de l’année, l’Intérieur a proposé 49 demandes d’expulsions à l’encontre de personnes dont les liens avec le terrorisme sont avérés. Bernard Cazeneuve a par ailleurs évoqué 150 procédures judiciaires «concernant plus de 800 individus représentant un risque». Quelque 200 personnes ont ainsi été mises hors d’état de nuire, «emprisonnées ou soumises à un contrôle judiciaire particulièrement sévère», a-t-il affirmé. [...]

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
29 août 2015 01:47

L’attentat terroriste qui s’est produit à bord du train Thalys reliant Amsterdam à Paris, marque le début de la guerre civile en France.

Même si par miracle il n’a pas pu aboutir, il représente un stade nouveau dans les actes terroristes islamiques.

En effet, habituellement les actes terroristes sont ciblés : journalistes, militaires, juifs…

C’est la première fois que les fanatiques musulmans ont obéi aux ordres : ils n’ont plus une cible particulière mais ont pour objectif de tuer n’importe qui, n’importe où, n’importe quand.

 

A partir de maintenant, toute personne peut être la cible des tueurs

Ce que montre cet attentat, même partiellement raté, c’est qu’à partir de maintenant, toute personne peut être la cible des tueurs.

Ce qui s’est produit en Tunisie arrive en France.

La haine de l’autre après s’être investit dans le juif, s’investit dans l’universel.

La force des terroristes est qu’ils ont l’initiative des attaques.

Leur but : instaurer un climat de peur, en tout premier lieu dans la population musulmane, puis dans le reste de la population, ce qui a pour effet de miner la confiance des populations dans leurs responsables, ces derniers étant incapables de garantir la sécurité.

Une course de vitesse est alors engagée.

Si les dirigeants ne parviennent pas à maîtriser ceux qui sèment la terreur, alors la population bascule et se soumet aux terroristes.

C’est ce qui s’est produit dans tous les pays où les islamistes ont triomphé.

On comprend pourquoi cet attentat qui n’a fait que trois blessés, soit perçu comme un événement politique majeur, nécessitant l’intervention des plus hautes autorités de l’Etat.

La question qui se pose est : dès lors qu’il est impossible de mettre un policier derrière chaque suspect, il est clair que la réponse policière au terrorisme ne peut à elle seule garantir la sécurité des citoyens.

Seule une authentique réflexion sur les rapports entre islam et islamisme terroriste permettra d’endiguer le fléau, en provoquant une prise de conscience salutaire.

De même que derrière le marxisme il y a le léninisme et le stalinisme ; de même derrière l’islam il y a l’islamisme et ses différentes variantes, iraniennes, saoudiennes, talibanes ….

On n’a jamais vu le socialisme triompher sans totalitarisme bureaucratique.

Tout comme on n’a jamais vu l’islam sans islamisme et réciproquement.

Dans sa lutte séculaire contre l’expansionnisme islamiste, l’Occident a développé cette vision manichéenne qui consiste à opposer islam et islamisme dans une tentative désespérée de privilégier ses fructueuses affaires avec le monde arabe, un peu comme le firent jadis les Templiers.

Du côté des musulmans, Ils sont peu nombreux à croire vraiment en cette fiction.

Ceux qui y adhèrent officiellement espèrent enfermer l’Occident dans son propre piège.

In fine, dans ce jeu de dupes, chacun espère triompher de l’autre.

Concrètement, cette vision caricaturale du rapport entre islam et islamisme a pour effet de favoriser le triomphe de l’islam dans sa version la plus extrême : l’islamisme fanatique.

 

Confirmation de ce qu’enseigne l’histoire : jamais ceux qui se trompent ne changent de politique

L’aveuglement des dirigeants occidentaux qui est l’exact pendant de l’islamisme radical, confirme ce qu’enseigne l’histoire : jamais ceux qui se trompent ne changent de politique, surtout lorsque celle-ci ne fait qu’envenimer les choses, qu’augmenter les tensions, exacerber les antagonismes.

L’aveuglement des dirigeants des pays occidentaux a pour corolaire la haine des fanatiques musulmans ; un peu comme si pour exister vraiment face à ce déni des réalités, l’islam éprouvait l’impérieux désir de se radicaliser.

Seul un discours vrai sur l’islam et ses différentes variantes, permettrait d’éviter la guerre. Seul un appel à la responsabilité des musulmans permettrait d’éviter le troisième conflit mondial.

Mais qui souhaite vraiment éviter une telle issue quand les ventes d’armes explosent grâce précisément à ces terroristes ?

Le pacifisme d’aujourd’hui a les mêmes conséquences que celui d’hier. Il produit une nouvelle forme de guerre mondiale : l’état de guerre généralisée, sorte de guerre civile planétaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
28 août 2015 21:12

Les services de renseignement ont découvert l’existence d’une cellule de l’organisation Etat islamique en Syrie. Son unique fonction : planifier des attentats en recrutant des apprentis terroristes et en leur fournissant la logistique nécessaire pour un passage à l’acte.

Lors des différents attentats, réussis ou déjoués en France comme à l’étranger, les enquêteurs découvraient des armes, de l’argent. Il existe donc bien des complicités. Mais jusque-là, à l’exception de quelques comparses, on ne trouvait jamais personne dans l’entourage direct du terroriste. Mais après un travail sur les environnements et sur les communications, l’existence de cette cellule bien rodée a été mise à jour.

Le mode opératoire est toujours le même. [...]  Ils sont formés pendant deux ou trois semaines à utiliser des communications cryptées pour ne pas être repérés une fois revenus en France, en Grèce, en Belgique ou même au Liban. Il leur est interdit de prendre contact avec des islamistes connus pour ne pas attirer l’attention.

Ils n’en ont de toute manière pas besoin. On leur a donné des clés USB, sur lesquelles a été trouvée la recette de fabrication de bombes artisanales. Toutes les consignes leur sont transmises par messagerie cryptée en direct et en permanence. Les indications sont très précises : par exemple, on peut leur dire d’aller sur tel parking pour trouver une Mégane de telle couleur, dont la clé est cachée sur une roue. Dans le coffre, le jeune djihadiste pourra y trouver un sac d’armes et des gilets pare-balle.

Les terroristes sont téléguidés à très grande distance. Bien loin du soi-disant « loup solitaire ».

Source

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
28 août 2015 01:59
Des explosions partout ! Cinq, ce mois-ci et quatre en dix jours

SOURCE

Nous sommes en plein feux d’artifice. Depuis quelques jours, ça n’arrête pas de péter de partout. Ce sont particulièrement les usines chimiques qui sont visées. Des accidents dans de telles usines, ça arrive, mais jamais avec une telle fréquence.

Peut-on incriminer des défaillances sécuritaires ? C’est possible, mais ce serait un hasard inouï, l’épidémie d’explosions de ce mois d’Août touchant des pays aussi différents en matière de normes et de procédures de sécurité que le sont l’Allemagne, la Russie, la Chine et les Etats-Unis.

C’est l’Allemagne qui ouvre le bal le 5 août 2015 avec une grosse explosion dans une usine chimique dans la ville de Krefeld. Une partie d’un bâtiment du complexe chimique s’était effondrée. Deux jours auparavant, un incendie avait fait rage dans un complexe chimique à Bitterfeld dans l’est de l’Allemagne faisant deux blessés et 10 millions d’euros de dégâts. Cela n’a peut-être rien à avoir, mais rappelons tout de même que quelques jours avant cela, l’Allemagne s’était opposée aux Etats-Unis pour le réarmement de l’Ukraine.

Explosion-Allemagne-55c22c1ac461881e188b4597

Ensuite ce fut Moscou, le 12 août. L’explosion eut lieu sur le territoire de l’oléoduc Ryazan-Moscou. Selon le département de la santé de Moscou cité par les médias, trois personnes dont un enfant ont été touchées par l’incendie et souffrent de brûlures, rapporte sputniknews.com

Explosion-Moscou-1017513065

Puis ce fut le tour de la Chine, le même jour, avec la double explosion de Tianjin dont nous avons déjà parlée. La première surprise passée, les autorités chinoises ont réussi à maitriser l’information, ce qui est dommage pour nous mais coupe l’herbe sous les pieds à toute la machine de guerre médiatique qui s’était déjà mise en place.

des engins évacuent des carcasses de voitures calcinées sur le site dévasté de Tianjin en Chine le 20 août

des engins évacuent des carcasses de voitures calcinées sur le site dévasté de Tianjin en Chine le 20 août

Le 15 août, une explosion provoque un incendie gigantesque dans une usine chimique, mais cette fois aux Etats-Unis, dans la ville de Conroe au Texas. Tous les habitants se trouvant dans un rayon de 3 kilomètres sont évacués. Curieusement, la presse ne s’attarde pas trop sur cette explosion. Elle se contente de rapporter le peu de communiqués jetés du bout des lèvres par les officiels.

Explosion-au-texas-55cf12f4c461880c658b45cc

Dix jours après la catastrophe de Tianjin, la Chine allait à nouveau connaitre une explosion dans une usine chimique dans la province du Shandong, à l’est du pays. Tout porte à croire qu’elle a été très forte et qu’il y a eu des dégâts, et des morts, ou en tout cas des blessés, car elle a été ressentie dans un rayon de 5 kilomètres et la population alentour a été évacuée. Cette fois les autorités n’ont pas été prises au dépourvu, le blackout est presque total.

 Explosion-Chine-CMOj4hXUwAAqImJ.jpg large

CNBckuYVAAAsw_M.jpg large

Avic – Réseau International

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
27 août 2015 02:14

15 août 2015 : un groupe de femmes déposent des veilleuses votives devant la statue de la Vierge Marie, lors de la messe célébrée en araméen et en arabe, en soutien aux chrétiens d’Orient et en présence de réfugié irakiens. Eglise Notre-Dame de Chaldée à Paris

©Corinne SIMON/CIRIC

Malgré la belle mobilisation « Christian Bells » du samedi 15 août, qui a vu des milliers d’églises, de sanctuaires et de temples protestants sonner leurs cloches en signe de soutien aux chrétiens d’Orient persécutés, l’avenir de ces derniers paraît plus sombre que jamais. Depuis la terrible offensive de Daech et la prise de Qaraqosh, en août 2014, pas un pouce de terrain n’a été repris à l’État islamique. L’hémorragie des populations chrétiennes se poursuit. Quand les autorités politiques prendront-elles les décisions, notamment militaires, qui s’imposent ?

Marie de Varax

 Retourner en Irak ? Jamais !
  • Cela fait un an ou quelques mois que Toma, Asma, Laya, Nisrine et leurs proches habitent à Sarcelles, après avoir fui le berceau de leurs ancêtres.
  • Enfin en sécurité, ils pleurent une terre de moins en moins chrétienne : « L’Irak sans chrétiens, je ne peux pas l’imaginer » avoue Asma à Famille Chrétienne.
  •  Pourtant, hors de question de retourner dans ce qui est devenu un « enfer » pour les chrétiens. « Les musulmans nous considèrent comme des mécréants, alors comment voulez-vous survivre ?

SOURCE

  • SOURCE: FAMILLECHRETIENNE.ORG

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
27 août 2015 01:49

SOURCE

«Nous devons nous préparer à d'autres assauts et donc nous protéger.» Trois jours après l'attaque dans un Thalys reliant Amsterdam à Paris, François Hollande a prévenu, lors d'un discours devant les ambassadeurs français réunis à Paris, que «nous sommes toujours exposés». Dans ce contexte où la sécurité des transports en particulier, et la lutte contre le terrorisme en général, est dans tous les esprits, les douaniers tirent la sonnette d'alarme sur la «destruction» de leurs services.

Le syndicat Unsa-Douanes a ainsi répondu au président de la République en diffusant un communiqué bref mais cinglant: «Chiche, Monsieur le Président!», interpelle-t-il François Hollande. «Vous avez raison il faut nous préparer à subir d'autres assauts et la meilleure des protections est de changer votre politique de destruction de la douane». Et d'ajouter: «Depuis 10 ans vous et vos prédécesseurs avez (et continuez) à supprimer un poste de douanier chaque jour.»

En dix ans, les douaniers ont perdu près de 2700 postes. Leurs effectifs, qui sont passés de près de 19.300 agents en 2005 à 16660 en 2014, fondent en moyenne de 250 postes par an, une tendance qui doit se prolonger en 2015. «Nous étions encore 22.000 agents en 1992-93», souligne Vincent Thomazo, secrétaire général de l'Unsa-Douanes. «Or, nous avons un rôle à jouer dans la sécurité des citoyens», souligne-t-il, en rappelant que la douane «est la mieux à même de sécuriser nos frontières» ou encore de «mettre un terme à la libre circulation des armes et aux moyens de financement des organisations terroristes et des trafics en tout genre qui les alimentent (contrefaçons, tabac, stupéfiants)».

«Rentrée chaude»

Depuis plusieurs années, et surtout depuis l'annonce du plan stratégique Douane 2018 dévoilé l'an dernier, les syndicats de douaniers se mobilisent régulièrement pour alerter la population sur les conséquences des coupes drastiques d'effectifs dans leurs services. Le plan stratégique, qui prévoit - parmi une trentaine de mesures- d'adapter l'organisation des services douaniers dans le cadre de la réforme territoriale, «se traduira par la perte d'environ 2000 emplois supplémentaires à l'horizon 2019», estime Vincent Thomazo.

Le 24 mars dernier, l'intersyndicale CFDT, CGT, Solidaires, Unsa et FO a appelé les douaniers à manifester à Paris. Un rassemblement qui a mobilisé «1500 agents», selon les syndicats, qui doivent se rencontrer «la première semaine de septembre» pour définir d'autres actions à mener. Car ils ne comptent pas lâcher la pression, de l'aveu du secrétaire général de l'Unsa-Douanes: «On espère bien une rentrée chaude.»

 

SOURCE

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International
26 août 2015 02:59

Les combattants de l’EI évoquent le prélèvement d’organes sur les réseaux sociaux, affirme une organisation d’observation antiterroriste. Un djihadiste a exprimé son désir d’acheter des reins ou des foies en les appelant des «pièces détachées».

«Ces conversations sur les réseaux sociaux donnent des informations sur l’endroit et dans quelles conditions des femmes sont détenues, leur prix et même l’existence d’un possible trafic d’organes», lit-on dans le rapport de l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient, une organisation d’observation et d’analyse basée à Washington.

Des réfugiés YazidisSource: Reuters
Des réfugiés Yazidis

Les chercheurs du think tank antiterroriste ont analysé plusieurs conversations sur Internet entre des membres de Daesh et leurs supporteurs. L’un d’eux a abordé le sujet «du prix et du traitement des femmes-esclaves».

«La continuation de cet échange peut aussi confirmer les spéculations selon lesquelles Daesh se livre au trafic d’organes humains», dénonce le groupe, en ajoutant que les djihadistes peuvent «parfois discuter des prix et de la vente des esclaves».

En savoir plus : Une otage américaine violée et retenue comme esclave sexuelle par le leader de Daesh avant de mourir

On sait qu’un terroriste ou l’un des partisans de Daesh a demandé quel était le prix des organes, qualifiant ces derniers de «pièces détachées» car il se renseignait sur la possibilité d’obtenir des foies ou des reins à partir d’esclaves sexuels. Cette conversation aurait eu lieu en septembre 2014.

Capture d'écran de memri.org
Capture d'écran de memri.org

En février, l’ambassadeur irakien auprès des Nations unies Mohamed Alhakim a déclaré que Daesh avait prélevé des organes humains pour financer son califat. Il a appelé l’ONU à enquêter sur des cas de corps découverts avec des incisions chirurgicales ou sur le fait que des corps sans reins ont été retrouvés dans des fosses communes.

«Nous avons des corps. Allez-y et examinez-les. Il est clair qu’il manque certaines parties», a déclaré Mohamed Alhakim, ajoutant qu’une dizaine de médecins auraient été exécutés dans le nord de l’Irak après avoir refusé de prélever les organes des victimes de Daesh.

Des milliers des femmes irakiennes ont déjà été contrainte de se transformer en esclaves sexuelles alors qu’au sein de la seule tribu Yazidi en Irak, 3 000 femmes et filles ont été capturées lors de l’offensive de l’EI dans la région. Les combattants  ont aussi réussi à capturer et à réduire en esclavage d’autres minorités sur le territoire qu’ils contrôlent. 

Capture d'écran de memri.org
Capture d'écran de memri.org

A la fin de l’année passée, Daesh avait publié une brochure à l’intention de ses combattants pour leur indiquer comment les femmes esclaves, les femmes et les enfants devaient être traités.

En savoir plus : Comment Daesh crée une véritable «théologie» du viol

Les djihadistes disent que l’esclavage des femmes se justifie en raison de leur infidélité aux règles de l’islam. Selon la brochure, les membres de Daesh peuvent avoir des relations sexuelles avec des femmes après leur capture si elles sont vierges. Pour celles qui ne sont pas vierges, «l’utérus doit être purifié» avant le rapport sexuel, affirme la brochure.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans International