Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

24 janvier 2015 02:58

adv

Le terrorisme islamiste et le terrorisme intellectuel sont inséparables.

La dénonciation de l’islamophobie est légitime si elle désigne les atteintes aux musulmans en tant qu’êtres humains. Mais elle est une atteinte à la liberté d’expression si elle désigne ceux qui critiquent la religion musulmane. Les démocraties occidentales semblent désarmées et vulnérables face au « totalitarisme vert » qui sait retourner contre elles leur mauvaise conscience et leurs valeurs antiracistes.

D’où vient l’exception islamique en matière de critique ?

Alors que nulle autre religion n’est protégée de la critique dans nos sociétés sécularisées, la rédaction de Charlie, se demandait à juste titre, juste avant les attentats, après avoir été accusée d’islamophobie : « au nom de quoi la religion musulmane devrait, elle, être épargnée » ?

 

L’islam fait plus peur que toute autre religion. C’est là un fait indéniable

 

A la question de savoir pourquoi la religion musulmane – pourtant celle qui persécute le plus les membres des autres religions là où elle règne – est exonérée de toute autocritique de fonds et bénéficie d’un traitement d’exception de la part de nos élites politiques et intellectuelles, la réponse est en fait double: si l’islamophobie est plus dénoncée et combattue que toute autre forme de « phobies » antireligieuse, c’est premièrement parce que les lobbies, Etats et organisations islamiques ne cessent d’exercer des pressions pour dénoncer et faire taire ceux qui critiquent l’islam, et, deuxièmement, parce que l’islam fait plus peur que toute autre religion. C’est là un fait indéniable. Et « les faits sont têtus » comme disait Lénine.

 

L’essentiel des responsables politiques, intellectuels ou journalistes ne s’y frotte pas

 

Certes, la violence terroriste et jihadiste est le fait d’une minorité. Et les adeptes du salafisme ne représentent pas tous les croyants musulmans. Loin de là. Mais les actes violents de ces minorités capables d’intimider, frapper, tuer et terrifier de l’Irak jusqu’à l’Australie en passant par la Chine, les Etats-Unis, et même nos villes d’Occident dissuade très efficacement la plupart des comiques, des antireligieux et des blasphémateurs, exceptés justement quelques libertaires barjots prêts à risquer leurs vies comme les Theo Van Gogh, les dessinateurs de Charlie Hebdo, les Houellebecq ou autres Brigitte Bardot ou Oriana Falaci. Mais l’essentiel des responsables politiques, intellectuels ou journalistes ne s’y frotte pas ou plus. Pour la grande majorité des antireligieux d’Occident, il est bien moins risqué d’attaquer l’Eglise catholique et les chrétiens en général. Les plus intégristes des fidèles du Christ font d’ailleurs pâle et tiède figure et ils paraissent bien inoffensifs face aux moins fous des islamo-terroristes.

Vers le rétablissement de facto du délit de blasphème ?

 Le délit de blasphème a été définitivement aboli au XIX ème siècle en France. Dans le reste de l’Europe ou aux Etats-Unis, sociétés certes moins laïques que la France  anticléricale, le délit de blasphème n’est également qu’un vieux souvenir. Depuis des décennies, le fait de caricaturer les Prophètes, les Papes, les prêtres, les bonnes sœurs, les moines ; le fait de blasphémer sans limites et même d’insulter les religieux, en particulier ceux de l’Eglise catholique, est plus que toléré dans nos démocraties.

Depuis des décennies, insulter, ridiculiser Jésus, la Vierge Marie, les Saints, et même Abraham ou Moïse est de mise. Et personne n’est plus condamné, ni même sermonné pour cela par ceux qui fustigent en permanence « l’intolérance » de l’Ancien testament ou les « guerres saintes » de la Chrétienté. Mais gare à ceux qui osent critiquer la violence du Coran et de la Charià… Car l’esprit d’autocritique, de rigueur à propos du christianisme, est bien moins partagé en matière d’islam.

Les grands responsables musulmans d’Occident et d’Orient ne le tolèrent en effet ni de la part de leurs fidèles ni de la part des « mécréants », continuellement sommés de dénoncer l’islamophobie et même de dire du bien de l’islam (mythes d’Al Andalous qui cohabitait en paix avec les juifs et les chrétiens ; mythes de la supériorité de la « science arabo-musulmane », etc).

Mieux, même lorsque explosent des bombes au nom de l’islam ou qu’un jihadiste tue au nom du Prophète ou du Coran, les responsables musulmans crient à l’amalgame et à l’islamophobie au lieu d’engager une réforme de l’islam et de désacraliser les pans entiers de la loi islamique qui justifient hélas la violence. 

De son côté, l’Eglise catholique, éprise de mauvaise conscience depuis le Concile Vatican II a renoncé depuis longtemps à exiger le respect du sacré de la part des non-croyants.

Elle ne perd pas son temps dans des procès en christianophobie quand bien même celle-ci est parfois manifeste dans nos sociétés désenchantées qui ont mis au pas le Clergé depuis belle lurette. Ainsi, les innombrables profanations de cimetières ou d’églises chrétiennes ne font jamais la une des journaux, pas plus que la christianophobie meurtrière planétaire, bien plus massive et réelle que la supposée « islamophobie » dénoncée par tous.

Sentiment de persécution et chantage à l’islamophobie : carburants du terrorisme vert et de l’islamiquement correct

Comble de l’ironie antiraciste, alors que les chrétiens sont victimes d’une christianophobie planétaire croissante souvent criminelle et parfois même génocidaire (Soudan, Irak, Nigéria, Turquie, etc), les pays christianophobes membres de l’Organisation de la Conférence Islamique (Pays du Golfe, Pakistan, Mauritanie, Soudan n, etc) n’hésitent pas quant à eux à donner des leçons d’antiracisme et de lutte contre l’islamophobie à l’Occident pluraliste qui accorde pourtant sur son sol bien plus de liberté aux islamistes que nombre de pays musulmans eux-mêmes ! (Egypte, Azerbaïdjan, Albanie, Kazakhstan, etc).

 

Même des  pays apparemment tolérants (Maroc) ou sécularisés (Tunisie ; Turquie, etc) interdisent formellement aux musulmans de choisir une autre religion

 

 

Rappelons que l’OCI rassemble 57 pays musulmans qui, à de rares exceptions près, persécutent leurs minorités chrétiennes, chiites, ou autres ; interdisent toute égalité religieuse, tout prosélytisme non-musulman tout en oeuvrant à étendre l’islam partout en terre « infidèle ». Même des  pays apparemment tolérants (Maroc) ou sécularisés (Tunisie ; Turquie, etc) interdisent formellement aux musulmans de choisir une autre religion. Ces pays n’ont pas de complexe à financer dans nos démocraties des associations souvent franchement intégristes, comme les structures des Frères musulmans, du Tabligh, (qui a formé nombre de futurs fanatiques dans nos pays depuis les années 1980, dont les jihadistes de Lunel partis récemment en Syrie), la Ligue islamique mondiale, pilotée par l’Arabie saoudite, ou le Milli Görüs turc, proche du parti de R C Erdogan et du Hamas, etc.

Totalement décomplexés, ces pays qui persécutent ou maltraitent officiellement leurs minorités religieuses ont comme objectif théocratique d’instituer partout dans le monde depuis les années 1980 et au sein de l’ONU une pénalisation de la « diffamation des religions », autre façon de désigner le « délit d’islamophobie », assimilant ainsi toute critique de l’islam à une forme de racisme ‘islamophobe’ et de diffamation pénalement condamnable.

Bref, un retour de la censure et du délit de blasphème.


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alexandre Del Valle pour Dreuz.info.

 

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie suivant la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
24 janvier 2015 02:46

18.01.2015

Article du Figaro – Rémi Brague: «En France, on a le droit de tout dire, sauf ce qui fâche»

Le mot «religion» est trompeur en soi. Notre idée d’une religion est calquée, même chez le bouffeur de curés le plus recuit, sur celle que nous nous faisons du christianisme.

Dans l’islam, il y a du religieux (les prières, le jeûne, le pèlerinage, etc.) et du non-religieux, la charia, dont les règles vestimentaires, alimentaires, etc. Et nous avons le culot de dire aux musulmans: renoncez à la charia et nous acceptons votre religion! Mais ils ne voient pas les choses comme nous;

Pour les musulmans, la charia sous ses différentes formes, et avec toutes ses règles, fait partie intégrante de la religion.

Tout le système de l’islam, si l’on peut dire, repose sur la révélation faite à Mahomet. Attaquer le Prophète, c’est mettre en danger tout l’édifice. Allah est de toute façon bien au-dessus de tous les blasphèmes, c’est pourquoi le nier est presque moins grave…

Nous avons les recueils de déclarations attribuées à Mahomet (le hadith) et ses biographies anciennes. Ce qu’on y raconte comme hauts faits du Prophète et de ses compagnons ressemble beaucoup à ce que l’on a vu chez nous et à ce qui se passe à une bien plus grande échelle au Nigeria, sur le territoire de l’État islamique, ou ailleurs.

Mahomet a en effet fait décapiter quelques centaines de prisonniers, torturer le trésorier d’une tribu juive vaincue pour lui faire avouer où est caché le magot et, ce qui ressemble fort à notre affaire, commandité les assassinats de trois chansonniers qui s’étaient moqués de lui. Il ne sert de rien de répéter «contextualiser! contextualiser!» Un crime reste un crime.

Figaro

12.01.2015

Article du Point - Remi Brague, membre de l’Institut, philosophe, historien de la pensée médiévale arabe et juive.

« L’attentat contre les dessinateurs de Charlie Hebdo rappelle de vieilles histoires qu’il me faut malheureusement rappeler ici.

A l’époque de Mahomet, dans l’Arabie du début du 7e siècle, il n’y avait évidemment pas de journalistes. Mais il y avait des poètes. Ils influençaient l’opinion, comme le font de nos jours les organes de presse.

Lorsque Mahomet se mit à prêcher son dieu unique, prétendit en être le messager et se mit à légiférer en son nom, déclarant ceci « permis» ou cela «interdit», certains de ces poètes se moquèrent de lui.

Mahomet ne tolérait pas qu’on mette en doute sa mission prophétique. Il demanda donc qui allait le débarrasser d’eux. Des volontaires se présentèrent et les assassinèrent. Leurs meurtres sont racontés dans la plus ancienne biographie de Mahomet.

Mahomet assura les assassins qu’ils n’avaient commis aucune faute, un peu dans l’esprit du verset du Coran: « Ce n’est pas vous, mais Dieu qui les a tués ».

On comprend l’embarras des musulmans d’aujourd’hui. [Car] comment dire que ces agissements n’ont rien a voir avec l’islam?

Le Coran appelle Mahomet « le bel exemple », qu’il est loisible, voire louable, d’imiter. Comment ne pas comprendre que certains se croient autorisés à commettre en son nom et pour le venger ce genre de crimes ?

Source : scan ci-joint (cliquer pour agrandir)

——————
Complément : Les fadaises du dialogue islamo-chrétien selon Rémi Brague.


 

 

vu sur : http://www.fdesouche.com/552503-charlie-hebdo-remi-brague-les-genes-lislam-lintolerance

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
24 janvier 2015 02:32

André Gerin, l’ancien député-maire de Vénissieux, fin connaisseur des banlieues et figure emblématique du Parti communiste, n’est pas étonné des attentats terroristes qui viennent de frapper la France. Il explique qu’il tire la sonnette d’alarme depuis des années sans être entendu. L’ancien député-maire de Vénissieux est à l’origine de la loi proscrivant le voile intégral dans les lieux publics. Il déplore 30 ans d’inaction.

J’ai toujours dit que, pour moi, le voile intégral était la partie émergée de l’iceberg. À la base, je voulais une enquête sur la question du voile intégral dans l’espace public, le problème que cela posait chez les musulmans, les conflits dans les services sociaux, à l’état civil, dans les hôpitaux. Je voulais aussi pointer du doigt les problèmes que rencontraient les jeunes filles dans certains territoires de la région parisienne et ailleurs. [...]

Où ces attentats islamistes prennent-ils racine, selon vous ?

On se trompe en considérant que ces événements n’ont pour origine que des problèmes économiques et sociaux. Il s’agit aussi d’une guerre culturelle. Il y a vraiment des gens qui mènent une guerre culturelle contre la République, contre un art de vivre, contre ce qu’il y a de meilleur dans les valeurs occidentales. Le fond du problème est là.

On se souvient de l’imam Bouziane qui incitait à la lapidation des femmes, avec un discours anti-République, anti-Blancs et anti-France. Le discours des fondamentalistes est un discours de culpabilisation de la France, de l’Europe, de l’Occident.

Ne craignez-vous pas de conforter ainsi le FN ?

Il y a le FN, mais surtout les millions de gens qui ne votent plus et qui représentent pour moi des bombes à retardement. Ce qui pose problème aujourd’hui, ce n’est pas le Front national, mais les réponses politiques que la gauche et la droite apportent à la société. Les manifestations du 11 janvier posent des questions inédites d’exigence qui font que les partis politiques sont au pied du mur. [...]

Comment voyez-vous l’avenir proche ?

Je ne suis pas très optimiste. Quand on voit qu’on a applaudi dans certains quartiers après le drame du 7 janvier…

Source

 

vu sur : http://www.fdesouche.com/555593-islam-radical-andre-gerin

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
23 janvier 2015 02:10

Capture1.PNG

Vous avez critiqué l’hypocrisie de la classe politique qui est devenue « Charlie » une fois qu’il était trop tard… Pourquoi cette hypocrisie est-elle dangereuse ?

L’expression « Je suis Charlie » ne me plaît pas du tout. C’est une manière de s’attribuer un mérite que l’on n’a pas eu. Ce sont les journalistes, dessinateurs et plus largement ceux qui travaillaient àCharlie Hebdo qui ont mis leur vie dans la balance. Ils l’ont payé cher, pas nous.

Par ailleurs, c’est aussi une façon malsaine de s’offrir comme cible aux islamistes qui, déjà, ne manquent pas d’idées. C’est malsain car cela ne nous prépare guère à mener le combat qui doit l’être contre ces derniers. Les manifestations de communions collectives en Occident n’émeuvent ni n’impressionnent les terroristes islamistes. Comme ils n’ont guère été émus par les appels « Bring Back Our Girls ».

La manifestation n’aura pas manqué de leur apparaître comme une formidable manifestation d’impuissance : si tout ce que l’on trouve à faire est de descendre dans la rue avec ceux qui nous gouvernent, c’est à l’évidence un motif de satisfaction pour tous les islamistes de la planète.

On ne demande pas à nos dirigeants d’« être Charlie ». On leur demande de faire en sorte que la liberté d’expression soit respectée, sans restriction autre que l’incitation à la haine condamnée par les tribunaux, dans un sens le plus étroit possible. Sans inverser le sens à donner à l’incitation à la haine et en venir à considérer que, puisque tout propos hostile ou moquant l’islam déclenche des réactions violentes, cela devient une preuve que le propos est une incitation à la haine.

Nos dirigeants étaient plus discrets quand les caricatures enflammaient précédemment le monde musulman…

Tous les dirigeants occidentaux, sans parler des autres, n’ont pas défendu hardiment la liberté d’expression lorsque le petit Danemark était « sous la mitraille » et que quelques journaux français, dont Charlie Hebdo, ont republié les caricatures. C’est vrai en France si l’on se rappelle la réaction « molle du genou »du gouvernement Chirac-Villepin, mais aussi des Européens. Javier Solana avait été dépêché par l’Union européenne pour tenter d’apaiser la fureur des dirigeants musulmans.

Il était prêt à signer avec l’Organisation de la coopération islamique (OCI, qui avait participé à allumer l’incendie après la parution des caricatures) un accord appelant au bannissement de la diffamation des religions lors d’une réunion prévue au Qatar en février 2006. Finalement, des oppositions internes à l’Union européenne ont empêché qu’elle soit représentée à cette réunion et nous ont, en quelque sorte, épargné le déshonneur.

Par ailleurs, il avait fallu que des ambassades brûlent pour que les États-Unis se bougent un peu. Le Département d’État américain avait, dans un premier temps, désapprouvé « l’incitation à la haine religieuse et ethnique », validant ainsi l’interprétation des islamistes. Alors que l’affaire des caricatures battait son plein, Tony Blair avait essayé de faire passer une loi visant à pénaliser la critique des religions, assimilant des propos insultants ou offensants à des actes menaçants. Or, si l’on admet l’argument de l’offense, c’en est fini de la liberté d’expression.

Cette classe politique défend des caricatures mais interdit toute critique (sérieuse) de l’islam… N’est-ce pas autrement plus grave ?

 

Comme lors du 11 septembre, la première réaction a été de lancer l’alerte à l’amalgame. On craignait par-dessus tout une réaction violente à l’égard des musulmans. C’est dire la méfiance qu’ont les élites politiques, intellectuelles et médiatiques à l’égard des gens ordinaires.

Certes, il y a eu des agressions contre des lieux de culte musulmans et des musulmans absolument condamnables. Mais certains s’en sont emparés immédiatement pour les mettre en équivalence avec les attentats – c’est le cas du MRAP –, pour se retrouver, en quelque sorte, en terrain connu et dénoncer toutes-les-formes-de-racisme dont, évidemment,« l’islamophobie ».

Le Premier ministre a parlé de guerre contre l’islamisme radical, mais on a quand même l’impression générale que ces attentats n’ont pas complètement ébranlé le système de pensée ambiant. Tout est de la faute des Occidentaux, tout le temps (sans parler d’Israël).

On va donc ressasser nos fautes, nos échecs, car les terroristes islamistes ne peuvent être que notre fabrication, même si l’on en trouve aux quatre coins de la planète : davantage d’action sociale dans « les quartiers », davantage d’écoute, de moyens… Puisque l’islam n’est pour rien, on est bien obligé d’aller chercher ailleurs des moyens d’action.

Daniel Sibony, dans un article en ligne sur son blog, explique que ceux qui sont morts ont été tués en raison de l’application en France de la charia (qui punit ceux qui parlent mal de l’islam), alors que l’on croit encore que seul le droit républicain s’applique.
Mais comme la charia est censée ne pas même exister, on ne risque pas d’en parler :« Dire [que l’islam] comporte la charia et le djihad, c’est une critique. La charia consiste donc à empêcher qu’on la nomme. »

Entretien réalisé par Charlotte d’Ornellas

 

vu sur : http://www.bvoltaire.fr/micheletribalat/ne-demande-pas-nos-dirigeants-detre-charlie-mais-de-proteger-la-liberte-dexpression,153293?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=86e019e183-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-86e019e183-30494613&mc_cid=86e019e183&mc_eid=3bbbfa4636

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
22 janvier 2015 21:25

Enfants-califat-fp

 

(Slate) (images/vidéos ajoutées, ndlr) L’Etat islamique est en train de soulever une armée de petits soldats, et l'Occident pourrait bien avoir à les combattre pendant plusieurs générations.

A Racca, le fief syrien de l’Etat islamique, ils sont aux premiers rangs lors des crucifixions et des décapitations publiques. On se sert de leur sang pour transfuser les combattants de l'EI blessés. On les paye pour dénoncer les infidèles ou ceux qui critiquent l'EI.

 

Enfants-decapitation

 

Enfants-amputation

 

On les forme à devenir des kamikazes. Ce sont des enfants, âgés pour certains d'à peine 6 ans, que l’Etat islamique transforme en soldats du futur.

 

Enfants-kamikaze

 

Pour recruter des enfants, l’Etat islamique a mis au point un système complet et extrêmement bien organisé, qui vise à les endoctriner avec les croyances extrémistes du groupe, avant de leur apprendre des techniques rudimentaires de combat. Les djihadistes se préparent à une longue guerre contre l'Occident et espèrent que les jeunes soldats formés aujourd'hui seront toujours au front dans plusieurs années. 

Lire la suite "Les enfants du Califat" »

 

vu sur : http://www.postedeveille.ca/2015/01/les-enfants-du-califat.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
22 janvier 2015 03:47

2840623_6o0b3856_545x341

Après les terribles attentats qui ont frappé la France la semaine dernière, des questions légitimes se sont portées sur l’’école de la République chargée de transmettre les valeurs fondatrices de notre vouloir vivre ensemble. Il n’’est pas admissible, en effet, que plus de 200 incidents aient été officiellement relevés lors de la minute de silence observée dans les établissements scolaires – – et ils sont vraisemblablement plus nombreux.

Après des années de laxisme, c’’est un retour brutal à la réalité, la ministre de l’’éducation nationale promet désormais des actes forts… Il y a urgence !

Mais il n’’y a pas que l’’école publique et laïque qui doit respecter et enseigner les fondements du vouloir vivre ensemble.

Depuis plusieurs années l’’Education nationale a accordé des autorisations d’’ouverture à des écoles coraniques, – véritables madrassah, – parfois au grand dam des autorités préfectorales et judiciaires qui estimaient que les conditions légales d’’ouverture de ces établissements n’’étaient pas réunies.

La politique de Ponce Pilate de l’’Education nationale n’’est plus admissible et l’’Etat doit se donner les moyens de contrôler le contenu de l’’enseignement de ces établissements confessionnels et, au besoin, de les faire fermer s’’il contrevenait aux principes fondateurs de la République :

- Le respect des lois votées par le Parlement
- L’’égalité des sexes
- Le respect de la laïcité notamment.

On ne saurait tolérer sur notre sol des fabriques de jeunes qui deviennent étrangers à nos valeurs et qui se coupent de la Nation et de notre vouloir vivre ensemble.

Jacques Myard interpelle par question écrite la ministre de l’’éducation nationale sur cet enjeu majeur.

 

vu sur : http://www.les4verites.com/islam/controler-l%C2%92enseignement-des-ecoles-coraniques-une-imperieuse-necessite?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+les4verites+%28les+4+v%C3%A9rit%C3%A9s%29

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
21 janvier 2015 02:30

 

Vous pensez peut-être qu’avec 17 morts il y a une semaine ; des cellules djihadistes démantelées à Verviers il y a deux jours (avec 3 morts qui ont tiré à l’arme de guerre contre les policiers) ; des islamistes arrêtés en Allemagne, en Grèce, et en France ; des jeunes entrainés à décapiter rentrés chez eux incognitos ; et des cellules terroristes dormantes que d’un œil, l’islam représente un danger létal, vital, impérieux ?

Vous êtes loin de la réalité !

Le danger, c’est l’islamophobie.

Une manifestation pour dénoncer les islamistes a été interdite aujourd’hui 18 janvier à Paris, mais celles contre l’islamophobie ont été autorisées à Paris à Nice et ailleurs ! Le même jour…

En Allemagne, les manifestations pacifiques PEGIDA contre l’islamisation de leur pays sont accueillies avec la même répression aveugle, inconstitutionnelle et souvent violente que les Français ont découverts lors de la ManifPourTous.

Après l’attaque contre Charlie Hebdo et l’HyperCacher, l’Union européenne travaille d’arrache pied pour présenter une loi qui interdira l’islamophobie afin de briser ce qu’ils perçoivent comme une réaction contre les musulmans.

Selon plusieurs sources diplomatiques et d’organisations non gouvernementales à Bruxelles, l’Union européenne écoute avec beaucoup d’attention les propositions des lobbies musulmans destinées à renforcer les lois contre « l’incitation à la haine ».

Plusieurs sources qui ont souhaité conserver l’anonymat affirment que d’importants responsables européens voient d’un œil très positif les appels des islamistes à renforcer les lois contre la diffamation et l’incitation à la haine vers une interdiction d’insulter le « prophète » de l’islam.

Cependant, indiquent ces sources, les responsables européens doutent que les gouvernements des Etat membres ou les membres du parlement européen, où les groupes de droite ont une présence plus forte depuis la dernière élection, valideront ces lois liberticides qu’ils ont envie de promulguer.

Un membre d’une ONG européenne a précisé, toujours dans l’anonymat, que :

« Les conversations vont bon train. En fait, c’est même le seul sujet de conversation depuis [ce qu’il s’est passé à] Paris. Mais vous ne trouverez personne qui aura le courage de s’exprimer publiquement. Tout le monde a trop peur, et je ne parle pas de peur des islamistes, mais d’être accusé d’être trop politiquement correct, même s’ils le sont totalement. »

« Les groupes juifs sont terrifiés. Mais soyons réalistes, il y a combien de juifs en Europe, et il y a combien de musulmans ? Donc oui, ils envisagent d’interdire l’islamophobie – et oui ça inclut le blasphème contre la religion et les insultes contre leur prophète ».

J’écrivais plus haut que la manifestation contre les islamistes organisée par Riposte laïque a été interdite par le tribunal administratif.

En donnant ses motifs, le tribunal a vendu la mèche : il a motivé son interdiction par la présence d’un risque très élevé.

Celles contre l’islamophobie ont été autorisées parce qu’elles ne représentent aucun danger de trouble à l’ordre public.

Existe-t-il meilleure confirmation que l’islam est le danger et non l’islamophobie ?

Mais l’Union européenne lancée en roue libre dans l’aventure sans retour de l’islamisation folle du vieux continent veut lutter toutes affaires cessantes pour la pénalisation de l’islamophobie.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

vu sur : http://www.dreuz.info/2015/01/lislam-a-frappe-donc-lunion-europeenne-veut-interdire-lislamophobie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
20 janvier 2015 14:57
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
20 janvier 2015 02:18

Philippe Esnol, ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, a quitté le Parti socialiste en 2013 pour rejoindre la Parti radical.

Propos recueillis par 

En octobre 2013, le sénateur Philippe Esnol quitte le Parti socialiste avec fracas. L'ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, désormais inscrit chez les radicaux de gauche, rejoint les propos alarmants de Malek Boutih sur la montée du fondamentalisme religieux et la complicité de certains élus. Philippe Esnol a fait partie du groupe de parlementaires consultés lundi par Bernard Cazeneuve afin de renforcer les moyens de la sécurité face aux nouvelles menaces terroristes. Il livre son expérience sur le terrain. Entretien.

Le Point : Malek Boutih a dénoncé ici la connivence entre certains élus locaux et le communautarisme religieux pour des raisons électoralistes. Partagez-vous son constat ?

 

Philippe Esnol : Malek Boutih a tout à fait raison. J'ai pu le constater notamment à propos du port de la burka. Il y a huit mois, alors que j'étais encore maire de Conflans-Sainte-Honorine (la ville a basculé à droite en mars 2014, NDLR), j'ai reçu la visite du procureur de la République qui m'a confié que des ordres avaient été donnés pour qu'on ferme les yeux sur le port de la burka afin de ne pas reproduire les émeutes qui, à la suite d'un contrôle de police, avaient mis le feu à Trappes à l'été 2013.

J'ai interpellé Najat Vallaud-Belkacem au groupe PS sur cette question à l'époque où elle était ministre du Droit des femmes, au moment où l'on examinait la loi sur l'égalité femmes-hommes. L'égalité salariale, très bien, mais la condition des femmes dans les banlieues, quand en parle-t-on ? Ma question ne lui a pas plu. Elle a botté en touche.

Avez-vous déjà fait un tour sur un marché à Mantes-la-Jolie ? C'est l'Arabie saoudite ! Une femme non voilée s'y sent mal à l'aise. J'ai été l'un des premiers au PS à défendre, avec Manuel Valls, l'interdiction de la burka. À l'époque, nos camarades socialistes nous traitaient d'"intégristes laïques"...

En tant que maire, avez-vous eu à traiter avec les communautés ?

J'ai dû faire face à une pression incessante des communautés religieuses. Quand ce n'est pas sur l'alimentation, on m'a demandé des horaires aménagés à la piscine. Je n'ai jamais voulu céder. Je suis un laïque et d'autant plus à l'aise pour en parler que je me suis battu pour offrir aux musulmans de ma ville un lieu de culte.

Les musulmans ont parfaitement le droit d'exercer leur foi en toute quiétude. Mais pas dans la sphère publique ! Or, certains membres de cette communauté débordent constamment de la sphère privée. Et il faut le dire : cette religion n'a aucun recul sur elle-même et aucune capacité à l'autodérisionIls ne comprennent pas la laïcité. J'en sais quelque chose, l'affaire de la crèche Baby Loup, c'est chez moi !

Avez-vous tenté d'alerter les autorités ?

J'ai demandé à voir Jean-Louis Bianco, le président de l'Observatoire de la laïcité. J'ai demandé par de nombreux canaux un rendez-vous. Jean-Louis Bianco (*) n'a jamais voulu me recevoir, et pourtant Françoise Laborde et David Kessler ont intercédé. Rien n'y a fait. Bianco a finalement pondu un rapport qui minimise tous les problèmes. Autre exemple vécu :quand une association salafiste ouvre une école coranique, un maire ne peut pas s'y opposer et le procureur de la République non plus dès lors que l'association a reçu l'accord du rectorat.

 Donc, nous savons que l'enseignement qui y est proposé tourne le dos aux valeurs de la République, mais nous sommes impuissants. J'ai par ailleurs également dû affronter les foudres des protestants évangéliques.

À quel moment ?

Dans ma mairie, une fonctionnaire de cette confession faisait du prosélytisme qui devenait gênant pour ses collègues. Elle était proche de la retraite, je me suis donc contenté de la déplacer, sans conséquence sur son traitement. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d'insultes que j'ai reçues de la part des protestants évangéliques avec des mails qui venaient même du Canada où l'on me traitait d'"éradicateur du protestantisme". Accusation inepte ! J'ai moi-même deux enfants baptisés protestants...

François Hollande a tenté, ces jours-ci, d'apaiser les tensions communautaires. Que pensez-vous de son attitude ?

Il a eu raison de rappeler que toutes les religions avaient les mêmes droits et les mêmes devoirs. Et je le redis : il est légitime que les musulmans disposent de lieux de culte décents. Mais quand il ajoute que les musulmans sont les premières victimes du fanatisme, je considère que c'est une faute politique. C'est un aveuglement qui profitera au Front national.

(*) Jean-Louis Bianco réagit aux affirmations de M. Esnol : "Jamais M. Esnol n'a demandé à M. Bianco un rendez-vous. Nous découvrons cette demande dans votre article. M. Kessler n'est jamais intervenu auprès de M. Bianco. Mme Laborde est membre de l'Observatoire et n'a pas non plus fait savoir à M. Bianco que M. Esnol souhaitait le voir "avec insistance". "

 

 

vu sur : http://www.gerard-brazon.com/article-philippe-esnol-on-a-re-u-l-ordre-de-fermer-les-yeux-sur-le-port-de-la-burka-125403496.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
19 janvier 2015 02:10

Les pays où l’islam est religion d’Etat ne peuvent pas être démocratiques.

par Manuel GOMEZ

 

Langue de bois, beaux discours, angelisme, formules toutes prêtes, que l’on apprend sur les bancs de l’ENA mais auxquelles on ne croit pas soi-même et que l’on sait parfaitement que ceux qui les entendent n’y croient pas davantage.

Avant-hier, à l’Institut du Monde Arabe, le Président de la République a affirmé : « L’Islam est compatible avec la démocratie ».

Cela est faux, François Hollande, si cela était vrai cela se saurait, se verrait, or ce n’est pas le cas.

Les pays où l’islam est religion d’Etat ne peuvent pas être démocratiques.

*Cela a été tenté il y a plusieurs années en Turquie (Mustapha Kemal, Ataturk, y avait instauré la laïcité et la république en séparant le pouvoir du spirituel (califat). Après sa mort tout cela a disparu et, aujourd’hui, la démocratie en Turquie n’est même plus un rêve !

*Cela se souhaite en Tunisie mais c’est toujours un rêve !

*Et la démocratie n’existera jamais en Egypte, Iran, Syrie, Irak, Yemen, Qatar, Arabie Saoudite et autres pays où la religion islamique impose sa loi, sa charia, par la terreur et le sang.

Peut-être qu’un jour l’Algérie ? Parce qu’elle se souviendra qu’elle a été démocrate durant 130 années !

Il ne suffit pas de placer ces deux mots, République et Démocratie devant le nom d’un pays pour que, par miracle, il le devienne !

Il est des nations où une religion est prédominante mais les autres religions se pratiquent en toute liberté. Ces pays ne sont pas laïques mais ils sont démocratiques.

Alors cessons de fredonner ce vieux refrain d’Edith Piaf : « Padam…Padam…Padam…Padamalgame… »

Il y a amalgame car la majorité des musulmans de France n’est pas encore éduquée pour accepter la séparation de la religion et de l’Etat comme l’ont admis les autres religions.

Il n’y a qu’une minorité d’intellectuels musulmans qui prêchent une intégration laïque et républicaine, Boualem Sansal, Kamel Daoud, Malek Chebel, Ghaleb Bencheikh, Malk Boutih et quelques autres moins connus, mais ils ne sont pas entendus et mis à l’écart de leur communauté.

Pourtant ce sont les musulmans qui sont les premières et principales victimes de leur religion.

Combien de centaines de milliers de morts en Afrique, au Maghreb, au proche et moyen-Orient et partout dans le monde.

Ils ont la chance d’avoir été accueilli, d’être nés et de vivre dans un pays de liberté, la France, qu’ils en soient conscients et qu’ils se battent contre l’idéologie religieuse et les fanatiques qui les contraignent à faire couler leur propre sang…et celui des autres.

Pour que l’apaisement revienne et qu’ils trouvent leur place, comme l’ont trouvée, à d’autres époques, tous les migrants européens qui ont fait la France d’aujourd’hui !

Si l’Islam est une religion de paix et d’amour qu’ils le prouvent au lieu de le dire !

On nous martèle « plus d’amalgame » alors c’est à eux, musulmans de France, de faire le ménage, de nettoyer à grandes eaux leurs écuries d’Augias en y faisant passer tous les fleuves et rivières du pays si c’est nécessaire !

 

 

vu sur : http://magoturf.over-blog.com/2015/01/les-pays-ou-l-islam-est-religion-d-etat-ne-peuvent-pas-etre-democratiques.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
19 janvier 2015 01:22
Philippe Esnol, ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, a quitté le Parti socialiste en 2013 pour rejoindre la Parti radical.
 

Philippe Esnol, ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, a quitté le Parti socialiste en 2013 pour rejoindre la Parti radical. © HALEY/SIPA 
Propos recueillis par 
 
Après Malek Boutih, le sénateur radical Philippe Esnol (ex-PS) met les pieds dans le plat à propos de la montée du fondamentalisme religieux. Entretien.


En octobre 2013, le sénateur Philippe Esnol quitte le Parti socialiste avec fracas. 
L'ancien maire de Conflans-Sainte-Honorine, désormais inscrit chez les radicaux de gauche, rejointles propos alarmants de Malek Boutih sur la montée du fondamentalisme religieux et la complicité de certains élus
Philippe Esnol a fait partie du groupe de parlementaires consultés lundi par Bernard Cazeneuveafin de renforcer les moyens de la sécurité face aux nouvelles menaces terroristes.
 Il livre son expérience sur le terrain. Entretien.

Le Point : Malek Boutih a dénoncé ici la connivence entre certains élus locaux et le communautarisme religieux pour des raisons électoralistes. 

Partagez-vous son constat ?

Philippe Esnol : Malek Boutih a tout à fait raison.

 J'ai pu le constater notamment à propos du port de la burka.

 Il y a huit mois, alors que j'étais encore maire de Conflans-Sainte-Honorine (la ville a basculé à droite en mars 2014, NDLR), j'ai reçu la visite du procureur de la République qui m'a confié que des ordres avaient été donnés pour qu'on ferme les yeux sur le port de la burka afin de ne pas reproduire les émeutes qui, à la suite d'un contrôle de police, avaient mis le feu à Trappes à l'été 2013. 
J'ai interpellé Najat Vallaud-Belkacem au groupe PS sur cette question à l'époque où elle était ministre du Droit des femmes, au moment où l'on examinait la loi sur l'égalité femmes-hommes. L'égalité salariale, très bien, mais la condition des femmes dans les banlieues, quand en parle-t-on ? 
Ma question ne lui a pas plu. 
Elle a botté en touche. 
Avez-vous déjà fait un tour sur un marché à Mantes-la-Jolie ?

 C'est l'Arabie saoudite ! Une femme non voilée s'y sent mal à l'aise.

 J'ai été l'un des premiers au PS à défendre, avec Manuel Valls, l'interdiction de la burka. 
À l'époque, nos camarades socialistes nous traitaient d'"intégristes laïques"...

En tant que maire, avez-vous eu à traiter avec les communautés ?


J'ai dû faire face à une pression incessante des communautés religieuses. 

Quand ce n'est pas sur l'alimentation, on m'a demandé des horaires aménagés à la piscine.
 Je n'ai jamais voulu céder. 
Je suis un laïque et d'autant plus à l'aise pour en parler que je me suis battu pour offrir aux musulmans de ma ville un lieu de culte.
 
 Les musulmans ont parfaitement le droit d'exercer leur foi en toute quiétude.
 Mais pas dans la sphère publique !
 
 Or, certains membres de cette communauté débordent constamment de la sphère privée.
 Et il faut le dire : cette religion n'a aucun recul sur elle-même et aucune capacité à l'autodérision. 
Ils ne comprennent pas la laïcité.
 J'en sais quelque chose, l'affaire de la crèche Baby Loup, c'est chez moi !

Avez-vous tenté d'alerter les autorités ?


J'ai demandé à voir Jean-Louis Bianco, le président de l'Observatoire de la laïcité. 

J'ai demandé par de nombreux canaux un rendez-vous. Jean-Louis Bianco (*) n'a jamais voulu me recevoir, et pourtant Françoise Laborde et David Kessler ont intercédé.
 Rien n'y a fait. 
Bianco a finalement pondu un rapport qui minimise tous les problèmes. 
Autre exemple vécu : quand une association salafiste ouvre une école coranique, un maire ne peut pas s'y opposer et le procureur de la République non plus dès lors que l'association a reçu l'accord du rectorat. 
Donc, nous savons que l'enseignement qui y est proposé tourne le dos aux valeurs de la République, mais nous sommes impuissants. 
J'ai par ailleurs également dû affronter les foudres des protestants évangéliques.

À quel moment ?


Dans ma mairie, une fonctionnaire de cette confession faisait du prosélytisme qui devenait gênant pour ses collègues. 

Elle était proche de la retraite, je me suis donc contenté de la déplacer, sans conséquence sur son traitement. 
Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d'insultes que j'ai reçues de la part des protestants évangéliques avec des mails qui venaient même du Canada où l'on me traitait d'"éradicateur du protestantisme". 
Accusation inepte ! 
J'ai moi-même deux enfants baptisés protestants...

François Hollande a tenté, ces jours-ci, d'apaiser les tensions communautaires. 

Que pensez-vous de son attitude ?

Il a eu raison de rappeler que toutes les religions avaient les mêmes droits et les mêmes devoirs. 

Et je le redis : il est légitime que les musulmans disposent de lieux de culte décents.

 Mais quand il ajoute que les musulmans sont les premières victimes du fanatisme, je considère que c'est une faute politique. 
 
C'est un aveuglement qui profitera au Front national. 

(*) Jean-Louis Bianco réagit aux affirmations de M. Esnol : "Jamais M. Esnol n'a demandé à M. Bianco un rendez-vous. 
Nous découvrons cette demande dans votre article. 
M. Kessler n'est jamais intervenu auprès de M. Bianco.
 Mme Laborde est membre de l'Observatoire et n'a pas non plus fait savoir à M. Bianco que M. Esnol souhaitait le voir "avec insistance". "

source
vu sur : http://by-jipp.blogspot.fr/2015/01/philippe-esnol-on-recu-lordre-de-fermer.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
18 janvier 2015 02:02

 

BELGIQUEUne vidéo postée sur le compte Twitter d'un jihadiste et repérée par l'Observatoire du Moyen-Orient menace la Belgique, la France, l'Allemagne et la Suisse de nouvelles attaques terroristes.

Selon l'Observatoire, on y voit trois jeunes combattants du groupe Etat islamique vraisemblablement dans les rues de Raqqa en Syrie louer les attentats de Paris et menaçant de futures attaques. 

"Je dirai à tous les Français qui pensent que l’Etat islamique ne va pas arriver en Europe, [que] Si Allah le permet, nous allons venir en Europe. Et il y aura de plus en plus de ces opérations [attaques] dans toute l’Europe, en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse, partout en Europe, et partout en Amérique. Inch Allah", assène un premier jihadiste. Le Califat va s’installer dans toute l’Europe."


L'un de ses compères prend le relais : "L’Islam est une religion de paix les frères, mais c’est avant tout une religion de justice. Quiconque nous fait du mal, on lui fait du mal."

Afin de ne pas faire de la propagande de tels messages haineux, nous ne préférons pas publier cette vidéo.


Un message troublant sur Facebook

Ce jeudi, Het Laatste Niews dévoilait le message d'un jeune Courtraisien de 19 ans sur Facebook: "Nous arrivons en Belgique", déclare-t-ilCe jeune n'est autre que Lucas Van Hessche, parti en Syrie pour rejoindre l'Etat islamique. "Nous sommes un Etat qui se développe et qui finira par arriver en Belgique. Que vous le vouliez ou non."

Un message accueilli par des dizaines de "likes" et de commentaires positifs sur le réseau social...

 

vu sur : http://www.lalibre.be/actu/belgique/le-califat-va-s-installer-dans-toute-l-europe-une-video-de-l-etat-islamique-menace-la-belgique-54b7c2123570c2c48ad53123?m_i=WytWvLJepOJo3ejF%2BYFu9dzs8zu4%2BQJ1dXaLnYwLDdYObfCG4Z7E
HsM0QyQIEWOVPYUxaAvqyKb0xWG4pSzpbHVla0zOU

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
17 janvier 2015 21:04

Cheyenne-Marie Carron réagit à la censure de l’Apôtre
Des projections du film L’Apôtre ont été annulée, à la demande de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Cheyenne-Marie Carron déclare au Figaro :

«C’est un film de paix. L’Apôtre devrait être projeté à des chrétiens et à des musulmans, et dans des lieux de culte. Je suis une réalisatrice catholique et j’ai collaboré avec des acteurs musulmans. J’ai essayé de faire un film qui permette une vraie ouverture vers l’autre et vers la différence. Il est interdit par peur, et je le comprends parfaitement parce que ce qui s’est produit chez Charlie Hebdo, c’est terrifiant. Mais pour faire avancer les choses et faire se rencontrer chrétiens et musulmans, il faut être capable de prendre des risques».

«On ne gagne pas des guerres par le silence et en se censurant.

On gagne en ayant du courage, comme Charlie Hebdo, et en continuant à travailler. Même s’il y a une part de danger, il ne faut pas se priver des outils que nous avons pour ouvrir le dialogue».

Si la réalisatrice avoue qu’elle n’a «jamais osé aller vers un public musulman pour présenter le film», elle estime que «ces censures [lui] donnent envie d’aller vers ce public pour recueillir leur avis».

«Avec l’interdiction qui tombe, je prends conscience que ce film peut être un outil de dialogue. Je suis confrontée à une réalité, celle de la peur et de la police française qui insiste fortement à la prudence aujourd’hui avec ce qui se passe».

Elle aimerait «que ce film soit un point de départ pour un rapprochement entre chrétiens et musulmans» et «qu’il y ait des projections à l’initiative des musulmans, dans les banlieues et dans les mosquées».

 

«Si on en vient à annuler ce film, qui n’est pas de la propagande, c’est que la France va très mal.

Si mon film ne parlait pas de fraternité, s’il était radical, je comprendrais, mais là non. On vit dans une sale période, une période de fermeture et de peur. Il faut que nous soyons combatifs».
via Salon Beige

vu sur : http://www.fdesouche.com/554547-limage-du-jour-18

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
17 janvier 2015 01:41


La littérature djihadiste de l'Institut du... par joachimv

 

 

(En cas de censure la version Youtube est ici) Documentaire présentant les ouvrages de Charia de l'Institut du Monde Arabe: Djihad contre les mécréants, assommer les moines, tuer les Juifs,  lapider les fornicateurs, couper les têtes des apostats, violer les femmes captives issues du butin de guerre, la conversion ou la mort, payer l'impôt islamique ou la mort, interdiction d'édifier des églises, interdiction de faire sonner les cloches.

Voilà le contenu de l'islam classique en livres, dans la boutique pour touristes de l'IMA.  

 


vu sur : http://www.islamisation.fr/archive/2015/01/13/l-association-presence-musulmane-proche-de-tariq-ramadan-ava-5532884.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
16 janvier 2015 18:32

François Hollande « L’Islam est compatible avec la démocratie ». La Cour Européenne des Droits de l’Homme a dit le contraire…

Le président François Hollande, dans un grand exercice pour rassurer les musulmans, a déclaré que « l’Islam est compatible avec la démocratie ». Or, selon la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui, dans un jugement en date de 2001, indiquait clairement que « la Charia est incompatible avec la démocratie »…

En effet, en 2001 dans un jugement concernant un parti islamique turc, la CEDH tranchait et déclarait au sujet de l’islam et de la charia :

• Il est difficile à la fois de se déclarer respectueux de la démocratie et des droits de l’homme et de soutenir un régime fondé sur la Charia.
• Lui sont étrangers des principes tels que le pluralisme dans la participation politique ou l’évolution incessante des libertés publiques.
• Les références explicites à l’instauration de la Charia sont difficilement compatibles avec les principes fondamentaux de la démocratie.
• [La charia tend à supprimer] le rôle de l’État en tant que garant des droits et libertés individuels et obligerait les individus à obéir à des règles statiques de droit imposées par la religion concernée.
• [Elle est] l’antithèse de la démocratie, dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison (…)

Lire l’arrêt intégral de la CEDH (en anglais) – PDF en français.

Alors l’Islam est-il si compatible avec la démocratie sans la Charia ?

Il appartiendra aux musulmans de France de répondre…

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Christian De Lablatinière pour Europe Israël

 

vu sur : http://www.europe-israel.org/2015/01/francois-hollande-lislam-est-compatible-avec-la-democratie-la-cour-europeenne-des-droits-de-lhomme-a-dit-le-contraire/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
16 janvier 2015 02:41

Kaaba_at_night

Au lendemain de l’assassinat lâche et abject des dessinateurs de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, France Inter invitait l’avocat et ancien ministre de la justice Robert Badinter, et le très médiatique philosophe français musulman Abdennour Bidar, qui se présente comme un spécialiste des évolutions actuelles de l’islam.

De l’obscurantisme et des fausses Lumières

Badinter – qui ne semble pas avoir lu le Coran – nous  sort le leitmotiv que cette barbarie des fondamentalistes islamiques ne procède pas de l’islam. En tant qu’abolitionniste de la peine de mort, il aurait dû être plus vigilant dans ses déclarations hâtives.

Bidar, en islamo-propagandiste “soft”, nous entraine dans des contradictions conceptuelles de son cru, et parle de l’« humanisme de l’islam » qu’il souhaite procéder un jour des Lumières ; anachronisme philosophique qu’il répète dans une autre émission le soir même. Dans un article du Monde du 23 février 2012, « Merah, un monstre issu de la maladie de l’islam” », il écrivait « qu’on ne peut pas dire que l’islam est par essence intolérant” ni que “les musulmans sont antisémites”. Ce sont là des “essentialisations et des généralités fausses ».

Et les quatre assassinés de confession israélite de la supérette casher porte de Vincennes le 9 janvier, mitraillés de la manière la plus lâche n’ont-t-ils pas été exécutés parce que juifs ? Bidar l’enfant chéri, que la République met en avant pour la promotion d’un « islam de France », une utopie farfelue, lit-il vraiment le Coran judéophobe et christianophobe ?

Curieux souhait d’un islam des Lumières. Pour en arriver aux Lumières, la France est passée par plusieurs étapes d’évolutions et de transformations intellectuelles et philosophiques, civilisationnelles, et spirituelles, à commencer par la « philosophie moderne » celle qui s’étend sur ce que les historiens appellent l’époque moderne (1492-1789) : la Renaissance XIV-XVIe siècle avec « l’Humanisme et l’Âge Classique » ; retour des philosophies antiques aux XVIe et XVIIe siècles (et la pensée rationnelle) ; la Réforme au XVIe siècle ; et notamment le XIXe siècle.

Rien de tout cela en islam en treize siècles…

Bidar veut sauter les étapes de plus d’un demi millénaire pour entrer directement dans l’époque moderne (alors que nous sommes au-delà du post-modernisme) ? Il semble que ce soit un peu tard, Abdennour Bidar.

Dans la France bien pensante, nourrie à l’humanisme des Lumières qui n’a plus de sens pour personne, ou pour très peu, on ne se rend même plus compte des anachronismes conceptuels qu’on veut appliquer en tant qu’occidentaux à la pensée islamique moribonde. C’est ce que fait improprement Bidar. Et ça marche.

Le commentateur politique Bernard Guetta, dans le 7-9 matinal de France Inter, parle lui du « monde arabe (sic) de France », pour désigner les Français musulmans.

Comme si, aux yeux de ce commentateur habitué aux dérives verbales, il y avait aux côtés des citoyens un « monde arabe de France » parallèle. Rêve-t-il de l’islamo-communautarisme universel, d’une umma au sein de la République ?

L’écrivain Tahar Ben Jelloun, dans une émission télé littéraire, ce même 8 janvier, nous assène le mensonge éhonté de l’humour du Prophète. Lequel élimina systématiquement tous ceux qui ont osé le critiquer ou se moquer de sa révélation. L’écrivain feint d’oublier que le Coran stigmatise les poètes dans le chapitre qui leur est consacré et qui porte le titre Les poètes » (Sami Aldeeb, 08 janv. 2015).

Il suffit de lire l’ouvrage d’Ibn Taymiyya (1263-1328), Al-Sârim Al-Maslûl ‘alâ shâtim al-rasûl (Le Sabre Dégainé face aux insultes au Prophète), destiné à dissuader la critique et les insultes faites au Prophète, pour comprendre que le blasphème est puni par la mort.

Frénésie de disculper et de blanchir l’islam

Sans oublier les imams frèristes [Frères musulmans] proches de l’UOIF interviewés sur France Info, sur France Inter et différentes chaîne déversant une islamo-propagande à donner l’islamonausée, à force d’anathème de l’islamophobie.

Au fil de cette journée du 8 janvier 2015, ce fut un matraquage médiatique en règle et une désinformation manipulatrice digne d’une propagande goebblesienne.

Les médias et les politiques, mais aussi des musulmans ont rivalisé à qui mieux mieux pour nous convaincre que l’islam n’est pas l’islam. Le plus grave est venu du président français expliquant que « ces terroristes n’ont rien à voir avec la religion musulmane », se référant simplement à des « forces obscurantistes ».

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, était plus préoccupé de disculper l’islam et d’inversion des rôles brandissant l’islamophobie que de se rendre à l’évidence de la nécessité absolue de revoir intégralement les enseignements de l’islam.

Il faut se rendre à l’évidence. Il y a des dérives verbales inacceptables depuis de longues années, et une rhétorique propagandiste digne de 1984 d’Orwell.

Nos politiques, de droite comme de gauche, et ceux du centre s’évertuent depuis des années à se compromettre avec des imams de l’UOIF, Frères musulmans d’obédience. Ces derniers, particulièrement, sont tout autant responsables des bastions ghettoïsés de nos banlieues que de la prolifération des mosquées fondamentalistes et fréristes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © François Sweydan pour Dreuz.info.

vu sur : http://www.dreuz.info/2015/01/frenesie-de-disculper-lislam-sommes-nous-charlie-ou-soumis/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
15 janvier 2015 02:45

L’islam est une « religion de paix, d’amour et de tolérance ». Le slogan est inlassablement répété par les musulmans et par ceux qui ignorent tout de l’islam. Qu’en est-il réellement ? Si le dicton « Dis-moi qui tu vénères et je te dirai qui tu es » est exact, les violences commises au nom de l’islam ne sont pas près de s’arrêter.

Le prophète Mahomet, récepteur du Coran, serait né en 570 en Arabie et mort en 632. Il s’agit du personnage central de l’islam. Le document le plus ancien consacré à sa vie est l’ouvrage Sira nabawiyya (bi­bliographie du prophète), écrit à la fin du VIIIe siècle par Ibn Ishaq et rendu accessible dans une recension d’Ibn His­cham, mort en 834.

Des renseignements sont également donnés dans les hadiths, pouvant être traduits par « faits et geste » ou « anecdotes », dont la première grande compilation en quatre-vingt-dix-sept livres fut réalisée par Al-Boukhari au IXe siècle. Ces hadiths constituent, avec le Coran, la source de la loi islamique. Que nous disent la sira et les hadiths de Mahomet qui, lorsque Allah le cite dans le Coran, le nomme Ahmed signifiant « Digne d’éloge, le loué » ?
Mahomet était à la fois un chef religieux, un chef militaire et un chef politique. Il est décrit comme s’adonnant à l’assassinat politique, aux meurtres, à l’élimination systématique de ses op­posants et ne reculant pas devant les massacres collectifs.

 

vu sur : http://www.minute-hebdo.fr/tout-minute/societe/803-lislam-de-france-est-il-a-limage-de-son-prophete

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
15 janvier 2015 01:36

 

Invitée de Jean-Jacques Bourdin ce mardi, Natahlie Goulet, présidente centriste de la commission d’enquête du Sénat sur l’organisation et les moyens de lutte contre les réseaux jihadistes en France et en Europe, est venue présenter ces « propositions quelque peu radicales » en matière de lutte contre le terrorisme dont la formation d’imams payés par le ministère de l’Intérieur,

Elle estime aussi : « Il y a un manque de moyens évident en homme et en matériel. On manque aussi de coordination entre les services. » Pour Natahlie Goulet, l’une des premières choses à faire est « de réformer la loi informatique et libertés pour améliorer les fichiers parce que c’est le renseignement qui nous sauvera et non la multiplication des commissions de loi« .

Qu’entend-elle par améliorer les fichiers? « Les croiser, par exemple avec Pôle emploi. IJe reviens de la frontière syrienne où on m’a expliqué que les terroristes partent avec leurs chèques de l’ANPE pour aller faire le jihad. Ils font un aller-retour en onze mois pour aller récupérer leur chèque et ensuite repartir« .I

 

Dans Bourdin Direct, Nathalie Goulet fait une autre proposition; « il faut créer des écoles afin de former les imams et que les prêches soient dits en français. Il faut véritablement organiser l’Islam de France car ce n’est pas au nom de Bouddha que ces gens assassinent. C’est un sujet auquel on n’échappera pas« .

Pour elle, « il faut donc absolument que le ministère de l’Intérieur embauche des imams, les fonctionnarise, les paient. Il faut au moins qu’une partie soit dans l’administration afin de valider les aumôniers envoyés en prison car le problème de la radicalisation en prison est extrêmement important« .

Source

 

vu sur : http://www.fdesouche.com/552995-partent-cheque-lanpe-faire-jihad

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
13 janvier 2015 03:00

Montrouge est une commune française de 49 000 habitants située dans le département des Hauts-de-Seine (92) au sud de Paris. La ville accueille depuis quelques années une importante organisation islamique, l'Association Fraternité Montrouge (AFM), qui organise la vie de la communauté musulmane.

L'association islamique dispose d'une salle de prière faisant office de Mosquée. Qu'enseignent les responsables de l'association à leurs Fidèles Musulmans ? Un Islam de "Paix et Tolérance" ?

-

Prière de rue islamique devant la salle faisant office de Mosquée à Montrouge, devenue trop petite pour accueillir tous les Fidèles

Pour se faire une idée des prédications diffusées par les responsables de l'AFM aux Fidèles Musulmans de Montrouge, examinons le profil des "théologiens" invités par l'association. Le 1er février 2014, lors de la 2ème rencontre annuelle des Musulmans de Montrouge, des prédicateurs fondamentalistes sont invités à donner des conférences devant les Musulmans de l'AFM.

 

L'Association Fraternité Montrouge (AFM), qui gère la Mosquée de la ville invite Hassan Iquioussen, Nader Abou Anas et le Cheikh Abou Omar, des prédicateurs fondamentalistes intolérants, antioccidentaux, misogynes et antisionistes

Hassan Iquioussen est l'imam de la Mosquée Escaudain, il est membre de l’UOIF, la branche de l'organisation politique des Frères Musulmans en France, il a tenu par le passé des propos ouvertement antisémitesHassan Iquioussen diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine.

L'imam radical de la Mosquée d'Escaudain Hassan Iquioussen, invité par l'association Fraternité de Montrouge le 1er février 2014 pour donner une conférence. Pour ce prédicateur la mixité sociale homme/femme est un danger.

Le deuxième prédicateur invité le 1er février 2014 est l'imam de la Mosquée du Bourget Nader Abou Anas, il enseigne que la musique est « la voix de Satan », queles Musulmans ne doivent pas imiter les Juifs et les Chrétiens, car les Musulmans sont les « Supérieurs », ou encore que la fête de la Saint-Valentin, fête des amoureux, est interdite aux Musulmans, hommes et femmes n’ayant pas le droit de montrer publiquement qu’ils s’aiment.

L’imam fondamentaliste de la Mosquée du Bourget, Nader Abou Anas, invité par l'association des Musulmans de Montrouge le 1er février 2014, est contre la mixité sociale hommes/femmes, et veut interdire la musique, « la voix de Satan ».

Le troisième prédicateur est le Cheikh Abou Omar, il fut pendant un temps imam de la Mosquée Assalam d’Argenteuil, et proférait des sermons à caractère antichrétien et antisémite. L’imam a été licencié en 2012, en conflit avec les autorités sur la gestion de la future Grande Mosquée Dassault d'Argenteuil, les forces de l’ordre ayant même dû intervenir au sein de la Mosquée pour désamorcer les vives tensions, dégénérant en pugilat. Il est actuellement imam de la Grande Mosquée de Puteaux.

Le Cheikh Abou Omar véhicule une propagande idéologique conspirationniste. Dans un sermon donné à la Mosquée de Villeneuve-la-Garenne le 7 avril 2013, il explique que les mass-média chercheraient à détruire l’Islam, en mêlant les Juifs au complot qui, « à travers le temps et l’espace, ont des idées », car ils ont cherché autrefois à nuire au Prophète Mohamed. Les Musulmans seraient victimes d’une injustice, et Nicolas Sarkozy aurait même déclaré dans une réunion au Ministère de l’Intérieur qu’il allait expulser tous les Musulmans du pays. Une propagande qui cherche à démontrer que les Musulmans vivent en France en milieu hostile, et qu'ils doivent résister à l'oppresseur occidental.

Le Cheikh Abou Omar (à gauche sur la photo) invité par l'Association Fraternité Montrouge en juillet 2013 (hard-copy)

Pour le Cheikh Abou Omar, invité à la Mosquée de Montrouge le 1er février 2014, les Musulmans seraient persécutés par un complot juif et médiatique à l'échelle internationale.

Il s'agit donc d'un Islam intolérant et totalitaire, contraire aux principes et aux valeurs même de l'identité, des moeurs, des traditions françaises qui est diffusée dans les mentalités des jeunes Musulmans de Montrouge.

Ces principes de l'Islam sont rejetés par le maire UDI Jean-Loup Metton, aussi a-t-il tenté à plusieurs reprises de faire fermer le lieu de Culte. En 2007, il émet un premier arrêté de fermeture de la Mosquée, prétextant que le local n’était « pas aux normes de sécurité ». L'AFM poursuivant malgré tout ses activités de prédication, le maire récidive en 2009, et assigne en justice l’AFM pour « violation aux dispositions du Code de l’urbanisme ». Face à l'abnégation des responsables de l'AFM, Jean-Loup Metton dépose un nouvel arrêté d'interdiction le 14 février 2013.

Pour les responsables de l'association islamique, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Le 27 avril 2013, pour manifester leur colère, ils organisent une grande manifestation contre la politique jugée "islamophobe" du maire sur Montrouge, réunissant plus de 2000 personnes.


Le 27 avril 2013, plus de 2000 Musulmans manifestent contre le maire Jean-Loup Metton pour empêcher la fermeture de la Mosquée fondamentaliste de Montrouge

L'AFM met même en place une page Facebook "Touche pas à ma Mosquée !" pour mobiliser ses troupes contre les décisions du maire (hard-copy)

Sur la page, outre le militantisme islamique affiché, on constate que l'AFM développe une propagande antichrétienne auprès de ses Fidèles. On trouve en effet en ligne des vidéo-conférences du célèbre prédicateur indien antichrétien Zakir Naïk (hard-copy).Cet idéologue parcourt l'Inde en faisant une exégèse de la Bible pour démontrer que les Chrétiens sont dans l'erreur, ne comprennent pas leur livre saint, et que la seule voie à suivre, c'est l'Islam, religion supérieure.

Le prédicateur antichrétien Zakir Naïk, une référence théologique pour les responsables de la Mosquée de Montrouge : "Jésus était barbu, Marie portait un voile, Moïse a interdit la consommation de porc. On est plus Chrétiens que les Chrétiens eux mêmes !"

Ce type de prédication ne peut évidemment que susciter, dans l'inconscient collectif des Musulmans de l'AFM de Montrouge, haine et mépris envers la communauté des Chrétiens, qui ne respecteraient pas les enseignements de la seule et vraie religion, l'Islam.

Le 15 février 2014, le cheikh Moncef Ben Zerroug est invité par l'AFM pour donner une conférence. Ce prédicateur développe une vision de la société archaïque, machiste, misogyne et ségrégationniste. Dans une conférence donnée à la Mosquée de Villeneuve-la-Garenne le 11 novembre 2013, il explique que dans la rue, pour éviter les pulsions d’agression contre les femmes, les Musulmans doivent baisser les yeux quand une femme passe. Donc, éviter la mixité sociale entre hommes et femmes. 
La femme, source de turpitude et de désirs, doit vivre cachée au regard des hommes.
Moncef Benzerroug nous explique également ce que doit être une société, basée sur le dogme islamique où les hommes et les femmes vivraient séparément, et où pour fréquenter une fille, il faudrait d’abord demander la permission à ses parents.

Le prédicateur misogyne Moncef Benzerroug a donné une conférence devant les Musulmans de l'Association Fraternité de Montrouge le 15 février 2014

Sa conférence à Montrouge porte sur le thème de "la bataille des Coalisés". En 627, le Prophète Mohamed et son armée occupent Médine et projettent une expansion de l'Islam sur les tribus alentours, ainsi que sur la Mecque. Une armée de Coalisés va s'opposer au Prophète Mohamed et faire le siège de Médine durant 26 jours. Ce siège fut brisé par une tempête, et Médine resta aux mains des Musulmans.
C'est suite à cette victoire que la tribu juive des Banû Qurayza fut assiégée et exterminée par le Prophète Mohamed et ses hommes, pour les punir de leur alliance avec les Coalisés. Le Prophète Mohamed ordonna la décapitation de plus de 600 juifs, et réduisit leurs femmes et leurs enfants à l'esclavage, pour la plus grande gloire de l'Islam, épisode rapporté dans la sourate "Les Coalisés" du Coran :

"Allah est Fort et Puissant. Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus [les coalisés], et Il a jeté l'effroi dans leurs coeurs; un groupe d'entre eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers."
Le Coran - Les Coalisés 'Al-Ahzab - 33:24-26

"Ce sont des maudits. Où qu'on les trouve, ils seront pris et tués impitoyablement : Telles était la loi établie par Allah envers ceux qui ont vécu auparavant et tu ne trouvera pas de changement dans la loi d'Allah. Les gens t'interrogent au sujet de l'Heure . Dis : "Sa connaissance est exclusive à Allah". Qu'en sais-tu? Il se peut que l'Heure soit proche. Allah a maudit les infidèles et leur a préparé une fournaise, pour qu'ils y demeurent éternellement, sans trouver ni alliés ni secoureur."
Le Coran - Les Coalisés 'Al-Ahzab - 33:61-65

Apologie de la guerre Sainte, le Jihad islamique contre les Infidèles à la Mosquée de Montrouge par le Cheikh Moncef Benzerroug le 15 février 2014.

Le Prophète Mohamed est le premier Jihadiste de l'Histoire, entraînant à sa suite une armée qui a vaincu tous ceux qui résistaient à l'Islam. Il est l'exemple parfait à suivre pour combattre les Infidèles.

 

La tension grandit entre les responsables de l'AFM et Jean-Loup Metton. Le 31 mai 2013, à l'approche du Ramadan, l'association islamique a exigé du maire qu'il mette à disposition une nouvelle salle de prières islamique, la Mosquée actuelle étant trop exigüe pour accueillir tous les fidèles pendant l'Aïd.
Dans un communiqué du 19 juin 2013, Jean-Loup Metton a refusé de mettre à disposition une telle salle, en expliquant que "compte tenu de la qualité cultuelle de l’association, et face au principe de laïcité, qui constitue un des fondements de la République, il ne pouvait donner suite à cette requête ». 
Se tournant alors vers le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, l'AFM obtiendra gain de cause le 5 juillet 2013, la mairie sera obligée de mettre à disposition une salle de prière, et sera condamnée à verser la somme de mille euros à l’association au titre des frais de justice ! Tout cela bien entendu au mépris de la loi de séparation du culte et de l'état de 1905.


Le 5 juillet 2013, les Musulmans de l'AFM obtiennent gain de cause : le tribunal de Cergy-Pontoise a obligé Jean-Loup Metton à mettre à disposition de l'association islamique de Montrouge, un gymnase pendant le Ramadan, et a été condamné à payer mille euros pour avoir résisté à cette "obligation". 
Et ce, en contradiction flagrante avec le principe de laïcité de 1905 : l'état ne finance aucun culte
.

Face à la détermination du maire qui continue de faire pression afin de fermer la Mosquée, les Musulmans de l'Association Fraternité de Montrouge se mobilisent en masse, et font appel aux dons de plusieurs associations islamiques de banlieue (Gennevilliers, Stains, Pantin, Noisy-le-Sec, Plaisir, Élancourt, Athis-Mons, Romainville,...) afin de réunir les fonds nécessaires pour financer l'achat d'un nouveau bâtiment qui servira de Grande Mosquée, que le maire ne pourra plus refuser : le projet Tawaqqol.

Le projet réunis 1 406 600 euros en moins de 9 mois, et l'acte de vente est signé le 18 mars 2014, en présence du prédicateur Musulman Nabil Ennasri.(hard-copy)

Nabil Ennasri est un prédicateur antifrançais, antisioniste et antioccidental. Il appelle par exemple les Musulmans à "faire tomber Manuel Valls", l'ami Éternel d'Israël", lors des élections.


Signature de l'achat de la future Grande Mosquée Tawaqqol à Montrouge le 18 mars 2014, en présence du prédicateur antifrançais, antisioniste et antioccidental Nabil Ennasri (au centre portant des lunettes sur la photo)


Le bâtiment acquis par l'Association Fraternité de Montrouge (AFM) le 18 mars 2014 qui servira de future Grande Mosquée. Un nouveau temple pour endoctriner les Musulmans à l'Islam Radical

 

"il n’y a pas lieu de laisser installer une salle de prière à Montrouge, étant donné que, d’une part, les musulmans ne constitueraient qu’une minorité dans la commune et, d’autre part, qu’il existe une Mosquée dans la commune voisine de Bagneux vers laquelle les Musulmans de Montrouge devraient plutôt se diriger"
Le maire UDI Jean-Loup Metton, patriote résistant, s'oppose depuis plusieurs années à l'implémentation de l'Islam, et l'arrivée de prédicateurs fondamentalistes, intolérants, antioccidentaux, antichrétiens, antisionistes et mysogines sur la commune de Montrouge, en tentant à plusieurs reprises de fermer les locaux de la Mosquée existante. 
Jean-Loup Metton pourra-t-il résister encore longtemps face à la pression exercée par l'AFM ? En 2014, il semblait résigné, et accepter le nouveau projet Tawaqqol. Mais la partie n'est peut-être pas encore terminée.

article publié sur http://islamineurope.unblog.fr le 10 janvier 2015

 

vu sur : http://islamineurope.hautetfort.com/archive/2015/01/11/mosquee-montrouge.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
12 janvier 2015 01:12

La complaisance, jusqu’à quand ?

Les tueurs de l’islam sévissent dans nos sociétés comme dans les États arabo-musulmans. Jusqu’à quand exonérera-t-on les adorateurs du «Saint Livre» ? Jusqu’à quand médias et politiques, en Suisse aussi, seront-il aussi complaisants ?

Une nouvelle fois! L’estomac se serre et la rage monte. Jusqu’à quand? Combien de prêcheurs de haine en liberté ? Combien de morts encore?

Qui sont les coupables?

Les musulmans et leurs guides religieux d’abord, qui ne cessent de mentir à propos de leurs textes, de rassurer et de clamer leur «padamalgame ».
Ces musulmans qui osent encore taxer de «livre sain » un Coran empli de haine, qui agonit d’insultes toutes les deux pages les «incrédules», soit tous les non-musulmans, qui leur promet l’enfer et des « châtiments ignominieux ». Un Coran qui pousse au crime ses adeptes dans de si nombreux versets.

Nos élites sont les deuxièmes coupables, les plus fervents compagnons de route de l’affaiblissement des valeurs démocratiques et de l’expansion du radicalisme. Et parmi eux les médias qui n’ont cessé de rassurer sur cette religion.

Et les politiciens qui acceptent que des centaines de mosquées soient gérées par des extrémistes tels les Frères musulmans auxquels ils ont bâti de somptueuses mosquées où l’on anone sans trêve les versets du saint livre. Où l’on idolâtre aussi un Mahomet parfait, à imiter pour l’éternité, mais dont la biographie décrit les multiples exactions, entre autres la décapitation de centaines d’hommes capturés et la vente en esclavage de leurs femmes et enfants.

La France, les médias, les politiques  de l’Hexagone paient au prix fort leur complaisance. Mais tous les pays européens ont laissé se déployer le radicalisme, malgré tous les lanceurs d’alerte, dont font partie leurs services de renseignement.

Hani Ramadan célèbre son prophète dans les œuvres de Grand Lapidateur de celui-ci et défend les idées fanatiques de son grand-père.

Larbi Guesmi, imam à Neuchâtel, qui sera plus tard acquitté pour avoir célébré dans un poème les «ceintures sacrées d’explosif», organise une manifestation contre les caricatures danoises et souhaite « une loi qui organise la liberté d’expression ». Nicolas Blancho est l’autre organisateur de la manifestation. Il n’est pas encore le leader que nous connaissons.

En 1995 déjà, Mouhammad Kaba, directeur du Centre islamique de Lausanne, défend la polygamie, l’héritage inégal et l’interdiction pour les femmes musulmanes d’épouser un non-musulman. Et le voile, car «les cheveux sont un atout de séduction important». 

Oh oui, de la charia dans le droit suisse!

Farhad Afshar, président de la Coordination des organisations islamique de Suisse, soutiendrait volontiers  une manifestation contre les caricatures danoises en compagnie «des chrétiens, des juifs et des démocrates». En 2008, il se dit séduit par une proposition «d’un professeur de Fribourg d’introduire un peu de charia dans le droit suisse.

Afshar:«Cela pourrait être utile, notamment lors de mariages mixtes. En droit islamique, le contrat de mariage fixe de nombreux détails pour la suite. On pourrait ainsi poser dès le mariage les questions qui risquent de fâcher: quelle sera la religion des enfants ? (…) Qui aura la garde en cas de divorce?»Et ce serait beaucoup plus pratique, ajoute-t-i, pour décider du partage de l’héritage !

El-Araby, responsable du Centre islamique de Chiasso et élu communal est considéré comme un modèle d’ouverture par les journalistes. Il se félicite de la création d’un «conseil d’experts européens». Celui qui a produit l’incroyable et haineux « Recueil de fatwas. »

Rêve de charia

Mourad Dhina, résidant genevois membre du Front islamique (FIS) du Salut algérien  est prié par les autorités de cesser son soutien aux terroristes de son pays. On le retrouvera en 2014 en compagnie d’Abbas Arouas dans une «organisation humanitaire» en pleine expansion dont le président est accusé d’avoir récolté des fonds pour Al Qaida.

Aujourd’hui, les Ramadan, Rifai, Dhina, el-Araby, Kaba, Afshar, Ouardiri, etc. etc. sont toujours en pleine activité, sans aucune contrainte ni demande de comptes. Et la loi sur le renseignement telle qu’elle est prévue demandera beaucoup plus de personnel pour s’assurer que l’on ne fait pas d’écoutes téléphoniques injustifiées, que de personnel chargé des écoutes. Vu les exigences mises, il n’y en aura qu’une dizaine par année, nous assure-t-on. Assurés, mais pas rassurés ! Les Verts et les socialistes, comme dans toute l’Europe, crient à la protection de la vie privée au détriment… de la vie tout court.

Ignorants journalistes

Durant toutes ces années, le terrorisme et le fondamentalisme ont fait la Une de l’actualité. Les journalistes traitent de ces questions sans avoir jamais mis le nez dans un Coran. Et Tariq Ramadan, interviewé avec ces mêmes ignorants et complaisants, affirme encore dans son dernier livre que le djihad est un effort sur soi-même pour être vertueux.

Si ses interlocuteurs avaient lu le Coran, ils auraient quelques questions dérangeantes à poser. Mais les questions dérangeantes, nos médias question islam ne connaissent pas. Sauf à l’encontre des «islamophobes», «racistes» et autres fascistes.

L’attentat de Charlie Hebdo comme les précédents assassinats par des «déséquilibrés» au nom de «Allah est grand» a tout à voir avec l’islam. Il serait temps de le clamer haut et fort et de demander des explications à ses adorateurs. Après s’être soi-même informé!

George Orwell : « Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre ».

Mireille Vallette

 

vu sur : http://www.europe-israel.org/2015/01/la-complaisance-jusqua-quand/

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 janvier 2015 02:02
PRIX DE VENTE DES BUTINS006
Les musulmans qui vous disent que "l'islam ce n'est pas ça" sont soit des ignorants, des imbéciles ou des hypocrites. A vous de voir ce que vous avez en face de vous. Vous avez dans cet article de l'argumentation puisque l'horreur qui s'y étale est tirée du Coran.
Gérard Brazon
Début décembre 2014, Mossoul (Irak). L’État Islamique (E.I.) publie une liste fixant le prix des marchandises en vente sur les marchés de ses territoires en Irak et en Syrie (N.D.T.) :

(*) 75 000 dinars correspondent à 40 dollars (N.D.T.)

SABAYA-PRIX DES FEMMES -ENFANTS

Document original

Le 12 décembre, un vendredi, dans toutes les mosquées de la ville, l’E.I. distribue un fascicule en couleurs à l’intention des musulmans du monde (N.D.T.) :

GUIDE CALIFAT SEX AVEC BUTINS GUERRE

Document original. Le guide se présente sous la forme de questions/réponses. Plusieurs réponses sont adossées à des versets coraniques ou à des hadiths afin de leur donner une légitimation divine (N.D.T.).

Question 1 : Quel est le sens de « captives » (السبي) ?
Réponse 1 : Ce sont toutes les femmes appartenant à la maison de la guerre [territoire ennemi non musulman et non sunnite] et prises par les musulmans.

Question 2 : Qu’est ce qui licite la prise de captives ?
Réponse 2 : Ce qui licite la prise de captives est l’incroyance (الكفر). Les mécréantes deviennent licites dès qu’elles tombent entre nos mains et qu’elles sont conduites à la maison de l’islam.

Question 3 : Est-il possible de capturer toutes les mécréantes ?
Réponse 3 : Il n’y a pas de désaccord entre les ulémas sur la licitation de capturer les mécréantes quand la mécréance est d’origine, comme celle des femmes du Livre et des païennes ; mais ils sont en désaccord pour la capture de la femme [musulmane] apostat. Le public dit que ce dernier cas n’est pas permis alors que, pour certains savants, cela est permis. Pour nous, la balance penche vers l’opinion du public. Et Allah sait le mieux.

Question 4 : Est-il possible de chevaucher (1)  la captive?
Réponse 4 : Il est permis de chevaucher la captive. Allah le Très-Haut a dit : « … et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], sauf avec leurs épouses ou les esclaves qu’ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer ; alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs (Les croyants, 23 : 5-7) » ; ou sauf « avec des esclaves que vous possédez parmi les captives (Les femmes 4 : 3 ). »

Question 5 : Peut-on chevaucher la captive immédiatement dès qu’on la possède ?
Réponse 5 : Si elle est vierge, l’homme peut la chevaucher immédiatement dès qu’il en est le maître. Si elle n’est pas vierge, il faut auparavant s’assurer que sa matrice est vide, d’après le hadith cité par Abou Daoud pour l’avoir entendu d’Abi Sa’ïd al-Khadri (qu’Allah soit satisfait de lui). Le prophète (que la prière d’Allah et son salut soient sur lui) a dit en parlant des captives d’Aoutass : « Une femme enceinte ne peut être chevauchée qu’après avoir mis bas ce qu’elle porte et après qu’elle a une menstruation. »

Question 6 : Est-il possible de vendre la captive ?
Réponse 6 : Il est possible de vendre, acheter, offrir les captives ainsi que les esclaves car elles ne sont que des possessions dont on peut disposer, sans provoquer ni dégât ni préjudice.

Question 7 : Est-il permis de séparer la mère et ses enfants à la vente ou à l’achat ?
Réponse 7 : Il n’est pas permis de séparer la mère et ses petits enfants impubères autant à la vente qu’à l’achat ou en cas de don. Il est permis de les séparer si les enfants sont grands et matures.

Question 8 : Si deux [hommes] ou plus achètent une captive, est-elle licite pour chacun d’eux ?
Réponse 8 : Il n’est pas licite de chevaucher une captive sauf pour celui qui la possède en pleine propriété. Si son bien est réduit par une association, elle ne sera licite pour l’un que lorsqu’il rachète les parts des autres ou que les autres se désistent en sa faveur par un don.

Question 9 : Quand la captive se trouve enceinte de son propriétaire, peut-il la vendre ?
Réponse 9 : Il ne peut la vendre que lorsqu’elle devient mère. Si son propriétaire meurt, elle sera affranchie.

Question 10 : Si l’homme meurt en laissant des captives parmi ses possessions, quelle sera leur situation ?
Réponse 10 : Les captives entreront dans le partage comme pour tout héritage, mais elles seront des servantes sauf si elles sont chevauchées par le père ou le fils, ou si la captive est possédée par plusieurs héritiers [en indivision, voir question 8].

Question 11 : Un homme peut-il chevaucher l’esclave de sa femme ?
Réponse 11 : Il n’est pas permis à l’homme de chevaucher l’esclave de son épouse car l’esclave est possédée par une autre personne que lui.

Question 12 : L’homme peut-il embrasser l’esclave de quelqu’un d’autre si son propriétaire est consentant ?
Réponse 12 : Non, l’homme ne peut pas embrasser l’esclave de quelqu’un d’autre car embrasser fait partie de la jouissance et la jouissance n’est permise que par la pleine propriété.

Question 13 : Est-il possible de chevaucher l’esclave impubère ?
Réponse 13 : Il est possible de chevaucher l’esclave impubère si elle est [anatomiquement] valable. Si elle n’est pas valable, il peut se contenter de jouir d’elle sans la chevaucher (2).

Question 14 : Quelle sont les parties honteuses de l’esclave lors de la prière ? Réponse 14 : Ses parties honteuses pendant la prière sont les mêmes qu’en dehors de cette situation : toutes, sauf la tête, le cou, les deux mains et les deux pieds.

Question 15 : Est-il permis à l’esclave de sortir sans voile en présence d’hommes étrangers ?
Réponse 15 : Il est permis à l’esclave de se découvrir la tête, le cou, les deux mains, les deux  pieds en présence d’hommes étrangers si elle est assurée d’absence de séduction. S’il y a séduction ou peur de séduction, cela n’est plus permis.

Question 16 : Est-il possible de posséder deux sœurs ?
Réponse 16 : Il est possible à un homme de posséder deux sœurs, de posséder une esclave et sa tante paternelle, une esclave et sa tante maternelle mais il ne peut pas les chevaucher toutes les deux. S’il chevauche l’une, il ne lui est pas licite de chevaucher l’autre. Il y a consensus dans ce cas.

Question 17 : Qu’entend-on par « retrait » (العزل) ?
Réponse 17 : Le « retrait », c’est de ne pas éjaculer dans le vagin de la femme.

Question 18 : Est-il permis à l’homme de se retirer quand il est avec son esclave ?
Réponse 18 : Il est permis à l’homme de se retirer quand il copule avec son esclave, avec ou sans son autorisation.

Question 19 : Est-il permis de frapper l’esclave ?
Réponse 19 : Il est permis de frapper l’esclave, mais d’une frappe d’éducation. Est interdite une frappe qui provoque une fracture ou destinée à assouvir une vengeance ou à torturer. Il est interdit de la frapper au visage.

Question 20 : Quel est le châtiment de l’esclave qui fuit son maître ?
Réponse 20 : La fuite de l’esclave homme ou de l’esclave femme fait partie des grandes fautes, d’après Mansour ibn ‘Abd al-Rahmân, qui a entendu al-Cha’bi qui a entendu Jarir qui a entendu [le prophète] dire : « Tous les esclaves qui quittent leur maître ont apostasié tant qu’ils ne sont pas revenus à eux. » Mansour a dit : « Il a été raconté sur le prophète [un fait semblable] mais, moi, je déteste que l’on raconte sur moi [un fait identique] ici même à Bassorah (hadith de Mouslim). »

Question 21 : Quel est le châtiment en ce monde de l’esclave qui fuit son maître ?
Réponse 21 : Il n’y a pas de châtiment dans la loi d’Allah mais elle sera blâmée durement afin de dissuader ses semblables de fuir.

Question 22 : Est-il permis de se marier avec une esclave musulmane ou avec des gens du Livre ?
Réponse 22 : Le mariage de l’homme libre avec des esclaves musulmanes ou des gens du Livre n’est pas autorisé, sauf s’il a peur de commettre un adultère (العنت). Allah, le Très-Haut, a dit : « Et quiconque parmi vous n’a pas les moyens pour épouser des femmes libres (non esclaves) croyantes, eh bien (il peut épouser) une femme parmi celles de vos esclaves croyantes ». Et le Très-Haut a dit : «  Ceci est autorisé à celui d’entre vous qui craint la débauche ; mais ce serait mieux pour vous d’être endurant. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux  (Les femmes, 4 : 25) ».

Question 23 : Si l’esclave se marie, peut-elle exiger de son maître de participer au lit au tour de rôle (3) ?
Réponse 23 : Ibn Koudâma al-Makdissi a dit : « L’homme ne fait aucun serment aux femmes qu’il possède … mais si elle a besoin de rapport sexuel, il doit l’affranchir, la chevaucher, la marier [à un autre] ou la vendre .» (al-Moghnî)

Question 24 : Si un homme se marie avec une esclave, propriété d’un autre, peut-il la chevaucher ?
Réponse 24 : Un homme ne peut pas chevaucher son esclave mariée à un autre. Elle est au service du maître [en tant que servante], mais seul le mari est autorisé à la chevaucher.

Question 25 : Les châtiments sont-ils appliqués aux esclaves ?
Réponse 25 : Si l’esclave commet ce qui impose un châtiment, elle est châtiée. Mais la réduction de moitié du châtiment sera appliquée si la nature du châtiment accepte une réduction de moitié. Allah, le Très-Haut, a dit : « Si, une fois engagées dans le mariage, elles commettent l’adultère, elles reçoivent la moitié du châtiment qui revient aux femmes libres (non esclaves) mariées. Ceci est autorisé à celui d’entre vous qui craint la débauche ; mais ce serait mieux pour vous d’être endurant. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux  (Les femmes, 4 : 25). »

Question 26 : L’esclave peut-elle se racheter elle-même à son propriétaire ? Réponse 26 : Oui, cela est possible, cette transaction s’appelle « échange » (مكاتبة).

Question 27 : Quelle est la gratification pour l’affranchissement d’une esclave ?
Réponse 27 : Allah, le Très-haut, a dit : « Et qui te dira ce qu’est la voie difficile ? C’est délier un joug [affranchir un esclave] (La Cité, 90 : 12-13). » Et Il a dit : « Celui qui affranchit le cou d’une croyante, Allah le prive du feu de l’enfer (cité par Mouslim) ». Dans son livre explicatif des hadiths, al-Nawawi dit : « Ce hadith prouve la vertu de l’affranchissement et c’est la meilleure des actions gratifiées par l’évitement de l’enfer et l’entrée dans la janna [le paradis d’Allah]. » (al-Minhaj)

Question 28 : Quelle est l’expiation d’un homicide par erreur ?
Réponse 28 : Son expiation est l’affranchissement d’une esclave croyante. Celui qui n’a pas d’esclave, deux mois successifs de jeûne. Allah, le Très-Haut ,a dit : « Il n’appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu’il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n’y renonce par charité. Mais si [la victime] appartient à un peuple ennemi et qu’il est croyant, qu’on affranchisse alors un esclave croyant. S’il appartient à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu’on verse alors à sa famille le prix du sang et qu’on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n’en trouve pas les moyens, qu’il jeûne deux mois d’affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage (Les femmes, 4 : 92). »

Question 29 : Quelle est l’expiation de la parjure ?
Réponse 29 : Son expiation est de donner à manger à 10 pauvres ou de les vêtir ou d’affranchir le cou d’une croyante. Cette expiation est reconnue par le public. Tout cela est au choix. Celui qui ne peut pas, jeûnera trois jours. Allah, le Très-Haut, a dit : « Allah ne vous sanctionne pas pour la frivolité dans vos serment mais Il vous sanctionne pour les serments que vous avez l’intention d’exécuter. L’expiation sera alors de nourrir 10 pauvres, de ce dont vous nourrissez normalement vos familles, ou de les habiller, ou de libérer un esclave. Quiconque n’en trouve pas les moyens devra jeûner trois jours. Voilà l’expiation pour vos serments, lorsque vous avez juré. Et tenez à vos serments. Ainsi Allah vous explique Ses versets, afin que vous soyez reconnaissants ! (La table, 5 : 89). »

Question 30 : Quelle est l’expiation pour l’homme qui s’interdit de toucher sa femme [comme si elle faisait partie de sa propre famille] puis change d’avis    (الظهار) ?
Réponse 30 : Son expiation, dans l’ordre, est d’affranchir un cou d’esclave. Celui qui n’en dispose pas, de jeûner deux mois consécutifs, celui qui ne peut pas jeûner, de nourrir 60 personnes. Allah, le Très-haut, a dit : « Ceux qui comparent [le dos] de leurs femmes au dos de leur mère, puis reviennent sur ce qu’ils ont dit, doivent affranchir un esclave avant d’avoir un contact [conjugal] avec leur femme. C’est à quoi on vous exhorte. Et Allah est parfaitement Connaisseur de ce que vous faites. » « Mais celui qui n’en trouve pas les moyens, doit jeûner alors deux mois consécutifs avant d’avoir un contact [conjugal] avec sa femme. Mais s’il ne peut le faire non plus, alors qu’il nourrisse 60 pauvres. Cela, pour que vous croyiez en Allah et en Son messager. Voilà les limites imposées par Allah. Et les mécréants auront un châtiment douloureux (La discussion, 58 :3-4). »

Question 31 : Quelle est l’expiation pour celui qui fornique avec sa femme et son esclave un jour de ramadan ?
Réponse 31 : Son expiation, dans l’ordre, est d’affranchir un cou, celui qui n’en dispose pas, un jeûne de deux mois consécutifs, celui qui ne peut pas, nourrir 60 personnes. D’après Abou Hourayra (qu’Allah soit satisfait de lui) : « Un homme a fauté avec sa femme un jour de ramadan. Il a demandé l’avis du prophète qui lui a répondu : «  As-tu un cou [à affranchir] ? — Non. Peux-tu jeûner deux mois ? — Non. Donc nourris 60 malheureux » Il y a consensus.

Question 32 : Dans le cadre de l’expiation par affranchissement, y a-t-il comme condition que l’esclave soit croyante ?
Réponse 32 : Les ulémas sont tous d’accord pour dire que, dans le cas d’une expiation, pour un homicide par erreur, l’affranchissement devra être celui  d’une esclave croyante. Mais les ulémas sont en désaccord dans les expiations pour adultère ou quand l’homme s’interdit de toucher à sa femme ou en cas de fornication un jour de ramadan. Le public dit qu’il faut absolument qu’elle soit croyante. Leshanafites disent que cela est possible même si elle n’est pas croyante, sauf s’il y a homicide par erreur. Le plus en vue de ces avis est celui du public. Cela est un aperçu d’une science presque absente des chapitres du droit islamique contemporain. Allah sait le mieux et II sait mieux juger.

[Signé] Bureau de la recherche et de la fatwa [de l’Etat Islamique] 

Traduit de l’arabe par Bernard Dick

(1) Chevaucher (وطأ) est le terme utilisé par l’islam pour désigner un rapport sexuel. Il faut noter que le verbe arabe signifie monter ou enfourcher une femme comme on monte un quadrupède (N.D.T.).

(2) Lire : http://ripostelaique.com/islam-la-petite-fille-quon-epouse-et-dont-on-jouit.html

(3) Lire : http://ripostelaique.com/islam-mari-et-femmes-une-cohabitation-bien-reglee.html

Au 28/12/2014 : nombre d’attaques terroristes islamiques mortelles : 

terrorisme-24700attaques-28-12-2014.jpg

vu sur : http://www.gerard-brazon.com/article-esclave-islamique-prix-et-mode-d-emploi-par-bernard-dick-125313216.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
7 janvier 2015 02:13

L’islam se propage par le viol, la menace de décapitation et se construit sur le sang des martyrs non musulmans.

« En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire » Georges Orwell

Le viol

Dans le monde musulman, le viol est considéré comme une arme de domination sur les chrétiens. La spécificité de ces crimes est qu’ils sont légitimés par le sentiment de certains musulmans d’avoir le droit de disposer à leur gré des chrétiens. Ils éprouvent à la fois un sentiment d’impunité et de légitimité.

Au Pakistan

Les médias occidentaux ignorent – ou feignent d’ignorer – le sort des enfants chrétiens et hindous victimes de viols et de meurtres. C’est le triste constat que dresse dans Right Side News Raymond Ibrahim, chercheur associé au Forum du Moyen-Orient, dans un article intitulé « Le viol et le meurtre d’enfants chrétiens au Pakistan ». La spécificité de ces crimes est qu’ils sont légitimés par le sentiment de certains musulmans d’avoir le droit de disposer à leur gré des chrétiens.

Au Pakistan, c’est à une multiplicité de cas de ce genre que sont confrontés les chrétiens :

Muqadas Kainat, violée et étranglée à 12 ans

Muqadas Kainat, violée et étranglée à 12 ans

Muqadas Kainat a été violée par cinq hommes dans un champ près de chez elle selon le médecin légiste. Après avoir abusé d’elle, ses agresseurs musulmans ont étranglé la fillette de 12 ans. C’est le père, à l’hôpital au chevet de son épouse pendant le drame, qui a découvert le corps de sa malheureuse enfant. Si une enquête à été ouverte, les coupables n’ont pas été appréhendés. Dans la région de Sahiwal où le crime a été commis, et où les chrétiens ne représentent que 1% de la population, nombreuses sont les jeunes filles violées, voire forcées de changer de religion et épouser leurs agresseurs.

Samuel Yaqoob, un garçon de 11 ans qui se rendait au marché de Faisalabad pour acheter de la nourriture a disparu. Son corps a été retrouvé torturé et criblé de 23 coups portés avec une lame acérée, et le médecin légiste a estimé que l’enfant avait été sodomisé. La famille avait eu du mal à reconnaître l’enfant, brûlé, dont le nez les lèvres et l’abdomen avaient été tranchés et découpés.

D’autres cas de viols suivis du meurtre des petites victimes existent.

La petite Nisha, âgée de 9 ans, a été enlevée et violée par plusieurs hommes et supprimée avant d’être jetée dans le canal.

Shazia Bashir, une enfant de 12 ans, avait été réduite en esclavage, violée et assassinée par un riche avocat musulman contre qui le père n’avait rien pu faire en justice.

« Au Pakistan, (comme ailleurs dans le monde musulman,) le viol est une arme de domination sur les jeunes filles non musulmanes, notamment les Chrétiennes. C’est une forme de violence qui vise à affirmer la soumission des infidèles aux musulmans. La société musulmane n’est pas indignée par ces actes atroces, car les victimes sont majoritairement issues des minorités religieuses. Les violeurs sont rarement punis. » Sardar Mushtaq Gill, avocat pakistanais.

En outre, les victimes de viols qui survivent sont confrontées à de terribles difficultés, elles ne reçoivent ni traitement médical adéquat, ni d’aide psychologique.

La décapitation des infidèles

« Et ton Seigneur révéla aux Anges : “Je suis avec vous : affermissez donc les croyants. Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants [les non-musulmans]. Donc frappez-les au-dessus des cous [décapitez-les] et frappez-les sur tous les bouts des doigts [amputations]. Cela, parce qu’ils ont désobéi à Allah et à Son messager.” » (Sourate 8,12-13)

Il est donc légitime, pour le Coran, de décapiter tout non-musulman.

« Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru [les non-musulmans], frappez-en les cous [décapitez-les]. » (Sourate 47,4)

Après le viol, justifié par le coran, la décapitation des chrétiens par les musulmans est devenu un spectacle de plus en plus visible.

Au mois d’août dernier, les militants de l’Etat islamique ont décapité un chrétien après l’avoir forcé à réciter la « chahada », la profession de foi islamique : « Il n’y a pas d’autre dieu hormis Allah et Mahomet est son messager. » Celui qui prononce cette phrase devant des témoins musulmans devient musulman, et théoriquement, il sauve sa vie et ses biens. Ce ne fut pas le cas pour ce pauvre homme, qui, après avoir renoncé à sa foi chrétienne pour l’islam, fut décapité devant une caméra.

L’histoire de ce malheureux fut racontée dans le Christian Post. La décapitation fut filmée et la vidéo diffusée comme un avertissement à tous les « gens comme lui ». Dans la vidéo, on peut voir ce pauvre chrétien sans défense, entouré d’hommes armés, portant des masques, réciter la chahada. Un leader du groupe déclara ensuite :

« Personne ne va l’abattre maintenant, vous entendez ? Il ne sera pas abattu par balles, car ce serait de la compassion. Il sera décapité, car c’est un kouffar, un non musulman, allié du gouvernement, et il n’a pas prié. Tous les gens comme lui subiront la même fin par décapitation.»

Un militant armé d’une machette saisit alors le malheureux par les cheveux et commença à le décapiter, tandis que le groupe criait : « Allahu Akbar… il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah ». Allah, le dieu si miséricordieux, qui exige des sacrifices humains pour apaiser son courroux.

Inspirée par la vague de décapitations, perpétrées par l’Etat islamique, une britannique, convertie à l’islam, se trouvant actuellement dans les territoires sous contrôle de l’ISIS, a récemment menacé de décapiter les chrétiens avec un couteau.

Selon le Daily Mail, Umm Hussain al-Britani, anciennement Sally Jones, de Chatam, membre d’un groupe de rock féminin et mère célibataire de deux enfants, envoya un message aujourd’hui disparu des sites, déclarant :

« Vous Chrétiens, méritez tous d’être décapités avec un beau couteau et vos corps sans tête étalés dans les rues de Raqqa… Venez ici, je le ferais pour vous. »

Il est surprenant de constater comment la conversion à l’islam, cette belle, grande et noble « religion » d’amour, de tolérance, de paix, transforme souvent le nouvel adepte en un fou furieux sanguinaire.

Par contre, un musulman, qui embrasse le christianisme, devient un homme nouveau, libéré de son carcan idéologique liberticide, suprémaciste, mortifère.

Nigéria

Au Nigéria, des membres du groupe islamiste Boko Haram, qui cherche à imposer la charia au Nigéria par l’horreur et le sang, ont décapité un enfant de 6 ans coupable d’être chrétien.

Un dimanche du mois d’août, pendant l’office religieux, une horde d’une centaine d’assassins islamistes envahit le village, à majorité chrétienne, d’Attagara. Armés de machettes et de mitraillettes, ils massacrèrent hommes, femmes, enfants.

Un villageois, Sawaltha Wandala, se rendait à l’église pour le deuxième office, quand il vit les corps des enfants massacrés jonchant le sol. Il aperçut un petit de six ans, grièvement blessé par une machette, gisant dans un fossé. Wandala prit l’enfant dans ses bras et se dirigea vers un hôpital du Cameroun. Hélas, il fut arrêté par cinq assassins de la secte de Boko Haram. Ils lui enlevèrent l’enfant des bras et le décapitèrent. Ensuite ils se mirent à frapper l’homme de 55 ans avec des branches, puis à la tête avec une pierre et quittèrent les lieux, le laissant pour mort. (Source : Christian Today)

Les membres de Boko Haram demandèrent à un autre chrétien, John Yakuba, de se convertir à l’islam, s’il ne voulait pas mourir dans d’atroces souffrances.

Yakuba refusa. Ils lui lièrent les bras et les jambes à un arbre et lui tranchèrent une main avec un couteau.

« Tu vas te convertir à l’islam maintenant » lui enjoignirent ses tortionnaires ?

« Vous pouvez tuer mon corps, mais non mon âme » s’écria Yakuba.

Les monstres islamiques continuèrent leur sale besogne et lui coupèrent un pied, puis frappèrent son dos avec une machette.

« Nous allons te montrer » lui dirent-ils.

La tête de Yakuba fut frappée avec une machette et un coup de hache fendit son genou jusqu’à l’os.

Il perdit conscience et resta trois jours attaché à l’arbre, avant d’être trouvé et conduit à l’hôpital dans le coma. Quand l’état de santé de Yakuba s’améliora, il offrit un message de paix à ses assaillants. « J’ai pardonné aux militants islamiques, car ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Source : Christian to-day)

Lors d’une autre attaque, perpétrée par Boko haram dans une région à majorité chrétienne, cent personnes furent massacrées. Un survivant déclara : « Je remercie Dieu d’avoir épargné ma vie, mais trois de mes voisins et membres de notre églises furent tués au cours de l’attaque. Les Chrétiens de notre village ont eu la gorge tranchée, leurs mains et pieds liés derrière leur dos. Des maisons furent détruites à la bombe, tandis que les militants de Boko Haram chantaient » : Allah est grand » en arabe ». L’ode habituelle à leur divinité assoiffée de sang humain.

Kenya

Au Kenya, des militants du groupe somalien Al Shabaab enlevèrent un groupe d’hommes d’affaires près de Lamu et les conduisirent dans la forêt. Ils relâchèrent trois d’entre eux, mais décapitèrent le quatrième, car Chrétien. Les femmes chrétiennes, y compris les enfants, furent violés et emmenés comme esclaves.

Irak

En Irak, près de 1500 chrétiennes et membres d’autres minorités, n’ayant pas réussi à fuir l’avancée de l’EI, furent violées par des gangs, puis vendues comme esclaves sexuelles pour 25 dollars. Une déclaration conjointe de deux responsables de l’ONU fit état d’atrocités commises contre les femmes, fillettes et petits garçons Yézidis, Chrétiens, Turkmènes et Shabak.

Une jeune fille qui réussit à dissimuler un portable en prison, décrivit les terribles expériences vécues par les prisonnières, violées par des douzaines d’hommes en l’espace de quelques heures. Des bébés, nés de viols, étaient enlevés des bras de leurs mères et disparaissaient.

Les décapitations et les viols dans le monde islamique ne semblent pas trop concerner les occidentaux. Cela se passe si loin de chez eux… Gravissime erreur. Ces « coutumes » d’un autre âge commencent à se répandre dans nos pays sans que cela n’inquiète nos responsables, bien à l’abri dans leurs tours d’ivoire.

 

Nos souffrances d’aujourd’hui sont le prélude des vôtres

 

Et comme le déclarait récemment l’Archevêque Amel Shimoun, archevêque catholique chaldéen de Mosul en exil :

« Nos souffrances d’aujourd’hui sont le prélude des vôtres. Les Européens et les Chrétiens occidentaux souffriront dans un futur proche. Le siège de mon diocèse a été occupé par les islamistes, qui veulent que nous voir convertis ou morts. Mais ma communauté est toujours vivante.

S’il vous plait, essayez de nous comprendre. Vos principes libéraux et démocratiques ne valent rien ici. Vous devez considérer notre réalité au Moyen Orient. Vous accueillez dans vos pays un nombre sans celle croissant de Musulmans. Vous êtes aussi en danger. Vous devez prendre des décisions courageuses et fortes, même si elles doivent être en contradiction avec vos principes. Vous pensez que tous les hommes sont égaux, mais ce n’est pas vrai. L’islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux. Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs. Si vous ne comprenez pas cela à temps, vous deviendrez les victimes de ceux que vous avez accueillis chez vous. »

Ce poignant appel à l’Occident a déjà été publié sur divers sites de vigilance, mais il n’est pas inutile de le répéter encore et encore, car le déni de la réalité, de la menace islamique, qui pèse sur nos têtes, sur celles de nos enfants dans un avenir de plus en plus proche, persiste dans l’esprit de ces irresponsables au pouvoir, adeptes du multiculturalisme à tout prix, au point de favoriser un totalitarisme pseudo-religieux, qui imposera une société monoculturelle, soumise à la loi de la charia, à coup de viols et de décapitations.

Attaques des musulmans contre les convertis au christianisme

Nul contrainte en religion … Ils citent tous la sourate 2,256 sans préciser qu’elle fut abrogée par les sourates 8.39 – 9.5 – 9.11 – 9.38.

Selon la jurisprudence islamique et la charia, avec un consensus de tous les savants dans le monde islamique, « nulle contrainte en religion » signifie que tous les arabes, juifs, chrétiens, incroyants et païens ont la liberté de se convertir à l’islam, mais non l’inverse. C’est une liberté à sens unique … tout comme le prétendu dialogue islamo-chrétien, à tolérance unique.

Iran

Pays du « modéré » Rouhani, où les pendaisons d’apostats, de dissidents politiques, de membres de minorités non musulmanes sont organisées de façon industrielle.

Screen-Shot-2014-12-29-at-13.30.05-PM-50

La femme du Pasteur irano-américain Saeed Abedini, emprisonné en Iran depuis près de deux ans, a déclaré que son mari a reçu des menaces de mort de la part de militants sunnites de l’Etat islamique, enfermés dans le même centre de détention.

« Non seulement il risque d’être condamné à mort, car converti au christianisme, mais il est aussi devenu la cible des membres de l’Etat islamique. Mon mari se trouve dans le même bloc que les militants sunnites, mais dans une section séparée. Il craint de quitter sa cellule pour la promenade. J’ai peur pour lui. » Elle ajouta que ses enfants ont envoyé une vidéo au président Obama, le suppliant de ramener leur papa sain et sauf à la maison.

La réaction d’Obama est inconnue à ce jour…

Le Pasteur et sa petite famille à une époque heureuse

Le Pasteur et sa petite famille à une époque heureuse

Le pasteur Matthias Haghnejad, ex-musulman, est accusé d’être hostile envers Allah, un crime punissable de mort.

Le sort de deux autres chrétiens arrêtés avec lui demeure incertain. Le pasteur et ses amis furent arrêtés par les services secrets à leur domicile. Interrogé pendant deux heures, il fut accusé de mener la guerre contre Allah (moharebeh), un délit passible de la peine capitale. Les trois convertis avaient déjà été ciblés par les autorités pour « crime d’évangélisation » et atteintes à la sécurité nationale.

Prêcher l’amour du prochain constitue un danger pour la sécurité du pays, ben voyons.

Kenya

En avril dernier, Hussein Hassan Mohammed, âgé de 30 ans, un musulman converti au christianisme, fit part en pleurant aux fidèles de l’église Mogotion Kingés Outreach Chruch de ce que les musulmans lui firent subir, après sa conversion.

Il fut battu, abandonné inconscient dans une mosquée, sa tête fut mise à prix par les leaders islamiques et son propre père essaya de l’empoisonner. (une expérience similaire a été endurée par un autre musulman converti en Ouganda, que la tante essaya aussi de tuer). Il fut arrêté et torturé, car les autorités refusèrent de croire en sa conversion, prétextant qu’il était en fait un terroriste se faisant passer pour chrétien. (ce qui arrive fréquemment). Conduit à l’hôpital, il demanda à son père de lui rendre visite. Ce dernier lui dit : « Est-ce vrai que tu as embrassé la foi chrétienne ?» Il répondit « oui ».

« Mon père m’avait apporté de la nourriture, mais mon instinct me prévint de la rejeter. Les médecins notèrent que j’étais agité et me conseillèrent de manger, ce que je refusais. Un médecin donna la nourriture à un chat, mais lui aussi refusa de la manger. Elle fut analysée dans un labo et l’on découvrit qu’elle était empoisonnée. »

La police arrêta le père. Interrogé sur ses motifs à vouloir tuer son fils, il répondit : « Mon fils a abandonné l’islam et a sali notre communauté en devenant chrétien. »

Hussein déclara : « je pensais que mon père était venu pour m’aider, mais il voulait juste me tuer ». Quand il quitta l’hôpital, Hussein plaida pour la relaxe de son père, car il lui avait pardonné. La police libéra le père.

Nouvelle Zélande

Les amis de Khalid Muidh Alzahrani, un Saoudien converti au christianisme, qui s’appelait désormais Daniel, s’inquiétaient de la disparition de ce dernier de son appartement à Christchurch. Ils craignaient que Daniel eut été enlevé et reconduit à La Mecque, la ville sainte de l’islam. En Arabie saoudite, le code pénal prescrit la peine de mort pour l’Apostat. « En islam, nulle contrainte en religion », nous répètent les spécialistes de la taquyia. Ah bon, alors pourquoi celui qui quitte l’islam est condamné à mort ?

Daniel arriva à Christchurch il y a 5 ans pour y étudier l’anglais. Il se convertit au christianisme et demanda le statut de réfugié, qu’il obtint sans problème, vu qu’il risquait d’être persécuté pour sa foi dans son pays d’origine où la liberté de religion n’existe pas et où la liberté d’expression est considérée comme un blasphème, passible de la peine de mort.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Ah, l’islam, religion parfaite, modèle à suivre, religion supposée apporter bonheur, justice et félicité à l’humanité…

Daniel était terrifié à l’idée qu’il pouvait être enlevé et obligé de retourner dans son pays de « liberté selon la charia ». Contacté par les autorités, l’ambassadeur saoudien déclara que Daniel avait personnellement insisté pour rentrer afin de rendre visite à sa mère et que le consulat avait payé son billet d’avion.

Mais ses amis ne le croient pas.

La dernière fois qu’ils avaient vu Daniel, il était accompagné par deux étrangers arabes, sans doute des agents du gouvernement saoudien ou envoyés par la famille, pour l’emmener hors du pays d’accueil sous la contrainte.

Il y a eu de nombreux autres cas de Saoudiens extradés de force des pays où ils avaient trouvé refuge. En 2012, Hamza Kashgari, un chroniqueur, accusé d’avoir insulté le prophète sur twitter, essaya de rejoindre la Nouvelle Zélande, mais il fut intercepté à Kuala Lumpur en Malaisie et renvoyé en Arabie saoudite, où il fut emprisonné sans jugement.

En mai dernier, un jeune chrétien saoudien, arrivé à Auckland deux mois auparavant, fut enlevé en pleine rue par trois hommes, juste avant son interview pour obtenir le statut de réfugié, et renvoyé en Arabie saoudite, où il fut arrêté, emprisonné et torturé. Son avocat, Roger Chambers déclara que le jeune homme parvint à contacter secrètement ses amis à Auckland et leur fit part du cauchemar qu’il était en train de vivre. S’il ne renonçait pas à sa foi chrétienne, il pouvait s’attendre à être décapité.

Yémen

Les membres musulmans de la famille d’une femme convertie au christianisme, remplacèrent l’huile végétale d’une bouteille par de l’essence. Quand la malheureuse versa ce qu’elle croyait être de l’huile dans la poêle chaude pour préparer le déjeuner, le liquide s’enflamma et la bouteille explosa. Les flammes l’enveloppèrent sous les regards et les cris affolés de ses quatre enfants (Morning Star News). Le mari, entendant les cris, accouru dans la cuisine et s’acharna à éteindre les flammes, tandis que l’un de ses fils s’approcha de sa mère pour la réconforter, mais il fut lui-même brûlé. Transportée à l’hôpital, la malheureuse, âgée de 33 ans, succomba à ses blessures après deux semaines de terribles souffrances. Quand le mari retourna à la maison, un parent lui raconta l’impensable : certains membres des deux familles avaient décidé de remplacer l’huile végétale par de l’essence afin de les punir. Le couple s’était converti au christianisme et refusait de revenir à l’islam.

Nazeera a l’hôpital après la tentative d’homicide par le feu

Nazeera a l’hôpital après la tentative d’homicide par le feu

Mais l’islam est si tolérant …

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

 

Source : Raping and Beheading the Faithful -Muslim Persecution of Christians, August 2014 Raymond Ibrahim (extraits)

 

vu sur : http://www.dreuz.info/2014/12/archeveque-catholique-de-mosul-aux-occidentaux-nos-souffrances-daujourdhui-sont-le-prelude-des-votres/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
7 janvier 2015 01:59
27/12/2014 – 18h00 Lattes (Lengadoc-info.com)
  
 Une nouvelle mosquée géante va-t-elle apparaître dans la région de Montpellier ?
 
 C’est ce que laisse à penser l’association Aïcha, créée en mars 2014 à Montpellier dans le but « d’enseigner le message et la pratique de l’islam ».
L’association, présidée par Driss El Youssfi, a annoncé ce vendredi « nous avons avec la grâce d’Allah signé un compromis de 800 000 € pour un terrain de 35 000 m² ».


En effet, le 17 décembre, lors d’une assemblée générale extraordinaire, la Société Civile Agricole « Le Tinal » a donné « tous pouvoir à M. Patrick, Jacques Bouaziz pour la vente de ce terrain et du bâtiment, situés à Lattes, Domaine de Maurin » à l’association Aïcha.


L’association Aïcha est au service de l’imam Mohamed Khattabi d’origine marocaine, un des soutiens musulmans du parti socialiste, il avait notamment soutenu la candidature de Jean Pierre Moure lors des dernières élections municipales. 

View image on Twitter

lengadoc-info.com , 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.
vu sur : http://by-jipp.blogspot.fr/2014/12/lattes-vers-la-construction-dune.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/ojiPR+(Ma+France)
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
6 janvier 2015 22:33

Du grec épiphanéia : « apparition » ; de épiphainéin : « paraître ou briller sur ». La Solennité de l’Epiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme Messie.

Le mot « Épiphanie » désigne les manifestations de Dieu aux hommes, et plus précisément sa venue dans le monde en un temps historique donné, en la personne de Jésus-Christ. C’est le sens profond de la fête de l’Épiphanie qui, avec l’évocation des mages venus d’Orient, rappelle tout particulièrement la dimension universelle du message évangélique.

La fête de l’Épiphanie célèbre la manifestation de Dieu aux rois mages et plus largement aux païens. L’Évangile de Matthieu relate la venue des mages venus d’Orient à Bethléem, sous la conduite d’un astre, pour adorer « le roi des Juifs qui vient de naître ». Ils lui offrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Ces sages venus d’Orient, ces étrangers à Israël, sont la manifestation du caractère universel du salut apporté par le Christ.

Dans l’Église latine, l’adoration de Jésus par les rois mages devint peu à peu l’objet principal de la fête de l’Épiphanie. A partir du Vème siècle, l’Église d’occident célébra la naissance de Jésus le 25 décembre (Noël) et la manifestation aux païens en la personnes des mages le 6 janvier.

Fra Angelico, L’Adoration des mages

Selon une tradition venant du VIIème siècle, les mages dont parle l’Évangile seraient des rois : les rois mages. Ils étaient au nombre de trois : Melchior, Gaspard et Balthazar. C’est les noms qu’on leur a donnés au VIème siècle. Le chiffre 3 est très symbolique, il symbolise d’abord les 3 continents : Asie, Afrique et Europe (qui étaient les seuls connus à l’époque). C’est aussi l’image des trois fils de Noé : Sem, Cham et Japhet. Le chiffre 3 représente aussi le nombre de cadeaux qui selon l’Évangile étaient au nombre de 3 : l’or, l’encens et la myrrhe.

Le chiffre 3 figure enfin les trois âges de la vie. Melchior est présenté avec une longue barbe et il est le plus âgé des trois. Il offrit l’or. Gaspar est le plus jeune des trois et il donna l’encens. Balthazar est barbu sans être âgé et il fit l’offrande de la myrrhe. On leur attribua au XVIème siècle une couleur de peau distincte pour chacun : blanche, noire et jaune.

La tradition veut que pour le jour de la Fête des rois mages, on partage un gâteau dans le quel est dissimulée une fève. D’ou vient cette tradition de l’Épiphanie ? Ce ne sont pas les mages qui ont apporté la galette. Cette tradition remonte à la fête pré-chrétienne du 6 janvier. La galette symbolise le retour de la lumière après les longues nuits d’hiver.

Dans le nord de la France, c’est un gâteau en forme de galette feuilletée très souvent fourrée à la frangipane. La frangipane est une sorte de crème d’amande inventée au XVI° siècle. La galette ronde, plate et de couleur dorée représente le soleil. La galette des rois est une tradition typiquement française.

Au sud, en Provence et dans le sud ouest, c’est un gâteau ou une brioche en forme de couronne qui évoque la couronne des rois. En Provence, elle est fourrée aux fruits confis.

Source

vu sur : http://www.fdesouche.com/549247-lepiphanie

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
5 janvier 2015 21:09

La foi en prison

 

Malgré les attaques successives contre notre pays, aucun gouvernement ne réagit et ne prend les bonnes décisions. Pourtant ce n’est pas faute de prévenir nos élites mondialisées du danger que court la France. Nombre de sociologues, de géographes tels Christophe Guilluy décrivent avec précision les réalités françaises, mais tout le monde n’en a cure. On dit même qu’ils attisent la haine contre une partie de la population.

 

image: http://cdn.stickyadstv.com/prime-time/intext-roll-ad-message-fr.png

 

Nos dirigeants savent aussi que l’Islam radical se nourrit en prison, celles-ci étant infestées par les salafistes et autre fous de Dieu. Et encore une fois personne ne réagit. Il faut que cela soit un aumônier musulman qui témoigne des réalités en milieu carcéral pour que le législateur tende l’oreille « C’est le constat de Mohamed Loueslati, aumônier musulman depuis plus de quinze ans dans les prisons françaises. « En quinze ans de visites quotidiennes dans ces prisons, j’ai vu le nombre de détenus dit « radicalisés » augmenter, j’ai vu leurs propos devenir de plus en plus violents.


Malheureusement, au cours de ces quinze années, j’ai également vu les moyens mis à ma disposition pour lutter contre cet islam radical stagner… », explique-t-il dans un article de L’Obs avant d’ajouter « aujourd’hui, on entend ouvertement parler de meurtre et de djihad, ce qui n’était pas le cas avant ».

D’après lui, la réussite de la déradicalisation dépend aussi en grande partie de la réinsertion, mais la sortie, bien trop souvent, n’est pas préparée faute de moyens et nombreux sont ceux qui n’auront que deux options : le trafic de drogue ou la Syrie. »


Mais malgré cela nous prenons le pari aujourd’hui que nos gouvernants ne changerons rien à cette situation.

D’abord parce qu’ils ne veulent pas, ensuite parce qu’idéologiquement ils ne sont pas prêts à chambouler leur façon de penser pour durcir un milieu où le laxisme et l’impunité règne en maître. Il aurait fallu qu’ils soient de droite, mais la vraie.

Celle qui croit en l’autorité et dans la discipline. Est-ce qu’elle existe en France ? Permettez-moi d’en douter.


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/01/26/le-danger-neglige-par-hollande-de-la-radicalisation-islamique-dans-les-prisons-francaises/#zg7T5vEqtS03O365.99

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions