Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

22 juillet 2012 23:13

Après l’inauguration de la mosquée de Cergy par le ministre de l’intérieur Manuel Valls ( 1-voir vidéo plus bas), voilà que l’Élysée organise des séances de lèche-babouche.

En effet, fidèle à la gauche Inch’Allah, l’ectoplasme de la France laïque a reçu, avec les plus grands égards, le mamamouchi de la mosquée de Paris, sous l’œil complice et approbateur des journalistes, devenus depuis l’instauration de la dictature du Bien étrangement dociles… (c’est bien connu, quand ils retrouvent leurs maitres socialistes, les chiens de gardes de la presse française se transforment en caniches serviles ).

Alors quel était l’objectif de cette petite sauterie coranique ?. Selon l’Elysée il s’agissait de « saluer » le début du Ramadan. Une période religieuse qui consiste à ne rien avaler pendant la journée pour mieux s’empiffrer, s’engraisser, et se faire péter la panse du coucher du soleil jusqu’à l’aube.

Autant dire qu’il n’y a que des adorateurs d’Allah et des gardiens de chèvres dans le désert pour suivre un régime aussi débile.

Questions :

  1. Notre président de synthèse invitera-t-il à l’occasion du carême des représentants de l’Église catholique avec autant de déférence ?
  2. Est-il prêt à jouer ce petit cinéma pour toutes les fêtes religieuses qui concernent les Français… (adventistes, protestants, Bouddhistes, Sikh, etc…) ?
  3. Mais qu’aurait-on dit si Sarkozy nous avait joué ce petit théâtre ?
  4. Est-ce-bien raisonnable de recevoir dans l’enceinte d’une république laïque les représentants d’un culte religieux à l’occasion d’une fête religieuse ?

Réponse:

Les socialistes franc-maçons, européistes et immigrationistes se foutent de votre gueule !

(1)-Inauguration d’une mosquée par un ministre franc-maçon, socialiste, et d’une république laïque


Inauguration mosquée de Cergy par vonews

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
22 juillet 2012 01:29

Avec le ramadan qui débute ce vendredi, les conflits et les incompréhensions risquent de se multiplier dans les entreprises. Témoignages sur la gestion de la question religieuse au quotidien.


 

Une musulmane prie sur son lieu de travail

Une responsable de la communication d’EDF refuse de toucher au téléphone et à l’ordinateur le vendredi, jour du sabbat. A Orange, un téléconseiller sort son tapis de prière dans le centre d’appels. Et interdit à ses collègues de manger car c’est le ramadan. Par courriel, ce salarié a même ordonné à sa manager de s’habiller décemment, arguant qu’elle offensait le Prophète. A Areva, un sikh veut garder son turban sur la photo de son badge d’accès à un site nucléaire, alors que les collaborateurs doivent être reconnaissables, et donc nue tête.

Dans l’entreprise, certaines situations en lien avec la diversité religieuse peuvent vite dégénérer.(…)

De fait, face à la question religieuse, le manager perd souvent ses repères. « Il peut craindre d’être accusé de discrimination. Il peut aussi estimer que  la religion n’a pas à interférer dans l’entreprise. Dans tous les cas, il est décontenancé », constate Catherine Delpirou, directrice reconnaissance et qualité de vie au travail à EDF. De même, « les partenaires sociaux sont gênés pour traiter ces situations qui opposent souvent les salariés entre eux », abonde Philippe Thurat, directeur de la diversité d’Areva.

Révélateur : à Orange, les langues ont commencé à se délier au cours d’un audit mené avec une méthodologie n’abordant pas directement le sujet. (…) Les conflits ont alors été localisés. « Ils se déroulent en particulier dans les centres d’appels ou lors des relations avec les clients dans les boutiques et avec les techniciens d’intervention recrutés au cours des dix dernières années. » (…)

Dans le BTP, sur un chantier, un ouvrier sikh est licencié car il refuse de retirer son turban et de mettre son casque. Les juges donnent raison au patron, au motif que la sécurité du collaborateur est en jeu. Ils ont aussi admis qu’un boucher ait licencié un apprenti qui refusait de couper de la viande de porc. De même, une vendeuse d’une boutique de mode voulait garder son voile, ce qui a été jugé contradictoire avec le fait de vendre des vêtements. Idem pour cette cuisinière d’une maison de retraite qui refusait d’enlever son foulard pour porter la charlotte obligatoire. (…)

Sur les différences d’alimentation, certaines sociétés ont décidé de proposer un plat végétarien de façon systématique. Autre cas : un collaborateur demande à partir avant la tombée de la nuit le vendredi, pour le sabbat. « Pourquoi pas, si cela n’entrave pas la bonne marche de l’activité, et sous réserve qu’il compense par une présence plus tardive un autre jour de la semaine. (…) Quand un collaborateur demande un lieu pour ses prières, Orange laisse l’accès à « une salle de réunion vacante, sans pour autant qu’il soit question de l’annexer », explique Laurent Depond.

Par ailleurs, dans certaines boutiques Orange, « de plus en plus de clients exigent de n’être servis que par un homme. Aussi faudrait-il recruter davantage d’hommes vendeurs », ont proposé quelques responsables de boutiques à Laurent Depond. « Hors de question, répond ce dernier. Que diriez-vous à un client qui refuserait d’être servi par un Noir ou par un Arabe ? » Réponse : « On l’enverrait dehors, bien sûr ! »

Suite et source : L’Expansion

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
22 juillet 2012 01:01

L’Arabie saoudite a menacé d’expulser les expatriés non musulmans qui mangent, boivent ou fument en public durant le ramadan, le mois de jeûne musulman qui a commencé vendredi dans le royaume.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur invite les expatriés non musulmans à « respecter les sentiments des musulmans en s’abstenant de manger, de boire ou de fumer dans les endroits publics, dans la rue et sur le lieu du travail ». « Les autorités prendront des mesures radicales, notamment la rupture des contrats et l’expulsion des coupables », ajoute le ministère, indiquant que « les compagnies, les sociétés et les individus sont tenus d’en informer leurs employés ».

Le Point

Ca c'est de la démocratie - les sociétés étrangères vont apprécier - il ne reste plus qu'à faire pareil en Françe, d'ailleurs notre ministre de l'Islam Valls y a surement pensé

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
14 juillet 2012 02:42

CRECHES-SALAFISTES.jpg(…) Des responsables au Ministère de la Femme ont alerté le pouvoir à plusieurs reprises, jusqu’ici sans succès, de l’explosion du nombre de jardins d’enfants tenus par des mouvements salafistes. Qui imposent leur vision de l’islam aux petites filles, dans un délire rigoriste qui alarme Faouzia Jabeur, directrice générale chargée de l’enfance auprès du ministère des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées:
(…)
la description de ces jardins d’enfants « islamiques » fait froid dans le dos: fillettes voilées de la tête aux pieds, « pas de jouets, c’est haram (illicite), pas de mixité, c’est haram, pas de chant et de musique, c’est haram, pas de danse et de jeu, c’est satanique… » décrit la journaliste de Kapitalis qui a mené l’enquête. Et de conclure: « On sait comment le drame de l’Afghanistan a commencé: avec la multiplication des médersas soi-disant islamiques, qui se sont transformées en fabriques de terroristes à la solde de l’internationale wahhabite.
(…)

Suite et source : La Vie.fr

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
13 juillet 2012 10:22

Au Moyen-Orient, des musiciens réorientent le discours antireligieux du black metal (un sous-genre du heavy metal), qui s’en prend traditionnellement au christianisme, pour dénoncer l’islam. Une posture risquée dans des pays où les autorités religieuses ont énormément d’influence.

L’un de ces groupes, irakien, est mené – comble de l’hérésie – par une femme. Elevée dans un foyer musulman mais « ouvert d’esprit », Anahita, 28 ans, a perdu ses parents et un frère dans un attentat-suicide perpétré par un musulman.

Quand on lui demande que ce feraient les leaders religieux s’ils découvraient les paroles son groupe, elle explique :

« La réponse est simple : ils me tueraient, ainsi que tous mes amis, en nous décapitant. »

TheAtlantic.com via Rue89

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
13 juillet 2012 02:11

pyramides.jpgSelon plusieurs rapports dans les médias arabes, d'éminents dignitaires religieux musulmans ont commencé à appeler à la démolition des grandes pyramides d'Egypte, ces « symboles du paganisme », selon les mots du cheikh saoudien Ali bin Said al-Rabi’i, que le parti salafiste d’Égypte envisage depuis longtemps de recouvrir de cire.

Plus récemment, Abd al-Latif al-Mahmoud, « le cheikh des cheikhs sunnites » de Bahreïn et  président de l’Unité nationale, a appelé le nouveau président de l'Egypte, Muhammad Morsi, à « détruire les Pyramides et à réaliser ce que Sahabi Amr bin al-As n’a pas été en mesure d’accomplir ».

Il s’agit d’une référence au compagnon du prophète musulman Mahomet, Amr bin al-As, et ses tribus arabes qui ont envahi et conquis l'Egypte circa641. Sous al-As et le règne musulman qui a suivi, de nombreuses antiquités égyptiennes, vues comme des vestiges d'infidélité, ont été détruites. Bien que la plupart des universitaires occidentaux prétendent le contraire, les premiers scribes musulmans affirment que la grande Bibliothèque d'Alexandrie elle-même, considérée comme dépositaire du savoir païen contraire au coran, a été détruite sous le règne de Bin al-As conformément aux instructions du calife Omar. [...]

Aujourd’hui, note le « cheikh des cheikhs » de Bahreïn, la technologie moderne permet de détruire les pyramides. Il reste à savoir si le président d’Égypte, un Frère musulman, est suffisamment « pieux » et s’il est prêt à compléter le processus d’islamisation entamé par le premier conquérant islamiste de l’Égypte.

Un tel scénario n’est pas invraisemblable. L'histoire fourmille d'exemples de musulmans ayant détruit leur patrimoine pré-islamique – à commencer par Mahomet lui-même qui a détruit le temple Ka’ba d’Arabie, le transformant en mosquée. [...]

Une grande partie de la haine des musulmans pour leur patrimoine pré-islamique est liée au fait que, traditionnellement, ils ne s’identifient pas à telle nation, culture ou langue, mais seulement à la oumma, ou nation islamique. Par conséquent, même si de nombreux Égyptiens, musulmans et non musulmans, se voient d’abord et avant tout comme des Égyptiens, les islamistes n'ont pas d'identité nationale, ils s’identifient seulement à la « culture » islamique basée sur la « sunna » du prophète et à l’arabe, la langue de l’islam. Ce sentiment s’est clairement exprimé quand l’ancien leader des Frères musulmans, Mohammed Akef, a récemment déclaré « Au diable l’Égypte », indiquant par là que les intérêts de son pays sont subordonnés à ceux de l’islam. [...]

Source : Calls to Destroy Egypt's Great Pyramids Begin, par Raymond Ibrahim, 10 juillet 2012. Extrait traduit par Poste de veille

 


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 juillet 2012 03:59

afghanistan-execution-filmee-d-une-femme.jpg

AFGHANISTAN

  

L'exécution filmée d'une jeune Afghane accusée d'adultère circule sur Internet. Les autorités ont lancé une chasse à l'homme pour en retrouver les auteurs.

 

 

 

Une vidéo montrant l’exécution par balle d’une femme soupçonnée d’adultère dans un village à une centaine de kilomètres de Kaboul relance une nouvelle fois la polémique sur les avancées de la condition féminine en Afghanistan après dix années de présence internationale.

 

La publication de cette vidéo intervient quelques heures après une importante réunion internationale à Tokyo des bailleurs de fonds de l’Afghanistan, qui ont pressé les autorités afghanes d’améliorer les droits de la femme en échange de l’octroi d’une aide de 16 milliards de dollars d’ici 2015.

Les images de la vidéo sont évidemment horribles. Dans un petit village de la province de Parwan, qui touche celle de Kaboul, plusieurs dizaines d’hommes, assis par terre ou regroupés sur des toits de maisons à flanc de montagne, fixent la silhouette d’une femme recouverte d’un voile grisâtre, qui leur tourne le dos.

L’accusée, assise sur ses talons, écoute son arrêt de mort, sans bouger ni chercher à s’enfuir. Tout juste se permet-elle de tourner fugitivement la tête en début de séquence.

"Cette femme, fille de Sar Gul, soeur de Mostafa et épouse de Juma Khan, s’est enfuie avec Zemarai. Elle n’a pas été vue dans le village pendant environ un mois", énonce son vraisemblable juge, un homme portant une longue barbe noire, après avoir cité quelques versets du Coran condamnant l’adultère.

"Dieu nous dit d’en terminer avec elle"

"Mais heureusement, les moudjahidines l’ont attrapée. Nous ne pouvons lui pardonner", poursuit le juge taliban. "Dieu nous dit d’en terminer avec elle. Juma Khan, son mari, a le droit de la tuer". Une Kalachnikov est alors tendue à un homme vêtu de blanc qui se poste deux mètres derrière l’accusée.

Aux cris d’"Allah akbar" (Dieu est grand), celui-ci tire deux premiers coups en direction de la femme qu’il manque. Une troisième balle la touche à la tête. La victime s’écroule. Ce qui n’empêche pas son bourreau de faire feu à encore dix reprises sur son cadavre.

Dans la foule, uniquement composée d’hommes, certains enregistrent la scène sur leurs téléphones portables. D’autres demandent au tueur d’arrêter de s’acharner. D’autres ont le sourire aux lèvres. Des "Longue vie à l’islam" et autres "Longue vie aux moudjahidines" résonnent.

Arrêtée par les talibans

La version officielle est substantiellement différente. D’après Roshna Khalid, une porte-parole de la province de Parwan, Najiba, 22 ans, a été arrêtée par les talibans pour avoir eu des "relations" (extra-conjugales) avec un commandant taliban du district de Shiwari, dans la province de Parwan.

"Il y a seize jours", les insurgés ont décidé "en moins d’un heure qu’elle était coupable et l’ont condamnée à mort. Ils l’ont abattue devant les habitants de son village", a raconté la porte-parole. La police et l’armée, mobilisées ailleurs, n’ont pu intervenir, selon elle.

Les forces de sécurité préparent toutefois "une grande opération" dans le district "pour retrouver les coupables", a averti Roshna Khalid.

Un acte "anti-isalmique"

Le ministère afghan de l’Intérieur a "fortement condamné" un acte "anti-islamique et inhumain" commis par "des tueurs professionnels".

Des crimes odieux perpétrés contre des femmes sont rapportés chaque mois en Afghanistan, surtout dans les campagnes régies par les traditions. Selon l’ONG Oxfam, 87% des Afghanes affirment avoir subi des violences physiques, sexuelles ou psychologiques ou un mariage forcé.

Dans les grandes villes, où l’influence de la coalition de l’Otan, présente depuis fin 2001, est sensible, des progrès sont palpables.

Mais ils ne sont pas assez massifs, notamment en raison de la duplicité du gouvernement qui épouse la cause des femmes pour "continuer à recevoir" de l’aide internationale mais écoute "en pratique" "les demandes des éléments extrémistes", dénonce la société civile.

Début mars, le président Hamid Karzaï a ainsi appuyé le Conseil des oulémas, la plus haute autorité religieuse, lorsque celui-ci a édicté que "l’homme est fondamental et la femme secondaire".

Droits des femmes en danger

Nombre d’ONG redoutent que les droits des femmes afghanes ne fassent les frais d’un éventuel futur retour au pouvoir des talibans, avec qui M. Karzaï et les Occidentaux tentent de négocier la paix.

Dimanche, à Tokyo, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton avait lancé un vibrant plaidoyer pour les femmes d’Afghanistan.

"Les Etats-Unis sont convaincus qu’aucune nation ne peut parvenir à la paix, la stabilité et la croissance économique si la moitié de sa population n’a pas de droits", a souligné la secrétaire d’Etat.

Dimanche soir, le chef de la diplomatie britannique William Hague a déclaré qu’il était "choqué et dégoûté" par les informations publiées sur cette exécution.

"Des actions aussi déplorables que celle-ci soulignent le besoin vital pour une meilleure protection des droits des femmes et des filles en Afghanistan", a-t-il déclaré dans un communiqué.

source : le matin

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
11 juillet 2012 01:56

SALAFISTES-TUNISIENS.jpgDevant quelque 300 militants réunis au Palais des Congrès de Tunis, les responsables du parti ont présenté leur programme qui vise à l'instauration en Tunisie d'un Etat islamique. Interrogé par l'AFP sur les violences déclenchées en juin par des jeunes salafistes, Mohamed Khouja a indiqué souhaiter les attirer afin que ces derniers participent à la vie politique. «Beaucoup de jeunes n'ont pas trouvé quelqu'un qui les écoute. Nous les comprenons, et pour cela nous essayons de les attirer et de les encadrer», a-t-il dit, estimant qu'ils devaient participer sur le terrain politique «à la construction de la nouvelle Tunisie».

Ils avaient jusqu’ici planqué leurs pancartes et leurs slogans. Sortant parfois de l’ombre dans la vieille ville de Tunis, ou à Monastir, pour s’en prendre aux jeunes filles sans le hijab. Depuis peu, ils font entendre leur voix. Et se démarquent du parti Ennahda, associé au pouvoir, depuis la chute de Ben Ali. Le Front de la réforme, qui se veut un parti ouvertement islamiste et qui prône l’application de la charia, a réuni pour la première fois, dimanche, au coeur de la capitale tunisienne ses partisans.
Il a appelé, ni plus ni moins, les autorités à renoncer à la séparation du religieux et du politique.


Suite et source : Le Parisien

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 juillet 2012 02:10

voile islamique au sportLa FIFA a levé l’interdiction de porter le voile pour les footballeuses féminines. Cette décision, favorablement accueillie par l’Iran et Arabie Saoudite, marque une percée de l’Islam politique sur un terrain pourtant historiquement neutre. La Fédération française de football (FFF) a pour sa part interdit ce vendredi à ses propres licenciées le port du voile.

Atlantico : La FIFA a autorisé les footballeuses musulmanes à jouer avec le foulard islamique (hijab) grâce à la levée de l’interdiction par l’International Board qui définit les règles du football mondial. Si l’Iran et l’Arabie Saoudite s’en félicitent, d’autres organisations montent au créneau et dénoncent les pressions qui sont à l’origine de cette décision. Quelle est la position de la Ligue du Droit International des Femmes ?

Annie Sugier : Cette décision prise par l’International Board est d’autant plus incompréhensible quand on sait à quel point le sport mondial est codifié par le respect de principes universels. Par exemple, quand des athlètes obtiennent une combinaison qui peut les aider à gagner – comme les nageurs – les débats sont vifs et se concluent toujours par une interdiction de la tenue en question.

Dans le cas de ces footballeuses, elles ont une combinaison qui est différente des autres et ne sont plus sur le même pied d’égalité. A mon avis on les aide à perdre car l’image de la sportive est éclipsée par la volonté des pays islamistes d’imposer une notion contraire à la réglementation. On stigmatise le corps de certaines athlètes.

Ensuite, cette décision nuit au combat des pionnières marocaines, algériennes et tunisiennes telles que Nawal El Moutawakel ou Hassiba Boulmerka qui avaient respecté la réglementation et qui étaient menacées par les intégristes religieux. Ces femmes ont réellement résisté et seront condamnées à abandonner le discours qui les protégeait et qui consistait à dire qu’elles ne portaient pas le costume islamique en raison de la réglementation.

On remarque que dès lors qu’il s’agit des femmes, on cède trop facilement aux exigences posées par des pays qui n’ont cure de la défense de leurs droits.

Estimez-vous que cette décision est due à l’insistance du fils du roi Hussein de Jordanie, le prince Ali Bin Al Hussein, vice-président de la Fifa ?

Non seulement on a cédé au Prince Ali, mais aussi à l’Iran car cette interdiction pénalisait en premier lieu l’équipe féminine d’Iran. Le pays avait affiché très clairement qu’il s’agissait d’une position religieuse, or la loi n°4 stipule bien qu’aucune expression politique ou religieuse n’était autorisé dans le stade olympique.

Le Prince Ali représente aussi les intérêts des pays du Golfe qui désirent non pas le respect pour les femmes de la loi olympique ou sportive mais le respect de leur interprétation d’une loi religieuse. (…)

Atlantico

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
10 juillet 2012 01:44
Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
8 juillet 2012 01:11

Maroc-Nhari

L'imam Abdellah Nhari

___________________

La justice marocaine a ordonné dimanche l’ouverture d’une enquête pour « incitation à la violence » après un appel lancé récemment par un imam radical contre un journaliste favorable à la liberté sexuelle.

« Suite à ce qui a été relayé par certains médias concernant les déclarations du dénommé Abdellah Nhari (ndlr, un imam qui prêche à Oujda), et l’incitation à la violence que ses propos peuvent engendrer via les prêches, le Parquet ordonne l’ouverture d’une enquête », indique un communiqué de la cour d’Appel d’Oujda (nord-est).

Lors d’un prêche tenu vendredi dernier à Oujda, Abdellah Nhari, connu pour ses propos radicaux, a déclaré que le journaliste Elmokhtar Laghzioui, rédacteur en chef du quotidien Al Ahdath Al Maghribia, « est un +dayoute+ (celui qui n’est pas jaloux, en arabe, ndlr) et en islam, le +dayoute+ doit être tué ». Cet extrait a été diffusé le vendredi sur le site internet Youtube et repris par plusieurs site marocains. L’imam réagissait ainsi après des déclarations du journaliste à une chaîne satellitaire comme quoi il était « favorable » aux libertés individuelles, notamment sexuelle, y compris lorsqu’il s’agit « de sa mère ou de sa soeur ».

Les déclarations de l’imam Nhari « sont susceptibles de conduire à des actes criminels, des incitations à la violence via les prêches », poursuit le communiqué de la cour d’Appel d’Oujda. « Je suis soulagé que les autorités judiciaires aient pris au sérieux cette menace. Ce n’est pas une affaire de personnes. Il s’agit d’un véritable danger pour la liberté individuelle au Maroc », a déclaré Elmokhtar Laghzioui.

Cette affaire intervient en plein débat sur les libertés individuelles, et notamment la liberté sexuelle, entre conservateurs islamistes et laïcs.

Source : Demain,

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
8 juillet 2012 01:01

La guerre de religion a-t-elle commencéLe ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait part jeudi de sa condamnation "la plus ferme" après la violente agression mercredi d'un élève de l'école juive de Toulouse. Maintenant que les agressions antisémites sont médiatiquement et politiquement reconnues, n'est-il désormais pas temps de se pencher sur leur origine ?

Atlantico : Mercredi soir, un élève de l'école juive de Toulouse (où quatre personnes avaient été tuées par Mohamed Merah en mars) a été violemment agressédans un train reliant Toulouse à Lyon, un mois seulement après une attaque contre de jeunes juifs dans la banlieue lyonnaise. Les actes antisémites sont-ils désormais "banalisés" en France ?

Gilles-William Goldnadel :Il semble quand même que les consciences s'éveillent par rapport à cette vérité, qui jusqu'à maintenant a été dénaturée, voire niée.

La négation a existé pendant très longtemps !La tendance lourde des années 2000 était de qualifier la plupart des actes antisémites d'incivilités, de gestes désespérés de la part de "paumés" des quartiers, etc. La dénaturation résidait elle dans le fait de ne pas vouloir révéler l'origine des responsables de ces actes antisémites.

Pire, les associations prétendument antiracistes étaient les premières à laisser penser que ces agresseurs étaient issus du Front national, ou de simples "skinheads" ! D'ailleurs dans l'affaire de Mohamed Merah, le plus comique si j'ose dire, c'est ce que SOS Racisme osait nous vendre en pleine campagne présidentielle : derrière cette affaire était supposée planer l'ombre de l'extrême droite ! Cela a été une tendance lourde, voire obsessionnelle de la gauche et de son antiracisme. L'idée étant de vendre de "l'ectoplasme" pour cacher des êtres faits de chair et de sang.

Par une sorte de triste ironie, la réalité finit toujours par s'imposer, mais il est souvent trop tard !

Pour le reste, je ne sais pas si quantitativement, les agressions antisémites sont plus fréquentes. Reste dans tous les cas que cet antisémitisme est violent et installé, précisément parce qu'au moment où il était encore temps de l'empêcher, rien n'a été fait. Je ne vois pas très bien comment on va désormais pouvoir l'extirper.

Si un antiracisme véritable, non instrumentalisant et idéologisé, avait dit les choses comme elles devaient être dites, l'antisémitisme ne serait pas aussi ancré aujourd'hui dans notre société. Il suffisait pourtant de souligner que :

  • L'antisémitisme de toujours a muté, et est désormais à l’œuvre dans les banlieues. Pire, il est à son zénith au sein de l'islamisme ;

  • Cet antisémitisme islamiste prend sa source à l'antisémitisme islamique et arabe qui, en vérité, a toujours été puissant, contrairement à la légende dorée qu'on s'est plu à conter ;

  • Cet antisémitisme islamique trouve de surcroît un accommodement de la part de l’intelligentsia, qui elle-même a viré à un antisionisme virulent. D'une certaine manière, elle s'est accommodée à un anti-israélisme radicalement antisémite qui n'a rien à voir avec la critique éventuelle du gouvernement israélien.


    Pourtant, les chiffres communiqués par la Commission nationale consultative des droits de l'homme (qui travaille auprès du gouvernement) expriment très clairement une baisse avérée des "faits antisémites". Ces derniers entre 2009 et 2010 passant de 815 à 466, soit une baisse de 43%. Ne croyez-vous pas en réalité que ce sont les actes de violence en général qui sont banalisés ?

Je sais simplement que qualitativement, depuis l'assassinat d'Ilan Halimiet le massacre de Toulouse, on a changé de braquet. J'ai très clairement l'impression que la tendance est à la hausse.

Au-delà de la quantité, on est plus du tout dans le même ordre de violence qu'il y a encore quelques années, et c'est indéniable !

Reste que comme la réalité des actes antisémites commence à poindre, on peut enfin en finir avec les simples d'esprit qui pinaillaient sur l'existence même de ces agressions...

Pensez-vous que les médias n'abordent pas assez la question de l'antisémitisme ?

Les médias font enfin leur travail. Car il y a encore quelque temps, les médias cachaient, niaient et dénaturaient les actes antisémites. Le lecteur avait le choix, il s'agissait soit de règlement de "bandes" inter-ethniques, d'agressions aveugles, etc. 

Reste que de manière générale, il y a encore quelques progrès à faire... En particulier pour Le Nouvel Observateur qui titre de manière racoleuse en UNE sur "Antisémitisme, ce qu'on ne veut pas dire"... Et qui ne trouve personne d'autre à interviewer sur la question que Théo Klein et Esther Benbassa (sénatrice Vert, une référence !), sans doute les deux plus importants vecteurs des années 2000 qui ont contribué à occulter le débat.Avec des experts pareils, peu de risques de voir baisser la violence antisémite.

 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait part de sa condamnation "la plus ferme" à l'égard de l'agression précitée. Une telle condamnation, même avec les formes et la gravité nécessaire, est-elle suffisante ?

Les déclarations de Manuel Valls se résument à l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Il est évident que par rapport à la sinistre période de Lionel Jospin /Daniel Vaillant, qui ne voulaient rien voir, ni antisémitisme radical ni antisémitisme des banlieues, c'est évidemment préférable.Mais je voudrai quand même pouvoir lire sous la plume du ministère de l'Intérieur l'existence de l'antisémitisme d'origine islamique.

Je crois qu'il est temps de franchir le pas !

Dans ces conditions, quelles mesures devraient être prises ?

Tout d'abord, commencer par dire les choses. Ensuite,Jean-Christophe Rufin avait remis à la demande de Dominique de Villepin un rapport (qui a été enterré) où il expliquait que s'il on voulait vraiment combattre utilement l'antisémitisme, il fallait également proscrire l'antisionisme radical qui se dissimulait à peine derrière l'antisémitisme.Le MRAP et autres ligues des droits de l'Homme s'y sont violemment opposées, puisque cela heurtait leur anti-israélisme pathologique.

Il faut donc en finir avec ces a priori sur la communauté juive ! Premièrement, l'on nous explique régulièrement que l'État Hébreu en tirant sur les enfants palestiniens n'est rien d'autre qu'un État "nazi". Si l'on considère les propos tenus parStéphane Hessel, qui affirme que l'occupation israélienne dépasse de loin l'occupation nazie et que la communauté juive de France est solidaire de l'État hébreu, alors il serait très facile par syllogisme d'en déduire que les Français juifs se sentent plus proches des nazis ! A ce stade, je ne voudrais pas nous plus que l'on perde de vue que pareilles violences ne peuvent pas être déconnectées d'un racisme anti-français et anti-occidental que personne ne veut voir.

En résumé, si on ne veut pas prendre des mesures contre l'antisionisme radical, y compris dans la prohibition juridique et morale (car tout est affaire de morale, les gens en banlieue ont également un "surmoi"), la situation ne changera pas. Pour l'exemple, dans les quartiers, on voit une minorité non négligeable qui ne veut pas participer à la minute de silence suite à la tuerie de Toulouse. Il nous faut donc éduquer ou rééduquer ces enfants (et pourquoi certains journalistes) au vivre ensemble. Dans le cas contraire, pourquoi voulez-vous que cela s'arrange ?

 

source : atlantico

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
7 juillet 2012 01:56

La situation à Tombouctou doit être analysée en termes militaires et en termes politico-religieux.

1) Le point de situation militaire

Au mois de janvier 2012, de retour de Libye, les Touaregs du MNLA culbutent l’armée malienne puis ils proclament l’indépendance de l’Azawad. Profitant de l’aubaine, les islamistes d’Al Qaida et de ses diverticules régionaux se joignent au mouvement avec des objectifs totalement différents puisqu’ils prônent la création d’un califat transnational. Ils sont aidés par un dissident touareg qui fonde le mouvement Ansar Dine constitué au départ par une fraction touareg ifora à laquelle se joignent des combattants islamistes arabes ou sahéliens.

Alors qu’il était primordial de soutenir le MNLA qui, seul, pouvait localement faire obstacle aux islamistes, nous avons au contraire laissé ces derniers se renforcer et cela jusqu’au moment où, étant en position de force, ils chassèrent les Touaregs de la région du fleuve Niger. Aujourd’hui, la fraction touareg d’Ansar Dine a très largement rejoint le MNLA qui s’est replié vers la frontière algérienne, dans la région de Kidal.Ansar Dine n’est donc plus un mouvement touareg, mais une milice islamiste.

Nous sommes désormais, et à ce jour, en présence de deux ensembles qui se combattent, les Touaregs et les islamistes. Numériquement, ces derniers ne sont qu’une poignée, entre 300 et 500, mais ils sont fortement armés grâce au pillage des arsenaux libyens et ils détiennent des otages européens et algériens.

2) Le point de situation politico-religieux

Les destructions opérées à Tombouctou par les miliciens islamistes répondent moins à l’inscription des richesses architecturales de la ville à l’inventaire de l’UNESCO qu’à une réaffirmation classique d’un courant fondamentaliste bien connu dans l’islam et qui impose de lutter contre toutes les résurgences ou survivances du paganisme.

Or, à Tombouctou, la population va prier autour des tombeaux de saints locaux pour leur demander la guérison ou la réussite. Ceci est considéré par les fondamentalistes comme une forme d’idolâtrie qu’il importe d’éradiquer avec la plus grande fermeté car Allah, dieu unique qui seul mérite prière et invocation, interdit de demander à d’autres ce qui ne relève que de Lui. Ce sont les tombeaux de ces saints qui sont actuellement détruits et non les mosquées. Cependant, certaines de ces dernières parmi les plus célèbres abritent elles aussi des tombeaux qui vont être rasés.

Face à cette situation qui menace de dégénérer, que convient-il de faire ? Pouvons-nous laisser se développer un califat fondamentaliste en zone sahélienne ?

1) Comme je le préconise depuis le début de la crise (voir mes précédents communiqués), il conviendrait d’aider les Touaregs dans leur combat contre les islamistes.

2) Il est en même temps nécessaire de convaincre Bamako que le Mali « unitaire » n’existera jamais plus -il n’a d’ailleurs jamais existé-, et qu’il est donc urgent de penser à une nouvelle organisation constitutionnelle et territoriale qui permettrait de faire revenir les Touaregs sur leur déclaration unilatérale d’indépendance en échange d’une très forte décentralisation.

3) Une intervention de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) permettrait certes de reprendre Tombouctou et Gao, mais les islamistes se disperseraient aussitôt dans le désert où ils deviendraient alors insaisissables. Sauf si les Touaregs, bien conseillés, étaient en mesure de leur couper le repli vers le Nord… et nous en revenons à ma première proposition.

En définitive, les exactions des islamistes devraient servir la cause des Touaregs puisqu’ils détiennent la solution du problème ; mais il faudra que les responsables politiques européens pathétiquement cramponnés à des analyses régionales obsolètes se décident enfin à ouvrir les yeux.

Bernard Lugan


A Tombouctou (nord-ouest), après avoir démoli pendant le week-end sept des seize mausolées de saints musulmans, les islamistes du groupe armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) ont franchi une étape supplémentaire en brisant la porte d'entrée d'une des trois plus grandes mosquées de la ville. 

Moins d'une semaine après de violents combats (au moins 35 morts) le 27 juinà Gao (nord-est)avec la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), forcée d'abandonner la ville, les islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont disposé des mines aux alentours de Gao pour, selon le MNLA, empêcher une contre-offensive de sa part. 

La porte en bois de la mosquée de Sidi Yahia de Tombouctou, détruite lundi à coups de pioches par les islamistes selon des témoins, était fermée depuis des décennies car, selon des croyances locales, son ouverture éventuelle porterait malheur

La mosquée Sidi Yahia fait partie des trois grandes mosquées de Tombouctou, avec celles de Djingareyber et Sankoré. Toutes trois figurent sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. Des saints sont enterrés dans les mosquées de Djingareyber et Sidi Yahia, selon un expert malien. 

source : Novopress

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
4 juillet 2012 02:29

femmesAu Maroc, 82% des femmes sont victimes de violences conjugales, selon le quatrième rapport du Réseau national des centres d’écoute des femmes victimes de violences (ANARUZ), présenté vendredi à Rabat.

D’après ce rapport, présenté par la coordinatrice nationale de l’Anaruz, Atifa Timjerdine, la majorité des cas déclarés auprès du réseau ont trait à la violence conjugale.

Portant sur la violence basée sur le sexe au Maroc, ce rapport fait état de l’augmentation de plusieurs formes de violence, avec une nette prédominance de la forme conjugale. (…)

L’Expression

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
3 juillet 2012 01:56

 

De-la-revendication-religieuse-a-la-confrontation-ideolog.jpgNotre chroniqueur associé Elie Arié dénonce la montée des revendications religieuses au travail. Comment organiser à l’avenir la confrontation sur un même lieu de systèmes de valeurs aussi éloignés ?

Pour tous ceux qui redoutent de regarder en face les problèmes posés par la montée des revendications religieuses, essentiellement musulmanes, dans les entreprises, de peur d’être accusés d’islamophobie ou de racisme, je résume ici quelques extraits d’une interview d’Alain Seksig, chargé de la mission laïcité dans le Haut Comité à l’Intégration, parue dans le Numéro 1005 de la revue Espace Social Européen.

Les demandes d’absence pour fêtes religieuses sont assez anciennes et se réglaient en général facilement dans les entreprises ;

mais la question devient aujourd’hui différente, parce que ces demandes se font plus massives.

Il arrive même que certains employeurs, notamment dans les BTP, alignent, en période de Ramadan, les horaires de l’ensemble des salariés sur ceux adaptés pour les pratiquants musulmans.

Il y a désormais des demandes qui confinent à la revendication, comme l’installation de centres de prières. On observe aussi qu’il devient fréquent, sur certains chantiers, que les ouvriers se regroupent par liens communautaires au moment de la pause du déjeuner. 

On franchit encore un cran supplémentaire lorsque des hommes refusent de serrer la main des femmes, de leur parler, et, plus encore, de recevoir un ordre qui viendrait d’elles. (…)

 j’ai observé le même phénomène dans les hôpitaux, où la montée en nombre de ces revendications a aussi transformé la nature de ce qui était marginal et se réglait facilement en un problème compromettant désormais la bonne marche de l’ensemble du système. 
  
Il arrivait qu’un médecin musulman ou juif très pratiquant refuse de travailler, une fois par an, le jour de la fête majeure de sa religion, et propose d’échanger son absence contre une garde de Noël ou du lundi de Pâques, ce qui se faisait à la satisfaction générale, mais qui devient insoluble lorsque chacun multiplie le nombre de jours ou d’autres impératifs religieux qui l’amènent à modifier tout son mode personnel d’exercice professionnel. 
  
De même, lorsqu’une femme demandait à être examinée de préférence par une femme médecin, pour des raisons qui relevaient  d’ailleurs d’une pudeur inhabituelle pas nécessairement d’origine religieuse, on lui donnait naturellement satisfaction chaque fois que c’était possible ; ce qui n’a plus aucun rapport avec le refus systématique et de plus en plus fréquent de certaines femmes (ou de leurs maris) d’être examinées par un homme médecin (ou de certains hommes d’être examinés par une femme médecin), revendication dont la satisfaction remettrait en cause toute l’organisation du système. 
  
On ne peut continuer à ignorer le fait que ce qui se résolvait facilement lorsqu’il s’agissait de phénomènes tout à fait exceptionnels et marginaux se transforme, en devenant désormais massif et idéolologique, en un affrontement de deux systèmes de valeurs dont il faudra bien décider lequel devra s’incliner face à l’autre. 

Marianne 2

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
2 juillet 2012 02:22

l-unesco-inscrit-la-nativite-de-bethleem-au-patrimoine-mond.jpgL’Unesco a inscrit vendredi l’église de la Nativité de Bethléem (Territoires palestiniens) au Patrimoine mondial, par une procédure d’urgence qui a suscité une vive protestation d’Israël, lors d’une session à Saint-Pétersbourg. Le site du «Lieu de naissance de Jésus», comprenant également la route de pèlerinage, a été inscrit par 13 voix pour, 6 contre et 2 abstentions lors d’un vote des 21 membres du Comité du patrimoine, réunis dans l’ex-capitale impériale russe.

Il s’agit du premier site palestinien inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture. La présidence palestinienne a salué vendredi comme «une victoire de la justice» l’inscription du site au Patrimoine mondial : «Cette reconnaissance par le monde des droits du peuple palestinien est une victoire pour notre cause et la justice», a déclaré Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas. […]

Les Etats-Unis sont, quant à eux, «profondément déçus» de l’inscription par l’Unesco de l’église de la Nativité de Bethléem, a déclaré vendredi l’ambassadeur américain auprès de cette instance, David Killion. Ce «site est sacré pour tous les chrétiens» et l’Unesco «ne devrait pas être politisée», a-t-il souligné dans un communiqué, en relevant que la procédure d’urgence utilisée pour l’inscription de cette église ne devrait l’être en principe que pour des sites menacés de destruction imminente. […]

Libération

«Le CRIF regretterait que la France apporte son soutien à cette initiative, car une telle précipitation, non justifiée matériellement, suggère une volonté politique de palestiniser les sites de naissance du christianisme, voire Jésus lui-même, suivant certaines déclarations, dans un anachronisme complet».Crif

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
2 juillet 2012 00:19

RTL, 29 juin 2012

« Au XIXe siècle, les puissances occidentales, la France en tête, auraient soutenu les minorités chrétiennes. »


Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
30 juin 2012 02:29

salafistesLa semaine dernière, nous évoquions les « incidents » de Molenbeek et l’étrange implication du groupuscule Shariah4Belgium dans les troubles qui ont dernièrement secoué la région de Bruxelles.

Grâce au travail approfondi du sociologue Felice Dassetto, nous disposons maintenant d’une monographie complète sur l’identité et les ressorts de cette ligue salafiste implantée au cœur même de l’Europe. Comme le résume Dassetto, le mouvement créé en 2010 à l’instigation du belgo-marocain Fouad Belkacem « fait partie des groupes qui veulent relancer le jihad en Europe par d’autres moyens que le recours aux armes ». Le jihad alternatif, aurait dit Audiard.

Ne nous y trompons pas : si l’acception couramment admise du jihad (mot qui signifie littéralement « effort ») désigne la guerre sainte contre les « Infidèles », sa conception maximaliste – le grand Jihad – se cantonne à la sphère intime, l’effort sur soi étant inhérent à l’islam. Or, le courant salafiste oscille également entre jihadisme social et individuel, connaissant diverses fortunes et filiations, des Frères Musulmans aux piétistes apolitiques.

Shariah4Belgium exprimerait une « vision identitaire à la belge » visant non pas la déflagration de la société par des bombes mais bien la déliaison culturelle et religieuse, la constitution d’un quant-à-soi imperméable aux influences allogènes (comprendre : non islamiques). En clamant haut et fort l’illégitimité des élections législatives belges de 2010, Shariah4Belgium s’est fait un nom en mettant sur le devant de la scène son parti pris sociétaliste.

Le combat pour le port de la burqa, les campagnes en faveur des « frères » et « sœurs » opprimées par l’Etat coercitif belge ou français, les imprécations haineuses contre « les Juifs et les Croisés », tout cela s’insère dans une logique intrinsèquement takfiri. (…)

Si l’on y réfléchit bien, jihad pacifique ou non, Fouad Belkacem a inspiré une nouvelle forme de guerre de mouvement. En partisan combattant pour une idéologie, il mène une lutte asymétrique et réticulaire sans liaison territoriale fixe, ses faits et gestes n’obéissant qu’à la sourde injonction du jihad mondialisé.

Au royaume du Droit et du Marché, Shariah4Belgium a donc de beaux jours devant elle…

Causeur

 

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
28 juin 2012 01:59

pendaisons-en-iran.jpegLe Parlement européen a condamné l’Iran pour son « manque de respect des droits des minorités » et a exhorté les autorités de Téhéran de permettre aux minorités « d’exercer tous les droits accordés par la Constitution iranienne et le droit international. »

Suite à un rapport récent d’Amnesty International qui condamne la décision d’exécution par pendaison de cinq membres de la minorité arabe Ahwazi, le parlement de l’UE a appelé l’Iran à éliminer « toutes les formes de discrimination fondées sur des motifs religieux ou ethniques ou contre des personnes appartenant à des minorités, comme les Arabes, les Baha’is, azéri, baloutche, les Kurdes et les Turkmènes. »

La résolution de l’UE a appelé « les autorités iraniennes à veiller à ce que les membres de la minorité arabe Ahwazi – Mohammad Ali Amouri, Rahman Asakereh, Hashem Shaabni Amouri, Hadi Rashidi, Sayed Jaber Alboshoka et Sayed Mokhtar Alboshoka soient jugés selon les normes internationales d’équité des procès et sans avoir recours à la peine de mort. »

Les cinq arabes d’origine Ahwazi ont été arrêtés l’année dernière lors de manifestations, et ont été accusés d’avoir tué un agent de sécurité et de renseignement et d’avoir blessé un autre. Ils ont été condamnés à mort le 15 Mars 2012.

La Constitution iranienne prévoit le traitement équitable des minorités ethniques, y compris leurs droits de parler leur langue, mais dans la pratique, les Azéris, les Arabes, les Kurdes et les Baloutches sont victimes de discrimination et vivent dans une situation d’apartheid, en particulier en matière de droits politiques et de liberté d’expression.

Le parlement de l’UE a demandé au gouvernement iranien de respecter « l’égalité de traitement et de non-discrimination contenues dans la Constitution de la République islamique d’Iran, dans toutes les sphères de la vie publique, et de protéger la liberté d’association et d’expression des minorités ethniques ».

L’Union Européenne a ajouté que les violations des droits de l’homme et du citoyen des minorités ethniques, « doivent être replacées dans le contexte plus large des violations généralisées des droits de l’homme en Iran. »

Dans une interview pour Al Arabiya, Kazem Mojaddam, membre du Centre contre le racisme anti-arabe en Iran, avait déclaré :

Le gouvernement iranien n’autorise pas les Ahwazi à pratiquer leurs activités culturelles, bien que la Constitution iranienne donne ce droit à tous le peuple d’Iran.

Mojaddam ajoutait que

les Ahwazi ont été menacés par le gouvernement iranien, « qui tente de saper l’identité et la culture arabe par l’emprisonnement et l’assassinat d’artistes et d’écrivains arabes.

Le gouvernement n’autorise pas non plus les arabophones Iraniens à donner à leurs enfants des prénoms arabes non chiites, ajoute Mojaddam.

Le Khuzestan est la source de 90% de la production pétrolière de l’Iran, mais les habitants de cette province se plaignent de leur marginalisation, de la pauvreté et du manque de services sociaux.

En outre, la province est très souvent victime d’exécutions. En 2007, les autorités iraniennes ont pendu 22 militants à Ahwaz, accusés de soutenir la sécession de la région.

Suite au dernier rapport du Département d’Etat américain publié par al Arabya (2), Hillary Clinton a déclaré que

l’Iran a condamné des centaines de personnes à mort, et procédé à des centaines de pendaisons sans procès équitable. L’Iran s’est rendu coupable de persécutions de toutes les formes de dissidence, d’arrestation et de détention de militants, de dirigeants de l’opposition, d’avocats, de journalistes, d’artistes, et d’universitaires. Il a exécuté des enfants mineurs, des prisonniers politiques, a torturé et détenu plus de journalistes que presque tous les pays dans le monde réunis.

 

 

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://english.alarabiya.net/articles/2012/06/15/220811.html

(2) http://www.alarabiya.net/articles/2012/05/26/216670.html

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
25 juin 2012 01:16

lapidation islamUn homme et une femme qui ont eu un enfant sans être mariés, ont reçu mercredi cent coups de fouet chacun à Tombouctou (nord-ouest du Mali), donnés par des membres du groupe islamiste armé Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) qui contrôle la ville, ont rapporté des témoins à l'AFP.

  « C'était comme un spectacle, les gens ont regardé ça.»

"Sur la place Sankoré de Tombouctou (centre), un homme et une femme ont reçu cent coups de fouet chacun pour avoir eu un enfant hors mariage", a déclaré Mohamed Ould Baby, un élu de la ville, information confirmée par d'autres témoins. M. Ould Baby a précisé que c'est la première fois qu'un couple est ainsi puni depuis la prise de Tombouctou par les islamistes début avril.

"C'était comme un spectacle, les gens ont regardé ça. C'est Ansar Dine qui a organisé la séance de coups de fouet", a-t-il ajouté en précisant qu'il était lui-même sur place. "J'ai vu les jeunes descendre d'un véhicule sur la place, puis les coups de fouet. C'est la première fois que je vois ça", a-t-il affirmé. Les deux jeunes sont ensuite allés se faire soigner à l'hôpital de Tombouctou, a indiqué une source hospitalière. Un responsable de la police islamique de Tombouctou a affirmé que six autres femmes ayant eu des enfants hors mariage seront prochainement "sanctionnées" par la charia (loi islamique).

Ansar Dine, dont l'objectif est d'imposer la charia dans tout le Mali, contrôle la ville de Tombouctou depuis près de trois mois avec ses alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Dans la foulée d'un putsch militaire qui a eu lieu le 22 mars à Bamako, les trois régions administratives du nord du Mali (Tombouctou, Gao et Kidal) sont tombées aux mains des groupes islamistes radicaux Ansar Dine, Aqmi, et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) qui ont pris le dessus sur la rébellion touareg, également présente.

La semaine dernière, des membres du Mujao avaient brûlé des cartons de cigarettes et fouetté des fumeurs à Bourem, une ville du nord du Mali qu'ils occupent et contrôlent. En mai à Gao, ils avaient empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision, ce qui avait provoqué de violentes manifestations anti-islamistes.

Source : AFP, 20 juin 2012

 

Lire aussi :

Tunisie : "La Charia est au droit ce que la barbarie est à la civilisation"

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
25 juin 2012 01:02

 

Les islamistes, opposés à toute carrière artistique d’une femme au Pakistan

 

Comme partout d'ailleurs !!!

 

 

La chanteuse populaire pachtoune, Ghazala Javed, a été assassinée le lundi 18-06-2012 à Peswahar, la capitale pachtoune (au nord du Pakistan). Agée de seulement 24ans, cette résistante à l’islamisme et à l’ultra-traditionnalisme pakistanais avait à son actif une vingtaine d’albums.

 

Le lundi soir, à sa sortie d’un salon de beauté, la jeune chanteuse pachtoune, accompagnée par son père, s’est retrouvée face à deux motards, qui ont ouverts le feu. Elle a reçu six balles dans le corps et son père une balle dans la tête.

Fréquemment menacée par les islamistes, opposés à toute carrière artistique d’une femme au Pakistan, cette chanteuse en langue pachtoune a décidé de poursuivre sa carrière.

Mariée à un homme d’affaire pakistanais en 2010, elle lança une procédure de divorce quelques mois plus tard, après avoir découvert que son homme avait une autre femme et qu’il voulait l’empêcher de poursuivre dans la chanson. Il relève presque de l’inédit qu’une femme lance une procédure de divorce dans ce pays où l’homme est autorisé à avoir jusqu’à 4 femmes. (…)

Siwel

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
24 juin 2012 00:19

mosquees_france.gif

Implantation des lieux de culte musulman (mosquée ou salle de prière) en France, par département, fin 1999.
cliquez sur la carte


 Mohammed VI dépense sans compter pour édifier des mosquées en France. Une stratégie pour rester proche de ses ouailles hors du royaume.

En bon Commandeur des croyants, le roi du Maroc Mohammed VI a réglé, rubis sur l’ongle, la somme rondelette de 787.000 euros pour achever les travaux de la nouvelle mosquée «Bilal» de Blois. Portant le nom du premier muezzin de l’islam, l’édifice cultuel couvrira une surface de 1.500 m2  sur deux niveaux, avec une salle de prière de 420 m2, d’une capacité de 1.000 fidèles, et un modeste minaret de 9,20 m.

Sur place, c’est l’association musulmane «Vivre ensemble» qui encaisse. Pour ses promoteurs, il s’agit de soutenir un islam «tolérant comme au Maroc», selon les termes du Vice-président de l’association. La concession est que l’imam sera marocain et adoubé par les instances religieuses du pays.

Un maintien de la soumission au roi

Quatrième tête couronnée la plus riche du monde arabe, le souverain chérifien sait se montrer prodigue lorsqu’il s’agit de financer l’islam en Europe.

Le don de Mohammed VI pour la mosquée «Bilal» est intervenu quelques semaines après celui de la mosquée de Turin, deuxième plus grande en Italie derrière celle de Rome, également financée par le roi du Maroc.

Quoi de plus normal que de vouloir assurer sa place au carré VIP de l’Eden d’Allah, auprès des généreux donateurs du Golfe? Loin de lui, toutefois, l’idée de promouvoir le wahhabisme et les «fous de Dieu» qui veulent islamiser le monde chrétien. Les deniers du roi ne financent que le rite malékite,

la jurisprudence islamique adoptée en terre chérifienne qui ordonne surtout aux ouailles de Sa Majesté, aussi françaises, républicaines et laïques soient-elles, obéissance au descendant du prophète qu’il est. (…)

Slate Afrique

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
22 juin 2012 01:59


Si on regarde les conflits actuels entre le monde islamique et le monde non islamique, on constate une chose très intéressante.

De nombreuses sociétés musulmanes, qui ne peuvent être classées dans la même civilisation, ont quelque chose en commun : c’est leur tendance à être en conflit avec leurs voisins.

- Si on regarde très au sud, on voit le Timor-Oriental, où les musulmans indonésiens ont abattu ⅓ de la population de cette ancienne colonie portugaise qui était, d’ailleurs, catholique.

- Au Sud des Philippines, on observe une rébellion islamique extrêmement violente qui dure depuis des années.

- En Indonésie même, il y a eu des conflits religieux ou les minorités chrétiennes ont été écrasées et ont pratiquement disparues.

- Nous avons des secousses islamiques très actives en Thaïlande et en Chine à Ching-Yang.

- Dans le sous-continent indien, ce qui s’est passé est tragique. C’est là qu’eut lieu les très peu connu holocauste des hindous, qui dura 1000 ans, et qui a laissé un traumatisme profond parmi la population, et qui se continue encore aujourd’hui au Cashmere.

- En Afrique, il y a la guerre – discontinue – au Soudan, depuis 20 ans, dont il est impossible d’estimer exactement le nombre de morts, qui est de l’ordre de plusieurs centaine de milliers.

- Il y a les massacres et l’instabilité au Nigeria, ou les islamistes pressurisent le gouvernement pour le forcer à accepter la charia.

- Et bien sûr il y a la Mauritanie, ou les musulmans attaquent en permanence les soudanais non musulmans.

- Ensuite, il y a le Caucase, la Tchétchénie.

- Puis en Europe, il y a le conflit dans l’ex Yougoslavie entre les musulmans bosniaques et les Serbes et les Croates.

- Et le conflit entre les Albanais et les Serbes albanais et les Macédoniens, et probablement bientôt entre les Albanais et les Grecs.

En conclusion, si on élimine ces conflits, si on enlève du champ l’islam, le monde est plutôt un endroit en paix !

Et si on retire l’islam du champ des actes terroristes, si on supprime de l’équation les attaques terroristes menées par les musulmans, on s’aperçoit alors que la guerre contre le terrorisme n’a pas de raison d’être, car il n’y a presque aucun problème de terrorisme !

 

Tout est dit…

 


Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
18 juin 2012 01:08

ramadan.jpgRamadan 2012/1433. Contrairement à la grande distribution française, les enseignes britanniques ne craignent pas d’afficher clairement leur volonté de toucher la clientèle musulmane.

http://img688.imageshack.us/img688/8516/morrisonramadan.png

Le mois de ramadan est devenue pour la grande distribution une période incontournable. En France, du 15 juillet au 15 août, la grande distribution traverse une sorte de trou noir commercial. Les Français sont en vacances, les villes presque désertées, tout comme les allées des hyper et supermarchés ; raison pour laquelle aucun prospectus n’est distribué pendant cette période, sauf depuis quelques années à l’occasion du mois de ramadan.

En Grande-Bretagne, la grande distribution profite aussi du mois de ramadan, période où l’on constate malheureusement une surconsommation, contradiction aberrante puisque le mois de ramadan est par essence un mois qui de déconsommation, où la frugalité doit être de mise.

Mais, contrairement aux Carrefour, Auchan, E.Leclerc et autres Cora, les enseignes britanniques ne craignent pas d’indiquer clairement que leurs opérations commerciales sont liées au mois de ramadan.

En France, on veut bien l’argent des musulmans, mais on se refuse à l’afficher, même lorsque cela se voit comme une vache dans un couloir. (…)

Al-Kanz

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions
17 juin 2012 23:33

ISLAM--Les-Juifs-et-les-chretiens-doivent-etre-humilies-.jpgLe blogue britannique Harry's Place a déniché ce discours suprémaciste incroyablement haineux du prédicateur Abdur Raheem Green du groupe extrémiste iREA.

Green était l'un des conférenciers invités par l'Association des étudiants musulmans de l'Université Concordia de Montréal et par des étudiants musulmans de différentes universités de Toronto l'automne dernier. La conférence de l'iREA s'est tenue au Centre laurentien/Mosquée AlRawdah de Montréal, ce qui en dit long sur leurs valeurs. Green est également connu pour prôner la mise à mort cruelle des gays et des adultères.

Dans ce discours, Green met les musulmans en garde contre toute amitié avec les infidèles et il fait l'éloge d'un modèle de société où les Juifs et les chrétiens sont humiliés, dominés et traités comme des saletés :


Lire aussi :

La lapidation et l'amputation favorisent une société harmonieuse (Abdur Raheem Green)

__________________

Il est donc impossible pour un musulman de croire en l'unité des religions. En effet, celui qui prétend que les Juifs et les chrétiens sont nos frères dans la foi fait indéniablement une déclaration claire de kufr  [mécréance] et rejette clairement les versets les plus fondamentaux du coran. Il rejette la déclaration d'allah et n’a pas compris ce deen[religion].

Si nous voulons aborder cette question, je peux facilement prouver à ceux qui ont la connaissance, que je dis la vérité. OK ? Par exemple, ouvrez Bukhari et vous trouverez un hadith [les dires et les actes de Mahomet] disant que lorsque vous croisez un Juif ou un chrétien sur la rue, vous devez le pousser vers le côté. Umar Ibn Al Khattab et les khulafa ar rashidin [les successeurs correctement guidés guidés de Mahomet] sont connus pour avoir mis cette règle en application. Les Juifs et les chrétiens n’étaient pas autorisés à monter à cheval quand un musulman montait à cheval. Ils devaient marcher.

Allah a dit, dans le coran, au sujet de la jizya [l’impôt payable par les non-musulmans dans un État islamique] que les musulmans, ceux qui combattent les gens du Livre, Allah a dit, c'est dans le coran, combattez les gens du Livre et ceux qui ne croient pas que ce qu'allah a rendu licite et illicite, est licite et illicite, jusqu'à ce qu'ils paient la jizya et se sentent dominés.

Le but de la jizya est de faire comprendre aux Juifs et aux chrétiens qu’ils sont des êtres inférieurs soumis à l’islam. OK ? Dans l'Etat musulman, les Juifs et les chrétiens sont libres de pratiquer leur religion, cela est permis, mais ils ne peuvent pas afficher leur croix. De plus, à l’époque d’Omar, ils n'étaient pas autorisés à reconstruire leurs églises ou à en construire de nouvelles. Tout cela vise à créer un environnement où les gens sont incités à se tourner vers l’iman [la foi] et l'islam et à  ne pas rester dans la mécréance et l’égarement.

Extrait traduit par Poste de veille

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions