Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 19:09

Les Syriennes prennent une photo à Alep «Les médias ne mentionnent jamais quand les États-Unis ou la France frappent un village dans la région d’Alep plein de civils "par erreur"», déclarent les étudiants et écoliers d’Alep interrogés par Pierre Le Corf, le seul Français vivant à Alep-Ouest depuis des mois.

Nombreux sont les jeunes Syriens vivant sous le feu des groupes de radicaux armés qui tentent de mener une vie normale d'écolier ou d'étudiant. Meurtres et destructions font désormais partie de leur quotidien. Pierre Le Corf, l'un des rares humanitaires européens à être présent à Alep, donne la parole aux jeunes Syriens qui décrivent leur quotidien.

 

Plusieurs étudiants l'ont reconnu: si l'aviation russe n'avait pas apporté son soutien à Alep, la ville serait totalement tombée aux mains des terroristes d'al-Nosra. Toutefois, les jeunes n'ont pas manqué de dénoncer les médias mainstream qui accusaient la Russie de frapper les civils syriens:

« Nous vivons ici, nous voyons quels sites ils frappent. D'abord, ce ne sont pas des territoires civils, ce sont des territoires qui regorgent de terroristes. Les médias [mainstream, ndlr] ne mentionnent jamais quand les États-Unis ou la France frappent un village dans la région d'Alep plein de civils "par erreur" », a déclaré un étudiant d'Alep.

Les jeunes ont également remercié les autorités syriennes qui font de leur mieux pour que leur population puisse retrouver une vie normale.

« La plupart des choses que vous entendez ou voyez sur notre gouvernement sont complétement fausses. S'il était trop mauvais, nous ne resterions pas ici. Nous ne sommes pas forcés de rester ici, nous pouvons partir. Les gens qui sont partis, ils l'ont fait en raison des terroristes, pas à cause du gouvernement », a déclaré un jeune homme.

La ville d'Alep, traditionnellement considérée comme la capitale économique du pays avant la guerre civile, a été complètement libérée en décembre 2016 par l'armée gouvernementale syrienne avec l'appui de la Russie.

 

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS