Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 11:32

Désespoir. Le courrier de la jeune femme, dont le père éleveur laitier en Seine-Maritime a été frappé par la crise agricole, a été très partagé sur les réseaux sociaux.

Une jeune femme, endeuillée par la mort de son père éleveur laitier en Seine-Maritime, a adressé une lettre ouverte au Président de la République Emmanuel Macron, au premier ministre Édouard Philippe, au ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, au ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, et à la population française. Elle espère ainsi attirer l’attention des autorités sur la situation de nombreux agriculteurs français en crise.

Le courrier, publié le 2 août sur Facebook, a depuis été largement partagé sur les réseaux sociaux. “Mon père a quitté ce monde au printemps, il est décédé des suites d’une maladie que l’on n’a pas su nommé, et qui s’appelle la dépression. Certains diront simplement qu’il s’est suicidé”, commence Charline Coguichard Baussard à propos de son père Christian.
Quelques jours avant son geste fatal, il avait reçu un courrier de mise en demeure pour une facture de 200 euros, rapporte France 3. L’agriculteur, à 5 ans de la retraite, ne supportait plus cette pression administrative. Dans ce secteur, la surmortalité par suicide est supérieure à 20 %. Un agriculteur se donne la mort tous les deux jours. Une situation liée à la leur situation financière.

“36 ans que mes parents se lèvent à 6h pour traire jusqu’à 70 vaches, et quittent le troupeau à 19h30, après la traite du soir”, poursuit la jeune femme. “Ils se sont quand même accordé du repos : une semaine de vacances en club par an, à notre plus grand bonheur ! Je me demande maintenant quelle est la plus grande richesse d’un éleveur : son argent ou son temps ?”

Puis, elle se remémore son père “inquiet de devoir racheter des produits pour traiter une nouvelle fois ses céréales contre cette maladie qui allait bientôt arriver dans ses plaines. (…) Et après une année comme celle passée, avec des rendements historiquement bas, et un prix du lait qui ne suffit même pas à payer les factures, il n’était pas prêt à revivre un tel désastre.”

“À cet instant, j’étais loin d’imaginer son acte désespéré…” A travers cette lettre, continue-t-elle à l’endroit de ses destinataires, Charline Coguichard Baussard veut aussi “expliquer que lorsque vous apercevez (…) un agriculteur qui épand des produits phytosanitaires, ce n’est pas par plaisir. C’est aujourd’hui la seule solution, économiquement viable, qui leur est proposée pour soigner ses plantes, et assurer son revenu.”

“Alors oui, des solutions sont expérimentées ici et ailleurs, des exploitations agricoles valident leurs efficacités. Alors développons ces solutions, aidons les agriculteurs à s’équiper de ces solutions, accompagnons les start-ups dans leur développement pour faciliter l’accès à ces solutions”, poursuit la salariée d’un grand groupe de distribution en fournitures agricoles.

Selon elle, “le monde agricole a besoin de deux choses : Vivre de sa propre production” et de “plus de reconnaissance sociale : Peuple Français, intéressez-vous à l’évolution du monde agricole plutôt qu’à ses clichés de mauvais goût issus de la télé-réalité entre autres. Il est tant que ces hommes et ces femmes ayant réussi à faire de leur passion un métier soient reconnu à leur juste valeur.”

Avant de conclure : “Je vous écrit cette lettre au nom de mon Papa, mais aussi au nom des agriculteurs qui sont toujours là, dans l'espoir qu’ils soient toujours là demain. Enfin, je termine cette lettre par une question à vous tous, cher Président, chers Ministres, cher Peuple Français : D’après-vous, pour quelle(s) raison(s) un homme vivant de sa passion, entouré de sa famille, de ses 5 petits enfants peut en arriver à mettre fin à ses jours, n’ayant pas réussi à tenir les 5 dernières années qui le séparaient de la retraite ? Je cherche encore la réponse.”

Partagé plus de 2 000 fois sur les réseaux sociaux, sa lettre ouverte est parvenue jusqu’à la Préfète de Seine-Maritime, Fabienne Buccio, qui la recevra début septembre, a annoncé, sur Facebook, lundi, cette jeune maman, prête à devenir la porte-parole de “toutes les familles brisées”. “Pour ce rdv je vais parler de mon Papa mais j'aimerai aussi évoquer toutes les familles brisées. Une sorte de recensement des victimes du contexte actuel”, écrit-elle.

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS