Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

4 janvier 2021 11:26

Les Français devront payer plus cher leur électricité. Outre le confinement ou la régulation du marché exigée par l’Europe, le poids de la transition énergétique est prépondérant dans la hausse des taxes sur l’électricité. Fabien Bouglé, connu pour ses prises de positions anti-éolien, dénonce un jeu de dupes dont sont victimes les contribuables.

La facture énergétique des Français va s’alourdir en 2021. En cause: les augmentations des tarifs régulés de l’électricité (afin de préserver la concurrence exigée par Bruxelles), ainsi que celle des taxes prélevées. Notamment via la Contribution au service public de l'électricité (CSPE), qui n’a eu de cesse d’augmenter et qui est destinée au financement de la transition énergétique.

À cela s’ajoute un investissement de 100 milliards d’euros sur 15 ans de RTE et Enedis, afin de renforcer le réseau face à l’essor des énergies renouvelables, comme le soulignait le 22 décembre le quotidien Les Échos. En effet, la démultiplication de centrales éoliennes et photovoltaïques qui se déclenchent et se déconnectent de manière intempestive tend à fragiliser la structure du réseau électrique, bâti autour de centrales nucléaires et hydroélectriques qui fournissent la majorité de l’énergie du pays (environs 75%, avant la fermeture de Fessenheim) et ce de manière continue. Cet investissement sera répercuté sur le Tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité (TURPE) que les Français règlent sur leur facture, à hauteur d’environ 500 euros par an et par foyer chauffé à l’électricité actuellement.

 

Éoliennes: machines à cash pour les industriels

Une situation totalement ubuesque aux yeux de l’essayiste Fabien Bouglé, auteur du livre Éoliennes: la face noire de la transition écologique (Éd. du Rocher, 2019), qui dénonce une «schizophrénie électrique». Dans son collimateur, le «en même temps» du chef de l’État. Récemment encore, celui-ci réaffirmait devant les caméras de Brut son attachement au nucléaire.

​Le nucléaire, cet outil industriel qui permet à la France de produire «une des électricités les plus décarbonnée au monde», affirmait Emmanuel Macron, tout en insistant sur la nécessité «de faire plus de renouvelable».

Parallèlement, sa ministre de l’Écologie conserve le cap d’une réduction à 50% de la part du nucléaire dans le mix énergétique tricolore d’ici 2035, comme promis en 2012 par François Hollande. Du «pur opportunisme» électoraliste aux yeux de notre intervenant, qui juge les deux modèles fondamentalement «incompatibles».

«Malheureusement, la politique énergétique de la France, qui devrait être une question de souveraineté, d’unanimité nationale, fait l’objet de tractations politiques qui sont extrêmement nuisibles à notre pays. En particulier sur les éoliennes et le photovoltaïques, des énergies intermittentes loin d’être aussi vertueuses qu’on le pense, qui ne servent qu’à faire du "greenwashing".»

La fameuse CSPE, qui depuis a explosé ces dernières années, permet notamment de faire face aux dépenses des pouvoirs publics engendrées par le «rachat à un prix bonifié de l'électricité d'origine renouvelable» auprès des industriels. Or, cette «bonification» est, dans certains cas, particulièrement généreuse. Dans son ouvrage, notre interlocuteur épingle le cas des six centrales éoliennes off-shore qui doivent voir le jour sur le littoral français d’ici 2023 à Yeu-Noirmoutier, Courseulles-sur-Mer, Fécamp, Saint-Nazaire, Tréport ou encore Saint-Brieuc.

[...]

Pour ce dernier, la politique de la Commission européenne, actuellement présidée par l’ex-ministre de la Défense d’Angela Merkel, Ursula von der Leyen, n’est pas étrangère à la défense des intérêts industriels allemands. Afin d’appuyer son propos, Fabien Bouglé rappelle que le pilotage de la mise au vert de la production énergétique nationale s’effectue notamment depuis le ministère allemand de l’Économie, via l’Office franco-allemand de transition énergétique (OFATE).

Ce «lobby éolien», cofinancé par les ministères et les industriels qui en sont membres, dispose depuis quelques années également d’un bureau au ministère de la Transition écologique à Paris, et ferait selon Fabien Bouglé la part belle aux industriels allemands de l’éolien, du photovoltaïque et de la biomasse… mais pas seulement.

En effet, ces énergies étant par essence intermittentes, l’implantation de centrales thermiques est parfois requise en guise de «back-up». Certains groupes énergétiques, spécialisés dans les hydrocarbures, n’hésiteraient ainsi pas à recourir à la promotion de l’éolien afin de justifier l’ouverture de centrales au gaz, au fuel ou au charbon, avance notre intervenant.

Les écolos, idiots utiles de l’industrie énergétique allemande?

Des industriels allemands sont actuellement mis à mal dans leur propre marché domestique. En effet, dans un rapport publié à l’automne 2018, la Cour fédérale des comptes (Bundesrechnungshof) a sévèrement épinglé les dépenses effectuées dans la transition écologique, les estimant «complètements disproportionnées» au regard des résultats. Selon les comptables de Bonn, ce serait pas moins de 160 milliards d’euros d’argent public qui aurait été investi en seulement six ans outre-Rhin.

 

Ce mouvement avait été amorcé en 2011 par la chancelière Angela Merkel, qui décida de sortir du nucléaire. Il en résultat un bond de la consommation de charbon afin de répondre à la demande électrique du pays (40% de l’électricité produite par l’Allemagne provient des centrales à charbon) et une facture qui a plus que doublé pour les ménages allemands.

En 2020, l’emprunte carbone du mix électrique allemand s’établit à 362 g CO2eq/kWh, contre 42 g CO2/kWh dans une France vice-championne d’Europe (derrière la Suède) de l’électricité verte… grâce à son parc nucléaire.

«L’Allemagne, qui émet près de 10 fois plus de CO2 que la France dans la création de son électricité, fait un lobbying d’enfer auprès des instances européennes mais aussi auprès du ministère de l’Écologie français via l’OFATE pour dicter la politique énergétique du ministère de la Transition écologique qui a récupéré le ministère de l’énergie», insiste Fabien Bouglé.

En tête de ceux qui font les affaires de l’industrie allemande en France selon notre intervenant: les écologistes. Et pas uniquement parce qu’ils ont historiquement les centrales nucléaires dans leur collimateur. Certains d’entre eux entretiendraient des liens privilégiés avec des acteurs industriels de l’éolien, selon Fabien Bouglé, qui s’interroge sur la sincérité de leur engagement politique. En guise d’illustration, il évoque le cas d’un candidat EELV aux dernières élections européennes, s’avérant être le fondateur de l’entreprise Valorem. Cette entreprise spécialisée dans les installations de production d'énergie renouvelable est qui fut notamment membre du comité de pilotage de l’OFATE.

Le directeur général de Valorem, ex-président de France énergie éolienne, une association décrite comme le «porte-parole de la filière éolienne en France» par le fameux candidat EELV qui s’avère également en être le co-fondateur, aurait d’ailleurs écrit à des députés afin de réformer la prise illégale d’intérêts, «délit qui selon-lui empêchait l’essor de l’éolien», écrit Fabien Bouglé dans son livre. Un lien entre entreprises privées et politiques publiques, sous couvert de sauver le climat, que voit d’un mauvais œil notre intervenant, habitué à traquer les prises illégales d’intérêts de maires dans l’installation de parcs éoliens.

«On comprend mieux comment EELV sert la soupe financière et industrielle des Allemands aux détriments des Français. Cette nucléorophobie distillée dans les médias n’a qu’une fonction: favoriser l’industrie allemande», accuse Fabien Bouglé.

Ce dernier évoque également dans son ouvrage le cas de l’ex-tête de liste d’EELV aux européennes. Yannick Jadot fut directeur des campagnes de Greenpeace France, qu’il quitta pour débuter son périple en politique. Toutefois, Fabien Bouglé tient à souligner que l’ONG, qui a milité contre la création de nouvelle centrale nucléaire en Europe ainsi que pour la libéralisation du marché de l’énergie, serait elle-même propriétaire de centrales éoliennes via sa filiale Greenpeace Energy et partenaire de la société danoise Vestas, leader mondial du marché de l’éolien (16,7% des parts de marché en 2017). Comme quoi tous, en France, ne sont pas financièrement perdants dans le recul du nucléaire au profit des énergies renouvelables.

source

Partager cet article

Repost0