Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

14 avril 2021 16:20

L’Association nationale de recherches et d’actions solidaire (ANRAS) s’est portée acquéreuse de la maison située au n°16 place de la République afin d’accueillir sur le village de Nissan-lez-Ensérune, une vingtaine de jeunes étrangers Mineurs non accompagnés (MNA).

La gestion des Mineurs non accompagnés

Dans l’ouest Hérault, le sujet est plus que sensible. Après le refus de Portiragnes, c’est finalement Nissan-lez-Ensérune qui devrait accueillir d’ici le mois de mai une vingtaine de jeunes avec l’Association nationale de recherches et d’actions solidaire, déjà présente à Pézenas depuis 2019.

“L’association possède 74 établissements et services et environ 2 000 salariés sur l’ensemble de la région Occitanie. Elle est subventionnée par les conseils départementaux dont celui de l’Hérault, qui a pris un arrêté de fonctionnement pour l’accueil de 60 mineurs et jeunes majeurs isolés étrangers non accompagnés sur Pézenas et Nissan.

“Le village de Nissan accueillera environ une vingtaine de MNA, essentiellement des garçons mais potentiellement quelques jeunes filles, d’environ 15 à 19 ans. L’accueil s’effectue en semi-autonomie. Les jeunes sont encadrés et accompagnés dans tout ce qui a trait à l’éducation, à la santé, au droit commun et aux loisirs. Ils seront logés à proximité du 16 place de la République, dans des maisons en location.”

Marilyne Gérardi, directrice du pôle protection de l’enfance Aude/Hérault

“à partir du mois de mai, Nissan accueillera environ 20 MNA. Selon leurs arrivés sur le territoire et faisant suite à la circulaire Taubira de 2013, ces jeunes issus de toutes les zones de conflits géopolitiques, politiques, ethniques ou économiques, ont quitté leur pays pour des causes diverses (guerre, pauvreté, persécutions…).”

“En ce qui concerne la barrière de la langue, ceux venants d’Afrique subsaharienne ou des pays francophones parlent le français. Pour les autres et notamment pour les asiatiques (Pakistan, Bangladesh…), ils échangent en anglais. Ils sont évalués au niveau scolaire et en français.”

 

“Pour acquérir les rudiments de la langue, on travaille avec une association qui dispense du français langue étrangère (FLE). Ces jeunes s’inscrivent dans un pacte républicain de l’office français d’immigration pour pouvoir prétendre rester sur le territoire français et se construire pour devenir des citoyens autonomes. Il n’y a pas de blanc-seing.”

Philippe Marre, chef de service de l’ANRAS sur les dispositifs mineurs étrangers non accompagnés, responsable des sites de Pézenas et Nissan

Jeudi 25 mars, au cours d’une réunion, Mme Gérardi et M. Marre ont développé le projet nissanais de l’ANRAS devant le maire et les membres du conseil municipal.

Source Midi Libre

Source ANRAS Aude (11)/Hérault (34)

 

SOURCE

Partager cet article

Repost0