Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 02:55

s'informerDécembre 2013 : reportage poignant de France 24 réalisé dans un abattoir, spécialisé dans l’abattage de porcs et de volailles, de Basse-Saxe en Allemagne.

Les travailleurs d’origine espagnole et sud-américaine, qui ont fui la crise de leur pays, n’ont pas touché de salaire depuis le mois de septembre, salaire qui est de  434 euros net par mois, soit 3 euros de l’heure. Le patron, un sous-traitant de l’entreprise allemande, défalque le loyer de leur logement.

Leurs journées de travail durent au minimum 14 heures mais peuvent aller jusqu’à 20. Ils n’ont pas de vêtement de travail adaptés au milieu froid de l’entreprise.

France24

Un trafic de main d’oeuvre que permettent les directives de la Commission européenne sur la « liberté de travail » et la « concurrence libre et non faussée » dans les pays de l’UE. Par la surexploitation d’ouvriers déracinés et livrés à eux-mêmes, les patrons ont réussi à faire baisser les coûts de production

la découpe d’un porc revient à un peu plus d’un euro – et à gagner des parts de marché dans les pays européens voisins, dans les pays d’Europe de l’Est où la filière agroalimentaire n’existe plus ou en Bretagne où elle  est en train de s’effondrer.

Le futur gouvernement allemand promet d’instaurer un salaire minimum garanti. Mais aucune date n’a été avancée pour sa mise en place. Les responsables locaux sont sceptiques. Qui le  fera respecter par les patrons ?  Qui fera respecter  pour ces ouvriers des conditions de travail et de vie décentes ?

Confrontée au reportage de France 24, la direction de l’entreprise promet de changer de sous-traitant et d’améliorer les conditions de vie et de travail de ses salariés. Mais leurs concurrents  « libres et non faussés » ?

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage