Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 02:23

Je ne crois pas que Valérie Trierweiler ait poursuivi VSD, et maintenant trois autres magazines, pour violation de sa vie privée.

Je ne le crois pas parce que les photos « autorisées » du couple, et les photos « interdites » sont toutes des photos de vacances, banales, normales.

A un détail près.

Si Trierweiler a accepté de se prêter à la pose sur cette photo :

et sur celle là :

mais pas sur celle là :


c’est parce ce que l’on découvre, sur la seconde, du gras et de la cellulite que la première copine aurait aimé – et ce n’est pas moi qui le lui reprochera – dissimuler.

Vous aimez cet article ? Inscrivez à notre newsletter quotidienne pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, tous les jours en fin d’après-midi.

Surtout si l’on compare, ces deux époques :


Mais comme le rappelle justement un confrère, les bateaux qui transportaient les photographes n’ont pu s’approcher du couple présidentiel qu’avec l’autorisation des services de sécurité chargés de sa protection, ce qui laisse supposer que les photos, certes déplaisantes, violaient moins la vie privée de la dame que sa susceptibilité maladive (elle a, rappelons-nous, tenté de contraindre le Monde a supprimer les photos de la séance de prise de vue officielle de François Hollande où elle apparaissait… un peu gauche).

C’est au juge qu’il revient de décider, pour cette femme qui étale aux yeux du monde son conflit ouvert avec l’ex de son homme, ce qui relève et ce qui ne relève pas de la vie privée. Le syndicat de la magistrature ayant lancé un appel à voter pour François Hollande, il faudrait avoir l’esprit tordu pour supposer que le juge ait pu manquer de distance.

Quoi qu’il en soit, VSD a été condamné à 2000€ d’amendes que la journaliste a dit vouloir verser à Reporters sans frontières.

Donc je récapitule. Valérie Trierweiler, à coups de menaces et de procès, sème la terreur et dresse des frontières juridiques entre elle et les journalistes, pour ensuite verser l’argent à l’association créée par Robert Menard qui lutte pour une plus grande liberté des mêmes journalistes ?

 

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Albert Bertold pour www.Dreuz.info

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Retraites