Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

30 octobre 2019 3 30 /10 /octobre /2019 19:03

Le suspect de l'attaque contre la mosquée de Bayonne qui a fait deux blessés graves, a une «altération partielle» du discernement, selon une expertise psychiatrique. Cela ne l'empêchera pas d'être présenté à un juge.

Nouvel élément concernant l'octogénaire, suspecté d'avoir voulu incendier la mosquée de Bayonne et blessé deux hommes à l'arme à feu le 28 octobre : une expertise psychiatrique a conclu à «une altération partielle de son discernement et/ou du contrôle de ses actes», selon un communiqué du 30 octobre du procureur de la ville, Marc Mariée. Celui-ci a précisé que ce diagnostic n'entamait pas sa responsabilité pénale, si bien qu'il serait «présenté dans le courant de l'après-midi au magistrat instructeur».

«Une information judiciaire va être ouverte des chefs de tentatives d'assassinat, dégradation et destruction aggravées, et violence avec usage d'une arme, avec réquisitions de placement en détention provisoire», a expliqué Marc Mariée.

Le parquet national antiterroriste, de son côté, n'entend pas à ce stade se saisir du dossier, selon le procureur.

Mis en cause dans l'attaque qui a visé la mosquée de Bayonne, Claude Sinké a été interrogé le 29 octobre. Le suspect, ancien candidat FN, aurait assuré vouloir «venger la destruction de la cathédrale de Paris», qu'il attribue aux musulmans. 

Selon l'AFP, le tireur présumé, rapidement interpellé après les faits, a reconnu avoir tenté de mettre feu à la mosquée, mais a en revanche «contesté avoir eu la volonté de tuer quiconque, précisant qu'il avait pris soin de repérer à de nombreuses reprises la mosquée afin d'être certain d'intervenir qu'à un moment où elle était très peu occupée».

A l'unanimité, la classe politique, du Rassemblement national aux Insoumis, a vivement condamné cet attentat. Le président de la République Emmanuel Macron a condamné «avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne». Il a ajouté : «La République ne tolérera jamais la haine. Tout sera mis en œuvre pour punir les auteurs et protéger nos compatriotes de confession musulmane.»

source

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS