Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

7 juillet 2021 08:59

Soignants épuisés, manque d’effectifs, cycles de travail non respectés – cette année, bien plus de lits vont fermer l’été dans les hôpitaux publics, malgré la menace toujours présente du Covid et de son variant delta (ex-indien).

Ainsi, en Loire-Atlantique, ce sont 77 lits dans les hôpitaux qui vont fermer cet été, 30 de plus qu’en 2019 – soit 5% des capacités en lits de médecine dans le département – et 140 lits de soins de suite et de réadaptation, le double par rapport à 2019, soit 10% des capacités disponibles dans le département, alerte la CFDT Santé.

Débordés, notamment par les impératifs de la vaccination généralisée – dont l’efficacité anti épidémique est sujette à débat, mais les impacts sur la charge de travail et l’épuisement des personnels soignants, si, les hôpitaux n’arrivent pas à recruter et les personnels, à bout d’heures supplémentaires et de reports de congés, demandent grâce. L’hôpital de Châteaubriant, confrontés à des impossibilités de recrutement et de remplacement particulièrement lourdes, a fermé, « le couteau sous la gorge », 30 lits de soins de suite pendant l’été à Nozay et à Pouancé (Haut-Anjou).

D’autres fermetures estivales ont été décidées dans toute la région faute de personnel : à Lorient, 45 lits et 25 places de journée à l’hôpital, où il manque 13 infirmières et 31 aides-soignants, 10 lits à Ploërmel dont sept en chirurgie – définitivement, 12 lits en médecine gériatrique à Carhaix, 200 lits dans la seule Mayenne – où la fermeture partielle des urgences de Mayenne et Château-Gontier avec le basculement de leurs effectifs à Laval est ouvertement évoquée, et ainsi de suite.

1800 lits d’hôpitaux fermés au premier trimestre 2021…

Force Ouvrière Santé dénonce avec force la suppression de 1 800 lits d’hôpitaux faute de médecins et d’infirmières pour s’en occuper depuis le début de l’année 2021, ce qui obère les lits rouverts lors de la pandémie de 2020. Le syndicat demande aussi l’ouverture de 15.000 postes supplémentaires et « que l’on renverse l’approche politique en matière de soins, de santé. Que l’on rompe avec l’approche essentiellement financière, économique, qui prédominait jusqu’à maintenant, pour regarder les besoins de la population ».

Le 24 juin dernier, FO Santé écrit dans un communiqué : « A la veille de l’été et des difficultés qui peuvent survenir, 841 lits sont fermés ; à terme ces fermetures de lits auront pour conséquence une nouvelle diminution de l’offre de soins. Saurons-nous un jour tirer les leçons du passé ? De plus, alors que la Fédération FO SPSS est très attachée à la formation professionnelle, l’AP-HP refuse le financement de 128 collègues aides-soignants qui aspirent à devenir infirmiers et renforcer les équipes. »

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Partager cet article

Repost0