Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

20 mars 2021 13:38

L’ONG internationale pour « la Promotion du développement économique et social » (PDES), basée à Genève, a dénoncé vendredi, à l’occasion d’un débat général sur le racisme dans le cadre de la 46ème session du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU (CDH), le manque de tolérance et le racisme structurel des autorités algériennes envers les minorités ethniques, en particulier celles d’origine subsaharienne, et religieuses.

« Plusieurs ONGs internationales, telles qu’Amnesty International et Human Right Watch, rapportent que de nombreuses violations des droits humains des minorités ethniques d’origine subsaharienne ont été commises en 2020 en Algérie », a souligné M. Matteo Dominici, qui intervenait au nom de l’ONG PDES.

Au moment même où l’Algérie siégeait en tant que membre à la Commission de paix et de sécurité de l’Union africaine entre 2003 et 2021, des rapports ont fait état de nombreux actes de brutalité commis par les forces de sécurité algériennes contre des personnes appartenant à des minorités ethniques, pour la plupart d’origine subsaharienne, qui ont été maltraitées et expulsées de force vers le désert à la frontière avec le Niger, a-t-il rappelé.

Selon le groupe de réflexion britannique The Legatum Institute dans son rapport 2020 sur l’indice de prospérité, l’Algérie se classe 162e sur 167 pays dans le classement de la tolérance à l’égard des minorités religieuses et ethniques, a-t-il fait remarquer, notant que ce classement en fait l’un des cinq pays les moins tolérants du monde sur le plan social.

Ce manque de tolérance et le racisme structurel des autorités algériennes envers les minorités ethniques et religieuses sont un obstacle majeur au processus démocratique dans le pays, a dit cet expert des questions de développement.

Il a fait part de sa ferme condamnation de « ces comportements discriminatoires à l’égard des citoyens d’origine subsaharienne, au mépris des droits humains les plus fondamentaux consacrés dans les déclarations de Durban I et II (DDPA) ».

M. Dominici a exhorté, dans ce sens, le Conseil des droits de l’homme à sensibiliser les autorités algériennes au respect de tous les êtres humains quelle que soit leur origine ethnique ou leur culte religieux.

atlasinfo

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS