Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : PRESSE INTERNATIONALE
  • PRESSE INTERNATIONALE
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

9 avril 2012 10:07

Les retraités ne font encore l’objet d’aucune annonce de la part de candidats. Et pourtant tout le monde sait que cette catégorie de la population est en première ligne pour supporter les effets de l’austérité promise : sauf exception, ni eux-mêmes, ni leur patrimoine, composé de biens au soleil immobiliers ou d’assurances-vie, ne sont délocalisables.

 Le silence est donc suspect. C’est ce que remarque par exemple Jean-Marc Vittori, éditorialiste aux Echos, qui ne craint pas d’affirmer sous le titre « Retraités, un silence trompeur », qu’il n’y a aucune raison « qu’ils [les retraités qui vivent bien] échappent à l’effort collectif ».

 

Dans le collimateur : d’abord les retraites elles-mêmes, dans la mesure où elles bénéficient de deux niches fiscales, l’une portant sur l’abattement pour frais professionnels de 10% dont disposent les salariés, l’autre sur la CSG, prélevée à des taux variables suivant leurs ressources et au maximum de 6,6% sur leurs pensions, au lieu de 7,5% sur les salaires.

Ces niches, et surtout la seconde, sont de plus en plus évoquées, et le CESE (Conseil Economique et Social et Environnemental) s’est prononcé l’année dernière en faveur de la suppression de cette seconde niche en vue de participer au financement de la prestation dépendance.

Retraités, attention danger, vous risquez des lendemains qui déchantent ! La moindre des choses en démocratie serait d’ « annoncer la couleur » en temps utile. Aussi demandons-nous avec insistance aux candidats de se prononcer honnêtement sur leurs intentions sur ce sujet de la fiscalité des retraités.

 

 

mots clefs : retraités, fiscalités, impôts

Partager cet article

Repost0
CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie