Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie---International Press Review ---- Обзор международной прессы
  • Contact

Rechercher

 Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2018

Flag Counter

 

 

 

 

 

13 décembre 2020 14:54

FIGAROVOX/TRIBUNE - Avec deux confinements, des comparaisons entre les régions peuvent-être tirées afin de juger l’efficacité des différentes mesures sanitaires prises par le gouvernement, estiment le professeur de physique-chimie Samra Bouazza et le professeur d’économie Serge Blondel.

Lors de la première vague, des mesures ont été prises essentiellement au niveau national et très rapidement. Pour la seconde (espérons que le terme restera le bon), il y a eu une large variété de décisions en fonction des territoires. Ainsi, il devient possible de comparer des lieux où des mesures ont été prises avec des voisins «témoins» qui permettront d’évaluer l’impact de la mesure.

 

Depuis fin août, l’Île-de-France est un cas d’école. Le port du masque est devenu obligatoire dans tout l’espace public, y compris en extérieur, dans Paris et la petite couronne. Les quatre autres départements l’ont imposé beaucoup plus tard, à commencer par les Yvelines le 26 septembre. Ainsi un ensemble assez homogène, relié par un réseau de transport unique, avec des personnes se déplaçant souvent d’un département à l’autre pour le travail, a été confronté à des mesures différenciées.

Les départements où le masque a été imposé en extérieur fin août ont vu leurs décès accroître de 129.2% contre pile +100% dans les départements périphériques de la région

La fermeture des bars, toujours dans la même zone centrale, a suivi le 6 octobre, avant le couvre-feu dans l’ensemble de l’Île-de-France le 17 octobre. Pour évaluer ce qui s’est passé, nous utiliserons les chiffres des décès à l’hôpital (les Ephad ne sont pas concernés par ces mesures car les patients sortent peu). Le schéma joint permet d’apprécier les évolutions.

 
Décès hebdomadaires par 100 000 habitants. Serge Blondel et Samra Bouazza

 

 

 

 

 

 

Quel a été l’effet de l’imposition du masque le 28 août dans Paris et la petite couronne? La comparaison ne porte que sur le port du masque en extérieur car il était déjà obligatoire partout dans les espaces publics clos. Comparons les semaines 35, juste avant la mesure, et 39, en fin de cette expérimentation. Les départements où le masque a été imposé en extérieur fin août ont vu leurs décès s’accroître de 129.2% contre pile +100% dans les départements périphériques de la région: résultat inverse de celui attendu, échec de la mesure.

Au fond, dire que les masques ne servent à rien n’était peut-être pas si faux car la seconde vague, en étant massivement masqués, a déjà fait au pic (19 novembre) 12 810 morts en hôpital contre 7 719 au pic de la première, le 8 avril. Elle sera bien plus meurtrière. Lors de son dernier point hebdomadaire, Jean Castex a répondu vertement à la presse que l’on en avait pour des mois encore à porter le masque. Est-ce utile en extérieur?

Et quid de la fermeture des bars le 6 octobre? Comparons la semaine 40 juste avant avec la semaine 44 pour laisser le temps d’apprécier l’effet de la mesure: les décès ont été multipliés par 2.96 au centre de l’Île-de-France et 3.58 dans le reste de la région. Cette fermeture semble avoir eu un effet de léger «ralentissement de l’augmentation». La période a par ailleurs été compliquée car il y a eu plusieurs versions de couvre-feux.

[...]

source

 

 

Partager cet article

Repost0